Livres en VO

  • Le catalogue de l'exposition-manifeste conçue par Nicolas Bourriaud, qui prend pour point de départ l'intégration de la notion d'anthropocène dans la sphère artistique actuelle : l'ouvrage explore la production d'une nouvelle génération d'artistes qui travaille le réel et annule la division traditionnelle entre les notions de culture et nature. L'édition revient en détails sur les oeuvres exposées et propose un glossaire particulièrement éclairant.

    L'art des années 2010 semble avoir intégré la notion d'anthropocène, qui désigne une ère dominée par les activités humaines et leur impact sur la planète. Notre représentation du monde évolue ainsi vers une sorte de coprésence avec des sphères autrefois séparées dans la pensée occidentale : le minéral, l'animal, le végétal, la machine et l'humain, qui semblent échanger sans cesse leurs propriétés. Au sein de cette nouvelle promiscuité, la division traditionnelle en Occident entre nature et culture perd peu à peu toute pertinence.
    Crash Test est né de ce constat.
    Cette exposition rassemble une génération d'artistes qui travaillent le réel à son niveau moléculaire, en organisant des connections entre la réalité physique/chimique et les cultures humaines. Ils/Elles décrivent le monde actuel (ses sociétés, ses cultures...) à partir des matières (brutes ou synthétiques) qui le composent, et non plus à partir de données purement sociales, ni même humaines. Et à l'ensemble de ces règnes hétérogènes qui se rapprochent aujourd'hui, on pourrait ajouter l'image, devenue aujourd'hui une pellicule qui entoure notre univers - une atmosphère autonome, une couche de pollution.
    Les artistes réunis dans Crash Test travaillent donc à partir de la réalité matérielle, qu'il s'agisse de ses composantes basiques ou des alliages les plus contemporains : existe-t-il encore un matériau purement « naturel » ou purement « humain » ? Sans revendiquer la posture du scientifique, ces artistes se livrent à des investigations sur les particules qui composent l'univers physique, les composés chimiques, les alliages synthétiques. Certains privilégient la réduction ou la pulvérisation de la matière, avec des oeuvres qui analysent le monde physique dans lequel nous vivons, en le décomposant ; d'autres mettent en valeur les réactions et transformations chimiques, à travers des installations en forme de dispositifs expérimentaux, de la pulvérisation (réduction du visible à des éléments basiques) à la solution (dissolution d'éléments dans un solvant) en passant par le précipité (formation d'agrégats moléculaires).
    Au sujet de ces démarches radicalement nouvelles, on peut ainsi parler d'un type inédit de matérialisme - ou d'un réalisme analytique, qui prend acte de la fin de la division entre nature et culture sur laquelle se fonde la pensée occidentale, tout autant que de la subordination classique entre la matière et la forme, ici souvent confondues. Un matérialisme dont la question centrale serait : comment un état de la matière représente-t-il un moment de l'histoire ?
    Nicolas Bourriaud Avec Alisa Baremboym, Ivana Bašic, Bianca Bondi, Juliette Bonneviot, Jeanne Briand, Dora Budor, Johannes Büttner, Alice Channer, Caroline Corbasson, David Douard, Daiga Grantina, Roger Hiorns, Agnieszka Kurant, Sam Lewitt, Estrid Lutz & Emile Mold, Jared Madere, Enzo Mianes, Virginia Lee Montgomerry, Marlie Mul, Aude Pariset, Thiago Rocha Pitta, Pamela Rosenkranz, Thomas Teurlai, Artie Vierkant, Phillip Zach.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Panacée-MoCo, Montpellier, du 10 février au 6 mai 2018.

    Voir aussi Stream n°3 - Habiter l'Anthropocène ; T. J. Demos : Against the Anthropocene ; Soldes n°5.

  • Recueil de textes (illustré) de Nicolas Bourriaud sur l'oeuvre d'Erik Dietman, artiste suédois protéiforme, poétique et rabelaisien.

    Ce recueil de textes de Nicolas Bourriaud sur l'oeuvre d'Erik Dietman est publié à l'occasion de son exposition à La Panacée, « La Verticale (Millésimes 1962-2001) ». Couvrant toutes les périodes de son travail, elle s'articule autour de thèmes récurrents - le langage exploré dans sa richesse poétique, ses double-sens et ses apories ; la jouissance et la mort ; l'art comme dérive, refuge et commentaire sur la vie... Ces textes de circonstance, accompagnés d'un long entretien, témoignent d'une relation qui s'est nourrie, au fil du temps, de conversations et de regards bienveillants et actifs. Ils décrivent diverses facettes d'une oeuvre foisonnante. On y retrouvera les relations d'Erik Dietman, qui se définissait comme un « pilote d'essai », à la gastronomie, à la matière, à ses compagnons artistes, aux légendes nordiques et au jeu.
    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Panacée, Montpellier, du 13 octobre 2018 au 13 janvier 2019.

    Artiste pluridisciplinaire, Erik Dietman (1937-2002) s'est volontairement tenu en marge des mouvements artistiques de son époque avec lesquels il entretenait toutefois quelques affinités. Libre-penseur, c'est en artiste indépendant qu'il crée un corpus d'oeuvres personnelles, oscillant entre réalité et poésie. La critique qu'il dresse contre les avant-gardes se teinte d'un humour subtil. Les dessins, les assemblages, les sculptures, s'articulent comme des rébus donnant une existence matérielle au mot. Son vocabulaire plastique, allant de l'assemblage composite au bronze monumental, conjugue la narration à la figuration et s'oriente vers le champ de la contrepèterie visuelle. Son art s'est imposé naturellement comme l'une des contributions les plus originales de la sculpture du XXe siècle.

  • Catalogue de la première exposition monographique dans une institution publique d'Ambera Wellmann, présentant un ensemble d'une dizaine de tableaux récents, dont plusieurs réalisés pour l'occasion.

    Publié suite à l'exposition éponyme au MOCO Panacée, Montpellier, du 5 octobre 2019 au 5 janvier 2020.

  • Une anthologie transdisciplinaire interrogeant le cut-up en tant que méthode créative contemporaine et production culturelle globalisée.

    Cet ouvrage est le cinquième volume de la série « Sandberg », publiée avec le Sandberg Instituut, Amsterdam.

  • Anglais Michel Majerus

    Nicolas Bourriaud

    • Distanz
    • 1 Décembre 2011

    Artiste ayant réussi la synthèse entre pop-art, street-art et culture pop, ce luxembourgeois décédé en 2002 à l'âge de 35 ans connaît enfin la reconnaissance avec une exposition à Stuttgart qui passera l'été au CAPC de Bordeaux (31 mai - 23 septembre).

  • Première rétrospective en France.
    Ce catalogue accompagnera la première rétrospective de Subodh Gupta en France, prévue à la Monnaie de Paris en avril 2018. Pour cet événement, plusieurs pièces emblématiques de l'artiste, telles que Doot, Very Hungry God ou Faith Matters, seront rassemblées afin de retracer sa carrière depuis les origines de son travail dans les années 1990, jusqu'à ses dernières expérimentations laissant une large place à la vidéo. Ces oeuvres proviennent de collections publiques et privées, et une version de Specimen No. est spécialement conçue pour la Cour de la Monnaie de Paris.
    Caractérisé par l'utilisation d'objets trouvés et d'ustensiles issus de la vie quotidienne, le travail de Subodh Gupta touche à des thématiques universelles : opposition entre la vie rurale et la vie urbaine, entre le savoir-faire et l'industrialisation, la pièce unique et le produit de masse, la personnel et le monumental.
    Le catalogue proposera des essais de fond rédigés par des critiques d'art reconnus, spécialistes de l'oeuvre de Subodh Gupta, pour aider le lecteur à mieux appréhender le travail de cet artiste contemporain majeur, encore trop peu connu en France.

  • Catalogue consacré à une figure de l'art conceptuel européen, dont l'oeuvre procède d'une analyse critique du champ de l'art et des avant-gardes. L'ouvrage propose un panorama des travaux de l'artiste belge, des textes de Jean-Michel Botquin datés des années 1960-1980, ainsi que des contributions plus récentes de Nicolas Bourriaud, Denys Riout, Denis Gielen et Serge Bonati.

    En regroupant les textes écrits par Jean-Michel Botquin sur les oeuvres de Jacques Charlier des années 1960-1980, ce catalogue souhaite renouveler le regard sur la production de Jacques Charlier à cette époque, qui résume à lui seul un paysage artistique particulièrement fécond, dans lequel les avant-gardes ont diffusé un souffle de liberté activiste présent dans les rues, les galeries, et même les terrils belges. Des oeuvres plus récentes sont également présentées qui viennent appuyer le discours critique d'un artiste sans limite dans la variété de ses pratiques et la diversité de ses champs d'intervention, ce que souligne Denis Gielen dans son texte. Denys Riout et Nicolas Bourriaud ont quant à eux éclairé par leurs textes inédits l'ensemble d'une aventure artistique.

    Publié à l'occasion des expositions de Jacques Charlier « Une rétrospective » à la Panacée, Montpellier, du 14 octobre 2017 au 14 janvier 2018 ; « Peintures non identifiées » à la galerie Aperto, Montpellier, du 14 octobre au 4 novembre 2017, et « Peintures en tous genres » à la galerie Lara Vincy, Paris, du 17 novembre au 30 décembre 2017.

    Pionnier de l'art conceptuel européen, Jacques Charlier (né en 1939, à Liège, où il vit et travaille) propose une démarche sous-tendue par une analyse critique du monde l'art et des différents courants dits « avant-gardistes ». Privilégiant l'adéquation entre idée et médium, il choisit tour à tour la peinture, la photographie, la vidéo, la musique, l'écriture, la sculpture, l'installation, la BD ou la publicité. Il adopte avec aisance le langage des différents styles et époques pour mieux souligner et caricaturer les atouts, les contradictions et les régressions des courants artistiques dominants. Jacques Charlier participe à de nombreuses expositions internationales, individuelles ou collectives. Ses oeuvres se trouvent dans d'importantes collections privées et publiques en Belgique, en France et au Luxembourg.

  • Composed of around 250 works by leading artists such as Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Keith Haring, Martial Raysse, Gerhard Richter and Ed Ruscha, the Carmignac Collection is also an open dialogue with emerging art scenes and contemporary creation by artists like Zhang Huan and Korakrit Arunanondchai.

empty