Sciences humaines & sociales

  • Le gout du féminisme

    Collectif

    • Mercure de france
    • 4 Mars 2021

    On ne devient pas féministe : on naît femme, et le combat commence. Contre les agressions, contre les interdits édictés par les religions, contre les inégalités du monde de l'entreprise et de l'espace politique... Des pionnières du féminisme jusqu'aux courageuses Femen actuelles, des femmes (et des hommes !) se sont toujours battus. Et le combat ne cessera que lorsque justice sera rendue... Que les femmes, que toutes les femmes rient, pleurent, jouissent et vivent : c'est seulement ainsi, libérés des chaînes qu'ils ont eux-mêmes forgées que les hommes aussi vivront. Car le féminisme est un humanisme, incarné par les voix de Christine de Pisan, Doris Lessing, Anne Sylvestre, Benoîte Groult, Gisèle Halimi, Annie Ernaux, Virginie Despentes, Gabrielle Suchon, Flora Tristan, Qasim Amin, Simone de Beauvoir, Olympe de Gouges, Louise Michel, Monique Wittig, Simone Veil, Grisélidis Réal, Angela Davis, et bien d'autres...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût de la poésie française

    Collectif

    • Mercure de france
    • 10 Mars 2022

    Cette anthologie propose une large palette d'écritures poétiques, forcément multiple de par la variété de ses formes, la diversité de ses chemins, le registre étendu de ses voix. C'est la langue française qui la gouverne, et non pas la nationalité des poètes. La poésie française présentée ici offre un paysage contrasté, que ce soit une poésie inspirée, habitée de profondeurs sensibles, de vertiges métaphysiques, ou bien de «la poésie qui ne la ramène pas», pour citer Christian Prigent. Tous les «styles» d'écritures sont mis en présence:vers réguliers ou libres, proses poétiques, minimalisme ou ampleur, oralité ou spatialisme, modernité affichée et militante ou jeu avec les formes fixes héritées de la tradition, écritures fragmentées... Bouquet varié de joies, d'inquiétudes et de beautés en compagnie de Villon, Marot, Ronsard, Racine, Voltaire, Lamartine, Vigny, Hugo, Nerval, Corbière, Rimbaud, Maeterlinck, Segalen, Apollinaire, Reverdy, Aragon, Michaux, Prévert, Senghor, Char, Des Forêts, Du Bouchet, Bonnefoy, Jaccottet, Butor, Venaille, Novarina, Bianu et bien d'autres...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Souvenirs d'une femme du peuple

    Marie-Victoire Monnard

    • Mercure de france
    • 5 Mai 2022

    Fille de laboureur née dans un hameau placé dans la dépendance de Creil, à douze lieues de la capitale, débrouillarde et opiniâtre en dépit d'une éducation limitée, Marie-Victoire Monnard (1777-1869) est sur le point d'entrer dans sa treizième année quand elle est envoyée en apprentissage à Paris:«Je voulais être marchande de bonnets piqués et non pas de porcs».Dans ses souvenirs de jeunesse racontés d'une plume spontanée, simple et vivante, elle évoque aussi bien les anecdotes de son enfance paysanne que les événements révolutionnaires dont elle fut le témoin oculaire, des insurrections populaires aux convois de guillotinés, des mouvements de solidarité aux massacres. Entre franchise et naïveté, sans stratégie narrative ni complaisance, ses observations renseignent sur cette frange du peuple qui a vécu la Révolution sans mener la danse.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le Robinson suisse, journal d'un père de famille naufragé avec ses enfants

    Jürg Wyss

    • Mercure de france
    • 5 Mai 2022

    À la toute fin du XVIII? siècle, Johann David Wyss, pasteur à Berne, écrit une «robinsonnade» inspirée du célèbre Robinson Crusoé (1719) de Daniel Defoe. Publié en 1812, Le Robinson suisse, roman vivant et drôle, connaît un grand succès. Il raconte l'histoire d'un couple et de ses quatre garçons qui échouent sur une île déserte. Jour après jour, ils tentent non pas d'inventer un nouveau mode de vie mais de reconstruire, progressivement, un quotidien semblable à celui qu'ils ont perdu, en mettant en évidence chacune des valeurs qui le porte.Cette fiction propose une expérience d'«ensauvagement» qui trouve de nombreux échos dans notre monde contemporain. La famille helvète ressemble soudain aux candidats d'un jeu télévisé placés sur une île exotique pour «survivre» mais aussi aux protagonistes des séries catastrophes...Par ce texte d'une singulière modernité, J. D. Wyss offre un regard éclairant et critique sur nos robinsonnades post-modernes.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût des haïku

    Collectif

    • Mercure de france
    • 15 Mars 2012

    De l'ordinaire extraire l'extraordinaire.
    Telle est la force du poème court japonais, le haïku, considéré comme la forme littéraire zen par excellence. Il met en oeuvre le satori, suspension du temps, il saisit le merveilleux tapi au coeur de l'ordinaire, l'absolu au coeur du relatif, le sacré au coeur du banal. Une émotion, une intuition, un sentiment, une perception au sommet d'une montagne, dans un jardin, en pleine tempête ou au coin de la rue ; dans sa fugacité même, un instant est saisi au vol.
    Selon Bashô, grand maître du haïku, « c'est simplement ce qui arrive en tel lieu, à tel moment ». Balade poétiqueen compagnie de Bashô, Issa, Buson, Ryokan, Shiki, Santoka, Sôseki, Ueshima Onitsura, Fukyo Matoa, Satomura Shôba, Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Richard Brautigan, Benjamin Péret, Kenneth White, Louis Calaferte, Zéno Bianu, Tomas Tranströmer etbien d'autres

    En stock

    Ajouter au panier
  • Mémoires

    Madame Roland

    • Mercure de france
    • 12 Mai 2022

    Madame Roland naît en 1754, fait des études brillantes, épouse un financier du roi:ces prémices aboutissent en général à un salon bourgeois. Elle eut un salon. Elle y rencontra l'Histoire, et l'Histoire ne la lâcha plus. Roland de la Platière, son mari, devint ministre de l'Intérieur, alors elle put penser qu'elle triomphait, et avec elle l'idéal révolutionnaire:Plutarque, les stoïciens, la justice, l'égalité, la vertu. Mais le vent tourna. Les Girondins avaient tous fréquenté chez elle:elle fut suspecte comme eux, et comme eux condamnée. Toute la Révolution défile dans ces Mémoires avec ses frémissements et ses violences.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût du théâtre

    Collectif

    • Mercure de france
    • 14 Janvier 2021

    Qu'est-ce que le théâtre? Pour Molière, c'est l'« étrange entreprise [...] de faire rire les honnêtes gens ». Victor Hugo y voit un art qui « doit faire de la pensée le pain de la foule », et Louis Jouvet « un objet qui soit comme un vrai objet et qui soit faux ». Siècle après siècle, le théâtre fourmille de trajectoires romanesques en diable, de songes et de rêveries, de conflits et de complots, de drames et de passions. Témoin de l'Histoire, du temps, de l'évolution des moeurs et des révolutions esthétiques, il secoue, provoque, séduit, traite d'à peu près tout et cultive aussi bien la surprise que l'émerveillement. Flânerie à travers les rages et les espoirs de quelques caractères bien trempés qui n'ont jamais sacrifié leur talent au moule du conformisme, ce « goût du théâtre » se savoure en compagnie de Sarah Bernhardt, Bertolt Brecht, Albert Camus, Jacques Charon, Denis Diderot, Alexandre Dumas, Dario Fo, Charles Dullin, Eugène Ionesco, Henry de Montherlant, Giorgio Strehler, Jean Vilar...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût de la poésie amoureuse

    Collectif

    • Mercure de france
    • 8 Février 2018

    L'expérience poétique consiste à mettre des mots sur le mystère, notamment l'amour. Question de rencontres, d'affinités (s)électives, l'amour et la poésie s'inventent, s'étreignent, et convolent en justes noces. La voix du poète est tributaire d'une expérience qui, au fil des années et des pages, l'impose avec une force, une gravité de plus en plus poignante, prégnante. Le cours du langage se resserre et rive le poème à l'essentiel, quand l'embouchure de l'existence se rapproche irrémédiablement de sa source. «Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir» écrit précisément René Char.
    Balade en compagnie de Pierre de Ronsard, Jean de La Fontaine, Friedrich Hölderlin, Alphonse de Lamartine, John Keats, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Rabindranath Tagore, Paul Valéry, Louis Aragon, Paul Éluard, Jacques Prévert, Pablo Neruda, Yves Bonnefoy, Adonis, François Cheng, Joseph Brodsky, Nimrod et bien d'autres...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût de la philosophie

    Collectif

    • Mercure de france
    • 14 Février 2019

    «Connais-toi toi-même», «deviens ce que tu es»... Publicités et réseaux sociaux regorgent aujourd'hui de ces aphorismes et on ne compte plus les livres colorés autour du bonheur, de l'amour et de la construction de soi - thèmes philosophiques par excellence. Pourtant la philosophie reste souvent perçue comme une matière aride. Platon, Nietzsche, Descartes, Kant intimident encore. Revenir aux sources, savoir pourquoi et comment les grands auteurs ont décidé de consacrer chaque jour de leur vie à cette discipline pour trouver des sources infinies de consolation et de joie, depuis l'Antiquité, jusqu'à mourir pour elle, telle est l'une des missions de cette anthologie. Les grands philosophes côtoient ici les romanciers, artistes, cinéastes ou chanteurs qui évoquent, à la première personne, le plaisir de philosopher. Balade en compagnie de Socrate, Aristote, Épictète, Voltaire, Bergson, Marcel Proust, Montaigne, Albert Camus, Simone Weil, Charlie Chaplin, René Magritte, Michel Houellebecq, Bob Dylan, Woody Allen et bien d'autres...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût des arbres

    Collectif

    • Mercure de france
    • 16 Mai 2019

    La littérature doit beaucoup aux arbres : sans eux, point de livres... Il est donc tout naturel de les trouver nombreux, et par forêts entières parfois, au détour des pages. Pour tous les goûts, pour tous les âges : chêne de la fable de La Fontaine, forêts angoissantes des contes de Grimm, arbres des légendes africaines ou amérindiennes, Saule-Cogneur du cycle Harry Potter... Les arbres accompagnent les lecteurs et les écrivains toute leur vie durant. Ils sont liés à un moment de notre histoire personnelle. Aujourd'hui, alors que la déforestation fait rage et que les arbres disparaissent, on ne compte plus les livres qui traitent de la mémoire des arbres ou de leur vie secrète...
    Balade en compagnie de Guillaume Apollinaire, Victor Hugo, Théophile Gautier, Jules Renard, José-Maria de Heredia, Federico García Lorca, Paul Claudel, Jacques Prévert, Michel Tournier, Jean Giono, Marcel Pagnol, Jorge Semprun, JMG Le Clézio, Miguel de Cervantès, Jean-Marie Rouart et bien d'autres...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Mémoires intimes de Napoléon Ier par Constant, son valet de chambre t.1

    Constant

    • Mercure de france
    • 2 Novembre 2017

    Napoléon n'a jamais cessé d'être un objet de fascination. On parle de lui ; on le fait parler; on interprète les énigmes de sa vie, où les faits éclatants ne sont pas toujours moins mystérieux que les points réputés obscurs. On sait tout de lui - et à peu près rien; d'où, transparent et insaisissable, son mythe. C'est qu'il parle peu. Entendre sa voix, vivre au jour le jour dans l'intimité de l'empereur, assister à son lever, à ses colères, à son divorce, percevoir, d'un grand homme, moins ce qui est grand que ce qui est homme - commun, quotidien, émouvant dans cela même qui le fait plus vivant et plus semblable à nous: cette chance unique a un nom, Constant.
    Introuvables depuis fort longtemps, voici les Mémoires de celui qui fut son compagnon de chaque instant. Valet de chambre de l'empereur, Constant fut à la fois son secrétaire et son confident. Voici, derrière ses souvenirs, le journal intime de Napoléon.

  • Parler de la mort

    Françoise Dolto

    • Mercure de france
    • 4 Octobre 2018

    Sur le ton de la confidence, Françoise Dolto, avec des mots simples et audacieux, ose aborder ce sujet tabou à notre époque: la mort. Comment en parler avec ceux qui vont mourir, avec ceux qui n'ont plus envie de vivre, avec ceux qui ont perdu un être cher ?
    Comment parler de la mort avec les enfants ?

  • Lettres 1672-1722

    Princesse Palatine

    • Mercure de france
    • 18 Janvier 2018

    Née en 1652, arrachée, à dix-neuf ans, à son Palatinat natal pour être mariée au frère de Louis XIV, Charlotte-Élisabeth étonna la cour par ses façons rustiques et ses propos cocasses mais sut gagner la sympthie du roi. Ni l'indifférence courtoise de Monsieur, ni les intrigues des courtisans, ni, plus tard, la mise à sac de son pays d'origine par les troupes françaises ne lui firent oublier ses devoirs.
    Mais, quand Louis XIV obligea Philippe d'Orléans à épouser une de ses bâtardes, elle osa un esclandre et vécut désormais à l'écart.
    Ses joies et ses peines, Liselotte les confia chaque jour à ses parents d'Allemagne dans des lettres qui forment la chronique la plus dense, la plus animée et sans doute la plus véridique du règne de Louis XIV.

  • Le goût de Jules César

    Collectif

    • Mercure de france
    • 15 Avril 2021

    César fut-il le dernier des chefs d'État « républicains » ou le premier des dictateurs ? Les historiens en débattent encore. Ce qui est unique, outre son épopée personnelle sur les traces d'Alexandre le Grand, c'est l'héritage qu'il nous a légué (un calendrier, par exemple), et le fait que le surnom de sa famille, Caesar, soit devenu un titre, un nom commun, dans plusieurs langues.
    Cet opus retrace la trajectoire exceptionnelle de Caius Iulius Caesar, de son nom exact (100-44 avant Jésus-Christ), telle qu'elle a nourri la littérature. La sienne d'abord, avec La guerre des Gaules et La guerre civile ; celle de l'Antiquité ensuite, avec Cicéron, Lucain, Ovide, Suétone et Plutarque, essentiellement. Ex nihilo, une légende s'est créée autour de César, à des fins politiques. Abondamment reprise, poursuivie, amplifiée, commentée, moquée, mise en livres par des auteurs « modernes », de Shakespeare à Goscinny et Uderzo, en passant par Alexandre Dumas, Mark Twain, Max Gallo et même Napoléon III !

    En stock

    Ajouter au panier
  • La mort de Louis XVI, la captivité de la famille royale au Temple, le mystère Louis XVII : cette suite d'événements où l'histoire touche au mythe est par elle-même légendaire. Pour les connaître dans leur réalité quotidienne, il faut retourner aux rares pièces authentiques. Voici donc rassemblés ici trois témoignages majeurs : ceux de Cléry, le valet de chambre du roi, d'Edgeworth de Firmont, le confesseur du roi, enfin de la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, seule survivante du drame qui fit périr sa famille.
    Grâce à ces textes, nous pouvons revivre heure par heure, et comme si nous y étions, l'un des épisodes les plus émouvants de l'histoire de France.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût des mots

    Collectif

    • Mercure de france
    • 10 Septembre 2015

    Textes choisis et présentés par Elsa Gribinski.
    « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu ; et le Verbe était Dieu » : telle est parole d'Évangile, dit-on, celui de saint Jean. Les mots désignent des choses, des idées, des concepts. Mais sont-ils toujours en adéquation exacte avec ce qu'ils sont supposés dénommer ? Telle est la grande question que soulève leur maniement, celle du nommable et de l'innommable, du dicible et de l'indicible. Manier les mots, c'est en connaître non seulement le sens mais aussi le pouvoir. Souvent les mots sont des armes : qui maîtrise le langage peut aussi envisager, un temps, dominer le monde. Pourtant, dire le monde, le dominer par et avec les mots, devient parfois simplement impossible, voire ridicule. Mieux vaut dès lors en rire. Les goûteurs de mots et les joueurs de mots se rejoignent dans le partage d'un même état d'esprit à la fois érudit, poétique et ludique.

    Voyage dans cette Babel revisitée en compagnie de Borges, Platon, Apollinaire, Rimbaud, Proust, Jonathan Swift, Sartre, Cervantès, Shakespeare, Hugo, Mishima, Beckett, Rabelais, Leiris, Lewis Carroll, Raymond Devos, Pascal Quignard, Alphonse Allais, Queneau, Jarry, Genet, Joyce, et bien d'autres.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le goût de Jeanne d'Arc

    Collectif

    • Mercure de france
    • 15 Avril 2021

    Mythe ou réalité, Jeanne d'Arc est à la croisée de la légende et de l'histoire. Ses juges ont tout fait pour effacer sa trace et, paradoxalement, le long procès qu'ils ont orchestré entre le 9 janvier et le 29 mai 1431 pour la condamner nous laisse un témoignage inaltérable de son action. Personnage unique et multiple : pour les catholiques, Jeanne est avant tout une sainte ; pour les nationalistes, elle est le symbole du patriotisme ; pour les libres penseurs, elle est la figure de la rebelle par excellence ; pour les féministes, enfin, la première d'entre elles. De la bergère à la guerrière, Jeanne capturée, Jeanne jugée et Jeanne brûlée, mais Jeanne d'éternité, définitivement irrécupérable, ayant inspiré Voltaire, Jules Michelet, Anatole France, Charles Péguy, Max Gallo, Mark Twain, Jean Anouilh, Robert Bresson, Georges Bernanos, Paul Claudel, André Malraux, William Shakespeare, Alfred de Musset, et bien d'autres.

    En stock

    Ajouter au panier
  • « [...] une fois ou deux je demandai à ce geôlier un peu d'eau chaude pour me laver. «Cela n'a pas le sens commun, m'avait-il répondu, rien ne peut vous sauver des mains du bourreau, et comme elles sont fort sales, vous n'avez pas besoin de vous laver». » Témoins privilégiés de la Révolution à Paris, toutes deux prisonnières ayant survécu à la Terreur, Louise-Emmanuelle de Châtillon, princesse de Tarente (1763-1814) et Grace Dalrymple Elliott (1758?-1823) fréquentèrent deux courants distincts de la noblesse française. La première, tout entière consacrée à sa charge de dame d'honneur de Marie-Antoinette, évolua dans une société de cour farouchement anti-orléaniste. La seconde, Écossaise et proche amie du duc d'Orléans, côtoya la faction de ceux qu'unissait une commune hostilité au régime et à la cour. À la fois complémentaires et d'une grande valeur documentaire, leurs témoignages saisissent par le climat incessant de peur, de flambées de violence, de menaces et de mesures expéditives dont ils se font l'écho.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Parler juste aux enfants

    ,

    • Mercure de france
    • 4 Octobre 2018

    Dans ces entretiens inédits, réalisés entre 1977 et 1988, Françoise Dolto explique, à partir de situations de la vie de tous les jours, l'importance de parler juste aux enfants de leurs perceptions, parce que « mettre des mots sur ce qu'on éprouve, aussi bien dans la tendresse que dans la haine, c'est cela qui est humain ».
    Sur tous les thèmes qu'elle aborde dans ces textes - l'éducation sexuelle, les relations entre les enfants les grands- parents, les cadeaux, le sens du sacré ou la communication avec un enfant sourd - Françoise Dolto souligne la nécessité de « parler juste aux enfants car ils sentent juste ». Et quand la vérité est douloureuse pour les parents eux-mêmes, « il faut toujours dire quelque chose qui est sur le chemin de la vérité ».

    En stock

    Ajouter au panier
  • Mémoires du Sergent Bourgogne

    Sergent Bourgogne

    • Mercure de france
    • 11 Mars 2021

    Fils d'un marchand de toile du Nord, Adrien Jean-Baptiste François Bourgogne (1785-1867) s'engage dans les vélites de la Garde impériale le 24 janvier 1806 et participe aux campagnes napo léoniennes (Allemagne, Autriche, Espagne, Portugal).
    En avril 1812, Bourgogne est nommé sergent, et prend part avec ce grade à la campagne de Russie de juin 1812 à novembre 1813. De la prise de Moscou au passage de la Bérézina, il fait l'extraordinaire récit d'une des plus terribles tragédies de l'his toire militaire. Adoptant le point de vue des plus humbles, il raconte une campagne jalonnée de souffrances inouïes qui coû ta la vie à quatre cent mille soldats.
    C'est en 1853, à la retraite, qu'Adrien Bourgogne termine ses mémoires commencés en 1813, lors de sa captivité en Prusse. Ils pa raissent dans La Nouvelle Revue rétrospective, donnant un témoi gnage sur la campagne de Russie du point de vue du soldat français, et participant ainsi à l'édification de la légende napoléonienne.

  • Journal 1879-1939

    Abbe Mugnier

    • Mercure de france
    • 30 Octobre 2003

    De 1879 à 1939, l'abbé mugnier a tenu un journal soixante ans de vie sacerdotale et mondaine de celui qu'on a pu appeler le " confesseur des duchesses ".
    Dans les salons parisiens les plus huppés, l'abbé mugnier offrait pourtant l'aspect déconcertant d'un curé de campagne, avec ses gros souliers carrés et sa soutane élimée. il s'était imposé par les qualités les moins faites pour réussir dans un tel univers : la modestie, la sensibilité et la fraîcheur d'âme. mais il admirait cette société et aimait plus encore la littérature. les grands écrivains français (...
    Et les autres) se retrouvent dans ce journal. ils sont tous là, mêlés aux gens du monde, aux hommes politiques. c'est le " temps retrouvé ", le monde de proust qu'évoque jour après jour ce journal, document irremplaçable, et merveilleux roman de moeurs.

  • Mémoires sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789

    Baronne D'Oberkirch

    • Mercure de france
    • 20 Mai 2021

    L'aspect le plus original des Mémoires de la baronne d'Oberkirch réside sans doute dans le tableau fidèle qu'elle nous donne d'abord de la vie au XVIIIe siècle dans une province française au statut très particulier : l'Alsace, son pays natal.
    Elle nous raconte avec fraîcheur et esprit ses séjours à Strasbourg - le Strasbourg de Goethe et du cardinal de Rohan -, et ses visites à la cour de Montbéliard où la princesse Dorothée de Wurtemberg était son «amie de coeur». C'est pour retrouver celle-ci, devenue grande-duchesse de Russie et qui faisait en France un voyage semi-officiel avec son époux, que Madame d'Oberkirch se rend pour la première fois à Paris, en 1782. Elle rédige alors son journal qui est la partie la plus célèbre des Mémoires. Tous les historiens des moeurs avant la Révolution connaissent cette chronique savoureuse où défilent rois et princes, gens de lettres et magiciens, coiffeurs et modistes. Les anecdotes alternent avec les récits et les mots historiques. Comme elle le dit elle-même : «L'histoire se compose aussi de ces détails ; ils peignent l'époque».

  • Le goût des jardins

    Collectif

    • Mercure de france
    • 18 Mai 2006

    Métaphysiques, à la française, anglais, artificiels, de curés, de paradis, d'éternité, de fiction ou d'images... les jardins sont multiples. D'Homère à Marguerite Duras, de Virgile à Marcel Proust, de Gustave Flaubert à Amélie Nothomb, de Mme de Sévigné à Renaud Camus, ils sont omniprésents dans la littérature, toutes époques et tous genres confondus. Imaginaires pour les uns (la Genèse, Esope, La Fontaine), objets de traités savants pour d'autres (Walpole), mais aussi lieux affectifs (Chateaubriand, George Sand, Colette), moyens d'expression d'un pouvoir (Louis XIV), de connaissance (Jardin des Plantes), de loisir (parc des buttes Chaumont), ils suscitent l'engouement et parfois la passion. Structurés ou fous, ils ont tous un même goût de liberté qui nous raccroche plus ou moins consciemment à notre enfance, et à celle de l'humanité...

empty