Dominique Duprey

  • Ce livre est un clin d'oeil espiègle, sérieux et plein d'humour, destiné à tous. Qui n'a pas été secoué par une épreuve ? Y aurait-il un langage secret à découvrir, au-delà des obstacles ? Ce dictionnaire peut se lire « au hasard », par petites touches, tout simplement parce que nous avons tous en nous une "zone d'ombre", ces choses non résolues et qui nous gênent plus ou moins... Est-ce pour autant qu'il faut « aller en thérapie » ou y envoyer, si tant est que c'est possible et souhaitable, un de ses proches ? Autour d'anecdotes pétillantes, profondes et touchantes, parfois drôles mais toujours profondément humaines, ces pages démystifient complètement ce qu'est ou peut devenir une thérapie. Pied de nez aux idées reçues, il parle avec le coeur de cette aventure profonde, parfois tempétueuse, mais avant tout jubilatoire. Ainsi Pluie d'étoile a été imaginé pour étonner, surprendre, interroger, taquiner... : ceux qui, bien entendu, suivent une thérapie ; ceux qui n'osent pas en entreprendre une ; ceux qui n'y connaissent rien et aimeraient néanmoins en savoir davantage ; ceux que la thérapie effraient par avance ; ceux qui estiment que « c'est pour les fous » ; ceux qui se pensent « nuls de chez nuls », et enfin, ceux qui fuient les écrits trop théoriques. Vous réconcilier avec les psy, voire et surtout avec vous-même, qui sait, c'est l'enjeu fantastique de ce livre qui ne remplacera sûrement pas un petit ou grand détour chez votre psy préféré, si besoin est !...

  • L'enfant miroirs

    Dominique Duprey

    • Gunten
    • 6 Juin 2008

    Dominique Duprey est né à Rouen en 1950. Il est père de deux enfants. Poète, romancier, pianiste... et psychothérapeute. Professionnel non académique, formé à plusieurs démarches qui réveillent et libèrent l'énergie profonde de l'être humain, il explore le vécu à travers le souffle, le son, le rêve, la psycho-généalogie, la mémoire des cellules du corps et de l'âme. Il aime libérer ce qui ne demande qu'à éclore au plus profond de nous. Dans cet ouvrage, il raconte la vie de Gabriel, enfant puis adulte, sur un chemin chaotique entre névrose d'une mère et viol. La mort de celle-ci au début du roman met au monde l'adulte. Dominique emboîte le pas de ce personnage dans lequel il se fond avec la sincérité et la pudeur de l'auteur qui assume faisant courir toutes les phrases à un « lac d'amour ». La plume de l'auteur suit le trajet du bout de la ferveur qui avec l'espoir sont les notes dominantes de ces morceaux de vie : Adagio, fugato, affetuoso, maestoso, autant de farandoles aux accords massifs et puissants. « C'est pareil, finalement, les mots de l'amour. Cela s'accueille comme un bouquet de roses. Doucement parfumées. Dors maintenant, mon petit. Il ferma alors les yeux et laissa venir les larmes. Elles creusèrent une petite rigole se frayant un chemin délicat sur cette main vieillotte qui ne parlait plus. »

  • Jano est déçu : il vient juste de se faire opérer des végétations, c'est l'heure des câlins et des cadeaux, et qu'est-ce qu'il trouve au bout de son lit ? Une peluche ! Un gros rat gris en poils synthétiques ! Comme si c'était de son âge. Lui, il aurait rêvé d'un portable, par exemple. Ou n'importe quoi, mais pas un malheureux doudou, pas une peluche en kilt écossais ! Tant pis, Jano va essayer de l'abandonner discrètement dans sa chambre d'hôpital. Mais... il rêve ou quoi ? On dirait que le rat lui sourit. Sans doute un effet de l'anesthésie.

empty