Littérature générale

  • Le vin des rues

    Robert Giraud

    Giraud vous raconte des histoires sur le ton d'une simple conversation, exactement comme si vous étiez avec lui au comptoir devant un bon beaujolais Chez Fraysse ou bien Chez Paulo qui verse l'Algérie dans des demis. (...) En traînant la savate sur les quais, en reniflant l'odeur de céleri des Halles, en perdant ses nuits dans les bistrots de Maubert, Giraud peut vous raconter un Paris que vous ne pouvez pas connaître. Mais ne vous y trompez pas, Giraud n'est pas un montreur de monstres. L'essentiel, le merveilleux de ce livre, c'est que des acteurs écorchés par la nuit jouent sur des motifs vieux comme le beau monde : l'amour, l'argent, l'honneur. Il y a là-dedans un monde fou qui rêve tout haut ; et savez-vous que tout cela est vrai ? Un personnage principal : le vin qui coule dans tous les figurants et surtout, sérum de vérité, qui délie les langues. Robert Doisneau, dédicataire du Vin des rues, évoque ainsi son complice dans la préface à ce livre. Ensemble ces deux-là, baptisés « la paire de Robert » par des esprits facétieux, ont exploré ce Paris inconnu et aujourd'hui disparu. Nul mieux que Doisneau ne pouvait présenter ce fleuron de la littérature parisienne des souvenirs et de l'amitié. Le Vin des rues a paru pour la première fois en 1955 aux éditions Denoël, amputé du chapitre Carrefour Buci (publié par Le Dilettante en 1987), qui retrouve sa place légitime dans la présente édition.

    Précédé de : Robert Doisneau

  • La petite gamberge

    Robert Giraud

    Ils seront donc cinq ! Comme les jeudis de LA semaine ou les heures de la Marquise, cinq qui tiennent comme grains en grappe à leur poisseuse table de La Bonne Treille, une rade de la montagne Sainte-Geneviève, qui leur sert de rocher à moules, de quartier général et d'abreuvoir. Alors, j'énumère : lui, c'est Bouboule, le cogito de la bande, le cérébré du quintette, l'autre c'est la Tenaille, fringante jeunesse, voilà en trois la Douleur, camionneur, suit le Manchot, comme son ombre l'indique, on clôt avec Robert dit Robert. Un bel équipage qui fait honneur à l'établissement, des zigues affûtés, hauts en truandaille et madrés en diable. À l'issue d'un coup d'élite en bordure de Seine, de quoi se voir retraité, Robert se fait poisser, panique chez les messeigneurs-la-pince qui s'égaillent d'autant que Pierrot a marié une goualeuse et la Douleur joue les obligés du volant avec les gens des puces. Qui a fait quoi ? Qui doit payer ? Une histoire d'hommes, sombre à souhait, où il n'y a pas que les rues qui soient en pente. Paru chez Denoël l'année 1961, deuxième roman du Limougeaud Robert Giraud, cette Petite Gamberge vaut moins pour l'intrigue qui là sert d'espalier, que pour la flamboyante vigne vierge poétique qui se déploie dans le livre, un lierre de mots qui enserre au plus près le mystère de Paris ; avec Giraud, Paris se hume, se scrute, se savoure, se lampe à longs traits, lumières, parfums, cadences, silhouettes, tout fait brin dans cet herbier urbain proche des dérades d'un Yonnet, d'un Fargue ou d'un Calet. Alors, chaussez solide, le paysan de Paris a la foulée ample et la rêverie au long cours. Pour ceux qui ont besoin d'un guide, Olivier Bailly, impeccable préfacier, a fléché le parcours et sous-titré les plaques de rues, donc pas d'excuse !

  • Pour Emile Zola, l'état d'ébriété avancé se dit " rond comme une balle " et, chez Marcel Aymé, " rond comme une soucoupe ".
    Sur les " zincs " - dont Robert Giraud note au passage que le nom est impropre, puisqu'ils sont revêtus d'étain depuis les années 1820 -, plus l'alcool coule, plus les images fleurissent. On prend " un petit déjeuner de déménageur ", on " remplit son gazomètre " ou on " s'allume la crête ", et on finit " jeté ", selon Henry Miller, ou " raide comme l'obélisque ", d'après Aristide Bruant. Au fil des pages de L'Argot du bistrot, il est en effet rare de s'accouder au comptoir sans consommer : autrement dit, de " faire flanelle "...

  • Les lumières du zinc

    Robert Giraud

    Pour un pas d'inconduite, emboîtons le gosier à Robert Giraud, lui sait. Maître es panamophilies, docteur biberonis causa, de tout lieu où l'on trinque, taste-bitume comme il n'en  est plus guère, il a, sa vie durant, caboté de rade en rade, le ballon de rouge n'étant pas captif, et vous a fignolé un parcours sur mesure.

  • Nom : Giraud, prénom : Robert (la maison accepte également Bob, avec le rond de serviette d'un « O » moelleux à souhait), profession : flâneur virtuose, flânocheur émérite, maître-rôdeur, promeneur comme on a l'oeil bleu et le menton pointu. Une vie à laisser la trace de ses coudes sur tous les zincs panaméens, à empreindre le bitume de la sculpture de ses chausses. Grand du comptoir comme d'autres d'Espagne. Une rue parisienne où l'on ne croise pas Giraud n'est qu'une voie publique ; les zincs qu'il n'honore pas, de simples débits. Son oeil fait tout, sa capacité à humer les ambiances, papiller l'arôme d'un comptoir, nous le livre tout fumant. Dont acte avec ces chroniques : on s'y heurte à Vincent Scotto ou Doisneau (le jumeau stellaire), on y serre les mains fragiles de Fréhel, on y croise des gitans en route pour inhumer en une sépulture secrète un parent conservé dans du sel, on écoute Jojo le Verdurier, on s'égare aux puces de Clignancourt (« cet Angkor de la brocante »), voilà Nénette faite au Mercurochrome, tant d'autres ... « Choses bues » jusqu'à la dernière goutte du terroir parisien dont cet ingénieux des Vins et Trottoir nous parle avec des finesses de braconnier. Laissez-vous prendre.

  • Le vocabulaire de l'amour est riche d'une histoire orale et écrite, sans cesse alimentée au vagabondage de la vie. L'érotisme, ses rites, ses fantasmes, ses emportements et ses abandons suscitent une inventivité débridée qui, de la métaphore au détournement, use d'infinies subtilités pour que les mots libèrent tout leur pouvoir de suggestion. Tendre, insolite, coquin ou franchement paillard, L'argot d'Éros ne se lasse pas d'offrir au lecteur les chemins buissonniers du langage. Robert Giraud dresse pour notre bonheur l'inventaire de ce libertinage verbal.

  • Carrefour Buci

    Robert Giraud

    Robert Giraud met, depuis toujours, Paris en bouteille. Il éclaire cette scène jamais déserte : le comptoir des bistrots et des caboulots. Maître ès panamophilies, docteur biberonis causae de tout lieu où l'on trinque, taste-bitume comme il n'en est plus guère, il a, sa vie durant, caboté de rade en rade, le ballon de rouge n'étant pas captif, et vous a fignolé un parcours sur mesure.

empty