Philippe Delaroche

  • Bien appréhender la technique d'assurance du risque d'entreprise Établissant un pont entre la théorie et la pratique, cet ouvrage est destiné aux professionnels désireux d'appréhender et d'optimiser la technique d'assurance du risque d'entreprise.

    La première partie aborde sous l'angle opérationnel du praticien de l'assurance, la méthodologie à mettre en oeuvre en matière de gestion des risques et d'analyse des vulnérabilités des entreprises. Ces vulnérabilités étant susceptibles de menacer directement ou indirectement le patrimoine des entreprises, conduisent logiquement à détailler l'ensemble des garanties délivrables au sein des contrats d'assurance tant du point de vue des dommages aux biens (incendie, bris de machine, pertes d'exploitation...) que des responsabilités.

    La seconde partie permet de comprendre les modalités tarifaires du Traité d'assurance incendie risques d'entreprises spécifique aux risques industriels, avant d'aborder celles relatives aux pertes d'exploitation et au bris de machine.

    Pour une approche concrète de la souscription, l'ouvrage analyse les différents modes rédactionnels des contrats d'assurance. Des exemples concrets de tarification et de rédaction de polices sont proposés à partir d'un rapport de visite de risque. D'autres caractéristiques techniques, propres à la profession de l'assurance, sont également développées : pleins et capacités de souscription, réassurance, nouvelle convention de déontologie de la coassurance 2016, assurance des établissements situés hors de France... tout comme les débats sur les pertes d'exploitation sans dommage engendrés par la crise sanitaire.

    Enfin, pierre angulaire de la prestation d'assurance, un chapitre spécifique est consacré aux aspects pratiques de la gestion des sinistres.

  • « Ma fille Inès a péri dans un incendie en plein Paris. Sept ans ont passé, soit le tiers de son existence. Il est temps pour moi de faire mémoire de la jeune fille qu'elle était, de l'éblouissante promesse qu'elle incarnait. De reprendre la conversation que sa mort n'a pas interrompue.
    S'il m'est odieux d'en être séparé depuis le 21 mars 2009, je ne l'ai pas perdue. Et c'est au bras d'Inès que je me suis découvert des amis, des frères et des soeurs, du lointain passé comme du brûlant présent.
    Poètes, écrivains, philosophes, peintres, musiciens, tous ces parents orphelins m'ont guidé vers une secrète vérité.
    L'événement capital n'est pas la mort d'Inès, mais qu'il nous ait été donné de la voir naître, exister, s'exprimer, et qu'en la glorifiant finisse par filtrer le sentiment mystérieux de sa présence. »

empty