Ecole Francaise D'athenes

  • Quelle qu'ait été leur faveur auprès du public depuis les découvertes de Myrina et Tanagra au XIXe siècle, les terres cuites figurées antiques sont trop longtemps restées dans l'ombre d'une histoire de l'art passéiste. Ce n'est que tout récemment que leur étude a profondément évolué, grâce à la prise en compte de toutes leurs spécificités, tant celles des modalités de fabrication et de diffusion, qui en font un artisanat étonnement moderne, que celles des contextes de trouvaille et des assemblages, qui renouvellent l'archéologie des pratiques funéraires et votives. Désormais objet d'études les plus exigeantes, les terres cuites figurées apportent une contribution originale à la connaissance de l'antiquité classique.

    Les contributions réunies dans ces deux volumes issus du colloque d'Izmir, le premier de cette importance sur ce sujet, font connaître une foison de documents nouveaux, illustrent toutes les approches des figurines - histoire de l'art, archéologie, archéométrie, iconographie, anthropologie culturelle... -, mais reflètent aussi les débats autour de leur interprétation : elles dressent ainsi un état des lieux dans ce domaine de recherche au dynamisme nouveau.

  • Les fouilles de l'École française d'Athènes à Philippes, commencées en 1914, ont été actives de 1920 à 1937, avant leur reprise en 1977. Elles ont produit un important matériel scientifique, photographies, dessins d'architecture, manuscrits et estampages, conservé aux archives de l'EFA et dans le riche fonds photographique Paul Collart de l'Université de Lausanne. À partir d'une documentation presque entièrement inédite, le présent ouvrage, centré sur la période 1914-1950, qui prolonge l'exposition du centenaire inaugurée à Thessalonique et à Kavala en octobre 2014, retrace l'histoire des fouilles, évoque les méthodes et les conditions de travail des archéologues, et fait revivre les paysages et les populations d'une région qui s'est profondément transformée.

  • Les dèmes, circonscriptions administratives de la cité d'Athènes, constituent un observatoire privilégié pour l'étude des sociétés antiques. La petite échelle qu'ils représentent donne la possibilité à l'historien d'appréhender les aspects les plus divers de la vie de leurs habitants et de leurs ressortissants.
    Ce livre propose de pénétrer au plus près du quotidien des anciens Athéniens à travers l'étude d'Aixônè, l'un des dèmes les plus peuplés et les mieux documentés. Par une exploitation minutieuse des sources disponibles - inscriptions, structures archéologiques, auteurs antiques, récits de voyageurs modernes et contemporains -, un éclairage nouveau est apporté sur la topographie et le fonctionnement institutionnel d'un dème, sur les activités politiques, économiques et religieuses qui s'y déroulaient. Les résultats de cette enquête dépassent cependant largement le niveau local. Divinités nouvelles ou méconnues, magistratures inédites, pratiques religieuses, économiques, juridiques et institutionnelles mal documentées ou incomprises jusqu'ici, c'est tout un pan de l'histoire grecque qui se révèle dans cette microhistoire d'Athènes.

    Delphine Ackermann est maître de conférences en histoire grecque à l'université de Poitiers, collaboratrice scientifique de l'École suisse d'archéologie en Grèce et ancienne membre étrangère de l'École française d'Athènes.



    The demes, administrative districts of the city of Athens, constitute a privileged observatory for the study of ancient societies. The small scale they represent gives the historian the opportunity to grasp the most diverse aspects of the lives of their inhabitants and their citizens.This book investigates more closely the daily life of the ancient Athenians through the study of Aixone, one of the most populated and best documented demes. Through the careful analysis of the available sources - inscriptions, archaeological structures, ancient writers, stories of modern and contemporary travelers - a new light is shed on the topography and the institutional functioning of a deme, on the political, economic and religious activities that were held there. The results of this study, however, far exceed the local level. New or little known divinities, unknown magistracies, religious, economic, legal and institutional practices that have been poorly documented or misunderstood so far, a whole new section of Greek history is revealed in this microhistory of Athens.

    Delphine Ackermann is a senior lecturer in Greek history at the University of Poitiers, a research associate at the Swiss School of Archaeology in Greece and a former foreign member of the French School of Athens.

  • « Paris m'a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C'est l'Acropole qui a fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous saisissons là l'essence même du « double voyage » : durant l'entre-deux-guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans les deux sens, d'Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en Grèce à la recherche d'une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu'ils ne soupçonnaient pas.
    Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l'architecte Pikionis, le compositeur et chef d'orchestre Mitropoulos, tous sont passés par Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l'autre sens, des personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore l'écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d'une autre modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d'Eschyle avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme Freud, il se souviendra quarante plus tard.
    Le double voyage est issu d'un programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays durant l'entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de l'histoire culturelle encore très peu exploré. S'adressant aussi bien au chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des données nouvelles, qu'au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un public très large, en France comme en Grèce.

  • Apollon semble avoir préféré le site de Delphes à tout autre, et son oracle, qui fut célèbre au point d'être consulté par Crésus, le fameux roi de Lydie, contribua considérablement à l'enrichir. Certes, la plupart des objets en métaux précieux que de tels personnages avaient offerts ont disparu en raison des pillages successifs dont le sanctuaire fut victime. Mais les vestiges d'un grand nombre de beaux édifices et de leur décoration originelle, souvent accompagnée de textes gravés au fil du temps sur leurs parois, témoignent du passé glorieux de Delphes. L'École française d'Athènes, qui travaille sur le site depuis 1892, publie régulièrement les résultats de ses recherches. Ce guide a pour but d'en donner une synthèse brève, mise à jour et illustrée de dessins inédits.

  • Fondée en 627 av. J.-C. par Corinthe et Corcyre, Dyrrachion est une des cités les plus importantes du monde grec à l'Est de l'Adriatique. Sa situation côtière, au voisinage des peuples illyriens, lui permet de jouer un rôle majeur dans les contacts entre les mondes grec et non grec. L'examen des trois séries monétaires en argent frappées par la cité entre 375 et 60/55 av. J.-C. offre un nouvel exemple des liens entre monnaie, guerre et économie dans l'Antiquité. Il éclaire les rapports de Dyrrachion avec ses deux métropoles, sa politique envers les Illyriens, mais aussi ses relations avec Rome, dont l'intérêt pour l'Adriatique ne cesse de croître à partir du IIIe s. av. ­J.-C. Cet ouvrage apporte ainsi une contribution essentielle à l'histoire de Dyrrachion depuis sa fondation jusqu'à sa transformation en colonie romaine.

  • Ce premier volume d'une série consacrée aux fouilles des abords Nord-Est du palais de Malia présente l'histoire des recherches dans le secteur, puis décrit, suivant l'ordre stratigraphique, chaque bâtiment, pièce ou espace, en fournissant un inventaire complet du mobilier, ainsi qu'une série de datations 14C. Les principaux acquis de ces recherches touchent non seulement l'histoire du palais de Malia, mais aussi l'évolution d'ensemble du site. D'une part, l'identification de maisons-ateliers de même date que celles du Quartier Mu (Minoen Moyen II) confirme l'homogénéité de l'habitat protopalatial. D'autre part, l'étude des vestiges architecturaux du Minoen Récent I révèle la monumentalité surprenante d'une entrée du palais considérée précédemment comme secondaire ; les aménagements ultérieurs du secteur témoignent de l'emprise croissante du palais sur ses abords. Enfin, l'étude de la stratigraphie aux abords Nord-Est du palais permet de fonder une nouvelle chronologie de la céramique néopalatiale.


    This volume is the first in a series publishing the results of the excavations carried out in the area immediately northeast of the palace of Malia. It presents the history of research and a period-by-period overview describing each building, room, and space with a complete inventory of the associated finds, including some 14C-dated samples. The main results of these researches concern the history of the palace of Malia, as well as the evolution of the entire site. On one hand, the identification of houses-with-workshops of the same date as those of Quartier Mu (Middle Minoan II) confirms the homogeneous character of the Malia Protopalatial settlement. On the other hand, the study of the Late Minoan I architectural remains reveals a surprising degree of monumentality for a palace entrance that was previously considered as secondary; the subsequent changes in its exterior arrangements can be interpreted as a gradual encroachment of the palace onto this area of the town. Moreover a new stratigraphically based Neopalatial pottery chronology is presented.

  • On associe traditionnellement le site archéologique de Delphes à l'oracle d'Apollon, au détriment de phases moins connues de son histoire, comme celle de l'Antiquité tardive. Les fouilles au Sud-Est du péribole du sanctuaire et l'étude exhaustive, présentée ici, des trouvailles qui en sont issues commencent à combler cette lacune, et confirment pour cette zone le développement spectaculaire que connut la ville de Delphes pendant l'Antiquité tardive. Ainsi, ce volume présente l'histoire d'un habitat complexe du ive au vie siècle, puis sa réoccupation artisanale de la fin du vie au début du viie siècle, et enfin l'abandon soudain et définitif du secteur pendant le viie siècle. Par là, cette étude nous permet déjà de réintégrer Delphes dans la norme de la Grèce tardo-antique en ce qui concerne l'histoire de l'architecture civile et en particulier de l'habitat.


    The archaeological site of Delphi is traditionally associated with the oracle of Apollo at the expense of lesser known phases of its history like that of Late Antiquity. The excavations at the South-East of the Peribolos of the ancient sanctuary and the comprehensive study of their findings which are presented here begin to fill this gap; they also confirm for this area the spectacular development that the city of Delphi generally underwent during Late Antiquity. Thus, this volume presents the history of a complex habitation dating from the 4th to the 6th c. AD, its re-occupation by workshops at the end of the 6th and the beginning of the 7th c. AD and its sudden and final abandonment during the 7th c. AD. In this way this study allows us to reintegrate Delphi into the norms of Late Antique Greece as far as the history of the civic architecture is concerned and particularly the domestic one.

  • Le présent atlas de Délos comprend une nouvelle carte de l'île au 1/5000, un plan général de la ville au 1/1000, quatre autres au 1/2000 ainsi que trente-sept plans et treize profils des zones fouillées au 1/200. L'ensemble se compose de cinquante et une planches imprimées en couleur et d'une introduction qui situe le projet dans l'histoire de la cartographie délienne. Une grande partie des vestiges relevés ne l'avaient jamais été, ou jamais avec une telle précision et dans un même système topographique. Sur chaque plan, divers symboles permettent de distinguer les niveaux conservés des ruines et les matériaux utilisés dans les maçonneries, de situer tous les points d'eaux, de connaître tous les types de sols et l'emplacement de toutes les ouvertures, portes et fenêtres. Ce nouveau fascicule de l'Exploration archéologique de Délos constitue ainsi un outil indispensable pour l'étude de l'agglomération antique et de son territoire.

  • Fondée en terre thrace à l'emplacement d'un ancien établissement thasien par le roi de Macédoine Philippe II, qui lui donna son nom, la cité grecque de Philippes fut transformée en colonie romaine en 42 av. J.-C. Peuplée de soldats et de civils originaires d'Italie, la colonie prospéra pendant plusieurs siècles sans pour autant faire disparaître la population locale hellénophone. L'apôtre Paul y créa par la suite la plus ancienne communauté chrétienne sur le sol européen. Le Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes (CIPh) se propose de publier l'intégralité du matériel épigraphique provenant de Philippes et de son territoire. Le présent tome rassemble les inscriptions mentionnant des empereurs, des membres des ordres sénatorial et équestre, des soldats de l'armée romaine et des magistrats municipaux. L'ampleur de la documentation fait de Philippes l'une des colonies romaines d'Orient les mieux connues pour ce qui est de la vie publique et de la structure de la société.


    Founded on Thracian soil on the site of a former Thasian settlement by the king of Macedon Philip II, who named it after himself, the Greek city of Philippi was turned into a Roman colony in 42 BC. Settled with soldiers and civilians originating from Italy, the colony nevertheless thrived for many centuries with its substantial Greek-speaking local population. The Apostle Paul then established in Philippi the oldest Christian community in Europe. The Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes (CIPh) gathers all the epigraphic evidence from Philippi and its territory. The present volume brings together the inscriptions referring to emperors, members of the senatorial and equestrian ranks, soldiers of the Roman army and local magistrates. Such extensive historical evidence makes Philippi one of the best known Roman colonies in the East as far as public life and society are concerned.

  • Quand la Grèce rejoignit l'Europe après plus de trois siècles de domination ottomane, il lui fallut se construire une culture moderne en rapport avec l'héritage plusieurs fois millénaire dont elle restait la dépositaire. Le néohellénisme a trouvé dans l'architecture un mode d'expression privilégié, où se croisaient les attentes d'une élite internationale en mal de références classiques et la tradition toujours vivante du monde byzantin, ciment de l'identité nationale. De l'ajustement de ces ambitions dans un contexte économique et politique difficile est née une production originale, tirant de sa confrontation avec l'Occident une forme d'authenticité d'autant plus significative qu'elle était soumise à la pression constante des pays dominants. Entre identité et modernité, c'est un double projet qu'elle a poursuivi tout au cours du xixe siècle pour se situer au sein d'un univers en pleine mutation.


    When Greece rejoined Europe after more than three centuries of Ottoman rule, the country needed to forge a modern culture that also connected with the thousands of years of patrimony of which it was the custodian. Neo-Hellenism found in architecture a privileged mode of expression, one which brought the expectations of an international elite lacking in classical references into contact with the still living tradition of the Byzantine world, the cement of national identity. The readjustment of these ambitions in a difficult economic and political context gave birth to a highly original output, which drew out of its confrontation with the West a form of authenticity that was all the more meaningful for having been subjected to the constant pressures of dominating countries. Between identity and modernity, this dual project was pursued throughout the nineteenth century and enabled Greece to situate itself at the heart of a world in a state of constant flux.

  • Nous livrons ici le résultat des trois campagnes de la fouille sous-marine du port d'Amathonte de Chypre en 1984-1986, exceptionnel monument d'architecture militaire de la haute époque hellénistique. Après une description de la vingtaine de sondages entrepris le long des môles, on trouvera une nomenclature des blocs mis en oeuvre dans la construction, leurs modules, la typologie des systèmes de préhension pour leur levage ainsi que pour leur mise en place par une grue à flèche verticale qui progressait au fur et à mesure de la construction du môle. On décrira les carrières voisines dans lesquelles ont été retrouvés les négatifs des blocs employés dans les môles. Les monnaies contribuent à attribuer la construction à Démétrios Poliorcète après sa victoire navale à Salamine en 306 avant J.-C. et l'abandon lors de la reprise de l'île par Ptolémée Ier en 294.
    Dans une seconde partie, nous étudions les puits romains tardifs fouillés sur le côté nord du bassin, témoins des forts changements du niveau marin.



    We present here the results of three underwater excavation campaigns conducted between 1984 and 1986 on the harbour of Amathus, Cyprus, an exceptional monument of military architecture from the Early Hellenistic era. After a description of the twenty sondages undertaken along the moles, there follows a nomenclature of the blocks employed in the construction, their modules, the typology of bosses for hoisting and placing by a vertical boom crane, which gradually advanced along the mole as it was being built. We describe the nearby quarries in which negatives of the blocks used in the moles were found. The coins have pointed to the attribution of the construction to Demetrius Poliorcetes after his naval victory at Salamis in 306 BC, and the abandonment during the reconquest of the island by Ptolemy I in 294.
    In the second part, we study the Late Roman wells that were excavated on the north side of the harbour basin, which testify to large changes in sea level.

  • Une architecture d'exception de l'époque des premiers palais minoens : le Quartier Mu à Malia nous offre les vestiges d'un ensemble de bâtiments, indépendants tout en étant juxtaposés, qui ont été découverts dans un état de conservation remarquable, dû au violent incendie qui les a détruits. Les informations précieuses qu'ils révèlent et qui suscitent l'admiration apportent de nouvelles connaissances non seulement sur les matériaux employés et leur mise en oeuvre, sur la structure des éléments architecturaux les composant - murs, ouvertures, planchers, escaliers, colonnes et piliers, corniches, puits de lumière - mais encore sur la circulation, l'articulation et la fonction des pièces à l'intérieur de ces unités de construction. Les installations encore en place comme les plates-formes et banquettes ainsi que le mobilier recueilli participent à l'identification de la fonction de certains espaces, mais les pièces les plus importantes se distinguent moins par leur grande taille que par leur décoration - panneaux en creux, dispositif tripartite de colonnettes, décor de plinthes - qui témoigne du souci esthétique des constructeurs minoens et par là des habitants du quartier.
    L'étude architecturale nous a conduits à proposer une restitution relativement bien assurée des volumes des bâtiments à partir des plans, du sous-sol, du rez-de-chaussée et du 1er étage. En revanche la restitution des niveaux supérieurs, 2ème étage ou terrasses, reste plus hypothétique. Ce sixième et dernier volume de la publication du Quartier Mu, consacré à l'architecture, souligne l'importance de cet ensemble exceptionnel dans l'histoire de l'architecture minoenne, dans l'évolution de la ville de Malia et dans l'histoire minoenne dans son ensemble.


    Quartier Mu of Malia is an exceptional architectural ensemble of the time of the First Minoan Palaces. Excavations brought to light the remains of a group of adjacent but independent buildings, remarkably well preserved by the violent fire that caused their destruction. They provide precious information, often provoking admiration, not only about the materials and building techniques, or the arrangement of the various architectural components - walls, openings, floors, staircases, columns, pillars, cornices, light wells - but also about the layout, communication and function of the individual rooms inside these units. The remaining built structures, e.g. platforms or benches, and the mobile finds collected help to identify the function of some spaces. What seems to distinguish however the most important rooms is not so much their large dimensions but their internal decoration - imprinted lines in the stucco that form rectangular panels, three-columned partitions, mouldings. These elements attest to the aesthetic preoccupations of the Minoan builders as well as to those of the Quartier Mu inhabitants.
    Based on the results of their analysis, the authors propose to «translate» the two-dimensional building plans into a series of three-dimensional restitutions: those of the basement, the ground floor and the first floor are quite well ascertained, those of the upper levels (second floor, roofs) are more hypothetical.
    This sixth and last volume of the publication of Quartier Mu, dedicated to the architectural study, stresses the significance of this exceptional group of buildings in the history of Minoan architecture, the evolution of the town of Malia, and the Minoan history as a whole.

  • The city of Philippi, in eastern Macedonia, is known to us largely through Saint Paul. At the time of Paul's visit it was a Roman colony, founded in 42 BC on a site which had been inhabited since 360 BC and would remain so until the 7th century AD. The forum at Philippi played a crucial role. It was not only a public meeting point, but also very much a place where the colony's political community could gather, parade and hold forth. The major religious ceremonies and political and judicial proceedings took place amidst the statues in honour of eminent figures erected on inscribed plinths. A site for archaeological digs since 1914, the forum is in ruins to such an extent that it is difficult to understand how it was organized. This guide presents the results of a study ongoing since 1977, and should throw light on the heart of the Roman city of Philippi.


    ? p??? t?? F???pp??, st?? ??at????? ?a?ed???a, e??a? ???st? ?????? ???? st?? ?p?st??? ?a???. ?ta? p??ase ap? e?e? ? ?p?st????, ? p??? ?ta? µ?a ??µa??? ap????a, p?? ?d?????e t? 42 p.?. se ??a? t?p? p?? ?at??????ta? ap? t? 360 p.?. ?a? ? ?p???? de? ?a e??ata?e?p?ta? pa?? µ??? ?at? t? d????e?a t?? 7?? a?. µ.?. ?? forum ?pa??e s?µa?t??? ????: ?ta? µ?a d?µ?s?a p?ate?a, a??? ?????? ?ta? ? ????? ??f?as?? ?a? a?t?p??s?pe?s?? t?? s?µat?? t?? p???t?? t?? ap????a?, ?p?? p?a?µat?p?????ta? ?? ????e? ?at?e?e?, d?e?a??ta? ? p???t??? ?a? d??ast??? d?ast????t?ta, a?e?e????ta? a???µata ?a? st????ta? ep???af?? p??? t?µ?? t?? p?? e?e???s?? p??s?p???t?t??. ?? forum, p?? a?as??pteta? ap? t? 1914, e??a? se t?t??? ßa?µ? ?atest?aµµ???, p?? e??a? d?s???? ?a ?ata???se? t?? ??????s? t?? ? ep?s??pt??. ? a?? ?e??a? ?d???? e???te? ta ap?te??sµata t?? µe??t?? p?? d?e???eta? ap? t? 1977 ?a? f???d??e? ?a ß????se? st?? ?a??te?? ?ata???s? t?? ???t??? t?? ??µa???? p???? t?? F???pp??.

  • Après les quatre volumes du Corpus des inscriptions grecques d'Illyrie méridionale et d'Épire (I 1, I 2, II et III) consacrés aux inscriptions grecques d'Albanie, ce nouvel ouvrage présente les inscriptions grecques de Molossie ou de régions extérieures qui concernent des Molosses. Dans une première partie sont rassemblées les sources littéraires grecques et latines qui traitent de la Molossie et notamment de Dodone. La deuxième partie est consacrée à l'histoire de la Molossie et du sanctuaire de Dodone à partir des sources littéraires, archéologiques et épigraphiques. Elle intéresse aussi les régions voisines (Thesprôtie, Cassopie et même la Chaonie unie au royaume des Éacides dès le début du IIIe siècle avant J.-C., puis dans le koinon des Épirotes jusqu'à la catastrophe de 167). La troisième partie du livre rassemble 298 inscriptions de Molossie ou concernant des Molosses dans d'autres régions du monde grec antique, ainsi que quelques documents nouveaux en relation avec les autres régions présentées dans les quatre premiers volumes. Les lamelles oraculaires ne figurent pas dans ce volume.


    Following the four volumes of the Corpus des inscriptions grecques d'Illyrie méridionale et d'Épire (I 1, I 2, II et III) dealing with Greek inscriptions from Albania, this new work presents the Greek inscriptions from Molossia or from other regions related to the Molossians. In the first part the Greek and Latin literary sources are presented, which deal with Molossia and in particular Dodona. The second part covers the history of Molossia and the sanctuary of Dodona from literary, archaeological and epigraphic sources. This part also examines neighbouring regions (Thesprotis, Cassope and even the Chaonians united with the kingdom of the Aiakides from the beginning of the 3rd century BC, then in the koinon of Epirotes until the disaster of 167). The third part of the book brings together 298 inscriptions from Molossia or concerning Molossians in other regions of the ancient Greek world, as well as some new documents related to the other regions presented in the first four volumes. The oracular lamellae are not included in this volume.

empty