J'ai Lu

  • Marcel Proust se souvient de ses lectures d'enfant - celles faites au coin du feu, lové dans un fauteuil, et que personne ne venait déranger. Celles, encore, faites la nuit, lorsqu'il lui était impossible de quitter ses héros. Selon Proust, la lecture doit toute la vie rester un acte magique, une source d'émotion.
    Véritable clé pour lire et comprendre À la recherche du temps perdu, ce texte, qui servit de préface à la traduction de Sésame et les lys de Ruskin, met déjà en place ce qui deviendra la poétique proustienne.

  • Qu'il est troublant ce passage de l'innocence enfantine aux émois féminins, du giron d'une mère chérie aux passions dévorantes ! De la confession de cette jeune fille naissent une tendresse, une émotion tout intérieures, comme a su si précisément les décrire Marcel Proust. Retraçant toute une époque de fastes, de riches dîners et de mondanités, il sonde et démasque les coeurs. De l'indifférence blessante à la jalousie sournoise, les sentiments sont traqués jusqu'en leurs profondeurs les plus intimes. Dans un climat d'insouciance et de frivolité, l'amour est conçu comme une incurable entrave au bonheur, peut-être une malédiction de laquelle seule la mort peut libérer.
    Dans ces écrits de jeunesse, Proust excelle déjà dans l'art d'explorer les consciences. Ces courts textes annoncent brillamment la grande oeuvre de l'écrivain.

  • L'enfant veut lire, tout l'en empêche. Ce qui contrarie son plaisir divin l'augmente aussi. Une abeille, un rayon de soleil, l'heure du goûter ou du dîner, autant de freins et de souvenirs liés aux livres d'une façon impérieuse.

empty