Editions De La Loupe

  • Un coup de coeur, une leçon de vie pour tous. Le premier livre d'Alexandre Jollien, auteur du Philosophe nu - 70 000 ex. depuis novembre 2010 -, dans lequel il invite le lecteur à méditer sur les fragilités de la condition humaine et les bonheurs du partage et de l'amitié. Alexandre Jollien est né en 1975 en Valais (Suisse). Après 17 ans passés dans une institution spécialisée pour personnes handicapées (IMC), il suivra une scolarité officielle qui le conduira à des études de philosophie à l'Université de Fribourg. Dans Eloge de la faiblesse, couronné par l'Académie Française, il consigne sous la forme d'un dialogue socratique les événements qui ont jalonné son existence et en tire mille enseignements. Un entretien, où il est question de la différence et de la « normalité », pétri d'humanisme. Un ouvrage indispensable, qui, par les valeurs qu'il transmet, a un rôle fondamental à jouer auprès d'un très vaste public.

  • Comment vivre plus librement la joie quand les passions nous tiennent ? Comment oser le détachement sans éteindre un coeur ? Éprouvé dans sa chair, Alexandre Jollien tente de dessiner un art de vivre qui assume ce qui résiste à la volonté et à la raison. Le philosophe se met à nu pour ausculter la joie, l'insatisfaction, la jalousie, l'amour ou la tristesse, bref ce qui est plus fort que nous... Convoquant Sénèque, Montaigne, Spinoza ou Nietzsche, il explore la difficulté de pratiquer la philosophie au coeur de l'affectivité. Loin des recettes, avec Houei-neng, patriarche du bouddhisme chinois, il découvre la fragile audace de se dénuder, de se dévêtir de soi. Dans l'épreuve comme dans la joie, il nous convie à renaître à chaque instant à l'écart des regrets et de nos attentes illusoires.

  • « Je suis un anormal. On la dit, assez. Je lai senti. Les mouvements des yeux qui passent à lexamen chaque parcelle de mon être me lapprennent : tel regard fixe le mien puis descend, là précisément où se trouve la preuve quil recherche : « il est handicapé ». Parcours des yeux, quête insistante du talon dAchille, de la faiblesse. Ce que la plupart des gens perçoivent, cest létrangeté des gestes, la lenteur des paroles, la démarche qui dérange. Ce qui se cache derrière, ils le méconnaissent. Spasmes, rictus, pertes déquilibre, ils se retranchent derrière un jugement net et tranchant, sans appel : voici un débile. Difficile de changer cette première impression, douloureux de sy voir réduit sans pouvoir sexpliquer. »A.J.

  • Alexandre Jollien poursuit sa quête philosophique d'une sagesse qui nous apporte la paix intérieure. Si la joie est le but, la voie royale pour la vivre, thème directeur de ces Pensées, est l'abandon ou, en termes bouddhistes, la «non-fixation». Ne pas «fixer», c'est se débarrasser des représentations, étiquettes qui figent les autres, le monde en des identités immuables, et par là même laisser la vie être ce qu'elle est, ne rien vouloir changer, ne pas s'obstiner contre, être ouvert au changement.

    Cela rend la perte vivable. Cela rend ouvert à l'autre, au monde. C'est aussi un chemin déterminant pour s'accepter, soi, tel que l'on est, même handicapé, travail permanent d'Alexandre Jollien, et source de ses livres. Chacune des 20 pensées réunies dans celui-ci est à la fois un remède et une méditation vivante sur les obstacles qui nous écartent de la joie, et les chemins qui nous y conduisent.

    L'abandon, l'amitié, la détermination, la fragilité, la gratuité, etc. : autant de voies qu'Alexandre Jollien s'efforce d'expérimenter au quotidien, puisant dans les petits événements, heureux ou malheureux, qui ponctuent sa vie (une rencontre, une réflexion de ses enfants, une querelle, une impatience, une angoisse...), les ressources pour les accueillir sans souffrance. Il esquisse ainsi «un art de vivre qui nous dépouille du trop et nous aide à trouver l'audace de danser joyeusement dans la ronde de l'existence».

  • "Philosopher a été pour moi l'occasion de me repérer dans un monde qui m'échappait tout à fait, de me donner un but : assumer la réalité, accomplir joyeusement le métier d'homme." Dans son combat contre le handicap physique, Alexandre Jollien a trouvé une alliée de choix : la philosophie. Guidé par Epicure, Erasme, Spinoza ou encore Etty Hillesum, il a surmonté les obstacles jour après jour. Et parvenu au seuil d'une vie plus paisible, il apprend avec eux à savourer aussi les instants de joie.

    Après la lecture, Alexandre Jollien répond aux questions d'Aurélie Kieffer, journaliste et présidente de l'association Lire dans le noir.

empty