Archibooks

  • Le notaire, officier public nommé par le ministre de la Justice, intervient dans de multiples domaines juridiques de la vie des Français. Mutations immobilières, droit de la famille, droit des affaires, etc. : les actes authentiques établis par un notaire ont la force d'un jugement définitif. Magistrat de l'amiable, il contribue à une justice préventive par ses conseils et ses interventions impartiales, réduisant ainsi litiges et procédures contentieuses.
    Via leurs offices, les notaires entourés de leurs collaborateurs sont présents sur tout le territoire grâce à un large maillage territorial permettant autant de points d'accès au droit pour les citoyens.

  • Depuis plusieurs siècles, le savoir-vivre avec la nature se transmet pour Gally de génération en génération, Gally c'est d'abord l'histoire de la famille Laureau, agriculteur en Ile-de-France depuis 1746. Aujourd'hui, les frères Dominique et Xavier Laureau, dépositaires du savoir-faire transmis, ont diversifié leurs activités traditionnelles et apportent leur expertise dans le domaine du végétal au service des particuliers et des entreprises. Dans cet ouvrage, ils livrent en 101 mots les valeurs, les engagements et les secrets de l'agriculture urbaine.

  • Le paysage est un lieu, naturel ou construit par l'homme, qui peut être représenté de plusieurs manières, Il est aujourd'hui un élément essentiel d'une création architecturale et/ou urbanistique car il insuffle la vie au bâti et permet une connexion à la nature. Le paysage est, d'ailleurs, toujours en mouvement et en progrès. Plusieurs auteurs se sont ainsi donné pour tâche de définir le paysage, qu'il soit culturel, pictural, architectural, urbain, hybride... 101 mots ne sont donc pas de trop pour tenter de définir le paysage et ce qu'il représenté.

  • Accorder l'urbain et le vivant ? L'étude de la biodiversité urbaine démontre que ce désir est loin d'être naïf et, mieux encore, qu'il révèle des enjeux essentiels touchant au bien-être et à la santé de l'être humain en ville.

    A travers la définition de concepts clés tels qu'"agriculture urbaine", "écoquartier", "greenwashing", "renaturation" ou encore "zéro phyto", les trois écologues Olivier Lemoine, Joanny Fahrner et Tolga Coskun dessinent dans Les 101 mots de la biodiversité urbaine les contours d'un engagement en faveur d'une ville ouverte à la nature, à sa diversité et à une cohabitation riche entre l'homme et le vivant.

  • Frédéric Léonhardt propose une réflexion sur le devenir de la ville et ses enjeux en définissant 101 notions qui ont trait à la rénovation urbaine politique qui est, depuis 2003, la source de profonds bouleversements dans le paysage. De "Henri Sellier", figure incontournable de la question urbaine au XXe siècle, au projet de rénovation des Halles baptisé "La Canopée", les 101 mots de la rénovation urbaine vous feront voyager dans le temps pour mieux comprendre les politiques urbaines d'aujourd'hui.

  • La collection « Les 100 mots à l'usage de tous » a pour vocation de permettre aux amateurs d'art de tout poil d'appréhender avec un regard neuf les cinq disciplines que sont l'architecture, la photographie, l'utopie, le graphisme et le design. « Les 100 mots à l'usage de tous » ne prétendent pas à l'exhaustivité. Bien au contraire... Florence Lipsky et Pascal Rollet, Louis Mesplé, Jean-Louis Violeau, Margo Rouard et Catherine Geel se sont prêtés au jeu difficile de la présentation de leur discipline par le biais de quelques termes soigneusement choisis. Exercice périlleux, puisqu'il pose comme contrainte la recherche de « l'essentiel » : ce qui définit leur art, ses racines, le rôle qu'il joue dans notre société, ses limites et ses sources de renouvellement. Quintessence de décennies de pratique sur le terrain, de fréquentations d'artistes de tous bords, de lectures assidues... et d'une volonté commune de décloisonner les arts pour offrir aux lecteurs une vision plus large de l'apport de leur discipline au monde d'aujourd'hui, cette collection signe l'émergence de cinq livres atypiques, nécessairement critiques, en cohérence et en résonance les uns par rapport aux autres. À la fois très personnels et quasi intemporels, les cinq opus permettent de découvrir ces grands noms de l'art sous un nouveau jour. Savants, engagés, mais souvent drôles, voire impertinents... Soucieux d'éveiller la curiosité de tous avant tout. Le format léger de la collection (10 x 21 cm) invite à parcourir les livres au gré de ses envies et des humeurs du jour. À lire, à relire, à prêter, à méditer... Louis Mesplé : « Les 100 mots à l'usage de tous : la photographie » Louis Mesplé porte les différentes casquettes de journaliste, de critique et de directeur artistique. Entre 1980 et 1990, il est responsable de la photographie pour le quotidien Libération. De 1991 à 1994, il prend la direction artistique des Rencontres internationales de la photographie d'Arles, il a également participé à la création des Rencontres de la photographie africaine de Bamako. Consultant auprès des médias et des institutions, directeur de programmes artistiques, associatifs, éditoriaux, etc., il chronique depuis juin 2007 l'actualité de la photo et de l'image sur le site Rue 89, dans son blog intitulé « On est là pour Voir ». Il est, par ailleurs, auteur de La photo contemporaine de 1945 à aujourd'hui (Ed. du Chêne, 2007).

  • Société de stars, société de la visibilité ? Certes, existent bel et bien depuis quelques années désormais des starchitectes, mais excepté peut-être un cas bien particulier, nous n'y sommes pas comme dans d'autres univers passé du "mettre un visage sur un nom" au "mettre un nom sur un visage". Tout de même pas encore si célèbres. Les projets des architectes valent toujours plus cher que leur bobine.

    Mais le droit d'auteur existe-t-il en architecture ? L'architecte travaille bien pour les autres avec l'argent des autres, alors pourquoi donc s'acharner à parler d'un droit d'auteur à propos d'une "profession artistique" qui conjugue responsabilités immenses et contraintes intenses ?

  • Kawa, café, coffee, caffè autant de mots qui habitent notre imaginaire et notre quotidien, remplissent nos vies et nos maisons d'arômes et de souvenirs. Ami fidèle des moments clefs de la vie "Viens, on va prendre un café", symbole d'un art de vivre urbain, celui des cafés, littéraire, théâtre ou de comptoir et de petit noir le café est un compagnon unique de nos existences, une boisson universelle et intime. Plus de deux milliards de tasses sont bues chaque jour dans le monde, et pourtant, nous ne connaissons que peu de chose de ce nectar venu d'Éthiopie et d'Afrique, qui est en passe d'acquérir ses lettres de noblesse et de se hisser au panthéon des produits gastronomiques.

    Ici, plus de quatre-vingt-dix amoureux, experts ou dilettantes du café, champions du monde, torréfacteurs, barista, chefs, chimistes ou même Nez et artistes, vous parlent de leur domaine de prédilection, de leur café à eux, et vous donnent à voir leurs regards sur cette tasse si mystérieuse, savoureuse et complexe que certains y lisent jusqu'à l'avenir.

  • L'ingénierie, pilier de la modernité, permet la réalisation des inspirations des artistes, les plus novatrices, là où, sans elle, ces projets seraient restés utopiques. Ce livre est un manifeste pour l'ingénierie, qui constitue une valeur irremplaçable pour la qualité architecturale et technique des projets. Ce livre est un condensé de l'avis d'experts, abondant avec passion sur ce qui fait leur vie et fait une part importante de la notre. Ce livre est un abécédaire amoureux de l'ingéniosité technique au service de l'inspiration sans limite. A l'usage de tous, Les 101 mots de l'ingénierie du bâtiment sont autant de graines qui germeront en une vision contagieuse, celle qui de l'idée tire la matière...

  • À l'échelle de l'histoire mondiale de la construction, le zinc est un tout jeune matériau. À peine deux siècles. Mais quels deux siècles !
    Le zinc est une force tranquille. Il s'adapte à tous les régimes de pentes, il dure, il se recycle. Il prend donc sa place sur les toits. Associé à l'eau de pluie, il en gère l'écoulement de chéneau en gargouille, de gouttière en dauphin. Il remplace la pierre dans les ornements et les lucarnes.
    Il réclame un savoir-faire. La profession des zingueurs apparaît. Leur domaine d'excellence sera la zinguerie qui regroupe l'ensemble du traitement des coutures métalliques des toitures.
    Patiné, engravé, pigmenté, il prend maintenant d'assaut les façades et se montre, plus moderne que jamais.
    Mais le zinc est aussi populaire. Il est entré dans notre langage quotidien.
    Il nous a donc été agréable, au-delà des savoureux termes de métier, de revenir, en mots choisis, sur les expressions de la rue ou sur l'univers poétique que le zinc suscite toujours.
    Cet ouvrage sera pour vous, cher lecteur nous l'espérons, une inattendue balade en altitude faisant un petit détour par notre inconscient collectif.

  • La lumière constitue le premier matériau de l'architecture. Sans elle, le mur l'espace, l'ombre n'existent pas, Les architectes la manipulent, la modèle, mais c'est elle aussi qui dessine les formes des villes. Elle peut être conséquence et cause.

    A l'invitation de nos éditions, de nombreuses agences d'architecture, ainsi que des concepteurs lumière, ont livré leur vision de celle-ci. Au-delà du concept d'éclairage, c'est la dimension poétique de la lumière qui se révèle, créatrice d'espace aux aspects variés : 101 mots pour mieux la cerner.

  • Les 101 mots de la ville:
    ... c'est une balade ludique et technique. À travers des villes, Frédéric Lenne explore la Ville : des rouages administratifs, politiques et culturels qui la composent, aux quotidiennetés, qui façonnent pour chacun une image presque intime du lieu. D'un mot à l'autre, l'auteur questionne cette forme complexe : à quoi ressemble-t-elle ? Entre mutations historiques et nouveaux enjeux territoriaux, quel est son devenir ? Et pour "l'usager", comment y advenir y vivre, voire y "survivre" ? 101 mots donc, à l'usage de tous, essentiels pour mieux appréhender l'horizon urbain d'aujourd'hui.

  • Le mot champagne est acquis à la langue française et en est même l'un des symboles, partie intégrante du savoir-vivre français, de sa culture et de ses célébrations. C'est la boisson de toutes les occasions.

    D'ailleurs, Winston Churchill disait à son sujet "qu'il la méritait" dans la victoire, mais qu'il en avait également besoin "dans la défaite".

    Pour autant, l'univers glamour dans lequel le champagne est ancré ne doit pas en faire oublier ses origines : celles d'un vin produit à partir de raisins.

    Au gré des pages et au fil de cet abécédaire, laissez-vous bercer par les mots qui définissent le mieux, pour Benjamin Roffet, ce merveilleux nectar, que ce soit des termes techniques, gastronomiques, ou le nom de personnalités liées au champagne.

  • Si les tours évoquent aujourd'hui la modernité, les quartiers d'affaires internationaux, les matériaux à la pointe de la technologie, les plus grands architectes et les ambitions les plus folles, cela n'empêchent pas Philippe Chaix de nous rappeler à des fondements plus anciens, comme la tour de Babel, les ziggourats mésopotamiennes ou encore les tours de San Gimignano... Ainsi, de "Djedda", à "Empire State Building", en passant par "Sir Norman Foster" et "Renzo Piano", l'auteur, ancien directeur général de l'Epadesa, nous emmène dans le monde fascinant des tours, la grande aventure architecturale des XXe et XXIe siècles.

  • Les 101 mots de l'habitat évoluent avec nos moeurs, nos usages, nos sensibilités. Ils décrivent non seulement le logement mais son environnement proche. L'organisation de nos lieux de vies disent nos façons de concevoir les relations, les goûts d'une époque, les modes, la vision du progrès, les avancées technologiques...
    De l'appartement bourgeois au logement pour tous, en passant par les cités-jardins et les éco-quartiers, ces mots, qui ont une histoire, se transforment en même temps que nous et racontent nos modes de vie et nos façons de penser; de la vie avec les familiers à la cohabitation. Ils disent aussi les tentatives, les adaptations réussies et les échecs de certaines innovations. Ils racontent nos idéaux changeants et 101 mots ne sont pas de trop !

  • De l'"alignement" des joueurs en touche au génie de "Zinzan" Brooke en passant par "impact", "rue de la Soif" et "symphonie", Richard Escot fait partager aux débutants comme aux érudits sa connaissance du rugby en 101 mots. Auteur de plus de quarante ouvrages sur la balle ovale, ses légendes, ses exploits et ses héros, le journaliste-écrivain nous donne accès aux subtilités de ce jeu complexe à travers un vocabulaire choisi et imaginé, forcément subjectif.
    Pour mieux comprendre les arcanes de ce sport à nul autre pareil, tenter de saisir les rebonds capricieux d'un ballon ovale et ce qu'il y a d'épique dans l'affrontement subtil et viril de quinze athlètes en culottes courtes, il vous reste à feuilleter le petit guide Les 101 mots du rugby avant le coup d'envoi d'un match de Coupe du monde, du Tournoi, de Top 14 ou de Coupe d'Europe.

  • Les 101 mots de l'optimisme ont pour ambition de dépasser cet étrange paradoxe: les Français passent pour l'un des peuples les plus pessimistes au monde alors que la grande majorité d'entre eux s'estiment heureux dans leur vie personnelle.
    Thierry Saussez a sélectionné et défini 101 mots qui nous permettent de comprendre sa vision singulière de l'optimisme. On y trouve aussi bien des grandes vertus ou forces de caractère que des petites recettes pour oublier la sinistrose, positives, voir la vie du bon côté. Un vrai bol d'air !

  • "Se représenter la figure multiforme de ce continent urbain", tel est l'objectif de Bertrand Lemoine dans ces pages. Directeur général de l'Atelier international du Grand Paris pendant près de quatre ans, il y a côtoyé des personnalités éminentes - élus, acteurs économiques et institutionnels, maîtres d'oeuvre, militants. L'auteur, fort de son expérience, dresse ici une encyclopédie de poche, passant d'"agriculture" à "beauté" et de "ports" à "tourisme" et permettant au citoyen ou à l'acteur engagé d'appréhender plus facilement la complexité et les enjeux du territoire "grandparisien".

  • La matière a jalonné l'histoire des grandes créations dans l'humanité et a été de manière récurrente au rendez-vous de grands événements : la ruée vers l'or, l'acier et la révolution industrielle, l'or noir et notre société de consommation. Aujourd'hui, la matière est au centre des enjeux qui occupent les domaines de la création, des sciences et des technologies de pointe.

    Elle bouscule les paramètres écologiques, économiques et stratégiques et se place au coeur des questions d'innovation. Aux matériaux traditionnels, toujours en usage et en évolution, viennent s'ajouter des myriades de matériaux nouveaux. Alors que la matière se fait de plus en plus rare, c'est paradoxalement une situation d'hyperchoix auquel le créateur doit faire face...
    S'y ajoute la question d'immatérialité, qui, loin d'effacer la matière, la fait réapparaitre dans un contexte inédit, comme matière porteuse de mémoire, porteuse d'intelligence ou porteuse du vivant.

  • Jean-François Buet énonce ce qu'il faut concevoir de l'immobilier. Et les 101 mots "pour le dire aisément", formant un précis concis pour mieux s'orienter dans cette nébuleuse et en finir avec les malentendus.
    Des principes jusqu'aux lois, en n'omettant pas les professions, l'auteur explicite les occurrences et les situations, parfois tendues, entre les acteurs, notamment l'acheteur, les agents et les politiques. C'est dire s'il met les points sur les "i"... de l'immobilier !

empty