Laurent Quintreau

  • Être pris d'un fou rire au mauvais moment, oublier son enfant quelque part, laisser partir une gifle, se réveiller en sursaut d'un cauchemar, gagner contre toute attente... Qui n'a jamais fait l'expérience de ces instants où un événement imprévu nous fait perdre le contrôle de nous-mêmes, de ces petites secondes où la terreur, l'euphorie ou la sidération font s'écrouler le monde autour de nous ? Heureusement, quand on aura greffé à tout le monde un cerveau sur mesure, implacablement calibré, cela n'arrivera plus. Finies les surcharges cognitives, terminée la dictature des hormones, oublié le règne de l'imprévisible...

  • Marge brute

    Laurent Quintreau

    • 10/18
    • 7 Mai 2008

    Et si l'enfer n'était plus dans l'au-delà mais dans l'état-major d'une multinationale ? Onze cadres prennent la parole autour d'une table lors d'un sacro-saint comité de direction. Il y est question de dividendes, de restructuration et de licenciements. Mais aussi de l'intimité la plus triviale, des désirs les plus inavouables. Entre le quotidien minuté de la mère de famille et le cynisme dépravé du jeune branché, entre le désespoir glacé de la directrice du personnel, la perversion froide de la femme de pouvoir et les fantasmes libidineux du bellâtre bureaucrate, un seul point commun : chacun, du fond de sa frustration, est en guerre contre tous les autres. Au centre de cette Divine Comédie, tel une sorte de Lucifer boursier, trône Rorty, le président, " nettoyeur aux mains propres, serial-killer au regard d'azur ".

  • Comment travaillons-nous ? Le travail est toujours une affaire intime, dont Laurent Quintreau, écrivain et dirigeant syndical, connaît de près l'impact sur nos corps, nos esprits, nos moi. Il réunit ici les histoires auxquelles il est confronté depuis des années sous forme de récits vifs, enlevés, dans une sorte de conte philosophique dont chaque personnage, bien que réel, représenterait une des lignes de fracture des mutations en cours.
    À mi-chemin de l'enquête de terrain et de l'essai, Le Moi au pays du travail dresse un tableau saisissant de l'affrontement entre l'infini du désir et le principe de réalité, entre chacun de nous et une société qui ne cesse de se redéfinir et nous entraîne tous, que nous le voulions ou non, vers l'inconnu.

  • Un lama tibétain vivant ses dernières heures sur la terre ; un jeune homme payé pour décrire la place Saint-Sulpice en prenant des substances hallucinogènes ; un publicitaire volage fauché par une voiture alors qu'il vient d'emporter le budget d'un antidépresseur miracle ; son épouse qui reprend goût à la vie alors qu'il s'enfonce dans le coma...
    Autant de personnages dont les destins croisés forment la trame de cette irrésistible comédie contemporaine. La sagesse tibétaine est-elle à la portée des cadres supérieurs ? Est-il normal de devenir son propre chien vingt-quatre heures d'affilée ? Y a-t-il une vie avant, après ou même pendant la mort ? Quelque part entre l'Himalaya et le Quartier latin, en passant par des zones centrales de notre cerveau soudain revisitées, Mandalas apporte à toutes ces questions des réponses surprenantes.

  • En trente-sept jours et trente-trois chapitres, une mouche traverse les différents états moléculaires du genre humain, de la naissance à la mort. Dans ses pérégrinations qui dessinent autant de nombres premiers, sa trajectoire s'entrecroisera avec celle d'un étudiant schizophrène et sa famille, d'une boxeuse à la recherche de l'amour, d'une actrice sur le retour, et toute une galerie de personnages qui nous plongerons dans les constituants les plus élémentaires de la matière et de nos vies. Autant d'univers qui se sédimentent, s'entrechoquent, se fissurent et dont les fils s'entrecroiseront jusqu'au drame final.

  • En trente-sept jours, trente-trois chapitres et en un chassé-croisé fascinant et ludique, une mouche traverse les différents états moléculaires du genre humain, de la naissance à la mort. Dans ses pérégrinations, sa trajectoire s'entrecroisera avec celle

empty