Yves Bonnet

  • Ils ont une même origine, ils sont tous les deux marins ; ils exercent la même activité, ils sont maitres-espions ; ils vont servir le même maître, Adolf Hitler. La comparaison entre l'Amiral Wilhelm Canaris, chef de l'Abwehr, et l'Obergruppenführer Reinhardt Heydrich, créateur du Sicherheitsdienst de la SS, le SD, s'arrête là. De même, leur amitié se dissipera aux premières salves, tirées en Pologne, de la Deuxième Guerre mondiale .
    Heydrich est assassiné à Prague le 27 mai 1942 sous les balles de résistants tchèques ; Canaris est pendu à Flossenburg le 8 avril 1945 sur ordre particulier d'Hitler, un mois avant la capitulation.
    Pourtant, au jour de leur mort, leurs mérites et leurs parcours ne seront pas jugés à la même aune. Justice ? Injustice ? Ce livre nous apporte quelques unes des clés qui permettront au lecteur de se faire une opinion et lui ménageront de belles surprises.
    En couverture : l'Amiral Wihelm Canaris et Reinhardt Heydrich.

  • ""L Algérie n est pas davantage exclusivement africaine ni arabe que la France n est seulement européenne : l une et l autre soumises au joug et à l éducation romaine, bien souvent rétives et rebelles, ont toujours cultivé du monde une vision méditérranéenne ; l une et l autre, et comme tous les peuples riverains, se sont préoccupés d en explorer les contours et d en utiliser les parcours (...).""

  • La Seconde Guerre mondiale n'a pas encore livré tous ses secrets.
    Ainsi, nous ne savons presque rien de la participation des services français aux combats clandestins ni des coups redoutables portés à l'Abwehr de Canaris ou au SD de Heydrich par des hommes qui n'ont jamais renoncé et se sont battus jusqu'au dernier jour.
    Yves Bonnet raconte dans cet ouvrage leurs exploits fantastiques et méconnus, avec le recul nécessaire à la vérité.

  • 17 juin 2003 : la police française, en collaboration avec la DST (direction de la surveillance du territoire) lance une opération contre le CNRI (Conseil National de la Résistance Iranienne). Les autorités interpellent l'ensemble des hauts responsables de la communauté des Moudjahidines du peuple, cette organisation étant ouvertement en lutte contre le gouvernement iranien. Pour Yves Bonnet, le Vevak (service des renseignements iraniens) a cherché à neutraliser le CNRI en manipulant la DST française et en allant à l'encontre de la règle d'équilibre dans l'échange de renseignements... Pourquoi cette soumission de la France à l'Iran ?
    L'auteur met en cause le gouvernement Chirac qui sous la direction du juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière a permis ces arrestations sur le sol français. La main mise du gouvernement iranien sur le pouvoir de l'époque est manifeste et aurait eu pour objectif l'ouverture de marchés pétroliers à Total.

  • Valéry giscard d'estaing s'entendait bien avec le shah.
    Au point de signer un traité de coopération nucléaire aux termes duquel l'iran avança un milliard de dollars à notre pays pour devenir coproducteur d'uranium enrichi. quand l'imam khomeyni, revenu de neauphle-le-château, prit le pouvoir à téhéran, non seulement les accords passés ne furent pas appliqués, mais la france arma l'irak entré en guerre avec l'iran. pour obtenir d'être remboursés, les ayatollahs ont alors lancé des campagnes d'attentats et multiplié les prises d'otages à beyrouth.
    Pendant ce temps, au plus haut niveau de l'état et du gouvernement français, les calculs politiciens n'ont jamais cessé de compliquer la situation...

  • Nos <> politiques, de droite ou de gauche, Yves Bonnet, ancien préfet, autrefois patron de la DST et député UDF, les a beaucoup fréquentés. Pour les décrire dans ce livre, il oublie la langue de bois. C'est donc avec une encre au vitriol qu'il les dessine, l'un après l'autre.
    D'abord il croque Jacques Chirac, alias <>, dont il se demande s'il a une <>. Il énumère sans pitié ses reniements, ses faiblesses. A Edouard Balladur, mesquin, arrogant, il ne passe rien. Il ajoute même une touche comique à son eau-forte : l'ancien Premier ministre s'est étonné un jour de l'absence de climatisation dans les bananeraies antillaises.
    Jean-Louis Debré, <>, n'est pas mieux traité. Alain Juppé, Philippe Séguin, Charles Millon, Michel Vauzelle, Charles Pasqua, Lionel Jospin, Jean-Pierre Chevènement et d'autres figurent aussi dans ce beau jeu de massacre.
    Sans parti pris, avec humour et sévérité, ce citoyen déçu n'exerce jamais gratuitement sa verve. Il ne rapporte que ce qu'il a vu.

  • Imponderables

    Yves Bonnet

    Un ingénieur aux chantiers navals du Cotentin, ayant participé aux négociations avec le Koweït pour la vente de patrouilleurs rapides, décède dans un accident de voiture suspect. Une call-girl, surveillée par la DST, est enlevée par des terroristes et sa disparition est maquillée en mort accidentelle. Dénoncé par une hôtesse de l'air, un islamiste est arrêté à Alger par des ninjas sur le vol 293 de la Tunis Air.
    Un point commun : tous sont liés à un mystérieux dossier portant la mention COSMIC, la plus haute classification de l'OTAN. À l'intérieur, les spécifications de patrouilleurs rapides dernier cri emportant une puissance de feu terrifiante.
    Ce dossier, quelqu'un l'a perdu, donné ou vendu... Pour le récupérer, chacun devra forcer le destin, qui réserve bien des surprises à ceux qui pensent pouvoir tout planifier...

  • « Les veuves blanches », ce sont ces jeunes filles dont les fiancés sont tombés à la guerre. Le destin de deux d'entre elles, Marie et Sylvie, s'inscrit dans l'histoire d'une famille de la Drôme cruellement éprouvée par l'injustice et la folie des hommes, les Bonnabel. Le récit n'est pas seulement captivant par ses péripéties, passionnant par l'analyse lucide des caractères et des comportements mais constitue un témoignage rigoureux sur le premier conflit mondial, du déroulement des opérations militaires jusqu'aux affrontements politiques. L'auteur fait revivre avec minutie et honnêteté les grandes figures historiques, Clémenceau, Pétain, Herriot, Daladier, Colette, aux côtés des acteurs si vivants de cette saga qui se poursuivra près d'un siècle durant.

  • démi, commissaire principal, reléguée au poste d'adjointe au chef de la brigade du métro pour avoir fait de l'ombre à son patron, et willy, ancien sous-directeur de la dst qui meuble sa retraite en reprenant du service au profit de la ratp, nous organisent une visite guidée de cet univers particulier qu'est le métro parisien au rythme des énigmes criminelles qu'ils doivent résoudre.
    willy, le vieux routier du contre-espionnage, stimulé par la présence de sa séduisante partenaire, qui n'en est pas moins un flic plein de ressources, nous fait découvrir des structures clandestines aux contours inspirés des méandres de la géopolitique mondiale. pris en tenaille entre de hauts responsables aux ambitions dévorantes et des organisations qui n'ont rien de caritatives, ce couple peu conventionnel nous dévoile des réalités qui ne sont pas faites pour nous rassurer.
    l'hypothèse de menace terroriste dans laquelle tube nous plonge renvoie le 11 septembre au rang d'incident mineur...

  • Ce livre est tout sauf un ouvrage complaisant, rapidement rédigé, lancé sur le marché comme un produit de consommation. Il resitue le drame dans son contexte, celui de la maturation lente et laborieuse d'une république laïque, dont les dirigeants commettent des fautes, oublient parfois leurs principes, pèchent par inexpérience. Mais qui se refusent avec la dernière énergie à perdre les acquis de leur révolution - même si le mot ne plaît pas aux Français - et qui ont, surtout, établi avec l'église catholique d'Algérie, leur église, un dialogue sans faux-semblants ni réticences.
    Au travers de ces pages, écrites par l'ancien patron du contre-espionnage français (DST aujourd'hui DGSI) les imposteurs reçoivent leur châtiment, les naïfs leur rappel à la vraisemblance et les traitres au respect de ce qu'ils ont naguère adoré. Par-dessus tout, les partenaires d'un dialogue vivant entre croyants et agnostiques y trouvent l'essence de leur communauté, celle de la quête de l'absolu au-dessus des querelles humaines.
    Ce livre est le dernier d'une longue série de contributions, mensuelles dans Djezzaïr, magazine de l'Algérie, livresques avec notamment lettre à une Algérienne, Nucléaire iranien, les otages du Liban, les grandes oreilles du président, télévisuelles dans C' dans l'air et France24, radiophoniques sur les chaînes publiques algériennes, régulières ou épisodiques dans El Watan, Liberté ou Algérie patriotique.

  • La cour des miracles

    Yves Bonnet

    Battre contre les " puissants " de ce monde ou contre le crime organisé, certains autres qui ploient le genou. Telle est l'image de la justice actuelle. Mais quelle est la réalité ? Chacun attend de la justice qu'elle soit sereine, presque " sacrée ", quand elle n'est rendue que par des hommes : tel proteste de l'extrême sévérité d'un jugement, tel autre de sa faiblesse. La polémique sourd, se propage, enfle jusqu'à devenir un des plus graves problèmes de notre société. A la vérité, se trouve-t-il vraiment beaucoup de différences entre la justice de la Cour des Miracles et celle du XXIe siècle ? Les tourments et les peines infligés sont-ils moins cruels ? Les décisions plus équitables ? Les juges ont-ils moins de pouvoirs ? En abusent-ils ? Sont-ils intouchables ? Il y a aussi la presse, ce nouveau partenaire, qui agit tantôt comme nouveau justicier, tantôt comme un défenseur. Il y a encore les cercles d'influence, les lobbies, les corporatismes... Ce sont tous ces problèmes qu'Yves Bonnet raconte dans cet ouvrage riche en témoignages et histoires démontrant les dérives et les erreurs d'une justice trop souvent mal faite. Dans cette Cour des Miracles des palais, une seule interrogation demeure : que font vraiment les juges ?

  • Le Conseil constitutionnel est devenu, en soixante ans, l'institution clé du système constitutionnel français qu'il a, au demeurant, puissamment contribué à transformer. À l'État légal fondé sur la souveraineté de la loi a succédé l'État de droit fondé sur la souveraineté de la Constitution ; à la Constitution simple organisation des pouvoirs publics a succédé la Constitution charte des droits et libertés ; à la démocratie électorale a succédé la démocratie constitutionnelle.
    Avec la question prioritaire de constitutionnalité, la QPC, une nouvelle ère s'ouvre.
    La Constitution devient la « chose commune » : tout justiciable peut se servir de la Constitution ; tous les juges sont associés à sa protection ; tous les droits, privé et public, y trouvent leurs principes fondateurs.
    Cet ouvrage a pour objet de proposer une connaissance du Conseil constitutionnel, de ses origines, de ses méthodes de jugement, de sa jurisprudence, de sa place dans le système juridictionnel et, finalement, de son rôle dans la définition d'une nouvelle idée de la démocratie.

  • Le contentieux constitutionnel peut être conçu comme l'ensemble des litiges qui naissent de l'application de la Constitution.
    Entre dans la notion non seulement les questions de contrôle de constitutionnalité, mais également le contentieux des élections parlementaires. Ce contrôle se fait en application de la Constitution.

    Points forts :

    Réviser et faire un point actualisé.
    - À jour des dernières actualités constitutionnelles.
    - Sous forme rédigée, une synthèse rigoureuse, pratique et à jour de l'ensemble des connaissances que le lecteur doit avoir sur cette matière.
    - L'essentiel des connaissances indispensables sur la matière.

  • La loi protège les libertés, garantit un espace de sécurité. Mais qu'arrive-t-il lorsque la loi est tyrannique, injuste, illégitime ? Contre ces possibles dérives, de nombreux États ont adopté des mécanismes juridiques permettant une surveillance des agissements du Parlement. En France, l'un de ces mécanismes est la « question prioritaire de constitutionnalité » (QPC).
    Cet ouvrage propose de faire le point sur cette procédure récente, son fonctionnement mais aussi l'influence qu'elle exerce depuis 2008 sur le droit tout entier. Car la QPC, en dépit de ses imperfections, est devenue une véritable sentinelle démocratique qui alerte et informe le pouvoir politique de la teneur des revendications du peuple et au besoin désavoue le législateur lorsque le pacte constitutionnel est violé.

  • L'essentiel des Grandes décisions du Conseil constitutionnel (1re éd. 2017-2018) permet à l'étudiant d'accéder facilement aux principales décisions du Conseil constitutionnel et d'en retenir le contenu. 43 décisions.

    - Étudiants en Licence et Master Droit.
    - Étudiants des Instituts d'études politiques.
    - Étudiants du 1er cycle universitaire (Droit, Science politique, AES).
    - Candidats aux concours de la fonction publique.
    - Professionnels des milieux juridique et judiciaire.

  • L'étude du juge judiciaire sous l'angle de la séparation des pouvoirs est particulièrement dense et nécessite de repenser la fonction du juge judiciaire au sein de l'organisation constitutionnelle des pouvoirs. Le juge judiciaire est-il un juge délaissé ? Comment penser la séparation d'un hypothétique « pouvoir de juger » ? Comment les autres juges définissent leurs rapports avec l'autorité judiciaire ? Le juge judiciaire n'est pas seulement soumis au principe de la séparation des pouvoirs ; il participe à sa définition et à sa mise en oeuvre. La réflexion doit alors permettre de s'interroger sur la conception de la séparation des pouvoirs qui se révèle à l'analyse des jurisprudences rendues notamment par la Cour de cassation : comment en effet juger un député, un ministre, un (ancien) Président ? Quel est l'impact de la jurisprudence judiciaire sur le fonctionnement interne des partis politiques ? Comment l'autorité judiciaire remplit sa mission constitutionnelle de « gardienne de la liberté individuelle » ?

    Cet ouvrage regroupe les communications présentées lors du colloque co-organisé le 30 novembre 2018 à la Faculté de droit de Montpellier par le Centre d'études et de recherches comparatives constitutionnelles et politiques (CERCOP, Université de Montpellier) et l'Institut Maurice Hauriou (IMH, Université Toulouse 1 Capitole).

  • «La communication avec le cheval est beaucoup plus complexe qu'on ne le croit à première vue.
    Mais elle est basée sur le bon sens et des valeurs qui s'appliquent aussi bien aux hommes qu'aux chevaux. La recherche de l'harmonie entre le cheval et le cavalier est longue, intense, généreuse, mais c'est à ce prix que l'on peut atteindre ces moments de pur bonheur qui effacent tous les efforts entrepris. Ne restent que la légèreté et la joie.» Jean-Yves Bonnet À travers cet ouvrage, Jean-Yves Bonnet exprime sa philosophie de l'équitation. Il nous livre ses réflexions, fruit d'une vie consacrée au cheval et à son éducation. Basé sur des années d'observation des chevaux, d'enseignement et de pratique, ce livre cherche à rétablir quelques vérités essentielles et s'adresse à tous les cavaliers, quel que soit leur niveau.
    Connaître son cheval implique se connaître soi-même. L'équitation est une quête de soi et du cheval. C'est le sujet que développe ce manuel : ici, il est question d'éducation et non de dressage, car Jean-Yves Bonnet fait appel à l'intelligence du cheval et au ressenti du cavalier. Les sujets abordés sont ponctués par l'évocation des chevaux élevés et montés par Jean-Yves Bonnet, comme autant d'exemples du travail accompli dans la joie, but même de sa philosophie équestre. Au fil des pages, on revient également sur la reprise de Basse et de Haute École, le travail en manège, véritable temple pour ceux qui sont à la recherche d'une équitation symbole d'harmonie et de communion avec le cheval, dans cette conviction que celui-ci reste un partenaire de travail, un athlète, le compagnon d'une vie.
    Virginie Bauer est une élève de Jean-Yves Bonnet, avec qui elle a commencé à monter à cheval il y a plus de trente ans. Ses racines aveyronnaises, sa passion des chevaux et de la nature l'ont amenée à collaborer avec cette grande figure de l'équitation sur de nombreux projets.

  • Pourquoi le jazz est-il si singulier tout en étant, au bout du compte, aujourd'hui, si pluriel ? Serait-il si différent des autres musiques ? Issu du mariage impossible de la mémoire africaine avec la musique occidentale, cet enfant réussi devient l'émergence d'une organisation africaine-américaine qui développera par la suite une diaspora planétaire. Le jazz ne cessera d'évoluer et, à l'image de la poésie, il reste un musique "à venir", véritable utopie uniquement réservée aux dieux.

empty