Le Livre Qui Parle

  • Pourquoi a-t-on utilisé , pour baptiser cette partie du monde, le prénom d'Amerigo Vespucci?
    Alors même qu'il s'installe en Amérique, Stefan Zweig reconstitue l'enchevêtrement des circonstances, des hasards, des malentendus qui sont à l'origine de cette étrange erreur.
    Écrivain constamment soucieux d'élargir son horizon, il nous invite ici à voir le monde avec les yeux des hommes du xve siècle, leurs connaissances, leurs incertitudes, Grace à ses talents de conteur, Stefan Zweig mène l'enquête, échafaude les différentes pistes possibles pour expliquer ce malentendu historique.

  • Narration : Jean-Christophe Doubroff
    "Nous entrons dans la Nubie. La nature est tout autre. Le paysage est d'une férocité nègre ;
    des rochers tout le long du Nil, qui maintenant devient resserré ; des palmiers de cinquante
    pieds de haut au moins, et des montagnes de sable qui, au soleil, semblent être de poudre d'or.» Flaubert, lettre à sa mère.


    Une autre vision de l'Egypte nous est proposée par des extraits choisis d'oeuvres d'auteurs classiques ou contemporains :

    F. R. de Chateaubriand : Itinéraire de Paris à Jerusalem

    Gérard de Nerval : Voiles et Masques du Caire

    Gustave Flaubert : Le voyage en Egypte

    Maxime Du Camp : Le Nil «de la première à la seconde cataracte»
    Théophile Gautier : Chemin de fer entre Alexandrie et le Caire, L'Orient

    Naguib Mahfouz : Dérives sur le Nil

empty