Thomas Augais

  • Journées d'ivresse belle comme l'oubli rincé à bleu des campanules même lumière sur sa tige au travers des saisons Joie ne défleurit pas coupante.

  • Giacometti interroge la littérature du XXe siècle à la fois par sa traversée des avant-gardes (revue Documents, surréalisme) et par son retour au modèle extérieur. Croisant les recherches de la phénoménologie, son oeuvre ouvre un questionnement radical sur les rapports entre langage et réel.

  • La diffusion à la fin du XIXe siècle de la révolution des trois A (Anesthésie, Antisepsie, Asepsie) ouvre pour la chirurgie une période conquérante, et bouleverse en profondeur la manière dont se conçoit l'opération chirurgicale. Les « pères coupe-toujours » dénoncés par Octave Mirbeau cèdent la place à des chirurgiens qui sollicitent moins le poignet, symbole d'un passage en force, que les doigts, pour une opération le plus en douceur possible, économe du sang du patient. La chirurgie s'affirme comme un art de la main pensante, une approche sensible du corps se déclinant selon les aires géographiques en écoles et en styles, avec des maîtres qui peuvent se comparer à ceux de la peinture.
    Que devient-elle au XXIe siècle, avec l'arrivée des techniques « mini-invasives » et de la télé-chirurgie ? C'est en croisant les regards de plusieurs disciplines - histoire, littérature, philosophie, arts visuels (des premiers films chirurgicaux aux séries télévisées) - que ce volume propose d'envisager, à travers le geste, les enjeux de la chirurgie contemporaine.

  • Guerre " sans nom ", la guerre d'Algérie ne fut pourtant pas, malgré la surdité ambiante, une guerre sans mots.
    Depuis plus d'un demi-siècle, l'innommable et la honte ont soulevé des voix, dans la génération des pères comme dans celle des fils et des filles, ce livre se propose d'en révéler l'abondance et la diversité, comme de retracer les multiples chemins par lesquels cette guerre avec insistance nous concerne. Écrire et publier la guerre d'Algérie. De l'urgence aux résurgences. Le titre dit la volonté d'embrasser tout à la fois le temps, du second XXe siècle au XXIe siècle, et les mémoires, celle des appelés comme celle des harkis, celle des combattants de l'indépendance, algériens ou français, celles encore de leurs enfants.
    Le volume se compose de deux parties, l'une contemporaine de la guerre et l'autre postérieure. La première s'ouvre sur l'engagement des éditeurs - Maspero, Le Seuil, Julliard - et sur l'invention de collections où s'expérimente une écriture de l'histoire immédiate. Rarement les éditeurs auront joué un tel rôle, dans la naissance et la promotion, d'une nouvelle littérature : au Nouveau Roman promu par Jérôme Lindon succède et peut-être s'oppose la nouvelle esthétique, imaginée par Maspero et bientôt incarnée par Perec.
    Dans l'urgence, durant la guerre elle-même, nombre d'intellectuels et d'écrivains interviennent par la presse et dans le livre. Chacune des études proposées ici examine la manière dont se noue ou se renoue le lien entre poétique et politique : les uns, tel Mauriac, inventent, d'autres, tel Sénac, cherchent à se réapproprier un héritage de la guerre précédente. Bien des questions (celle de la langue de nouveau confrontée à l'horreur, celle de la honte et du silence des pères) lient une guerre et une littérature à l'autre.
    On les retrouve dans la seconde partie de l'ouvrage, consacrée aux résurgences de la guerre d'Algérie dans la littérature " d'après ", spécialement celle des années 80 à nos jours. Une guerre hante l'autre, sans que cela autorise à parler, au singulier, d'une littérature de la guerre d'Algérie. Chercheurs et écrivains tentent de définir ces littératures d'une guerre qui fut au moins deux fois civile.

empty