Montal

  • « Notre triomphe, ce sera l'oubli de nos efforts et de nos combats. » La nuit du 5-7 Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1970, en Isère, 146 jeunes gens meurent brûlés vifs dans l'incendie du 5-7, un dancing où ils assistaient à un concert de rock. Tous, ou presque, avaient moins de vingt-cinq ans. Le groupe, sur scène, aura joué jusqu'au dernier instant - on découvrira les corps des musiciens au petit matin dans les décombres, figés sur leurs instruments. Ce drame connaît un retentissement mondial jusqu'à ce que la mort du général de Gaulle, huit jours plus tard, éteigne définitivement les cendres de l'incendie. Michel Mancielli, un jeune musicien qui devait se trouver au 5-7 ce soir-là, a réchappé de justesse à la catastrophe. Mais comment continuer à vivre avec la culpabilité lancinante du rescapé et les ombres des disparus ? Et puis il y a ce désir de justice, ou de vengeance, qui le prend aux tripes. D'autant qu'un peu partout dans le pays court cette rumeur selon laquelle le SAC, bras armé du gaullisme, serait impliqué dans l'incendie de discothèques ; la jeunesse et le rock se trouveraient dans le viseur du pouvoir. À partir d'un fait divers parmi les plus dramatiques de l'histoire récente, Jean-Pierre Montai imagine un roman tour à tour nerveux et mélancolique pour raconter cette France de l'après-1968 qui a vu se consumer, dans un même brasier, sa jeunesse et ses rêves de révolution.

  • Brefs est un guide de lecture unique en son genre. Ses auteurs, Jean-Pierre Montal et Jean-Christophe Napias, y présentent 100 oeuvres de fiction, du monde entier et de toutes les époques, dont la particularité d'être courtes (moins de 150 pages), disponibles au format poche et de mériter, chacune à sa façon, le label « chef- d'oeuvre ».
    Dans cette sélection cohabitent nouvelles, novellas et romans courts, des auteurs connus et moins connus, voire très peu connus, des oeuvres grand public et d'autres plus difficiles d'accès... Un ensemble stimu- lant, riche en découvertes et en surprises.

  • 'Cet ouvrage est composé de 15 témoignages de parents de malades et de patients souffrants ou ayant souffert, de TCA (troubles des conduites alimentaires). Il est complété par 12 notices techniques qui présentent le travail de professionnels spécialisés (médecins, psychiatres, psychologues, nutritionnistes, diététiciens et chercheurs).
    Il offre ainsi un regard très large sur cette maladie et une aide précieuse pour tous ceux qui y sont confrontés.
    Il s'adresse particulièrement aux:
    Parents et grands-parents, frères, soeurs, famille proche, Professionnels de santé, Enseignants, entraîneurs sportifs, directeurs d'école, ...et éventuellement à ceux qui souffrent de cette maladie.

  • Les années Foch

    Jean-Pierre Montal

    • Motifs
    • 10 Octobre 2018

    1995. Pierre, 20 ans, débarque à Paris pour retrouver la trace d'Anne, son amie d'enfance disparue. Ses recherches le mènent avenue Foch. Il découvre l'envers nocturne de cette luxueuse adresse ; des prostituées au club des gardiens d'ambassades et même Gérard de Villiers ou le musicien Prince... Tous se croisent dans cet univers parallèle fait de contre-allées, de recoins sombres et de secrets. Un drame lui permettra de découvrir la vérité sur son amie et de comprendre son parcours, celui d'une enfant perdue des années 1990, comme lui.
    Jean-Pierre Montal est écrivain et éditeur. Son dernier roman, Les leçons du vertige (2017), est paru aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

  • Les proses de Papillon de Dinard frappent par la variété de leur inspiration : on y trouve successivement des évocations de l'enfance et de l'adolescence au soleil ligure, des chroniques florentines, des portraits de femmes ainsi que les pages d'un carnet de voyage comme arrachées à un bottin mondain.
    Et pourtant, au fil de cette cinquantaine de récits, on entend monter la voix du poète, de plus en plus intime, de plus en plus étrange, de plus en plus énigmatique. On ne met pas longtemps à se convaincre que l'un des plus grands poètes du siècle (prix Nobel en 1975) fut un prosateur hors pair et parfaitement singulier. L'écriture épouse la circonstance comme le poème les " occasions " : parfois elle concentre tout dans une pure potentialité qui intrigue, parfois elle a la netteté du symbole.
    On ferait volontiers de ces petits poèmes en prose un " spleen d'Italie " s'ils n'étaient aussi traversés par l'humour, par la drôlerie et le gag - on découvrira notamment comment un couple lutte contre une chauve-souris ou comment une comparaison malheureuse rend difficile une soirée en gondole. Enfin il y a ici tant d'animaux, du gros rat à la soubuse, de la limace à l'okapi, qu'il n'est pas faux de lire cette étrange phénoménologie de la mémoire comme un zodiaque que dominerait un étrange effet papillon.

  • Dédié à la poétesse Annalisa Cima avec qui Montale s'entretint de 1968 à 1979, ce testament poétique, longtemps tenu secret, se révèle à la fois familier et surprenant.
    Car, anti-poète en son grand âge, l'auteur de ces quatre-vingts textes, ému et flatté par une présence féminine jeune et attentive, retrouve parfois les cordes les plus hautes de son inspiration première, nous livrant un jeu raffiné qui renferme, face à la mort inéluctable, ses intentions les plus secrètes, ses motifs les plus vrais, servis par une virtuosité au timbre inimitable.

  • En france

    Montale/Eugenio

    A travers les vingt chroniques de ce recueil, eugenio montale (1896-1981), prix nobel de littérature en 1975, dresse un panorama très personnel de la france visitée entre 1950 et 1962.
    Nourri de culture française, son regard pénétrant capte paysages, hommes, décors, vie artistique et littéraire, saisissant notre " exception culturelle " en des récits documentés, émaillés de rencontres et pimentés de remarques pince-sans-rire, qui depuis en demi-siècle n'ont pas pris une ride.

  • Trois hommes marchent en montagne sous le soleil aigu de l'Ariège. Trois Stéphanois liés par le sang, séparés par une foule de non-dits et les méandres d'une histoire collective inexorable : Claude, 70 ans, ancien transporteur, enfant des Trente glorieuses, qui a prospéré à la force du poignet. Pierre son fils aîné de 46 ans : divorcé, père de deux filles, sur le point de signer un premier roman à son nom- La particule du prolétaire- et d'en finir avec la profession ingrate de nègre, chasse gardée des personnalités médiatiques mais aussi des gourous infâmes du développement personnel et des imposteurs de la même eau. Charles, son frère de 9 ans plus jeune, informaticien au parcours professionnel chaotique, ancien militant socialiste ayant peu à peu perdu toute boussole politique face au cynisme des partis et aux discours contradictoires des élus. Arrivé au refuge, Claude s'ouvre soudain à ses fils de son désir se revoir sa soeur Gilberte avec laquelle il est brouillé depuis de longues années. Pierre quitte Paris pour mener l'enquête à St Étienne.
    Mais le face à face entre Gilberte, femme au caractère impossible, et Claude va raviver une vieille blessure et le souvenir de 4 semaines qui ont tout fait basculer il y a 30 ans : quand Claude, parti en voyage, avait alors confié Pierre alors âgé de 16 ans à son beau-frère Jean Ji, comptable au sein de sa PME.
    Charismatique, un brin mégalo, alcoolique et profondément attachant, Jean-Ji s'efforce de faire l'éducation de Pierre et de son ami Matthieu et s'attire très vite leur admiration. Grâce à lui, les deux ados goûtent aux nuits folles du Vertige la boîte de nuit qui rassemble les derniers talents secrets et autodidactes de St Étienne. Jean-Ji, pris au jeu, poussera même l'audace jusqu'à inviter Leïtmotiv, le groupe fétiche de pop rock des deux amis, en concert à St Etienne. Mais le retour de Claude sonne la fin du rêve. Les masques tombent. Pierre ne reverra jamais Jean-Ji. Gilberte, de son côté, décide d'en divorcer. Mais de quelle faute Jean-Ji s'est-il exactement rendu coupable ? Celle d'avoir révélé au jeune Pierre la « nuit » d'un monde, la nuit des fêtards bien sûr mais aussi celle d'un St Etienne déjà « fini », mis hors-jeu? Etrangement, ce sera Charles, le cadet, qui, resté à la garde exclusive de Gilberte durant ces quatre semaines fatidiques, n'a pas connu Le Vertige, qui achèvera « l'oeuvre » de l'oncle indigne trente ans plus tard, peu après les retrouvailles ratées entre Claude et Gilberte. Car au rêve nostalgique de Jean- Ji succède la révolte grandissante de Charles, confronté chaque jour d'un peu plus près aux effets délétères des gigantesques mutations socio-économiques imposées par la globalisation. Jusqu'où ira Charles pour venger la fin d'un monde bafoué par les géants appelés Facebook, Google et consorts ? A quelle action irrémédiable se livrera-t-il pour conjurer la fin d'une société à taille humaine où l'individu disposait encore d'une marge de manoeuvre appréciable, d'une inspiration propre ? D'un avenir à la mesure de ses aspirations ?

  • Un homme se retrouve a` participer a` l'enregistrement d'une chanson caritative et en paiera le prix. Un autre refuse de re´ve´ler a` ses proches sa destination de vacances et perd ainsi leur confiance. Et que dire de cet e´crivain qui sombre apre`s avoir trouve´, chez un soldeur, son premier roman annote´ par un lecteur ?
    Avec Nous autres, Jean-Pierre Montal trace les contours d'une e´trange come´die humaine, saisie a` un instant pre´cis, quand la re´a- lite´ reprend brutalement ses droits face aux chime`res des hommes. Dans ces nouvelles, il reste fide`le a` ses the`mes de pre´dilection : la transmission et l'incompre´hension entre les ge´ne´rations, le sen- timent de flottement face a` la modernite´ de´chai^ne´e, les de´rives nocturnes... On entend dans Nous autres les e´chos de nouvellistes ame´ricains comme John Cheever, Delmore Schwartz ou Francis Scott Fitzgerald.

  • Eugenio Montale (1896-1981), prix Nobel de littérature en 1975, est surtout célèbre pour sa poésie.
    Les quinze récits présentés ici nous montrent un Montale observateur de son époque, avec une férocité tendre et une ironie corrosive. Mésaventures imaginées ou faits divers arrangés par l'écriture : la fantaisie de Montale remodèle le monde " où tout devient vulgaire à toute allure " et sa prose inventive relaie avec bonheur sa poésie.

  • En Barcelona se forjó el genio universal de Miró, Dalí, Gaudí y Picasso. Un atractivo recorrido por su geografía urbana, con los comentarios de artistas y visitantes célebres nos da la medida exacta de su cosmopolitismo. Prólogo de Manuel Vázquez Montalbán. Incluye desplegables con fotos panorámicas.

empty