Nos coups de cœur de "L'imaginaire" !

  • Hotel Savoy

    Joseph Roth

    La Première Guerre mondiale s'achève. L'immense Russie libère ses prisonniers qui affluent, de plus en plus nombreux, aux portes de l'Europe. C'est là, dans une de ces petites villes dont il connaît bien l'étrange atmosphère, que l'auteur nous conduit. Gabriel Dan rentre de Sibérie ; séduit par le gigantesque hôtel Savoy, il y loue une chambre. Le jeune homme croira bientôt découvrir un monde nouveau.
    Mais plutôt, ces longues années de guerre et de captivité l'ont à ce point transformé que tout lui apparaît maintenant sous un jour différent. C'est un regard neuf, regard d'enfant parfois, qu'il jette désormais sur le monde ? Et nous découvrons avec lui la vie fascinante de l'hôtel, faisant successivement la connaissance des êtres les plus divers, extravagants, touchants ou inquiétants : Santschin, le pauvre clown, l'industriel Neuner, qui tente de faire face à ses ouvriers en grève ; Bloomfield, le richissime ; Alex, le jeune dandy ; Ignace, dont l'ombre plane sur tout l'hôtel, et surtout la tendre Stasie, et Zwonimir, révolutionnaire passionné, devenu le fidèle ami de Gabriel. L'hôtel Savoy, où le luxe des premiers étages contraste avec la misère qui règne aux étages supérieurs, est un évident symbole : " A l'image du monde, le Savoy rayonnait à l'extérieur d'un éclat intense, étincelant de la splendeur de ses sept étages ; et la misère y habitait ans la proximité de Dieu...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Franz Kafka connut d'abord Milena comme traductrice : elle établissait la version tchèque de quelques-unes de ses proses courtes. Ces relations se transformèrent en une liaison passionnée dont les lettres permettent de suivre le progrès. Cette passion ne dura qu'un instant, elle tient en quelques mois à peine.
    Les lettres racontent d'un bout à l'autre ce roman d'amour, orgie de désespoir et de félicité, de mortification et d'humiliation. Car quelle qu'ait pu être la fréquence de leurs rencontres, leurs amours restent essentiellement épistolaires comme celles de Werther ou de Kierkegaard.
    Milena est morte vingt ans après Kafka, dans le camp de concentration de Ravensbrück.

  • Le tentateur

    Hermann Broch

    Roman posthume, Le tentateur (1953) raconte comment un personnage assoiffé de pouvoir mystifie la population d'un petit village autrichien. Il a le don de la parole, l'instinct de la foule ; il sait séduire, fanatiser, et son pouvoir lui gagne peu à peu tout le village, en commençant par la jeunesse. Que prêche-t-il ? La haine de la civilisation, des machines, des étrangers, et le retour aux anciennes forces de la terre dont il prétend posséder le secret. Son influence maléfique est combattue par le narrateur, médecin « raisonnable » qui a renoncé à la ville et au succès pour l'austérité de la montagne.
    Broch nous livre ici les prémisses d'une religiosité nouvelle, cependant qu'il analyse le processus de fascination qui livra son époque aux folies meurtrières d'un dictateur habile à fanatiser les masses. Ces divers plans, mêlés à une maîtrise technique et une richesse d'écriture extrêmement efficaces, forment une grande épopée où le présent et le passé, la Tradition et la Nouveauté s'allient pour fonder une sagesse, non pas dogmatique, mais consciemment utile.

  • Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, pétrolières, nucléaires, frontalières.
    La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim.
    Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers ; contigus et communicants : quelques heures d'une exaltation sexuelle sans précédent. Épouses, fiancées, soeurs, libres, installées sur les limites du territoire prostitutionnel, surveillent, commentent la perte, en des orifices stériles, du sperme reproducteur. Plus loin, en fin de journée, sur le sol incertain d'un commencement de steppe, deux corps de rencontre (mais ne sont-ils pas mère et fils ?) et leurs «annexes», un bébé et un singe pour la femme errante, son esclave pour le nomade adolescent, reconstituent, encerclés par le mouvement hostile des choses avant la nuit, la gesticulation du couple d'après la Chute, le premier accouplement, le premier alphabet. L'état de terreur absolue.
    Longtemps placé sous censure, Éden, Éden, Éden, comme d'autres grands classiques de notre littérature, laisse entendre, au travers d'une mise en scène éclatante de la «monstruosité» (bonheur dans l'assujettissement, désarroi dans la liberté), ce chant indestructible parce que inexplicable : le rire de l'innocent que l'on souille et qui ne le sait pas.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « L'imaginaire », aujourd'hui dirigée par Yvon Girard, est une collection de réimpressions de documents et de textes littéraires, tantôt oeuvres oubliées, marginales ou expérimentales d'auteurs reconnus, tantôt oeuvres estimées par le passé mais que le goût du jour a quelque peu éclipsées.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le piege

    Emmanuel Bove

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ethan frome

    Edith Wharton

    Ethan Frome works his unproductive farm and struggles to maintain a bearable existence with his difficult, suspicious and hypochondriac wife, Zeena. But when Zeena's vivacious cousin enters their household as a hired girl, Ethan finds himself obsessed with her and with the possibilities for happiness she comes to represent.

    Ajouter au panier
    En stock
empty