Marie-Hélène Labbé

  • Janvier 2020 : Qassem Soleimani tué par un drone américain, crise diplomatique entre les États-Unis et l'Irak, bombardements par l'Iran de bases irakiennes abritant des soldats américains... Jamais les suites de l'accord de Vienne de 2015 et leur remise en question par Donald Trump n'ont été autant d'actualité.
    La quête nucléaire de l'Iran, poursuivie depuis cinquante ans, a connu une route contrastée, alternant accélérations brusques et ralentissements parfois mystérieux. L'opacité du régime théocratique des mollahs ne facilite pas la compréhension des décisions prises en Iran ; en tout état de cause, le dernier mot revient au Guide suprême. Les réponses des États occidentaux sont ainsi le plus souvent décalées par rapport aux intentions iraniennes, offrant souvent des avantages ou faisant des concessions quand Téhéran durcit sa position et multipliant les sanctions sans que leur objectif soit toujours clair : changement de régime ou inflexion de la politique iranienne ? Toute négociation ne saurait oublier le glorieux passé de la Perse qui nourrit le nationalisme iranien, dont la recherche de la bombe est un élément fondamental.
    Spécialiste de la prolifération nucléaire, Marie-Hélène Labbé offre un éclairage sur une situation complexe et dangereuse.

  • Le nucléaire est une découverte scientifique qui a donné naissance à l'outil le plus redoutable que l'homme ait jamais conçu puisqu'il permet la destruction de son espèce.
    Cette arme terrifiante a été expérimentée deux fois dans son histoire, au Japon en 1945, mais plus jamais depuis 80 ans car les pays qui la possèdent ont développé une doctrine tendant à s'interdire mutuellement d'y avoir recours. Au rassurant statu quo du nucléaire militaire, s'est opposé avec violence, en 1988, le désastre de Tchernobyl, semant brutalement la dévastation, la maladie, la mort. Renversement complet des situations où le nucléaire militaire protège, et le nucléaire civil menace.
    Où en sommes-nous aujourd'hui ? On assiste à une explosion de la demande de nucléaire, civil pour répondre à la crise pétrolière, militaire pour sanctuariser son territoire. La politique de l'Iran comme celle de la Corée du Nord s'inscrivent dans cette logique. La période actuelle se caractérise également par la montée des périls : vétusté des réacteurs notamment dans l'ouest de l'Europe, problèmes environnementaux posés par l'enfouissement des déchets, risques de prolifération en chaîne.
    Le pire est-il sûr ? Non, mais le nombre des Tchernobyls en puissance augmente et la probabilité d'une guerre nucléaire ou d'un 11 septembre nucléaire s'élève. Cet ouvrage, écrit par l'une des meilleures spécialistes de la question, dresse un état des lieux impressionnant et alarmant. Le retour du nucléaire s'accompagne du retour des périls nucléaires. Il représente un enjeu considérable pour l'avenir de l'humanité.

  • Le nucléaire a un passé. Militaire et scientifique, civil et énergétique, il a marqué de son sceau la seconde partie du XXe siècle. Pour la France, il est le plus formidable outil d indépendance que des dirigeants puissent imaginer. A-t-il pour autant un avenir ? Les peuples, les élites et les scientifiques eux-mêmes en doutent, à la mesure d une maîtrise de moins en moins assurée. Le nucléaire devait être la dernière des armes. Celle qui mettrait fin à la guerre. Sorti d un équilibre assuré par les menaces de destructions alternées aux mains de quelques-uns, le monde doute d une arme qui n est ni définitive, ni absolue. Le nucléaire devait être sûr et rentable. L actualité permet d en douter et la prolifération nucléaire à usage civil ou militaire échappe très souvent aux autorités de contrôle, sans parler des risques sous-évalués (comme l a montré Fukushima). Sa technologie est coûteuse. Paradoxe : il représente la variable d ajustement dans un climat de dépression économique et de disette budgétaire, avec comme conséquence l abandon d une culture de haute sécurité et un risque élevé d accidents. Le nucléaire devait être réversible. Ce n est pas possible : si l Allemagne sort du nucléaire, elle continue à en faire commerce. Mais la question est posée, déjà résolue pour certains qui ne veulent pas croire à la nouvelle génération de centrales et préfèrent choisir des énergies renouvelables qui supposent un nouveau pari sur l avenir. Le nucléaire était une solution. Il devient un problème. Ce livre n est ni un plaidoyer de plus, ni le roman noir de l atome. Il énonce des faits, pose des questions, ouvre un débat : de ceux qu il faut saisir avant qu ils ne nous saisissent.

  • Rayon de vie, rayon de mort : l'opinion publique a toujours entretenu avec l'atome des relations complexes faites de fascination et de répulsion.
    Peut-on toutefois, sans abus de langage, parler de " grande peur " du nucléaire ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut différencier la peur de l'arme de celle de l'énergie nucléaire. Il faut aussi distinguer les " peurs citoyennes " et les " peurs d'experts ". Ces distinctions ne se recoupent pas nécessairement. L'analyse des traumatismes fondateurs, Hiroshima, " soleil de mort ", et Tchernobyl, " nuage de l'Apocalypse ", permet de mieux apprécier la profondeur de ces peurs nucléaires.
    Le secret qui a légitimement présidé à la naissance du nucléaire pendant la guerre perdure : aujourd'hui, c'est l'opacité qui entretient la peur. Seul un débat démocratique sur l'avenir du nucléaire tant civil que militaire, indispensable au moment où des pays comme l'Allemagne décident de " sortir du nucléaire ", permettrait, en jugulant des peurs parfois peu fondées, d'obtenir le soutien de l'opinion pour des choix d'une portée décisive.
    Pareilles décisions ne peuvent être laissées aux seuls experts. La politique est ici une exigence et un devoir.

  • Nous sommes entrés dans le monde du risque.
    Ce risque qui n'est ni le danger - palpable dam son immédiateté - ni la menace - perceptible par sa présence. Convergence et manifestation du risque technologique moderne, le risque nucléaire provoque un questionnement permanent, qui accompagne l'ensemble de la chaîne scientifique et technique de cette matière pas comme les autres. Ni le politique ni le citoyen ne peuvent se permettre d'éluder la question.
    C'est à cette interrogation que ce livre entend apporter des réponses : le risque nucléaire, dans ses différentes composantes - militaire, civile et terroriste -, désormais planétarisé, s'est-il aggravé ? Les politiques de prévention ou de précaution mises en oeuvre sont-elles adéquates, dans leur contenu comme dans leur formulation ? Le risque du terrorisme nucléaire sera le test. À la frontière du risque nucléaire militaire et du risque nucléaire civil, il pourrait contribuer à accroître le risque nucléaire global.
    Faute d'une politique de prévention, il pourrait entraîner dans un refus brutal le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Ils seraient alors, tous deux, perçus comme des risques mortels.

  • Le nucléaire est une découverte, un outil, une arme. Une découverte scientifique qui donne
    naissance à l'outil le plus redoutable que l'homme ait jamais conçu puisqu'il permet la destruction
    de son espèce. Cette arme terrifiante a été expérimentée deux fois dans son histoire, au Japon en
    1945, mais plus jamais depuis soixante ans car les pays qui s'en sont doté ont assorti cette
    acquisition d'une doctrine d'un nouveau genre, le non emploi.
    S'est ajoutée depuis une autre forme de nucléaire, prévue non pour détruire mais pour fournir de
    l'énergie. Au rassurant statu quo du nucléaire militaire, s'est opposé avec violence, en 1986, le
    désastre de Tchernobyl, semant brutalement la dévastation, la maladie, la mort. Renversement
    complet des situations : c'est le nucléaire militaire qui protège, et le nucléaire civil qui menace.
    Où en sommes-nous aujourd'hui ? Alors que les mécanismes de contrôles internationaux sont
    devenus obsolètes et inopérants, tous les regards sont braqués sur l'Iran qui, sous couvert du
    développement de son programme civil, hâte à grands pas la fabrication de « sa » bombe. Celle-ci,
    une arme nucléaire détenue par un État si puissamment idéologue, ayant de surcroît appelé à la
    destruction d'Israël, a de quoi faire frémir... Et quid de la Corée du Nord ? Et la zone à haut risque
    que représentent l'Inde et le Pakistan, dont les ogives nucléaires sont braquées en permanence sur
    des millions d'habitants ? Quant au Dr. Khan, « père » de la bombe pakistanaise, à qui a-t-il vendu
    ses secrets ? En ces temps de fort activisme terroriste, aucune hypothèse n'est à exclure...
    Si l'on ajoute à ces risques le danger rémanent des centrales nucléaires vétustes dans plusieurs
    pays, ou encore la question très délicate du traitement des déchets, force est de constater que la
    question nucléaire affectera durablement l'écologie de notre planète.
    Cet ouvrage, écrit par l'une des meilleures spécialistes de la question en France, dresse un état des
    lieux impressionnant et alarmant. D'un côté, l'énergie nucléaire est indispensable pour le
    développement de nos sociétés ; de l'autre, le péril atomique n'est plus à sous-estimer. Le
    nucléaire est désormais lié au destin de l'homme. Pour le meilleur comme pour le pire...

  • L'atome, l'énergie nucléaire.
    Rarement découverte aura soulevé autant d'espoir et de craintes. Espoir de pouvoir disposer d'une source d'énergie inépuisable, craintes suscitées par les risques liés à son exploitation et par les applications militaires qui peuvent en découler, et qui ont été révélées par les bombes d'Hiroshima et de Nagasaki. Source d'énergie parmi d'autres, le nucléaire n'est pas une source d'énergie comme les autres : son exploitation ne laisse aucune place à l'erreur.
    Considéré un temps par les pays industrialisés comme la seule réponse à leur situation de dépendance énergétique, le nucléaire s'est néanmoins heurté à une opposition grandissante de la part des opinions publiques dont certaines ont obligé leurs gouvernements à stopper son utilisation ou à remettre en cause l'extension du parc nucléaire existant. Pourtant c'est au nom de l'écologie qu'aujourd'hui certains avancent des arguments pour sa défense - le nucléaire ne serait-il pas une alternative aux émissions de gaz à effet de serre ? Quel avenir pour le nucléaire ? Comment apprécier ses avantages et ses inconvénients ? C'est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage en dressant un état des lieux de l'énergie nucléaire dans le monde, en analysant son positionnement face aux défis économiques et environnementaux du XXIe siècle et en décrivant les risques qui lui sont spécifiques (gestion des déchets, radioactivité, sécurité des installations, danger de détournement de technologies civiles à des fins militaires).
    Des réponses et des explications apportées à des citoyens qui revendiquent débat démocratique et transparence dépendra en grande partie le futur du nucléaire.

empty