Biographie / Témoignage littéraire

  • « C'est le prince du En Même Temps, cette stratégie qui, quoi qu'on pense, n'est pas moderne : c'était déjà la devise du XVIIIe siècle. Musicien, courtisan, financier, promoteur immobilier, industriel, espion, armateur, auteur d'oeuvres tantôt géniales, tantôt très oubliables, éditeur de Voltaire, il devient révolutionnaire malgré lui. Trop gourmand pour ne pas TOUT vivre à la fois. Et trop joyeux de toutes ces aventures pour en ressentir de la fatigue. Comme l'écrivait Fernando Pessoa, n'être qu'un est une prison. » E. O.

  • Miarka

    Antoine de Meaux

    "Denise Jacob a dix-neuf ans quand elle entre en résistance, sous le nom de Miarka. Arrêtée le 18 juin 1944, elle est soumise à la torture. Miarka ne parle pas, ne lâche rien. Elle est déportée dans le camp de Ravensbrück puis celui de Mauthausen. Au même moment sa famille, dont sa petite soeur, la future Simone Veil, est plongée dans la nuit de la Shoah. Antoine de Meaux, qui a bien connu Denise, retrace ici la bouleversante histoire de Miarka et de sa famille emblématique en s'appuyant sur des archives inédites et des écrits intimes.
    Ce portrait sensible d'une femme d'exception est un superbe hommage à l'esprit de la Résistance.
    "

  • Dans son livre Le Voile noir, Anny Duperey raconte qu'elle avait presque neuf ans lorsqu'elle trouva ses parents morts, tous deux asphyxiés dans leur salle de bains. Quels avaient été les rêves de sa jeune mère, presque inconnue et si tôt disparue ? Comment nos morts vivent-ils en nous. La puissance de leurs rêves inaccomplis peut-elle nous influencer obscurément, et mener notre vie sans même que l'on s'en rende compte ?

    Un témoignage et une réflexion sensibles sur l'héritage de nos parents et sur la vie, ponctués de photos personnelles.

  • Toute vie est une évasion. A chaque instant nous devons scier des barreaux, lancer des cordes faites de draps où nous avons trop longtemps dormi, briser le silence des alcôves, des cabinets d'essayage, des confessionnaux... Benoîte Groult raconte ses combats, depuis le journalisme d'après-guerre à la féminisation des «noms de métiers, de grades et de fonctions». Elle réécrit ici son «Histoire d'une évasion».

  • Jeune médecin congolais, Denis Mukwege découvre les difficultés rencontrées par les femmes enceintes pour accéder aux soins. Les grossesses se terminent souvent en tragédies. Sa vocation est née : il part étudier la gynécologie obstétrique en France. De retour dans son pays, il s'installe à Lemera, dans les montagnes de l'est du Congo, pour y dispenser des soins adaptés. Dix ans plus tard, en plein conflit, il fonde l'hôpital de Panzi et y « répare » les femmes victimes de violences sexuelles. Dans cette région, viols et mutilations génitales sont devenus pour les milices des armes de guerre.

    En dépit des menaces, Denis Mukwege, également pasteur comme l'était son père, n'a jamais cessé de se battre pour les femmes afin que cessent ces violences insoutenables.

  • Ceci n'est pas une biographie banale. Nous y voyons comment une jeune fille sourde, muette, aveugle, donc privée des sens qui mettent le plus en rapport avec le monde extérieur, qui favorisent le plus le développement de l'individu, y a suppléé et, par un effort continu, acharné, est parvenue à un degré de culture que n'atteignent pas tous les êtres qui ont le privilège de voir, d'entendre, de parler. Ces pages reflètent un véritable drame dans les ténèbres. Elles nous font assister à l'éveil, puis au développement progressif de ce qu'il y a de meilleur en l'individu : l'intelligence et le coeur. Deux facteurs y concourent : la volonté tenace du sujet, Helen Keller, et l'amour persévérant de son admirable éducatrice, Anne Sullivan. De cette histoire se dégage une forte, une salutaire leçon d'énergie dont chacun pourra tirer grand profit.

  • "quatre murs, deux vitres, une porte close : je suis une femme comme toutes les autres, assise devant une table vide.
    Brusquement, quatre notes de mozart... et voici une voix : une femme (ou un homme ou un enfant) est entrée et parle : "menie, c'est bien vous ?" je pourrais la toucher. un être invisible envahit le studio avec ses mots, sa vie, ses questions, parfois l'horreur et les larmes. deux ou trois millions d'êtres écoutent. demain, il y aura des centaines de lettres bouleversées qui diront : "la dame d'hier, menie, moi aussi !"" quand elle démarre son émission sur rtl en ce mois de mars 1967, menie grégoire est loin de se douter qu'elle va être submergée par une véritable lame de fond : en quinze ans d'émission, elle va recevoir plus de cent mille lettres d'auditeurs qui pour la première fois dans l'histoire de ce pays se sentent libres de raconter leur intimité à une parfaite inconnue.
    Menie les écoute sans les juger, les rassure, les questionne et les fait réfléchir. grâce à l'anonymat de la radio, ils diront des choses terribles ou banales, mais qui jusque-là étaient endurées dans le silence et la solitude : sur la famille, les relations amoureuses, la mort de l'amour, l'adultère, les enfants illégitimes, l'impuissance, la frigidité, l'homosexualité, la prostitution, le féminisme...
    Vingt-six ans après avoir définitivement rendu l'antenne, menie grégoire nous livre un échantillon représentatif de toutes ces lettres intimes. elle nous donne ainsi un aperçu passionnant et souvent émouvant de ce que fut l'intimité des français à une époque où l'on ne parlait pas encore à tout bout de champ de "souffrance" et de "non-dits", et où l'exhibitionnisme n'était pas encore devenu un passe-temps populaire.
    à ces maux anciens sont venus depuis s'en ajouter de nouveaux, liés à l'exclusion et au choc des cultures, et l'on peut regretter que personne n'ait pris le relais de menie grégoire pour sonder les cerveaux et les coeurs d'une france qui découvre chaque jour que permissivité ne rime pas nécessairement avec liberté, et inversement.

  • À partir d'une rencontre humaine formidable, Mimie Mathy, l'une des comédiennes les plus populaires de notre pays, et Gilles Legardinier, l'un des auteurs les plus lus, abordent avec légèreté les questions que personne n'ose jamais poser sur ce qui aurait pu les détruire et les a finalement construits. Ce livre est une invitation, pour tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les stéréotypes, à comprendre qu'ils ont aussi leur place.

    Bienvenue au coeur d'un dialogue libre, authentique, joyeux et émouvant, au cours duquel chacun découvre avec bienveillance les pires problèmes de l'autre.

    Avec autant de chaleur que de pertinence, ces deux humanités prouvent qu'aucun destin n'est joué d'avance.

empty