Altipresse

  • Quand une catastrophe aérienne survient, il est souvent difficile d'en connaître immédiatement les causes.

    Ce n'est qu'après de longues enquêtes que les boîtes noires livrent enfin leurs secrets.
    Les passagers ont le droit de savoir.
    Des négligences incroyables sont parfois à l'origine de ces accidents, mais elles sont souvent dissimulées au grand public en raison des intérêts considérables qui sont en jeu.
    Jean-pierre otelli, pilote professionnel (10 000 heures de vol) est titulaire de plusieurs records.
    Il est leader de patrouille acrobatique et pilote de démonstration en salons aéronautiques. c'est l'un des plus performants du monde dans cette discipline.
    Il nous révèle les circonstances exactes de plusieurs catastrophes comme le crash du vol twa 800 ou celui du mont saint-odile.
    On découvre également comment une américaine commandant de bord s'est battue jusqu'au bout pour sauver son dc 9 en flammes, et d'autres récits tout aussi incroyables.

    Le public sait-il qu'un pilote s'est suicidé en vol, qu'un contrôleur aérien en confondant sa droite de sa gauche a dirigé un airbus droit sur une montagne.
    Jean-pierre otelli nous livre ici les dernières conversations des pilotes enregistrées par les "cockpit voice recorder".

  • Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009, un Airbus A330 de la compagnie Air France disparaît au-dessus de l'Atlantique.
    On ne retrouve que quelques débris flottant sur l'océan. Il n'y a eu aucun contact radio avant le crash. Les seules informations proviennent des systèmes automatiques de communications par satellites qui ont signalé que l'avion avait des problèmes. Onze mois après le drame, on pense avoir localisé les boîtes noires. En fait, elles restent introuvables et le gouvernement français vient de lancer une troisième campagne de recherche.
    Deux après la catastrophe, Roger Rapoport analyse tous les paramètres du drame. Les éléments qu'il met en lumière permettent de faire le point sur une situation où les anomalies succèdent aux erreurs.

  • Le pilotage des hélicoptères » est un ouvrage sur le fonctionnement des voilures tournantes. Aucun développement mathématique complexe dans ce manuel, ce n'est pas le but... Ce livre s'adresse à ceux qui sont curieux de savoir comment fonctionne cette étrange machine volante qu'est l'hélicoptère, ainsi qu'aux élèves-pilotes désirant se perfectionner.
    Les dessins et les illustrations sont simples et claires. Les phénomènes aérodynamiques y sont décrits avec toute la pédagogie dont peut faire preuve un pilote qui a derrière lui des milliers d'heures d'instruction.

  • Après le succès des quatre premiers tomes, Jean-Pierre Otelli poursuit la série des erreurs de pilotage. L'évolution de l'actualité permettra certainement d'y inclure l'explication détaillée de l'un des crash les plus mystérieux de ces dernières années : le crash de l'Air France 447 Rio/Paris. Cet accident et le mystère qui l'a entouré ont suscité une immense émotion en France aussi bien qu'au Brésil. Pendant près de deux ans, le monde a tenté de comprendre ce qui était arrivé au vol AF 447. De nombreuses hypothèses ont été évoquées. La plupart reposaient sur une défaillance des sondes Pitot de l'Airbus mais rares ont été ceux qui ont imaginé qu'il s'agissait d'une banale erreur de pilotage. Ce n'est que lorsque les enregistreurs de vol ont enfin été retrouvés par 3 900 m de fond que la vérité est apparue. Au-delà des questions qui se posent sur la sécurité aérienne moderne et sur la formation des pilotes, le crash du vol Rio/Paris restera un cas d'école dans les annales du transport aérien.

  • Les défaillances techniques sont rarissimes sur les avions d'aujourd'hui... La réalité, c'est que les accidents aériens sont majoritairement causés par des erreurs humaines. Dans ce huitième opus de la série Erreurs de Pilotage, Jean-Pierre OTELLI décrypte de nouveaux crashs avec la plus grande précision.
    - Un Boeing 747 pénètre dans l'espace aérien soviétique : 269 morts. Une bourde qui aurait pu déclencher une guerre mondiale.
    - Le pilote ne vole que sous « cocaïne ». La drogue lui donne un sentiment d'invulnérabilité.
    - L'équipage de l'Airbus effectue des essais après révision au milieu du trafic aérien.
    -Le commandant du Jumbo Jet rate son atterrissage. Son avion termine au sol... sur le dos.
    -Le stagiaire passe un examen sur Boeing 777... L'instructeur ne corrige pas ses erreurs.
    - Etc.

  • Les enquêteurs du BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation civile) sont au nombre d'une cinquantaine.
    Ingénieurs, pilotes, techniciens, ils se transforment en détectives pour mener à bien leurs enquêtes sur les accidents d'avions, dans une démarche qui ressemble fort à celle de policiers traitant d'affaires criminelles. Mais ils ne traquent pas d'éventuels coupables, ils recherchent les erreurs et les manques qui ont débouché sur une catastrophe aérienne, ou un accident dramatique. Afin que les précautions soient prises pour que de tels événements ne se reproduisent plus.
    Un avion Twin Otter qui décolle de l'île de Moorea (Polynésie) et plonge vers la mer, tuant les vingt personnes à bord. L'épave montre que les câbles de commande de la gouverne de profondeur ont cassé en vol. Pourquoi ? Les enquêteurs découvriront que l'usure, au point de rupture, est due à une tension excessive provoquée par le souffle d'un Airbus A340 qui met les gaz pour sortir d'un parking et agit sur la gouverne de profondeur du Twin Otter garé à proximité.
    Maigret ou Sherlock Holmes n'auraient pas fait mieux... Pourquoi un planeur s'est-il désintégré en vol, provoquant la mort des deux jeunes de 18 et 19 ans qui se trouvaient à bord ? Les enquêteurs se poseront la question durant des mois, sans trouver d'explication satisfaisante. Jusqu'au jour où les parents de l'un des pilotes, sachant que leur fils filmait toujours les évolutions du planeur avec sa caméra, fouillent les buissons et les bois de l'endroit où les débris sont tombés et retrouvent la caméra.
    Six mois après l'accident...

  • Jean-Pierre Otelli et François Bousseau ont conjugué leurs talents pour raconter et illustrer des histoires authentiques de pilotes, pleines de suspense et d'émotion.
    Au travers des récits qui composent ce livre, les passionnés d'aviation partageront des aventures exceptionnelles comme seul le ciel peut en offrir

  • Leur nom sent le souffre et le sang ! Messaline ou Agrippine, illustrent, à l'extrême, l'indépendance acquise par les femmes sous l'Empire.
    Entre la sage matrone admirée par tous et la dévergondée qui n'a pas froid aux yeux, la femme romaine est incroyablement diverse. Alors Suivons-la, pas à pas, de sa naissance à son mariage (ou son divorce !), du lever du jour à la réception du soir en passant par les thermes, accompagnons-la au théâtre, dans ses visites à ses amies et en vacances dans la baie de Naples. Découvrons comment elle est éduquée, comment elle se soigne, ou, plus gaiement, comme elle se pare. Les femmes de la Rome antique peuvent consacrer des heures à leur toilette, elles raffolent des parfums, des onguents, des cosmétiques, des coiffures les plus sophistiquées et dépensent parfois des sommes folles pour une tunique taillée dans la meilleure étoffe.
    Dressons enfin le portrait de quelques " tempéraments ", des femmes vertueuses dont la sagesse est passée à la postérité, des princesses avides de pouvoir, des femmes d'affaires qui se font construire des immeubles à Pompéi ou encore d'authentiques monstres, comme la terrible Locuste, celle par qui le poison arrive.
    Voilà bien le paradoxe de la femme romaine, officiellement inférieure, elle est néanmoins partout, indispensable.

  • Tout comme les deux premiers volets de la série, cet ouvrage est une compilation d'erreurs de pilotage caractéristiques: l'équipage d'un jumbo-jet focalise son attention sur une minuscule ampoule du tableau de bord sans réaliser que l'avion plonge vers le sol.
    Un commandant de bord réprime son copilote si durement qu'il ne s'aperçoit pas qu'il est en train de perdre le contrôle de son appareil. des pilotes refusent de faire confiance à l'ordinateur de bord. pourtant, c'est l'avion qui a raison. etc. bien au-delà de leur aspect anecdotique, ces récits parfaitement authentiques ont une valeur pédagogique incontestable. ce sont des retours d'expérience très utiles aussi bien pour les pilotes que pour les instructeurs.
    Certaines compagnies aériennes ne s'y sont pas trompées puisqu'elles utilisent très régulièrement les précédents ouvrages de jean-pierre otelli pour sensibiliser leurs élèves-pilotes sur les problèmes de la sécurité aérienne.

  • Voici trente histoires authentiques de pompiers.
    Des histoires de feux, bien sûr, mais aussi une multitude d'aventures de toute nature, tragiques ou cocasses, qui sont le quotidien de ces hommes entièrement voués au service des autres. A une époque où l'égoïsme est érigé au rang de vertu, leur devise, "Sauver ou périr", ils la vivent au quotidien, parfois jusqu'au sacrifice ultime. Hommes du feu, spécialistes de l'urgence, les pompiers sont aussi devenus pour certains le dernier recours, dans un monde qui se déshumanise chaque jour un peu plus.
    Les récits qui composent cet ouvrage nous font partager la vie de ces héros des temps modernes, faite d'action, de courage et d'abnégation.

  • Jean-pierre otelli et françois bousseau ont conjugué leurs talents pour raconter et illustrer des histoires authentiques de pilotes, pleines de suspense et d'émotion.
    Au travers des récits qui composent ce livre, les passionnés d'aviation partageront des aventures exceptionnelles comme seul le ciel peut en offrir. cet ouvrage est aussi une magistrale leçon de pilotage illustrée de superbes dessins au trait vigoureux.

  • Les pilotes de l'aéronautique navale ne sont pas des pilotes comme les autres.
    Chevaliers du ciel, ils sont aussi des hommes de mer, aviateurs par passion et marins dans l'âme. Ancien pilote de chasse embarqué, Frédéric Zumbiehl recrée l'ambiance fiévreuse des missions de combat, de la Seconde Guerre mondiale aux conflits les plus récents. Vous vivrez le crash au catapultage de ce pilote de Crusader qui ne parvient pas à se détacher de son siège. Vous serez aux côtés d'un pilote qui, tentant d'apponter en pleine tempête, envisage de s'éjecter dans les flots déchaînés.
    Vous suivrez le récit épique du sauvetage, en pleine nuit, de l'équipage du pétrolier Erika, par un Super Frelon. Vous partagerez l'aventure d'Eugène Ely, ce pionnier, qui tenta le premier appontage de l'histoire. Vous serez aux commandes d'un Rafale, en Afghanistan, pendant la traque de Ben Laden... et embarqué dans bien d'autres aventures encore.
    Pilotes de l'aéronavale est un recueil d'histoires authentiques plus palpitantes les unes que les autres.

  • Jean-Pierre Otelli et François Bousseau ont conjugué leurs talents pour raconter et illustrer des histoires authentiques de pilotes, pleines de suspense et d'émotion.
    Au travers des récits qui composent ce livre, les passionnés d'aviation partageront des aventures exceptionnelles comme seul le ciel peut en offrir. Cet ouvrage est aussi une magistrale leçon de pilotage illustrée de superbes dessins au trait vigoureux.

  • Un Ecureuil se lance dans la traversée de l'Atlantique sans escale.
    Un autre se hisse au sommet de l'Everest. Huit hélicoptères de l'US Navy partent libérer les otages américains en Iran. Un Hughes OH-6 sauve des religieuses prises au piège des combats au Vietnam. Un Sikorsky s'écrase au Tchad en poursuivant un chameau... Sous toutes les latitudes, dans toutes les circonstances, l'hélicoptère participe aux aventures humaines les plus extraordinaires. L'improbable machine qui a fait ses débuts au combat en 1944 est devenue au fil des décennies un monstre de technologie.
    En une trentaine d'années à peine, puissance, capacité d'emport et autonomie ont été multipliées par cinquante. Mais malgré des révolutions techniques en cascade, un élément est resté inchangé : le pilote, avec ses forces et ses faiblesses, tellement humaines. Journaliste aéronautique spécialiste des hélicoptères, Frédéric Lert a retrouvé les acteurs de missions aussi incroyables qu'authentiques. Onze récits au total, tragiques ou heureux, mais toujours spectaculaires.

  • Bolivie, début 1967.

    Dans une région sauvage du pays, deux embuscades meurtrières à l'encontre de militaires font ressurgir le spectre de la guérilla. Alors que le président Barrientos ne cesse de réclamer toujours plus d'argent et d'armes aux États-Unis, le jeune capitaine Prado parvient à le convaincre que l'armée, plutôt désorganisée, doit être convenablement formée pour éradiquer les rebelles sur lesquels plane l'ombre de Che Guevara. Aucun Américain ne devant officiellement participer aux combats, les Bérets verts des Forces spéciales américaines entreprennent de transformer en rangers dignes de ce nom des conscrits incultes. Ils ont 179 jours pour cela.

    Alors que des révoltes éclatent dans le pays (mineurs, étudiants, etc) et que la guérilla risque de s'étendre aux pays voisins, les Bérets verts menés par le major Shelton créent de toutes pièces un camp d'entraînement près du petit village de La Esperanza. Parallèlement la CIA envoie deux agents d'origine cubaine assister le gouvernement bolivien. Che Guevara est bien à la tête des guérilleros mais il sera finalement capturé et interrogé. Les Américains veulent le ramener sain et sauf aux États-Unis mais Barrientos ordonne de l'exécuter. Sa mort renforcera son image romantique chez les jeunes en rébellion du monde entier.

    Ce livre constitué de témoignages se lit comme un roman. Ses auteurs sont Mitch Weiss, lauréat du prix Pulitzer, et Kevin Maurer qui a cosigné un ouvrage consacré à la traque et la mort de Ben Laden.

  • Quand la Navy envoie ses meilleurs hommes sur le terrain, elle envoie les SEALS. Quand les SEALS ont besoin des meilleurs, ils envoient la "ST6". La "Seals Team SIX"... une unité secrète formée à la lutte anti-terroriste et à la libération d'otages.

    Dans "SNIPER Navy Seals", Howard Wasdin emmène le lecteur dans l'univers secret des tireurs d'élite des forces spéciales. Vous vivrez le processus de formation des SEALS réputé pour être le plus dur du monde.

    Howard Wasdin a d'abord été envoyé en Irak lors de l'opération Desert Storm. A son retour il a suivi le processus de sélection qui lui a permis d'intégrer la ST6. Il a alors appris à combattre sans arme... à crocheter une serrure avec des moyens rudimentaires. à faire sauter une porte de ses gonds sans effort ainsi que toutes les techniques secrètes en matière d'explosifs. Tout est révélé dans cet ouvrage.
    Puis, enfin, en tant que membre du ST6, il est devenu Sniper, le rang le plus prestigieux de la formation.

    Il est ensuite parti pour une mission qui marquera le monde : capturer ou tuer le chef de guerre somalien Mohamed Farrah Aidid. Depuis les toits, les hélicoptères, et les ruelles, Howard Wasdin va poursuivre Aïdid.
    Ce sera alors la tristement célèbre bataille de Mogadiscio. un fiasco au cours duquel, les Américains perdront 18 de leurs meilleurs hommes.

  • On ne revient jamais indemne d'un séjour sur un théâtre de guerre, aussi bien physiquement que psychologiquement.
    Les blessures et les traumatismes laissent des traces indélébiles.
    C'est vrai pour les combattants mais aussi pour les journalistes, les reporters et les cameramen qui sont exposés à des risques souvent méconnus.

    Anthony Feinstein, psychiatre canadien, s'est penché sur le sort de ces " soldats de l'information ".
    Il les a longuement questionnés pour tenter d'évaluer les atteintes psychologiques dues aux risques encourus, aux effets du stress post-traumatique, que ce soit sur eux-mêmes ou sur leurs proches. Son étude est nourrie d'anecdotes et de témoignages stupéfiants.
    Tous racontent ce qu'ils ont vécu sur le terrain. Le résultat est une tentative pour mieux comprendre sans jargon pseudo-scientifique ceux qui ont côtoyé les atrocités de la guerre moderne.
    Le téléspectateur, l'auditeur ou le lecteur ne pourront plus considérer de la même manière l'information qui a été rapportée des champs de l'horreur.

  • Si l'immense majorité des pilotes est composée de professionnels responsables qui font parfaitement leur métier, aucun d'eux n'est à l'abri d'une erreur. Et puis il y a les autres... Une infime minorité composée d'éléments "moins bons". Certains sont stressés, maladroits ou distraits jusqu'à en devenir dangereux. Il serait malhonnête de se voiler la face... Il y a des comportements impardonnables ! "Erreurs de pilotage", publié en 2003, est l'un des ouvrages de Jean-Pierre Otelli qui se vend le mieux. Quatre ans après sa sortie la demande est toujours soutenue tant au niveau du grand public que des passionnés d'aviation. Nul doute qu' Erreurs de pilotage n°2 sera promis au même succès.

  • Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Otelli nous décrit en détail les techniques du vol acrobatique sous toutes ses formes : le premier cycle ; le second cycle ; la compétition ; le vol en meeting aérien ; la patrouille acrobatique.
    Un ouvrage particulièrement riche, ponctué de récits authentiques, qui passionnera aussi bien le voltigeur débutant que les meilleurs professionnels.

  • Le dernier ouvrage de JP Otelli (ERREURS DE PILOTAGE 5 Crash Rio-Paris) a soulevé des questions brûlantes sur la sécurité aérienne. Après la parution du livre, l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale a remis en cause certaines techniques de formation des pilotes.
    Depuis, les écoles de pilotage commencent à modifier leurs procédures d'enseignement du décrochage.
    L'auteur a été attaqué en diffamation pour avoir révélé certaines conversations : les plaignants ont été débouté. Les mentalités sont en train de changer. Aucune conversation ne peut aujourd'hui être considérée comme privée, dès lors qu'elle se tient dans un cockpit. C'est un endroit désormais qualifié de « stérile ».
    Dans la poursuite de cette recherche de la vérité, Jean-Pierre OTELLI publie à présent le Tome 6 de la série. On y découvre des navigants en train de discuter de tout : de leurs chiens, de leurs technique de jardinage, de leurs augmentations de salaire et même... de leurs problèmes conjugaux, ils oublient seulement de se concentrer sur le pilotage de l'avion...

  • En atterrissant avec leur petit monomoteur, les jeunes pilotes s'imaginent certainement en train d'effectuer la même manoeuvre aux commandes d'un A380...

    Est-ce aussi facile ?

    La réponse est « oui », même s'il y a quelques légères différences dues à l'inertie de l'avion et à la position du pilote à plus de dix mètres du sol avant l'arrondi. En revanche, les procédures de décollage d'un avion de transport diffèrent de celles d'un avion léger car il faut impérativement éviter que la panne d'un moteur ne provoque un accident.

    Ce livre explique les similitudes et les différences entre les opérations d'un monomoteur et celles d'un jumbo jet comme l'A380 :
    - pilotage, - préparation, - gestion du vol, - formation, - conception des appareils - et bien entendu, la sécurité.

empty