Max Milo

  • Survivre au pire

    Patricia Oddo

    • Max milo
    • 26 Janvier 2021

    Comment est-il possible de se reconstruire et d'aimer le monde quand on a vécu le pire ?
    «La nuit du 5 septembre 1990, mes deux enfants, Lucie et Sylvain, ont été assassinés par leur propre père. Face à un tel drame, j'aurais pu me donner la mort, mais j'ai choisi la vie. Comme beaucoup de mères, je croyais que jamais je ne pourrais vivre sans eux. Et pourtant... Aujourd'hui, je n'ai plus honte d'être en vie.» Dans ce récit hors norme, d'une rare humanité, Patricia Oddo trouve la force de vivre pour ses enfants, de tomber amoureuse, d'être mère à nouveau, de parler sans tabou de ce drame à ses enfants et de faire le deuil de ce drame trente ans plus tard.

  • Enfant mal placé

    Hakan Marty

    • Max milo
    • 12 Janvier 2021

    Enfant mal placé est le récit poignant d'une famille placée sur trois générations. La grand-mère, la mère et ses cinq enfants ont ainsi été placés dans des pouponnières dès leur naissance, puis dans des familles d'accueil.
    En 2018, en récupérant son dossier de l'Aide sociale à l'enfance, ainsi que celui de sa mère, Hakan Marty prend conscience de l'immense tragédie que sa famille a vécue, des maltraitances qu'il a subies et qui étaient enfuies dans sa mémoire.
    Confronté à de nombreuses zones d'ombre qui l'obsèdent, l'auteur va enquêter pour retrouver son père biologique, les amis de sa mère, sa grand-mère et son arrière-grand-mère, afin de connaître l'origine de cette tragédie.
    Seule sa rage de vaincre et de casser sa destinée lui permettra de s'en sortir, de réaliser des études pour s'occuper des enfants maltraités ou abandonnés, comme lui.

  • Quels sont les faits qui permettent d'affirmer que l'Etat Islamique cherche a` cre´er une guerre civile en France ; que l'invasion soviétique de l'Afghanistan a conduit à la création d'Al Qaïda ; que le Président syrien Bachar al-Assad est illégitime. Que Vladimir Poutine est obséde´ par les inge´rences dans nos de´mocraties. Que le terrorisme a frappé la France non pas pour ce qu'elle fait mais ce qu'elle est. Que le génocide au Darfour a fait 300 000 victimes... Litte´ralement aucun mais cela suffit a` asseoir la politique e´trange`re des pays occidentaux.

    La politique étrangère semble échapper à toute rationalité. On s'y engage dans des conflits sans objectifs précis, détruisant des sociétés durablement sans raisons claires. De l'Afghanistan au Mali, nos stratégies ne sont qu'une suite erratique d'actions tactiques, on cherche des solutions à nos perceptions, et non à la réalité du terrain. On manifeste pour des migrants, mais pas contre les frappes occidentales qui les poussent sur les chemins de l'exil. Des millions de personnes sont descendues dans les rues pour manifester leur colère face au terrorisme, mais combien ont manifesté avant que des frappes provoquent ces violences, alors que l'on en connaissait les conséquences ?
    La cause de ces dysfonctionnements est une information le plus souvent délibérément tronquée pour protéger des décisions mal réfléchies, guidées par l'ambition et des visions de court terme. Ce que nous tenons pour des certitudes ne sont souvent que des trompe-l'oeil grossiers.

  • Que sait-on sur les pleurs des bébés ? Comment peut-on favoriser leur sommeil ? Lait maternel ou lait artificiel, que choisir ? Que peut-on faire quand l'enfant fait la fine bouche ? Quel est l'état de la balance bénéfice-risque des vaccins? Pourquoi a-t-on interdit la fessée ? Ecrans passifs, écrans interactifs quels sont les risques et bénéfices ? Quels sont les effets des ondes électromagnétiques sur la santé ?...

    Ce sont plus de 1500 articles scientifiques touchant une trentaine de thématiques : la grossesse, l'allaitement, le sommeil, l'alimentation, les vaccins, l'éducation et les nouvelles technologies...

    Un livre idéal destiné à vous aider à prendre des décisions informées pour nos enfants.

  • « C'est une véritable descente aux enfers que nous avons connue avec ma femme et nos trois merveilleux enfants, entre 2012 et 2019. Voici quelques chiffres qui parleront d'eux-mêmes : 700 nuitées dans des petites chambres d'hôtel ; plus de 800 jours de mendicité ; pas loin de 500 000 personnes sollicitées ! Et, sachez-le, je fais toujours la manche de manière active. Jamais assis. Je vais vers les gens, je les interpelle les yeux dans les yeux pour obtenir leur attention et leur demander de l'aide. Tout cela avec une seule et unique obsession chevillée au corps : sauver ma famille avant tout ! » Dans ce témoignage inédit, Julien Luxcey nous raconte leur sortie de route, leur vie dans une voiture, la mendicité avec un bébé dans les bras, l'errance à travers la France pour trouver un logement, le placement des enfants et, enfin, le dur chemin pour retrouver une vie normale.

  • «Un ouvrage indispensable dans un monde qui n'a reconnu que la moitié de l'histoire du génocide rwandais. Terry Gould, winner of the CJFE Tara Singh Hayer Press Freedom Award.

    «C'est le récit sans faille d'une des catastrophes humaines du vingtième siècle les plus impitoyables et les plus cyniquement exploitées. Linden MacIntyre, award-winning broadcast journalist «Qui restera un ouvrage de référence sur le Rwanda pour les décennies à venir. Anjan Sundaram, journalist Le travail de Judi Rever repose sur des entretiens sans précédent avec des déserteurs du FPR, d'anciens soldats et des survivants d'atrocités, ainsi que sur des documents issus du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR.) Il permet de retracer l'histoire complète du génocide rwandais.

  • Il existe déjà de nombreuses histoires sociales, culturelles, religieuses, économiques, techniques de l'alimentation mais aucune histoire « politique » de la table.
    Que nous apprend l'alimentation préhistorique sur la division des sociétés ?
    Que devons-nous encore aux conceptions politiques des tables mésopotamiennes égyptiennes, grecques ou romaines, au-delà de la question des banquets ? Comment et pourquoi les tables gauloises ont-elles été balayées par l'alliance politique entre l'église catholique et les nouveaux maitres issus des grandes invasions ? En quoi le système politico-religieux féodal a-t-il structuré durablement notre table ? pourquoi et comment la monarchie absolue a-t-elle du inventer sa propre conception de la table comme elle disposait déjà de sa musique, danse, architecture, des jardins à la française etc. ?, Quelles furent les conceptions révolutionnaires (89-93) de la table ?  Pourquoi Robespierre avait-il par exemple aussi peur  des grands banquets populaires ? Pourquoi la république a-t-elle imposé la pomme de terre contre  « l'arbre à pain » (chataignier) ? Quelles furent dans l'histoire les grandes utopies alimentaires ?
    Paul Aries, en douze chapitres, conçus à la façon des divers services d'une table, retrace une histoire politique de l'alimentation expliquant « ce que manger veut dire » du point de vue de la constitution d'une société, de ses rapports de pouvoir, de domination, etc.
    ( Premier Service : les tables préhistoriques, Deuxième Service : la table mésopotamienne, Troisième Service : la table égyptienne, Quatrième Service : la table grecque, Cinquième Service : la table romaine, Sixième Service : les tables gauloises, Septième Service : la table mérovingienne, Huitième Service : la table carolingienne, Neuvième Service : la table clérico-féodale, Dixième Service : la table de la monarchie absolue, Onzième Service : la table républicaine, Douzième Service : la table bourgeoise et en Sortie de table les grandes utopies alimentaires).
     

  • Les faux sont partout dans l'art, dans les musées, les salles d'exposition, les galeries, et cela pour une raison simplissime : ces chefs-d'oeuvre sont réalisés avec la complicité des maîtres eux-mêmes (parfois), de la famille des artistes quand ils sont décédés (très souvent), des experts et des galeristes du monde entier (tout le temps).
    « L'empereur » a réalisé des dizaines de milliers de faux, qui ont permis d'enrichir un grand nombre de marchands d'art. « Tout le monde savait ce que nous fabriquions à Nice, Copenhague, New York, Anvers, Shanghaï... mais tout le monde la fermait, car il y avait beaucoup d'argent à gagner. »

  • Comment les cultures et les théories féministes parviennent-elles à réduire les inégalités hommes-femmes ? Le féminisme englobe une véritable diversité théorique, historique, idéologique et géopolitique exposée ici et illustrée de manière originale en regard.

  • « Qui est vraiment James Bond ? Quels espions ont inspiré 007 ? Quels sont les événements historiques anticipés par la saga ? De quelles James Bond Ladies 007 est-il réellement amoureux ? Pour percer les mystères du fidèle agent de Sa Majesté, Aliocha Wald Lasowski utilise différentes techniques de décryptage. Des études de genre à la pensée postcoloniale, de la culture populaire à la géopolitique, du féminisme à la phénoménologie, l'auteur dévoile les arcanes des vingt-cinq films. L'essayiste va même jusqu'à inventer la démarche philoscopique, qui révèle ce qui est caché à l'écran. De James Bond contre Docteur No en 1962 à Mourir peut attendre en 2020, Les cinq secrets de James Bond dessine un paysage insoupçonné, pour percevoir autrement le plus célèbre des agents secrets. »

  • Blouses blanches, colère noire Nouv.

    Paniqués par les déficits, nos gouvernants ont essayé de légiférer pour freiner cette descente aux enfers du système de santé depuis plus de 20 ans. Le retour de Jean Castex aux affaires en est le symbole le plus prégnant. Le Premier Ministre est en effet l'un des principaux responsable de cette situation qui a transformé l'hôpital en entreprise à flux tendu, le rendant incapable d'assurer et de combattre les crises sanitaires. Les médecins, et plus largement les soignants n'ont plus aucun pouvoir dans le système de santé en France. Dans cet essai, l'auteur analyse ainsi ce combat depuis cinquante ans pour contrôler les médecins dans les hôpitaux publics, les cliniques prives, et les médecins libéraux. Il reprend les principales réformes qui ont mené à la catastrophe.

  • Début 2020, s'ouvre à Paris le procès des deux pilotes qui ont bombardé le camp militaire français de Bouaké le 6 novembre 2004, faisant 9 morts et 34 blessés. Il s'agit d'un des plus grands scandales de la Vème République, impliquant trois ministres français. Me Jean Balan, le principal avocat des familles des soldats français lève le voile sur cette tragédie.

  • Lacan

    Hervé Castanet

    L'influence de Lacan ne s'est jamais démentie, alors qu'on a fêté en 2011 les 30 ans de sa disparition. L'enseignement de Lacan, orateur mémorable à la voix fascinante, est toujours audible et ses idées ont fait de lui plus qu'un psychanalyste : pour beaucoup il est un philosophe. Il a redéfini l'absolu, la jouissance, le désir, l'identité, l'altérité et ses paradoxes ont fait couler beaucoup d'encre, car il avait aussi le sens de la formule : "L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas." ; "La psychanalyse est un remède contre l'ignorance, elle est sans effet sur la connerie." ; Ou encore : "Si vous avez compris, vous avez sûrement tort".
    Le personnage, souvent caricaturé, a parfois risqué de recouvrir l'oeuvre, et ses positions politiques mal comprises ont fait qu'une certaine jeunesse s'est détournée de lui dans les années 70, avant d'y revenir dans les années 90. Il n'a pas craint d'inventer des concepts nouveaux aux définitions précises (l'inconscient structuré comme un langage, l'objet (a), l'Autre, la forclusion, le sujet supposé savoir, la passe, les non-dupes-errent, etc.) et a permis, parfois par son seul sens du verbe et de sérieux jeux de mots, une avancée pour la psychanalyse là où Freud butait sur le Père. On posant un au-delà de l'Oedipe et du Père, en relisant Kant ou Sade, ou Heidegger avec les Grecs, Lacan a su préparer l'invention de la psychanalyse du XXI° siècle.

  • « Oui, aujourd'hui, je sais que le lancer de nains, c'est mal, et que c'est mal aussi de partouzer avec quatre putains, et que c'est mal de manipuler le cours des actions. »
    Jordan Belfort nous fait entrer dans le temple de la spéculation mondiale, découvrir ses coulisses mafieuses, ses secrets scandaleux, ses escroqueries énormes. Nul ne les connaît mieux que lui : il n'y a pas si longtemps, tout le monde dans le milieu de la Bourse l'appelait le loup de Wall Street. Comment est-il devenu l'un des hommes les plus riches de New York ? Comment, à force d'excès en tout genre, a-t-il fini arrêté par le FBI ?
    Avec un sens hallucinant de la narration et du rythme, Belfort nous raconte son histoire tragicomique, de ses débuts de trader jusqu'à sa chute vertigineuse, en passant par les sommets de la fortune la plus insolente, les fêtes les plus décadentes, les cocktails de psychotropes les plus fous. Une vie de rock star.
    Cette autobiographie du plus dément des requins de la finance restera dans les annales. Parce qu'elle est authentiquement insensée. Et parce qu'elle constitue le faire-part de décès des exubérantes années Bourse. À moins que tout ne recommence de plus belle demain ?

  • Agente d'élite

    ,

    • Max milo
    • 24 Septembre 2020

    A 25 ans, je poursuivais ma troisième année de philosophie à la Sorbonne, heureuse d'avoir échappé au retour forcé au bled prévu par mes parents. Fière de ma victoire, il ne me manquait qu'un dernier défi pour devenir l'égal de mes pères : pratiquer la boxe, comme tous les hommes de ma famille. Sauf que je ne ferai pas de l'anglaise mais de la Francaise. Je me battrai avec mes pieds et mes poings, avec tout mon corps pour réussir.
    Dès mes premiers cours, je decouvre que mon moniteur est un flic de la BRI, la Brigade de Répression et d'Intercention, une rencontre qui change ma vie. C'est à ce moment que je décide de devenir gardien de la paix. Passé le concours et après une annee d'école decevante, je suis affectée, fin 1999, au commissariat central du 20ème arrondissement. J'y ai découvert le mépris et la defiance, du coté des policiers, comme du côté des délinquants. Mais j'y ai surtout découvert des collègues bienveillants, prêts à se sacrifier pour une belle cause : servir la France.
    Grâce a la Police nationale, pendant 20 ans, j'ai appréhendé le monde dans sa realité, brut, sans concession. J'ai vu émerger progressivement cette nouvelle France qui se dechire aujourd'hui.
    Ce livre n'est pas un simple récit d'expériences policières, ni une éniéme histoire de maghrébine ayant réussi grâce à la République. C'est un temoignage inédit du vécu d'une femme qui a choisi de risquer sa vie, au sens propre, pour ses convictions et pour la République. Ce récit propose de renouveler la compréhension des problématiques actuelles de sécurité, de délinquance, de cohésion sociale ou d'Islam en France.

  • Juriste et politologue tout autant qu'avocat pénaliste renommé, passionné de philosophie politique, il a été l'élève de Jean-François Mattei à Science-Po, Gérald Pandelon connait parfaitement les arcanes du milieu du grand banditisme et en particulier du milieu marseillais aujourd'hui. Un milieu dangereux tiraillé par la lutte que se livrent les gangs souvent issus des vagues d'immigrations successives pour le contrôle des divers trafics, notamment celui du cannabis.
    Il a conduit et guidé le journaliste Paul-François Paoli du Figaro, natif de Marseille, à la rencontre de ces voyous dont certains restent discrètement « en activité ». Il lui a ouvert les portes de quartiers comme La Castellane ou Félix Pyat où la police n'entre que précautionneusement et où le trafic de drogue (cannabis, cocaïne...), qui se déroule au sus et au vu de tous, rapporte aux dealers des quartiers des sommes faramineuses tandis que la classe politique regarde ailleurs.
    A la fois témoignage d'un avocat, reportage de terrain et enquête sociologique, ce livre contient des portraits et des entretiens terrifiants sur la dérive de quartiers en France, de zones de non droit, ainsi que des histoires inédites de voyous sur leurs activités. Il dresse un état des lieux plus qu'alarmant sur la démission de l'Etat et la corruption d'une classe politique locale qui accepte l'emprise des mafias en échange d'une prétendue « paix sociale ». La peur, résignation, l'intérêt à court terme, ont-ils définitivement gagné les Politiques ? C'est la question que pose ce livre qui fera date.

  • Mensonge d'État

    Philippe Pascot

    • Max milo
    • 26 Septembre 2019

    Pendant que le peuple en colère défile dans une mobilisation populaire inédite depuis la révolution française, que le monde (média compris) regarde transi une marée jaune submerger les rues de France ; l'Etat, les parlementaires et les lobbies ont accéléré en catimini leur domination sur l'ensemble de la société. Avec des lois, amendements de dernières minutes, artifices administratifs imposés, mise au pas des parlementaires, ils légifèrent et légalisent l'immoralité, dénaturent et minimisent les conséquences immédiates ou ultérieures de leurs actes sur la santé, l'environnement, le travail de la population. Médicaments, OGM, nucléaire, linky, banques, code du travail, sécurité sociale, santé, environnement, retraites, enseignement, impôt, taxes, autoroutes, loto, aéroports, électricité, l'auteur liste l'ensemble des mesures prises par la Présidence Macron depuis 2017. Comme lors de ces cinq précédents livres, l'auteur s'appuie sur des faits précis, vérifiés et sourcés.

  • Vintimille, ville-frontière italienne, supermarché des Azuréens en quête de cigarettes à prix cassé, s'illustre pour une autre spécialité : le transit de migrants. Fuyant l'horreur des zones de conflits, la brutalité des dictatures ou juste une vie sans perspective, ce sont des milliers de jeunes hommes, femmes, enfants qui trouvent refuge dans cette cité balnéaire et ses montagnes environnantes.

    Pour leur venir en aide, de nombreux citoyens, connus ou inconnus, boulanger retraité, princesse locale ou agriculteur, anarchiste ou curé, se mobilisent. Se faufilant entre arrêtés municipaux et préfectoraux, dénonçant l'illégalité de pratiques policières, collectant vêtements et nourriture pour les réfugiés, beaucoup doivent se défendre devant les tribunaux.

    Dans ce journal de bord, Teresa Maffeis, figure militante locale, et Aurélie Selvi, journaliste, souhaitent leur rendre hommage en racontant l'histoire de la fraternité que ces insurgés écrivent depuis cinq ans.

    Teresa Maffeis, fondatrice de l'Association pour la démocratie à Nice, lutte contre les discriminations et l'exclusion des sans-papiers, la scolarisation des enfants Roms, les droits des femmes...

    Aurélie Selvi, journaliste, attirée par les sujets sociaux et environnementaux, a consacré deux ans de travail à la rétention des étrangers.

  • L'acteur et la cible

    Declan Donnellan

    • Max milo
    • 29 Novembre 2018

    Ce livre propose une entrée dans la vie passionnante de ce dramaturge novateur. Il explore les pièces dans leur contexte de création, avec un résumé des intrigues, ce qui permet aux amateurs de théâtre d'aborder les drames O'Neilliens par la vie de l'auteur et de ses productions dramatiques. L'ouvrage s'adresse à ceux qui souhaitent découvrir une oeuvre parfois complexe, dont l'impact sur les scènes anglophones ne se dément pas au fil des ans. Un autre aspect du livre retiendra l'intérêt du lecteur : il s'agit de lettres qui révèlent le regard qu'un créateur portait vers la France, pays où il résida trois ans dans les années vingt.

  • Pilleurs d'état

    Philippe Pascot

    Philippe Pascot nous entraine à la découverte de ce que nos élus cachent sous le tapis de leur exemplarité affichée et de leur moralité élastique quand elle touche à leurs privilèges.
    Il démontre à travers des faits concrets que le système lui-même, dans son immobilisme calculé, ne peut donner naissance qu'à des dérives illicites ou légales mais toujours totalement immorales ! Si tous les élus ne sont pas pourris, beaucoup sont complices.
    Cet ouvrage recense tous les abus légaux dans lesquels se vautre sans vergogne la classe politique française : salaires exorbitants, exonération d'impôts, retraites douillettes, passe-droits et autres petits arrangements entre amis, le tout dans le cadre d'une loi faite sur mesure et qu'ils connaissent sur le bout des doigts.
    Des faits et des actes révoltants, mis à jour sans concession mais sans esprit partisan, dans le seul but du droit à l'information pour tous.

  • La pensée fait du bruit, non seulement lorsqu'elle parle, mais aussi dans ses textes. La voix, le ton, l'accent, l'intensité, le volume font partie des idées. Une pensée doit s'écouter, déclarait Nietzsche qui se vantait d'avoir les oreilles les plus petites mais les meilleures de la philosophie.
    L'attention récente portée aux voix de philosophes, grâce aux enregistrements audio-visuels de penseurs tels que Arendt, Sartre, Beauvoir, Deleuze, Lacan, Foucault, Barthes, Kristeva... a influencé la façon de les lire et de les comprendre. À l'oral, mais aussi à l'écrit, des souffles, des vitesses, des rythmes particuliers inspirent le développement de leur pensée. Parfois ce sont des accents régionaux qu'un philosophe exprime, comme le bourguignon Bachelard, ou qu'il veut réprimer, comme Derrida, honteux de son accent juif algérien, ou encore le béarnais Bourdieu... Ausculter les textes, c'est écouter aussi les silences, les sons inarticulés - hurlements ou murmures - qui se logent dans la pensée : Deleuze entendait des cris dans les concepts de Spinoza.
    Et si nous écoutions les oeuvres philosophiques comme des paysages sonores?
    Les sound studies se sont développées en Amérique du Nord depuis une dizaine d'années et enrichissent peu à peu l'histoire, la littérature, la sociologie, l'écologie. Cet essai propose d'en montrer la puissance pour une toute nouvelle approche de la philosophie : il observe les dispositifs acoustiques de la parole et de l'écriture philosophiques, dès l'Antiquité, lorsque Pythagore se cachait derrière un rideau pour enseigner à ses disciples, jusqu'aux théoriciens de l'écologie sonore qui montrent les enjeux politiques du son.
    Apprendre à lire avec les oreilles, tel est le programme d'une nouvelle écoute qui découvre les significations inouïes de la philosophie.

  • Depuis 2008, l'affaire Fourniret éclabousse la France et la Belgique. Le tueur en série Michel Fourniret est condamné à la perpétuité incompressible pour une série de rapts, viols et meurtres, et sa femme, Monique Olivier, à la perpétuité accompagnée d'une mesure de sûreté de vingt-huit ans. Leurs ombres continuent de planer sur une trentaine de meurtres non élucidés.

    En 2014, le journaliste Oli Porri Santoro s'invite dans l'enquête et se lie d'amitié avec Selim, le seul fils du couple diabolique, qui a depuis refait sa vie dans le sud de la France sous une nouvelle identité.

    Au lendemain de leur rencontre, le destin s'en mêle. Selim reçoit une lettre de son père, dont il était sans nouvelle depuis dix ans. Commence alors entre le journaliste et Selim une amitié qui leur permettra de correspondre avec le tueur en série pendant plusieurs années (plus d'une centaine de lettres) et de le rencontrer en prison, à la maison centrale d'Ensisheim, en Alsace.

    Une histoire vraie relatée nulle part ailleurs : aveux inédits de meurtres jamais obtenus par les enquêteurs, dévoilement du nom d'un potentiel complice, preuves de la présence de Michel Fourniret au procès Ranucci en 1976, la vérité sur le sort des restes du trésor du gang des Postiches...

  • Histoire des blancs

    Nell Irvin Painter

    • Max milo
    • 31 Janvier 2019

    La notion de race fait un retour violent dans le langage et les conflits sociaux en France, comme si le sujet avait été refoulé, alors que les États-Unis n'ont pas cessé de s'y confronter. Les minorités visibles n'hésitent plus à revendiquer leur couleur ou leur identité racisée. L'historienne afro-américaine, Nell Irvin Painter, adopte un point de vue révolutionnaire : au lieu d'étudier la négritude, elle interroge la construction de la notion de race blanche, depuis les Scythes de l'Antiquité jusqu'aux catégories raciales utilisées dans l'Occident d'aujourd'hui.
    Elle étudie la manière dont la désignation de Blancs et de Non-Blancs a évolué selon les croyances politiques et la représentation des corps. Elle montre les constructions du regard sur la couleur, et leurs liens avec les critères esthétiques de la beauté féminine. Elle étudie les passages entre les pensée américaines et européennes au XIXe siècle. Elle analyse les catégories raciales qui définissent les identités aujourd'hui.

empty