Catherine Grandjean

  • The Koina of Southern Greece : historical and numismatic studies in ancient greek federalism Nouv.

    Les contributions réunies ici portent sur l'histoire monétaire du Péloponnèse et de la Grèce centrale et sur des aspects de l'histoire des Etats fédéraux et des cités que le témoignage des monnaies et/ou d'autres sources permet d'éclairer. Ce volume donne aussi les résultats du projet de recherche franco-allemand ANR-16-FRAL-0002 KOINON (2017-2020) sur l'histoire des koina étolien, arcadien et achaien (époques classique et hellénistique) par la monnaie.
    The contributions presented here relate as much to the monetary history of the Peloponnese and Central Greece, as to aspects of history relating to the Greek federal states on which the testimony of coinage and / or other sources already sheds light. This volume also provides the results of the ANR-16-FRAL-0002 KOINON project (2017- 2020), which deals with the history of the Aitolian, Arcadian and Achaian Classical and Hellenistic koina, reconsidered according to the contribution of numismatics.

  • Ce livre portera sur l'histoire de la Messénie depuis la création d'un État indépendant de Sparte en 370/369 jusqu'à l'époque impériale. Cette période a jadis été étudiée en partie par Carl Roebuck, mais l'apport des prospections américaines et des fouilles très fécondes de la Société archéologique d'Athènes à Messène-Mavromati invitait à reprendre ce dossier. Le livre comprend un corpus des monnaies messéniennes, qui n'avait pas encore été dressé. Leur témoignage est confronté à celui des autres sources (surtout épigraphiques) : la monnaie, produite depuis les années 360 jusqu'aux Sévères, est une source essentielle de l'histoire régionale, tant pour ses débuts (la constitution de l'identité messénienne, avec l'élaboration du « mirage messénien ») que pour l'époque hellénistique (les rapports avec le koinon achaien et l'histoire de la région après 146). La Messénie, avec sa découverte concomitante de la vie civique et de la monnaie à une époque tardive, est un cas d'école pour étudier le rôle de la monnaie dans un État grec et son évolution, marquée ici par une monétarisation croissante des échanges liée aux transformations du Péloponnèse unifié par le koinon achaien. L'accent est mis sur la question de la nature de l'État messénien, sur son peuplement et sur le vif débat sur sa légitimité auquel participèrent notamment Isocrate et Platon : un État créé par Thèbes dont les citoyens étaient en majorité d'anciens Hilotes ne pouvaient s'imposer d'emblée en Grèce ancienne. Il le fit pourtant, malgré l'opposition inlassable des Spartiates.

  • Cette remarquable synthèse présente la période hellénistique de la Grèce, soit du IVe au Ier siècle av. J.-C. : débutant avec l'expansion considérable du monde grec lors de la conquête de l'Empire perse par Alexandre le Grand  ses frontières s'étendent désormais jusqu'à l'Égypte et aux contreforts de l'Himalaya  , elle s'achève lorsque Rome s'empare de l'Orient méditerranéen.
    L'ouvrage éclaire cette époque capitale, charnière entre l'histoire grecque et l'histoire romaine et pourtant longtemps considérée comme une période de « déclin » après la période classique. En s'appuyant sur l'historiographie récente, mais également sur l'archéologie et sur l'étude des transferts culturels, il met l'accent sur la créativité et la vitalité des habitants du monde hellénistique, qu'ils soient grecs, juifs, égyptiens ou orientaux.
    /> Il restitue en outre les débats de l'époque, qui trouvent encore aujourd'hui un écho fort, comme la question des identités politiques et culturelles ou la réflexion sur la notion de « déclin ».
    Cartes, iconographie et citations aident à faire revivre ces quatre siècles majeurs dans l'histoire du monde.
     

  • Outil politique, les banquets des mondes proche-orientaux, grecs, celtes, étrusques et romains assoient les légitimités et fédèrent les sujets, les amis et les alliés. Ce livre en étudie des aspects particuliers tels que la réalité d'une commissatio romaine spécifique, le jugement porté sur l'ivresse ou encore l'imaginaire du banquet romain. Manières de table et figures de la commensalité, choix des mets et cadre des festins, tryphè royale et circulation des surplus sont présentés dans un dialogue entre les espaces culturels, en soulignant les héritages et les ruptures.

  • La monarchie perse, la tyrannie grecque, les monarchies hellénistiques sont toujours présentées par Athénée dans le contexte des banquets. Mais les thèmes qui se dégagent de ces récits - luxe ostentatoire, pratiques du don, relations entre convives, respect ou non respect des normes et des traditions - permettent d'aborder de manière bien plus large l'institution royale et ses représentations à travers l'histoire grecque. S'inviter à la table des rois avec Athénée devient ainsi le moyen d'esquisser une histoire des conceptions grecques sur la monarchie, tout comme d'éclairer des moments précis de l'histoire des monarchies.

empty