Anne Bragance

  • Anibal

    Anne Bragance

    • Pocket
    • 19 Février 1993

    A douze ans, tête de mule et mauvais élève, edgar a déjà compris deux choses : primo, qu'il vaut mieux se taire plutôt que de se faire engueuler ; deuxio : que sa seule passion et occupation dans la vie c'est et ce sera les fleurs ! aussi, quand hugues et lolly, ses parents, lui annoncent qu'ils ont décidé d'adopter un petit péruvien, edgar est parti sans rien dire dans son jardin arracher des mauvaises herbes.
    L'inca, il allait voir ce qu'il allait voir !
    Anibal, il s'appelle. il a cinq ans ; une bouille désarmante et il ne dit pas un mot. la jalousie d'edgar s'effiloche. ce frère, il veut bien l'adopter lui aussi. mais c'est la fin de l'été, edgar est menacé d'internat à la rentrée. finie l'amitié avec anibal ? impossible. c'est la fugue, direction : la cordillère des andes.

  • Passe un ange noir

    Anne Bragance

    « Elle, quinze ans et quelques poussières de semaines. Moi, pas loin des soixante-dix-huit. Je pourrais être son grand-père et même son arrière-grand-père : un drôle d'attelage que nous formons tous les deux. » Tous les jours, Andres Soriano, perclus d'arthrose, se poste sur le banc de l'abribus de la ligne numéro 15. C'est là qu'il rencontre Milush, une adolescente au drôle de prénom. Malgré la disparité de leurs âges, les lourds secrets de famille, les peurs et les peines, une amitié hors du commun va naître entre la gamine impertinente et le vieil homme - une complicité qui illuminera leurs existences.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Danseuse en rouge

    Anne Bragance

    Trois voix alternent ici, qui tantôt se tressent et s'entrelacent, tantôt s'opposent et se démentent, déroulant l'histoire d'un trio infernal : un homme, deux femmes.
    Tandis que la danseuse et le champion vivent une relation charnelle intense, vingt ans après leur première rencontre, l'épouse bafouée assiste au pas de deux des amants et endure les affres de la jalousie. Danseuse en rouge explore les dédales du fantasme amoureux et propose une réflexion sur les infinies perversions de la relation triangulaire quand seuls les corps disent la vérité. Par la force et la grâce de son écriture, Anne Bragance invite le lecteur à prendre place dans le lit, lieu où se célèbrent les festins de la chair et où se règle la chorégraphie du plaisir.

  • Une valse noire

    Anne Bragance

    Jonas part le matin, Jonas rentre le soir. Toute la journée, Ada l'attend dans leur appartement, au huitième étage de la tour Azur. Se peut-il que cette vie soit celle dont ils rêvaient lorsqu'ils se sont mariés cinq ans plus tôt ?
    Jonas ne peut tolérer l'incursion de l'imprévu dans son quotidien. Ada, au contraire, n'aime rien tant que l'inconnu et les inconnus : elle s'ennuie et finit par dépérir dans son rôle de femme au foyer.
    Il y a longtemps que les deux époux ne se parlent plus, ne se connaissent plus. Comme tant d'autres, ils vivent ensemble et séparés, et chacun valse, solitaire, avec ses rêves et ses regrets.

  • La reine nue

    Anne Bragance

    lorsque giulietta padovani annonce qu'il faudra désormais payer pour l'entendre évoquer ses souvenirs, ses sept enfants s'alarment et comprennent que l'état mental de leur mère nécessite une surveillance quotidienne.
    un tour de garde s'organise alors dans la villa où la vieille romancière ne parle plus que par bribes et par gestes, donne du "monsieur" et du "madame" à sa progéniture, se dénude en public quand il fait froid, s'emmitoufle quand il fait chaud. a l'instar de son journal intime, que l'aînée a découvert, ses monologues décousus réservent bien des surprises... c'est avec tendresse et humour qu'anne bragance livre ses personnages à la peur, à la douleur, à la mémoire perdue et aux ravages du temps.

  • Qu'ils soient adolescents, blessés par l'amour ou handicapés, qu'ils soient victimes ou simples témoins, tous les personnages qui traversent Changement de cavalière sont sujets au même vertige, en proie aux troubles que suscitent les assauts de l'imaginaire et du fantasme.
    Ils ne cherchent rien, ne résolvent rien ; ils ne font que passer, tantôt dans un équilibre fragile, tantôt dans l'orage et le drame qu'un détail ou un pressentiment suffisent à déclencher. Et ils laissent derrière eux cette trace d'évasion qui les a, l'espace d'une seconde, suspendus entre désir et désastre, transportés ailleurs, à l'intérieur de la vie.

  • Casus belli

    Anne Bragance

    A cinq ans, par jalousie et par provocation, Virginie a jeté son petit frère dans la poubelle de la cuisine. Sa mère y a vu la marque d'un caractère monstrueux, Virginie, elle, porte au plus profond d'elle-même le poids terrifiant de la culpabilité. Désormais, rien ne pourra rétablir la parole au sein d'une famille où tout n'est plus qu'illusions - pas même l'exhumation tardive du mal, qui conduira à un désastre encore plus grand. Histoire d'un pardon jamais demandé, jamais accordé, Casus belli révèle comment les blessures de l'âme demeurent inguérissables.

  • Le lit

    Anne Bragance

    Après quinze ans d'une union passionnée, une femme est délaissée sans raison par l'homme qu'elle aime. Alors, pour survivre à l'abandon, elle décide de commettre le sacrilège suprême : elle va attirer dans le sanctuaire conjugal quinze hommes, dont elle espère qu'ils l'aideront à effacer les quinze années vécues avec son bien-aimé.
    Histoire d'amour, portrait désenchanté d'une femme complexe et paradoxale, ce roman est aussi consécration de la parole et de son pouvoir. Le lit, symbole de l'amour aveugle, de l'oubli de soi, devient ici un lieu de communion et de libération.

  • Une enfance marocaine

    Anne Bragance

    Sauf à utiliser de puissantes focales pour aller explorer les zones éloignées du passé, les souvenirs parfois se dérobent et je peine à les débusquer.
    Alors je renverse la tête dans l'espoir de les repérer, de les identifier, et l'enfance, cette naine blanche, cet astre perdu - mais non pas mort - qui n'en finit pas de tournoyer, de scintiller, me jette aux yeux sa poudre d'or. Alors me revient le goût des vertiges et j'entends à nouveau la musique des météores. A.B.

  • Assis derrière le guichet d'un centre de Sécurité sociale, Thomas Chanaud, à la seule évocation de certains noms magiques - Macao, Rotterdam, Guayaquil, Chittagong... -, s'évade de sa morne vie de bon père de famille et d'employé modèle. Ces destinations grisantes alimentaient les jeux partagés avec son frère jumeau, Franck, le capitaine des explorations imaginaires de leur enfance, qui s'est noyé, très jeune, dans une rivière. C'est le jour où Thomas croit retrouver Franck dans le regard de Farid Tallal que commence son véritable et grand voyage : il quitte tout pour accompagner son "frère" Tallal.

  • Les soleils rajeunis

    Anne Bragance

    On l'appelait Blanche, elle était petite-fille de charbonnier. Elle grandissait dans une vaste maison d'un pays du Sud, entourée de cousins et de tantes, mais seule, souvent, préférant la compagnie des mots à celle des gens. Gourmande d'instants précieux, de rêveries graves et de conversations défendues, elle ruminait le monde avant de le coucher sur les pages blanches d'un cahier offert par l'aïeule Mita. C'est pour cette grand-mère chérie et vieillie qu'elle ravive ses souvenirs, dans un récit tendre comme une lettre d'amour adressée au pays perdu, à l'enfance révolue.

  • Entre l'écrivain public aux allures de charmeur de serpents de Casablanca et Virginia Woolf, quel point commun ? Aucun, si ce n'est la fascination que l'un et l'autre exercèrent sur l'auteure, petite fille d'abord, puis jeune fille se formant à la littérature. Dès lors, l'illustre romancière sera pour elle omniprésente : modèle et contre-modèle, mère imaginaire mais aussi rivale ou surmoi. Influences souterraines, refus, identifications, jusqu'au « rêve d'osmose » final, une audacieuse fusion de deux écritures, c'est une relation ambivalente et passionnelle, qui s'explore et s'explicite ici. Autant qu'une lecture de Virginia Woolf, cet essai constitue une attachante autobiographie d'écriture.

    « J'avais vingt ans, je venais de découvrir Virginia Woolf avec La Promenade au phare. J'ignorais tout d'elle, jusqu'à sa mort. Mais quelques pages de ce roman avaient suffi à me ravir, et il faut entendre ici ravir au sens littéral : je n'étais plus tout à fait moi. C'était la rencontre. » A. B.

  • je suis pleine de mots, pleine à ras bord.
    pourtant, aucun, jamais, n'a franchi mes lèvres. si l'on veut comprendre, il faut imaginer un coffre-fort dont nul ne connaîtrait la combinaison, une forteresse d'acier blindé impossible à ouvrir ou à forcer. je me tiens dans ce bastion de silence depuis ma naissance, il y a un peu plus de trente ans, sans songer à m'en plaindre. le fait d'être muette ne constitue pas pour moi une gêne véritable, encore moins ce que les autres qualifient de handicap.
    enfin, je ne le considérais pas comme tel jusqu'à ce dimanche d'avril où j'ai vu cet homme en pleurs.

  • anne bragance, qui a gardé de son enfance marocaine le goût des fruits et des mets ensoleillés du sud, nous propose une cueillette de douceurs salées, sucrées et sacrées glanées au cours de ses voyages
    résolument orientés vers le sud.
    dans une langue très fluide empreinte
    d'émotion, cette amoureuse de la nature et des jardins nous met l'eau la bouche avec ses régals d'hier et d'aujourd'hui.

  • Lorsque François, agent immobilier, la quarantaine, en rupture de ban avec sa femme et ses enfants, rencontre Emma - La Succulente -, il découvre un personnage hors du commun.
    Certes, il n'a pas l'habitude de fréquenter les prostituées. Mais entre eux, la relation n'a rien de charnel : en partageant leurs solitudes, François et Emma deviennent amis. C'est ainsi que François découvre qu'Emma, avant d'être prostituée, a été championne de natation ! Lorsque La Succulente disparaît du jour au lendemain sans laisser d'adresse, François est sous le choc. Peut-être la maison de sa mystérieuse amie lui livrera-t-elle quelques nouveaux secrets.

  • De quel crime les jumeaux Karl et Thomas Zeller se sont-ils rendus coupables pour se trouver ainsi ligotés aux colonnes du lit où agonise le ganadero Felipe Diaz de Ouevedo ? Ce dernier a deux passions : sa fille, la bien-nommée Mitra, et son élevage de taureaux de combat, aux confins de l'Andalousie. A l'approche de la mort cependant, une nouvelle passion s'empare du vieux ganadero, sorte de folie inquisitrice qui le pousse à interroger le destin et à en torturer les artisans, Thomas, Karl, Vargas, Alvarez... Dès lors, et sans qu'il soit jamais directement décrit, le rituel tauromachique impose ses rythmes, ses valeurs, sa vigoureuse et tragique beauté, dans la chambre andalouse devenue arène où chacun torée ses propres monstres. Passes de la séduction et de l'affrontement, travail autour de leurre et châtiment s'enchaînent et conduisent à une dramatique mise à mort.

  • Solitudes

    Anne Bragance

    Une femme regarde un homme qui regarde la télévision.
    Il s'appelle Grégoire et passe ses journées, de l'autre côté de la rue, à s'empiffrer, assis dans un fauteuil face à ses écrans. Elle s'appelle Pénèle et, parce qu'elle est seule, parce qu'elle s'ennuie, elle observe son étrange voisin avec une curiosité qui bientôt devient intérêt obsédant. Dès lors qu'elle fait de Grégoire le centre de sa vie, Pénèle l'espionne du matin au soir et se donne pour mission d'assurer le salut de cet homme prisonnier de sa geôle d'images et enkysté dans ses rituels solitaires.
    Emportée par sa passion naïve, elle va concevoir un projet merveilleux afin d'atteindre son objectif. Mais chacun sait que le Mal s'amuse parfois à travailler dans le camp du Bien.

  • Anne Bragance Une affection longue durée Autrefois, chaque soir, après que les enfants étaient couchés, ils se retrouvaient avec bonheur dans le salon. Tandis qu'à demi allongé sur le canapé, il feuilletait quelque revue professionnelle ou regardait une émission de télévision, Béatrice corrigeait ses copies puis elle se dressait soudain, abandonnait son travail pour venir se blottir contre lui. Elle restait là le temps de quelques chatteries puis retournait à ses corrections mais elle relevait souvent la tête pour lui sourire ou lui adresser un mot gentil. Les sourires et les mots se sont raréfiés peu à peu, ont fini par s'absenter.

    Le jour où Florent abandonne sa femme Béatrice et ses trois enfants, l'avenir de cette famille heureuse bascule : la mère est hospitalisée, les enfants livrés à eux-mêmes. L'aînée, Sophie, en pleine crise d'adolescence, maîtrise mal sa colère. Sa soeur cadette Sabine prend l'organisation de la maison en main. Il faut surtout veiller à préserver Sylvain, leur petit frère de sept ans, qui pleure toutes les nuits en cachette. Bien décidée à retrouver le bonheur d'antan, Sabine se met en ordre de bataille : la voisine, le médecin, tous auront leur rôle à jouer. S'il le faut, elle ira même rencontrer la rivale qui les a privés de leur père ! Les embûches ne manquent pas...
    Avec cette histoire poignante d'une famille à la dérive, Anne Bragance nous offre un roman tendre et émouvant où chaque personnage est criant de sincérité.

    Anne Bragance a écrit des essais, des nouvelles et une trentaine de romans dont Anibal, La reine nue, Passe un ange noir et Une succulente au fond de l'impasse.

empty