Albin Michel

  • « Ma voix va s'efforcer d'être celle des quarante ou cinquante millions de victimes dont la voix, en Europe centrale, est étouffée, étranglée. [...] Vous savez tous comment la tragédie a commencé. Ce fut quand surgit en Allemagne le national-socialisme, dont la devise fut dès le premier jour : étouffer. »Voyageur infatigable, passionné de littératures et de cultures étrangères, Stefan Zweig partageait avec les grands intellectuels de son temps un pacifisme actif et des rêves humanistes. Face à la montée du nazisme et à l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, qui le contraignirent à l'exil et à l'errance, il n'eut de cesse de lutter contre l'effondrement de l'Europe.
     Articles, chroniques et essais inédits écrits par Stefan Zweig entre 1911 et 1942, autant de précieux fragments disparus ou encore oubliés qui reflètent l'actualité mouvante de toute une époque et nous font découvrir, à saut et à gambades, les ressorts intimes d'une écriture engagée.

  • écrits littéraires ; d'Homère à Tolstoï Nouv.

    Après Pas de défaite pour l'esprit libre : écrits politiques 1911-1942 : inédits, de nouveaux extraits inédits issus des archives de l'auteur, comportant ses articles et essais sur les classiques de sa langue maternelle (Goethe, Hölderlin, Keller) et les classiques étrangers anciens et modernes (Eschyle, Shakespeare, Balzac) mais aussi sur des écrivains méconnus. Avec des fac-similés.

  • Le troisième et dernier volume de cette correspondance place d'emblée les deux écrivains dans un temps fort de l'Histoire, celui d'une rupture, d'un tournant sociétal marqué par la grande dépression de 1930. Ce désordre mondial a des répercussions à tous les niveaux de la société : chômage et récession, protectionnismes et replis sur soi, xénophobie et racisme, bref, tous les ingrédients d'une nouvelle guerre sont en germe.
    Le cadre temporel de cette correspondance est lui aussi éminemment symbolique. 1928 : le pacte signé par les grands pays condamnant le recours à la guerre et prévoyant à terme de la mettre hors-la-loi. 1940 : la France défaite est occupée par l'Allemagne nazie qui va mettre l'Europe à feu et à sang durant cinq ans.
    Cette décennie va être vécue avec intensité par les deux amis qui en retranscrivent l'atmosphère, les bruits et les couleurs, dans des lettres où l'on sent poindre une émotion sincère, entre inquiétude et exaspération.

  • La correspondance intégrale entre Romain Rolland et Stefan Zweig, le maître et son disciple, est inédite en France. Ce sont près de 500 lettres de part et d'autre.
    Ces lettres constituent un témoignage irremplaçable sur les pensées et la création de deux intellectuels européens majeurs de la première moitié du XXe siècle.
    Elles entraînent le lecteur dans une époque à la fois bouleversée et bouleversante, celle de la Première Guerre mondiale - et de ses conséquences.
    Toutes ces lettres sont écrites en français - sauf 103 lettres de Stefan Zweig, qui sont en allemand et ont fait l'objet d'une traduction pour l'édition présente. Il s'agit des lettres des années de guerre, où la censure autrichienne exerçait un contrôle sur le départ du courrier vers l'étranger.
    Cette correspondance garde une extraordinaire modernité comme l'a bien montré l'exemplarité de l'amitié qui avait uni les deux hommes pendant trente années, préfigurant une entente plus large à venir entre les deux rives du Rhin.

  • Romain Rolland (1866-1944) et Stefan Zweig (1881-1942) : deux écrivains humanistes, symbole d'une « Europe des esprits » humiliée par la Grande Guerre.

    Les années 1920 incarnent l'espoir d'un monde meilleur et consacrent leur fortune littéraire: L'Âme enchantée, le cycle du Théâtre de la Révolution, la biographie sur Gandhi pour Romain Rolland ; les essais biographiques Trois Maîtres, Le Combat avec le démon, et La Confusion des sentiments pour Stefan Zweig.

    Au-delà de l'amitié qui les lie, Rolland et Zweig partagent une même conscience du danger face aux nouvelles idéologies de l'Europe d'après-guerre où violences et assassinats politiques revêtent déjà un caractère antisémite. Leurs lettres inédites témoignent de cette atmosphère délétère, hantée par les démons du nationalisme, soulignant par contraste l'attraction des deux intellectuels pour la révolution russe et les sagesses orientales.

    D'une richesse inouïe, cette correspondance a commencé en 1910 (le premier volume paru en mars 2014 réunissait les échanges épistolaires 1910-1919). Ce nouveau tome nous entraîne dans l'entre-deux-guerres, avec en toile de fond la montée des totalitarismes et l'engrenage qui mena l'humanité d'un conflit à un autre.

empty