Thomas Bilanges

  • Le Pays basque regorge de trésors architecturaux et naturels exceptionnels, témoins des époques successives et d'un même art de vivre. Le flâneur les devine au détour d'une rue ou d'une plage mais ne peut hélas en percer le secret.
    De l'etxe basque traditionnelle aux notes orientales de la Villa Mauresque d'Hendaye, en passant par les réalisations les plus contemporaines, Charles Bilas et Thomas Bilanges conjuguent leur talent pour nous présenter à la façon d'un beau voyage ces magnifiques propriétés, qui au gré de la nature, des secousses inévitables de l'Histoire, ou tout simplement des goûts de leurs hôtes, ont évolué dans le temps.
    Suivant le regard aiguisé des auteurs, la porte s'entrouvre nous laissant découvrir des villas qui, classiques ou atypiques, sont fermées au public et inaccessibles aux regards.
    La surprise, plus encore l'émerveillement, sont au rendez-vous.

  • Des boulets de canon semés sur les façades, une chapelle perchée au premier étage d'un immeuble, une divinité armée d'un fil à plomb, la fenêtre par laquelle s'évada Spaggiari, des villas mauresques et des folies Belle Époque, une maison lilliputienne, une icône miraculeuse, un cloître voyageur, un aperçu de Marienbad, des palais en tous genres, une brasserie dans un music-hall, une meringue africaine.
    Les curiosités et les secrets de Nice n'ont pas fini de nous surprendre.

  • Le photographe Thomas Bilanges a réalisé une surprenante série de portraits au musée Carnavalet, à Paris. Sur un mode opératoire identique (même cadrage, même lumière et même point de vue), il a photographié chaque membre du personnel du musée. De l'agent de surveillance au conservateur en chef, en passant par le stagiaire et le jardinier, tous se sont prêtés au jeu. Chacun était ensuite invité à choisir parmi les oeuvres du musée le portrait d'un personnage peint, dessiné ou sculpté, que Thomas Bilanges a ensuite photographié et tiré sur du papier, en vis-à-vis. Le résultat est aussi saisissant qu'inattendu : en observant les diptyques, apparaît sur nombre d'entre eux une ressemblance frappante entre la personne photographiée et l'oeuvre d'art qu'elle a choisie. Un phénomène qui n'a pas manqué d'intéresser le psychanalyste Serge Tisseron qui donne ici des clefs d'interprétation de cette relecture contemporaine de la " galerie de portraits ".

  • Architectures art nouveau : Paris et environs Nouv.

    S'épanouissant à Bruxelles, à Barcelone ou à Vienne, l'Art nouveau s'illustre à Paris dès le milieu des années 1890. D'abord dans les beaux quartiers avec des immeubles à l'ornementation profuse destinés à une bourgeoisie avant-gardiste, puis dans la sphère publique pour habiller les stations de métro ou les salles de restaurants. Il en identifie d'ailleurs le type au point de se voir qualifié de « style métro » ou de « style bistrot ». L'engouement est de courte durée, qui s'essouffle après 1910 alors que l'esthétique épurée du cubisme condamne les entrelacs végétaux et les lignes en coup de fouet. Pour faire bonne mesure, on détruira au cours du xxe siècle beaucoup de réalisations Modern Style, et non des moindres.
    /> En voici cependant 100 exemples remarquables : immeubles d'habitation, maisons particulières, théâtres, brasseries, commerces...

empty