Alternatives

  • Répondre à l'urgence écologique et climatique place le secteur de la construction et de l'aménagement face à d'immenses défis. Gros consommateurs d'espace et de ressources, ces derniers doivent évoluer pour réduire leur impact écologique. Une évolution qui passe non seulement par des améliorations en termes d'isolation, d'orientation, de modes de chauffage, etc., mais qui doit aussi prendre en compte d'autres éléments décisifs comme la localisation et les modes de transport. L'habitat doit être pensé de façon globale pour s'adapter à la diversité des ressources, des besoins locaux, des aléas climatiques et des modes de vie. Mais comment faire ? Quels moyens humains et financiers mettre en place pour y parvenir ? Autant de questions auxquelles tente de répondre l'auteur de cet ouvrage.

  • " Ô lecteur, dévore ce livre ! " souhaitent en secret la plupart des auteurs, et ceux de l'ouvrage que vous tenez entre vos mains ne dérogent pas à la règle, à ceci près que pour eux, la formule ne s'entend pas uniquement au sens figuré ! Car au-delà du fait que Michael Braungart et William McDonough espèrent que cet essai sera lu d'un trait par un lecteur passionné par le sujet, ils espèrent tout autant qu'un jour, le plus tôt possible, ce livre, comme toute production humaine, pourra littéralement être mangé, ou tout du moins digéré, sous forme biologique ou technologique. En effet, les deux auteurs de Cradle to Cradle, entendez du Berceau au Berceau - et non plus du berceau à la tombe ! - militent depuis plusieurs années pour une " éco-efficacité " qui ne mettrait plus la croissance économique et l'écologie dos-à-dos : plutôt que de chercher à réduire notre consommation, créons un modèle industriel basé sur une sorte de compostage appliqué à tous les objets, imitant ainsi l'équilibre des écosystèmes naturels. Loin des habituels discours catastrophistes sur l'avenir de notre planète, Cradle to Cradle propose des solutions concrètes qui peuvent faire de nos déchets d'aujourd'hui nos ressources de demain. Depuis sa parution initiale en américain, Cradle to Cradle a été traduit en plusieurs langues.

  • Sous pression des grandes transitions, l'architecture est face à de nouveaux défis : réadapter l'habitat au changement climatique et à l'urbanisation grandissante, réguler l'emploi de la matière et de l'énergie, écouter les besoins des sociétés... Repenser les ressources de l'architecture est indispensable, qu'elles soient matérielles et immatérielles (temps, dialogue interdisciplinaire avec les sciences, flux naturels et artificiels, connaissance des communautés in situ, droit...). Ces ressources inépuisables renouvellent la formation et la pratique de l'architecte.

  • Smartphone cassé, lave-linge en panne, collants filés, imprimante inutilisable... quel est le point commun entre ces biens de consommation ? Ils sont tous victimes d'obsolescence programmée, symbole d'une société du jetable, qui nuit autant à l'environnement qu'aux consommateurs, tout en reposant sur un modèle économique à bout de souffle. La mort précipitée de nos produits est-elle réellement planifiée ? Quels sont les impacts de la reconnaissance en 2015 du délit d'obsolescence programmée ? Autant de questions auxquelles répond cet ouvrage, à l'aide d'une analyse sans concession du problème et l'exploration audacieuse de solutions individuelles et collectives.
    Il s'agit dans un premier temps de définir ce qu'est l'obsolescence programmée, d'envisager ses conséquences non seulement en termes économiques et environnementaux, mais aussi d'un point de vue sociétal. Car la société de surconsommation entraîne la perte d'autonomie des citoyens et l'aggravation des inégalités sociales. A travers des illustrations et des témoignages, les auteurs font également le point sur les modèles économiques dits "durables", tels que l'économie collaborative, circulaire ou basée sur l'usage.
    Ils montrent que les moyens de combattre cette obsolescence accélérée existent et que grâce à eux, une nouvelle manière de consommer et de produire, plus responsable et durable, est en marche.

  • L'Upcycle est la suite très attendue de Cradle to Cradle, l'un des manifestes d'écologie les plus fondamentaux de notre époque. Durant les 15 années qui ont suivi la parution de cet ouvrage, W. McDonough et M. Braungart ont poursuivi sur leur lancée, mettant ces principes en pratique non seulement auprès de multinationales, mais également d'États comme la Chine et de simples citoyens. Aujourd'hui, convoquant les enseignements obtenus grâce à ces années de mise en pratique du concept C2C, les auteurs fixent l'étape suivante de la solution à notre crise écologique : utiliser, ou réutiliser les ressources avec une plus grande efficacité, mais dans le même temps, faire en sorte que nos modes de vie, créations et conceptions soient profitables à la nature. Ils nous montrent comment ces idées sont mises en oeuvre à travers le monde tandis que chaises, voitures, usines sont réinventées non seulement dans le but de préserver la planète, mais de lui permettre, telle une plante, de pousser...

  • Trois ans : c'est le temps qu'il nous reste pour stopper la croissance des émissions de gaz à effet de serre et amorcer leur réduction drastique pour contenir l'augmentation de la température moyenne mondiale sous la barre des 2°C. L'énergie est au coeur de la transition imposée par le réchauffement climatique. L'abandon des ressources fossiles dicte un agenda économique et politique à fort impact social et sociétal. L'éolien et le solaire sont les solutions écologiques à notre portée immédiate pour assurer la transition énergétique.
    Qu'est-ce qui ralentit ou bloque cette transition? Quelles sont les idées reçues manipulées par les groupes de pression opposés aux énergies renouvelables? Pourquoi l'armée française fait-elle obstacle aux EnR? Quels sont les défis techniques? Combien ça coûte?
    Jean-Yves Grandidier et Gilles Luneau ne mâchent pas leurs mots : nous sommes dans une dynamique climatique catastrophique et la résistance aux énergies renouvelables révèle les vicissitudes du vieux système politico-administratif du pays. À partir d'exemples concrets, les auteurs lèvent le voile sur les blocages technocratiques, culturels et sur les pressions des lobbies ; livrent la vérité des chiffres ; éclairent les enjeux géopolitiques des EnR ; lancent une réflexion sur un service public à l'échelle des territoires.
    Un livre qui alerte le personnel politique et met chacun de nous face à ses responsabilités sur l'indispensable mue écologique de la société.

  • "Bon, propre et juste !" Tel est depuis vingt-cinq ans le plaidoyer de Carlo Petrini, fondateur du mouvement Slow Food aujourd'hui présent dans plus de cent cinquante pays : permettre à toutes les générations d'accéder à une alimentation saine et diversifiée, valoriser la proximité et le lien direct entre producteur et consommateur, préserver le patrimoine naturel et gastronomique des régions, redonner une valeur et un juste prix aux aliments... Ambitieux et radical, ce programme aboutit en 2004 à la naissance de l'événement Terra Madre : venus du monde entier, paysans, producteurs, restaurateurs... se retrouvent par milliers tous les deux ans à Turin pour partager leurs expériences, leurs savoir-faire, leurs espérances. Autant de "communautés de la nourriture" qui oeuvrent partout dans le monde à maintenir ou recréer du lien social, des traditions, de la fraternité. Un réseau aussi modeste que puissant auquel chacun peut, à son niveau et à sa manière, contribuer. Traduit en plusieurs langues, best-seller en Italie, le livre de Carlo Petrini pose les bases de cette nouvelle approche politique, dans le bon sens du terme de la nourriture, alternative durable et à échelle humaine aux pseudo-solutions du modèle industriel dont nous connaissons, aujourd'hui, les impasses.

  • Nous avons tous besoin des paysans.
    De paysans et non pas de petites mains de la chimie agricole. Pour nourrir 500 millions d'Européens, il faut suffisamment d'agriculteurs et une organisation de la production et de sa commercialisation: c'est le rôle de la Politique agricole commune (Pac). La Pac qui s'achève mérite un bilan que tout le monde évite. Il révèle d'une part, la perte de l'autosuffisance alimentaire de l'Union européenne, d'autre part, sa dépendance à l'égard de l'industrie pétrochimique et biochimique.
    La prochaine Politique agricole commune se discute maintenant. Les enjeux sont considérables et divergents: le pouvoir à tendance totalitaire des firmes agroalimentaires, le contrôle accru de la chimie et du génie génétique sur le vivant, la liberté de cultiver en respectant l'écologie d'un territoire, celle de semer et d'échanger les graines de son choix, la nature des échanges agricoles internationaux et, pour les citoyens que nous sommes tous, la souveraineté alimentaire.
    Des questions trop importantes pour laisser aux seuls groupes de pression constitués à Bruxelles le pouvoir d'y répondre. Autant de questions qui méritent un débat public. Débat où les paysans ont besoin de l'avis et du soutien de celles et ceux qu'ils nourrissent. Les paysans ont besoin des citoyennes et des citoyens pour définir l'agriculture européenne de demain. D'où ce livre, pour mettre sur la table tous les éléments du débat.

    Pour choisir l'agriculture qui va nourrir nos enfants.

  • L'eau est au centre de défis essentiels pour l'avenir de l'humanité (agriculture, sécurité alimentaire, énergie, santé) et intimement liée à trois piliers du développement durable : lutte contre la pauvreté, développement économique et préservation des écosystèmes. Si la gestion de cette ressource ne change pas radicalement, le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % dès 2030 avec comme corollaire la montée en flèche du «stress hydrique» et la menace de tensions et de conflits pour s'approprier gisements naturels et aquifères. Mais au-delà des alarmes, quelles sont les solutions d'ores et déjà mises en place (accès à l'eau potable, assainissement) et qui «fonctionnent»? Si le constat ne pousse guère à l'optimisme, un rapport de l'ONU-Eau démontre qu'investir dans la préservation des ressources en eau potable s'avère très rentable. L'espoir est donc permis!

  • Le Grand Paris porte l'ambition d'une ville-monde plus dynamique, accueillante et solidaire à la mesure de ses 7 millions d'habitants. Ce projet s'appuie sur la création d'un réseau de métro automatique : le Grand Paris Express. À travers 68 gares et 200 kilomètres de lignes, le métro automatique transportera chaque jour 2 millions de voyageurs, roulera à plus de 100 kilomètres à l'heure et réduira les temps de trajet.
    La construction du Grand Paris Express s'inscrit dans l'histoire des grandes commandes publiques territoriales, techniques et culturelles Elle en appelle à toutes les dimensions de la création associant, en un même projet, architecture, design, art et culture, numérique, urbanisme et paysagisme pour expérimenter et innover.
    Par ce manifeste, architectes, designers, directeurs artistiques, ingénieurs, urbanistes et l'ensemble des partenaires du Grand Paris Express ont souhaité témoigner, ensemble, de leur ambition commune pour ce projet du siècle.

  • " Le cancer se cultive sur nos terres ". L'affirmation peut sembler outrancière et pourtant, la France, où les maladies chroniques liées à l'environnement explosent, est le premier consommateur européen de pesticides. " Stop ! ", exhorte le réalisateur Jean-Paul Jaud, passé des directs sportifs de Canal+ et de la réalisation de documentaires à des films pour le grand écran. Dans Nos enfants nous accuseront (2008), il raconte l'initiative du maire de Barjac, au pied des Cévennes, décidé à lutter contre la pollution agrochimique en faisant passer la cantine de l'école en bio. Augmentation des cancers et de la stérilité, pollution des sols et des nappes phréatiques quand ce n'est pas de l'air, disparition d'écosystèmes dans leur intégralité... " Arrêtons le massacre ", poursuit-il dans Severn, la voix de nos enfants (2010). Loin de tout défaitisme, le cinéaste met à profit cette nouvelle tribune pour continuer de nous alerter et nous convaincre de nous engager au quotidien : " À tous ceux qui m'ont remercié pour Nos enfants nous accuseront, je réponds la même chose : changeons. Consommons mieux, consommons moins. Donnons notre argent aux agriculteurs bio. Aidons-les à reconquérir nos terres nourricières. Boycottons les marchands qui nous rendent malades pour mieux nous vendre leurs drogues curatives ensuite ". Les générations futures ? Pensons-y avant que cette tragédie environnementale ne soit irréversible

  • Durant les 10 000 dernières années, nous avons vécu dans l'ère de l'Holocène ; il semble aujourd'hui que nous soyons passés à l'Anthropocène, c'est du moins la thèse soutenue dans cet ouvrage par le journaliste allemand C. Schwägerl qui s'appuie dans sa démonstration sur les travaux et théories de Paul J. Crutzen, prix Nobel de chimie. Cette nouvelle dénomination rend compte du fait qu'une seule espèce, en l'occurence la nôtre, transforme de manière irréversible et sur le long terme la Terre, ses procédés biogéochimiques et donc les bases de son existence. Les résultats de la science après deux cents ans d'industrialisation montrent la capacité de l'humanité à organiser l'espace de façon créative, mais aussi à détruire de manière dangereuse. Pour la première fois dans l'histoire de la Terre, le futur est marqué de façon substantielle par des actes conscients et inconscients de l'Homo sapiens. Cet ouvrage analyse en détails les nombreux phénomènes de crise de notre temps. C'est aussi un plaidoyer captivant démontrant que nous pouvons encore nous transformer en civilisation viable, créative et libérale. À condition de vivre « plus léger », c'est-à-dire en fonction des besoins réels de notre époque, et de changer de valeurs, de priorités, de façon de nous nourrir, de consommer...

  • Nécessaires à cette évolution se trouve la collaboration. Qualifiée de " radicale " par certains hommes d'affaires américains convaincus de l'urgence de travailler en bonne intelligence pour construire le monde durable de demain, la collaboration peut renouveler nos façons de faire à différents niveaux de la société.
    En le faisant passer du " moi " au " nous ", la corévolution donne un autre espace de déploiement concret au développement durable. Cet ouvrage décrypte donc ce phénomène de partage : il valorise différents exemples et cas d'école, et montre en quoi les corévolutions impactent profondément nos organisations (groupes humains, associations, collectivités, mouvement politique, entreprises, etc.). L'émergence du web participatif facilite la mise en réseau et encourage la transparence des échanges : cette logique imprègne peu à peu notre façon de penser, d'agir, de consommer (mouvement de " consommation collaborative " qui nous incite à couchsurfer, covoiturer, cotravailler, autopartager, " louer citoyen ", etc.), mais aussi d'entreprendre (dépasser la logique de compétition), de militer et de manager.
    Alors que 2012 a été déclarée année internationale des coopératives, tout porte à croire que la tendance va prendre de l'ampleur dans les années à venir.

  • À l'heure où le numérique est partout et rend «intelligent» un nombre toujours plus grand d'objets de la vie courante, qu'en est-il de la santé? Premier constat : si tout est là - les technologies et les services, les acteurs économiques, sans oublier l'attente des patients et des professionnels, le tout soutenu par une volonté politique apparemment sans faille -, le dossier n'avance que lentement. L'explication de ce retard endémique tient à de nombreux facteurs : cadre juridique et réglementaire inapproprié, organisation de la pratique médicale cloisonnée en spécialités toujours plus segmentées à mesure de l'évolution du progrès scientifique. Mais dans le même temps, la multiplication des systèmes d'information de santé, des dispositifs médicaux connectés et la généralisation de l'Internet mobile, tendent à conférer au patient un rôle qu'il n'a jamais eu : celui d'acteur de sa propre santé.
    Cet ouvrage, réalisé à l'initiative et par les membres du Collectif Santé Numérique, propose à la fois un état des lieux, une présentation des bonnes pratiques dans ces domaines, mais aussi des idées de mesures concrètes de nature à accélérer la pénétration du numérique en santé et à rendre (enfin!) le parcours de soins intelligent.

empty