J'ai Lu

  • Voyage au centre de Paris

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 7 Janvier 2015

    Jardin du Luxembourg. Un homme s'adresse à une femme qu'il s'apprête à rejoindre : il lui raconte l'histoire des mythiques chaises du Jardin, lui parle de La Nausé de Sartre, fait un détour par la Fontaine Médicis...
    Puis il poursuit « en sa compagnie » une exploration sentimentale et savante de Paris. À chaque rue traversée sont convoqués des anecdotes méconnues, des auteurs oubliés et célèbres ou des souvenirs personnels, du temps où le narrateur visitait de nuit les catacombes, escaladait les toits de Paris ou rencontrait à la bibliothèque la femme qui l'attend aujourd'hui.
    Dans ce récit aussi érudit qu'accessible, Alexandre Lacroix réussit à partager sa connaissance époustouflante de la ville et à mettre en scène un Paris intime et éternel. Et, ce faisant, il transforme ce roman géographique en un singulier voyage amoureux.

    Portrait d'Alexandre Lacroix par Arnaud Février © Flammarion

  • Contribution à la théorie du baiser

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 11 Mars 2015

    Essai sur le baiser amoureux et ses différentes facettes à travers les souvenirs de l'auteur, mais aussi l'histoire de l'art, le cinéma, la philosophie, la littérature...

  • De la supériorité des femmes

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 17 Août 2009

    Voici un roman d'amour ou, mieux encore, l'histoire vécue de la fin d'un amour.
    Le héros de ce livre, véritable antimanuel de la séparation, est prêt à tout pour reconquérir la belle, l'indifférente Mathilde : s'éloigner d'elle, lui faire des déclarations longues comme le bras, la demander en mariage à Saint-Pierre de Rome, découvrir l'identité de son amant pour en découdre avec lui... Mais c'est un combat hasardeux, car dans ce genre d'histoire, ce sont les femmes qui mènent la danse, tandis que le mâle est le jouet de ses illusions.

  • L'orfelin

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 7 Janvier 2013

    Mon père ne sourit pas. Il est assis, légèrement penché. Il porte un bermuda kaki, un K-Way bleu marine et des chaussettes rouges. Le cadrage est imparfait mais cette photo est celle que j'encadrerai, que j'aurai toujours à portée de main. Sa présence s'est imprimée sur cette image. J'avais onze ans quand il s'est suicidé. Un roman bouleversant sur les démons de l'enfance qui reviennent ébranler toutes les certitudes d'un homme adulte.

  • Se noyer dans l'alcool ?

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 17 Mars 2012

    Pourquoi Duras disait-elle que l'alcool était Dieu ? Quel personnage de Steinbeck se régale d'un cocktail de bière et de lait ? Comment Kerouac écrivait-il en état d'ivresse ?
    Bukowski était-il heureux ? Et comment Ellroy réussit-il son sevrage ? Peut-on comparer le Consul, héros d'Audessous du volcan, plus grand ivrogne de la littérature mondiale, à un sage de l'Antiquité? Quant à Antoine Blondin, qu'est-ce qui le poussa à faire baptiser un gigot d'agneau, à l'aube d'une nuit de beuverie? Pour trouver les réponses à ces questions, et percer à jour les mystères et les pièges de l'alcool, rien de tel que de consulter l'avis de ces experts incomparables que sont les grands écrivains contemporains.

  • Quand j'étais nietzschéen

    Alexandre Lacroix

    • J'ai lu
    • 21 Août 2010

    Le portrait d'un adolescent qui, l'espace d'un an, a parlé, agi, respiré avec Nietzsche.
    Loin d'adoucir les moeurs, la philosophie peut être une drogue dure, déchirant avec violence le voile d'inconscience qui recouvre le monde de l'enfance.

empty