Jean-Yves Tournié

  • Ce roman se déroule en Occitanie (Toulouse, Ariège Saint-Bertrand-de-Comminges et Catalogne) et en Andorre. Il met en scène les policiers du SRPJ de la Ville rose aux prises avec une enquête peu commune : l'assassinat du prêtre de Lavelanet, ainsi que d'autres décès de prêtres. Derrière ses assassinats se cache une sombre histoire de « pensions » allouées à quelques prêtres, tous d'origine espagnole, le plus souvent fils et petits-fils de réfugiés républicains exerçant leur sacerdoce en Pays d'Olmes et un trafic de lingots d'or. D'où proviennent ces lingots ? Il faudra bien des investigations et la confession d'une petite fille d'un ancien commandant de l'armée républicaine, pour que les policiers découvrent que ce dépôt n'est autre qu'un trésor de guerre réuni par l'Église espagnole afin d'aider l'armée franquiste. Dès lors tout le puzzle va se mettre en place et l'énigme du « secret des prêtres du pays d'Olmes » sera résolue.
    Avec un dénouement inattendu : un couple, un moine défroqué et sa compagne, a finalement réussi à se jouer de tous les pièges et de la police, pour s'accaparer le principal magot.

  • L'occitanie au coeur

    Jean-Yves Tournié

    • T.d.o
    • 1 Octobre 2018

    Alors qu'il s'est installé à Paris, François, fils de paysan, destiné à reprendre la propriété agricole familiale dans la campagne occitane, voit son avenir bouleversé par sa rencontre avec Laure. Rédactrice en chef dans un grand hebdomadaire, cette dernière a un carnet d'adresses bien rempli et l'aide à percer dans une grande agence de publicité de la capitale.
    Au coeur des évènements de mai 1968, le jeune homme est tiraillé entre ses racines et sa nouvelle vie parisienne. Et comment ses parents réagiront-ils à l'exode citadin de leur fils ? Aura-t-il le courage de mettre de côté La Brougue, la propriété familiale héritée de génération en génération ?

  • Loggia secretum

    Jean-Yves Tournié

    • Janus
    • 1 Octobre 2009

    Qui veut s'emparer à tout prix des parchemins trouvés dans les années 30, à Montségur ? Jean des Sauzils, Très Respectable d'une loge secrète s'interroge sur l'assassinat d'un frère de la loge monté à Paris pour faire analyser l'Oracle kabbalistique et des parchemins datant du XIIIe siècle.

    L'enquête des treize membres de la Loggia Secretum, qui ne laisse pas indifférents les services secrets français et israéliens, les conduira à s'intéresser aux manuscrits de Qumrân et de Nag-Hammadi, à la destruction du Temple de Salomon, aux Wisigoths, aux Cathares, aux Templiers et aux « Assassins » du « Vieux de la Montagne ». Elle les mettra sur la piste de « La Sapinière », les services secrets du Vatican. On les retrouvera à Paris, Rome, Marseille, au monastère Sainte-Catherine du mont Sinaï, ou aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Mais aussi sur les traces de l'énigmatique abbé Saunière et du « trésor » de Rennes-le-Château. Et c'est dans cette Haute-Vallée de l'Aude que va être retrouvée la preuve du mariage de Jésus et Marie-Madeleine dont les descendants auraient donné naissance aux « rois juifs de Narbonne » et que l'église de Rome veut occulter à tout prix.

    Mais ce que les francs-maçons ignorent, c'est qu'ils viennent de mettre le doigt sur l'un des plus grands scandales politico-financiers de ce début de XXIe siècle.

  • Sans concession, parfois iconoclaste, Jean-Yves Tournié dresse un portrait souvent sévère du monde maçonnique, cachant un indéfectible attachement à l'Art Royal. Il scrute d'un regard de spécialiste les origines de la franc-maçonnerie, mais plus encore ce qu'elle est devenue en ce début de XXIème siècle. Tentant de démythifier les a priori du monde « profane », il dévoile, dans son préambule, sa puissance toute relative. Divisée par la concurrence des obédiences, elle s'est souvent éloignée de ses fondamentaux. L'auteur explique les sources d'une maçonnerie qui n'est pas née en 1717, comme trop souvent rabâché, mais bien avant, avec les constructeurs de cathédrales, par exemple. Il apporte des précisions essentielles sur certains sujets divisant les historiens. Il s'appuie, pour ce faire, sur des documents rares, parfois inédits. Il peut s'agir de rituels manuscrits ou autres travaux, souvent hors commerce, aussi bien anglais que français ou irlandais. N'appartenant à aucune chapelle, c'est en homme libre qu'il s'est attaché à revisiter l'histoire maçonnique. Avec modestie, sachant bien qu'aucune vérité n'est intangible, Jean-Yves Tournié nous livre un travail précis et honnête, apportant au débat une vision à l'opposé de la pensée unique et d'un manichéisme de salon.

empty