Langue française

  • La petite fille posa sa cruche sur le bord de la route et courut jusqu'au village en criant de toutes ses forces : « La Vivante, la Vivante ! Elle arrive ! Elle vient nous visiter ! » À ces mots, les visages des vieux comme des jeunes s'illuminèrent. La foule se pressa à l'entrée du village pour accueillir la jeune femme qui marchait d'un pas lent et gracieux. Une horde d'enfants l'accompagnait partout. Tous avaient perdu leur famille pendant la Grande Catastrophe.

    Tandis que les enfants se dispersaient joyeusement, la jeune femme proposa aux villageois de s'asseoir en cercle autour d'elle. « Ô survivants, merci pour votre hospitalité et pour vos coeurs grands ouverts. Que voulez-vous savoir ? » Une femme, tenant un bébé dans les bras, prit la parole : « Dis-nous la qualité la plus importante que nous devons développer pour être de bons êtres humains et ne plus reproduire les erreurs du passé ? » Dans L'Âme du monde, pressentant l'imminence d'un cataclysme planétaire, sept sages étaient « appelés » à se retrouver dans un monastère tibétain afin de transmettre à Natina et Tenzin, deux adolescents, les clés de la sagesse universelle. La catastrophe a finalement eu lieu, décimant les populations et entraînant des années noires de pillages, de violences et de maladies.

    Natina a perdu les siens, mais pas sa foi en la possible amélioration de l'être humain. La jeune femme marche de village en village afin d'enseigner aux survivants ce qu'elle a appris des sages de l'ancien Monde : comment vivre en harmonie avec soi-même, avec les autres et dans le respect de la nature. Elle découvre aussi que des facultés méconnues de l'esprit humain se développent - intuition, capacité de communiquer par la pensée avec tous les êtres vivants -, qui laissent entrevoir l'émergence d'un monde nouveau. Au fil de cette quête, Natina retrouvera-t-elle celui à qui elle pense secrètement et qui vient parfois la visiter dans ses rêves ?

  • L'âme du monde

    Frédéric Lenoir

    • Nil
    • 10 Mai 2012

    Quelle force mystérieuse a poussé sept sages - un lama tibétain, un moine chrétien américain, une mystique indienne, un kabbaliste israélien, une philosophe néerlandaise, un maître soufi africain, une chamane de Mongolie, un maître taoïste chinois - représentant les grandes traditions spirituelles de l'humanité, à se retrouver dans un monastère perdu du Tibet ?
    Pressentant l'imminence d'une catastrophe mondiale, ils sont venus enseigner au jeune Tenzin les clés fondamentales de la sagesse.
    Oubliant volontairement ce qui les sépare de par leurs cultures et religions respectives, ils vont transmettre un message philosophique et spirituel fondé sur leur expérience personnelle. Un message qui répond aux questions cruciales que se pose tout être humain : Pourquoi suis-je sur terre ? Comment réussir ma vie ? Un enseignement universel qui aide à vivre, au-delà de tout dogme et de toute croyance.
    Et le cataclysme redouté se produit. Une poussière noire monte des vallées, l'obscurité engloutit la terre durant quarante jours et quarante nuit. Quand le jour renaît enfin, Tenzin comprend qu'il est le seul survivant des lieux. Armé des clés de la sagesse universelle, les yeux baignés de larmes, il prend la route de la vallée à la recherche de ce qu'il reste d'humanité.

  • Méditer à coeur ouvert

    Frédéric Lenoir

    • Nil
    • 8 Novembre 2018

    Pratique millénaire, prônée tant par les Grecs anciens que par les bouddhistes et validée par la recherche scientifique, la méditation nous apprend le calme mental et nous permet de développer nos capacités d'attention et nos perceptions sensorielles, qui se dissolvent dans nos vies agitées, suractives et trop cérébrales.
    Plus riche que les méthodes classiques centrées sur la seule capacité d'attention, ce livre, avec le CD de méditations guidées qui l'accompagne, s'attache à développer nos qualités de coeur. Frédéric Lenoir, qui médite chaque jour depuis plus de trente ans, nous aide à harmoniser durablement notre esprit, notre corps et notre coeur afin que nous retrouvions le goût de la bienveillance, de la confiance, du pardon et de la gratitude. Méditer à coeur ouvert nous invite au plus beau des voyages, le voyage intérieur, un chemin vers la sérénité et la joie.
    Ce CD comprend 10 méditations guidées :
    Détente du corps et de l'esprit.
    Présence.
    Reliance.
    Confiance.
    Amour.
    Pardon.
    Consolation.
    Acceptation.
    Sérénité.
    Gratitude.

  • Composé d'un livre de 104 pages et de 22 cartes à jouer, ce coffret est un outil ludique et pédagogique pour les enfants de 6 à 12 ans. Le joueur tire une carte illustrée qui se réfère à une leçon de sagesse, un conte à lire et un commentaire philosophique sur lequel il lui est proposé de réfléchir et de discuter avec ses amis ou ses parents. Autour de thèmes comme la tolérance, la liberté, l'amour, le bonheur, le lâcher-prise, l'enfant est invité à explorer son monde intérieur tout en apprenant à le confronter au monde extérieur. Il pourra alors appréhender avec plus de lucidité les expériences de son quotidien.

    Ce coffret contient un livre de contes et de leçons de sagesse inédites écrit par Frédéric Lenoir, accompagné de 22 cartes à jouer en couleurs, le tout illustré par Laure Phelipon.

  • L'art de la méditation

    Matthieu Ricard

    • Nil
    • 22 Novembre 2018

    Si l'apprentissage de la méditation est un long chemin que même les plus grands sages suivent toute leur vie durant, un exercice quotidien peut déjà transformer notre regard sur nous-mêmes et sur le monde. Tel est le propos de cet essai très accessible, à la fois guide spirituel et philosophique et initiation concrète à la pratique de la méditation.
    Riche de sa double culture, de son expérience de moine, de sa connaissance des textes sacrés, de sa fréquentation des maîtres, Matthieu Ricard montre le caractère universel d'une méditation fondée sur l'amour altruiste, la compassion, le développement des qualités humaines. Et révèle les bienfaits que méditer peut apporter à chacun dans notre société ultra-individualiste et matérialiste pour découvrir et cultiver ses aspirations les plus profondes.

  • Plaidoyer pour le bonheur

    Matthieu Ricard

    • Nil
    • 2 Octobre 2003

    Après le succès du moine et le philosophe, un véritable traité du bonheur mais aussi un guide précieux et convaincant pour nos individualismes en mal de repères.
    Nous aspirons tous au bonheur, mais comment le trouver, le retenir et même le définir ? a cette question philosophique par excellence, traitée entre pessimisme et raillerie par la pensée occidentale, matthieu ricard apporte la réponse du bouddhisme : une réponse exigeante mais apaisante, optimiste et accessible à tous. cesser de chercher à tout prix le bonheur à l'extérieur de nous, apprendre à regarder en nous-mêmes mais à nous regarder un peu moins nous mêmes, nous familiariser avec une approche à la fois plus méditative et plus altruiste du monde.
    Riche de sa double culture, de son expérience de moine, de sa fréquentation des plus grands sages, de sa connaissance des textes sacrés aussi bien que de la souffrance des hommes, l'ambassadeur le plus populaire et le plus reconnu du bouddhisme en france nous propose une réflexion passionnante sur le chemin du bonheur authentique et les moyens de l'atteindre.

  • « «C'est le dernier recours des hommes blancs traqués, volés, dépouillés, assassinés par les Sémites, et qui retrouvent aujourd'hui la force de se dégager de l'abominable étreinte. Mort ! Mort au Juif ! Oui. Répétons. Répétons-le. Mort ! M.O.R.T. AU JUIF ! Là !» Et, avec une satisfaction amère, pensant à la Juive que j'aimais d'un amour fou et que je voulais sauver plus que moi-même, je signai - de même que je signerai tout à l'heure cette lettre à vous destinée, Monsieur le Commandant -, je signai, à grands traits rageurs de mon stylo : «Paul-Jean Husson.» »

  • Ascenseur pour Pékin Nouv.

    Ascenseur pour Pékin

    Clovis Fouin

    • Nil
    • 16 Septembre 2021

    À 18 ans, Clovis erre dans les couloirs de l'ANPE spectacle quand un directeur de casting lui propose de passer un essai pour la publicité d'une sauce kebab.
    Dix ans plus tard, alors qu'il multiplie les auditions et les petits rôles - surtout les rôles de méchants -, son téléphone sonne : le chasseur de têtes de l'ANPE refait surface. Cette fois, pour un film d'action patriotique chinois, China Salesman, avec à l'affiche, rien de moins que l'ex-champion du monde de boxe Mike Tyson et le roi du film de baston des années 1990, Steven Seagal. À la dernière minute, Clovis, doit remplacer... Adrien Brody !
    Direction « Chinawood », le Hollywood chinois, pour des mois d'un tournage kafkaïen, bien encadré par le parti communiste. Soudain devenu une demi-star, Clovis découvre le Nouveau Monde qui se lève à l'Est.

  • Quand le maire de Bourgis demande à Alice, tout juste diplômée en lettres, de mettre ses compétences au service des « laissés-pourcompte » de la ville, elle est perplexe. D'autant plus qu'il ne lui octroie qu'une pièce délabrée au fond d'une ancienne fabrique de confiseries.
    C'est là qu'elle rencontrera une joyeuse bande de héros ordinaires, hommes et femmes cabossés par la vie.
    Parmi eux, Moïse et son optimisme contagieux, Romeo, d'une touchante maladresse, Ginette, alias Marilyn, avec sa soif d'amour jamais rassasiée et sa franchise désarmante, et Camille, la fleuriste-poétesse.
    Parviendront-ils, ensemble, à inventer un chemin de petits bonheurs et à transformer leur destin ?

  • Je voudrais ici, tout de suite, dire et répéter avec force que le second tome est très loin de signifier un second choix.
    Je n'allais pas tirer toutes mes cartouches d'un coup, dès le premier assaut. Je gardais pour la suite quelques biscuits de réserve et des trésors encore cachés. La méthode suivie dans ce deuxième volume est la même que dans le premier : présenter en quelques mots l'écrivain et son oeuvre ; les situer dans leur temps : tâcher de leur rendre, sous la rouille, leur jeunesse et leur nouveauté, montrer ce qui fait leur importance, et mieux encore leur charme : donner quelques exemples de leur manière et de leur génie.
    Je ne parle pas des vivants, parce que la mort et le temps n'ont pas pu accomplir leur travail de faucheur, de crible, de critique et d'arbitre : et je parle des morts comme s'ils étaient vivants. S'il fallait résumer en deux mots l'image que nous nous faisons de la littérature, nous dirions : le plaisir et le style. Le plaisir : les histoires, l'intrigue, les personnages, la surprise et la gaieté, l'intelligence et la hauteur, le souvenir et l'espérance.
    Tout cela n'est rien et ne peut rien être sans le dieu mystérieux qui règne sur les mots et qui donne son statut à la littérature : le style. Tels qu'ils sont, en tout cas, les deux tomes de cette histoire menée au pas de charge et pleine d'impertinence - dans tous les sens du mot - peut peut-être constituer une sorte d'introduction à un des chefs-d'oeuvre les plus accomplis de l'esprit des hommes depuis son éclosion : la littérature française.

  • J'aime les livres.
    Tout ce qui touche la littérature - ses acteurs, ses héros, ses partisans, ses adversaires, ses querelles, ses passions - me fait battre le coeur.
    Le triomphe du cid m'enchante. la " petite société " autour de chateaubriand et de cette raseuse de mme de staël m'amuse à la folie. la mort de lucien de rubempré me consterne autant que wilde ou le baron de charlus. et, j'aime mieux le dire tout de suite, proust me fait beaucoup rire.

    En un temps oú les livres sont contestés et menacés par la montée de quelque chose d'obscur qui ressemble à la barbarie, cette histoire de la littérature n'a pas d'autre ambition que d'inviter le lecteur à en savoir un peu plus sur les oeuvres passées ici en revue. si elle donne à quelques jeunes gens d'aujourd'hui l'envie d'ouvrir un roman de stendhal ou de queneau ou de découvrir un poème d'aragon, l'auteur aura atteint son but.
    Il aura largement été payé de son temps et de sa peine qui fut aussi un plaisir.

  • Abreuvés d'images violentes, confrontés à une société en crise, on n'imagine pas la force de la bienveillance, le pouvoir de transformation positive qu'une véritable attitude altruiste peut avoir sur nos vies au plan individuel et, partant, sur la société tout entière. Moine bouddhiste depuis près de quarante ans, Matthieu Ricard, lui, expérimente les vertus de l'altruisme au quotidien. Au carrefour de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de l'économie, de l'écologie, Plaidoyer pour l'altruisme est la somme d'années de recherches, de lectures, d'expériences, d'observation et de réflexion. Avec le sens de la pédagogie qui le caractérise et toujours en s'appuyant sur des exemples très concrets, l'auteur de Plaidoyer pour le bonheur démontre point par point que l'altruisme n'est ni une utopie ni un voeu pieux, mais une nécessité, voire une urgence, dans notre monde de plus en plus interdépendant à l'heure de la mondialisation. Un essai passionnant, inspiré par un humanisme et une lucidité qui emportent l'adhésion.

  • Du rififi au Camboudin

    Maude Mihami

    • Nil
    • 11 Juin 2020

    « Et zut ! Il était perdu. Désiré entendait déjà les commentaires de son prédécesseur derrière son dos : «Il va pas tenir deux semaines, c'est moi qui vous l'dis ! On va l'retrouver crevé au fond d'un bois.» ».
    1974. Le Camboudin est un petit village breton bien tranquille. Mais l'arrivée de Désiré Diallo, un jeune médecin noir, va venir tout bouleverser. Entre le patois local qu'il ne comprend pas, une biquette en chaleur qui bêle toutes les nuits et une vieille ivrogne solitaire, il aura fort à faire pour trouver sa place ! Heureusement, il rencontrera Alfréd, un jeune garçon pas comme les autres, pourvu d'une imagination débordante et d'un courage sans bornes.
    Une histoire drôle et pétillante qui ne manque pas de toupet !

  • Yvetot, un dimanche d'août 1950. Annie a dix ans, elle joue dehors, au soleil, sur le chemin caillouteux de la rue de l'École. Sa mère sort de l'épicerie pour discuter avec une cliente, à quelques mètres d'elle. La conversation des deux femmes est parfaitement audible et les bribes d'une confidence inouïe se gravent à jamais dans la mémoire d'Annie. Avant sa naissance, ses parents avaient eu une autre fille. Elle est morte à l'âge de six ans de la diphtérie. Plus jamais Annie n'entendra un mot de la bouche de ses parents sur cette soeur inconnue. Elle ne leur posera jamais non plus une seule question.
    Mais même le silence contribue à forger un récit qui donne des contours à cette petite fille morte. Car forcément, elle joue un rôle dans l'identité de l'auteur. Les quelques mots, terribles, prononcés par la mère ; des photographies, une tombe, des objets, des murmures, un livret de famille : ainsi se construit, dans le réel et dans l'imaginaire, la fiction de cette " aînée " pour celle à qui l'on ne dit rien. Reste à savoir si la seconde fille, Annie, est autorisée à devenir ce qu'elle devient par la mort de la première. Le premier trio familial n'a disparu que pour se reformer à l'identique, l'histoire et les enfances se répètent de manière saisissante, mais une distance infranchissable sépare ces deux filles. C'est en évaluant très exactement cette distance que l'auteur trouve le sens du mystère qui lui a été confié un dimanche de ses dix ans.

  • « Assise au milieu de voyageurs pressés, ignorant tout du drame à l'oeuvre sous leurs yeux, je me refais le film de ces derniers mois. Comment j'ai appris le trading, comment je suis passée à la télé, comment je me suis endettée jusqu'au cou, comment j'ai failli épouser un auteur raté, et surtout, surtout, comment je suis presque devenue millionnaire. » Anita, vingtenaire, n'a pas la vie qu'elle espérait. Célibataire et « cheffe de projets », elle gagne à peine de quoi payer le loyer de son studio-cagibi et ses pâtes au beurre. Jusqu'au jour où tout bascule : c'est décidé, elle va devenir riche, très riche !
    Rachel Vanier nous offre avec Signes intérieurs de richesse une comédie tendre et décapante qui interroge notre rapport à la richesse et au désir dans une société en perte de sens.

  • La maison du retour

    Jean-Paul Kauffmann

    • Nil
    • 15 Février 2007

    L'histoire d'un homme prisonnier d'une maison et qui va prendre de plus en plus goût à cette dépendance.
    Jean-Paul Kauffmann a pourtant acheté cette propriété dans le Sud-Ouest pour dissiper le souvenir d'un enfermement. Au retour de ses trois années de captivité au Liban, dans un état second, il découvre Les Tilleuls, une maison perdue dans la forêt au coeur de la Haute Lande. L'ex-otage va créer avec cette demeure un étrange lien de dépendance dû en large part à ce qu'elle symbolise dans sa vie retrouvée.
    Dans une fusion totale, presque païenne avec la nature dont il a tant été privé, le narrateur campe au milieu des travaux, se délectant de cette atmosphère transitoire propre à la convalescence, cet entre-deux qui sépare confusément la fin de l'épreuve du retour au monde des vivants.
    Le récit ne porte volontairement que sur l'installation en 1989. Défilent une galerie de personnages inégalement pittoresques : deux ouvriers discrets et énigmatiques, l'indéfinissable agent immobilier, un architecte pressé, les voisins qui conseillent, émettent des jugements, l'épouse du narrateur qui passe chaque week-end et attend avec stoïcisme la fin des travaux... Dans un court épilogue situé en 2004, l'auteur nous dit ce qu'est devenue la maison de la résurrection tout en tentant de répondre à la question subsidiaire : la maison l'a-t-elle guéri oe
    Le livre, très attendu, d'un grand écrivain dont chaque rare parution est saluée par la critique.
    Dix-huit ans après, à travers l'histoire des Tilleuls, Jean-Paul Kauffmann peut enfin revenir sur sa captivité. Mais avec élégance il a choisi de se garder le plus souvent de l'esprit de sérieux. Jamais complaisant ou victimaire, c'est au contraire un joyeux témoignage sur son amour de la vie, sur son optimisme qui a résisté à toutes les épreuves.

  • Ta main sur ma bouche

    ,

    • Nil
    • 14 Janvier 2021

    « - Elle a mis un #MeToo. Une espèce d'onde de choc envahit mon sternum. Tout mon corps se raidit. Comme une agression.
    - Putain, mais qu'est-ce qu'elle ressort cette histoire d'il y a dix mille ans ? C'est pas possible !
    - C'était pas il y a dix mille ans, c'était il y a six ans, Édouard.
    - Et elle dit quoi ?
    - Elle raconte tout. » Édouard et Alison, dite Ali, sont en couple depuis deux ans quand l'ex d'Édouard publie un #MeToo dans lequel elle accuse un de leurs amis de l'avoir violée. Au cours des quelques heures qui suivent, le destin d'Édouard et d'Ali bascule à tout jamais...
    Alternant les voix d'Édouard et d'Ali, Déborah Saïag et Mika Tard signent un thriller psychologique haletant qui questionne la complexité de l'ère #MeToo et les répercussions d'une accusation de viol au sein d'un groupe d'amis. D'une écriture vive et contemporaine, Ta main sur ma bouche explore la zone grise et nous force à nous interroger : qu'aurions-nous fait à leur place ?

  • Les dix voeux d'Alfréd

    Maude Mihami

    • Nil
    • 3 Mai 2018

    1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, neuf ans, a un prénom dont l'accent aigu lui déplaît, une mère qui picole trop et un grandpère qui tient à lui comme à la prunelle de ses yeux. Il adore traîner au bistrot avec ses copains, une joyeuse bande de vieux qui lui apprennent la vie. Avec l'aide de son Vénérable Papi, il va décider de passer le cap de ses dix ans en établissant une liste de voeux à réaliser avant le grand jour. Rencontrer un vrai cow-boy, boire de la trouspignôle ou encore conduire un tracteur marqueront le début d'une série d'aventures aussi rocambolesques que réjouissantes. De voeux gâchés en moments de pure félicité, il va vivre l'année la plus incroyable de sa vie.
    Maude Mihami nous offre avec Les Dix Voeux d'Alfréd un premier roman d'une grande drôlerie qui pose un regard tendre sur le monde de l'enfance.

  • Matthieu Ricard est non seulement l'ambassadeur le plus populaire du bouddhisme en France, mais aussi le meilleur messager entre cette philosophie et les Occidentaux, de plus en plus nombreux, qui s'y intéressent.
    Outre ce rôle, il traduit, depuis plus de trente-cinq ans qu'il vit en Orient, les grands textes de la littérature bouddhiste tibétaine. C'est le fruit de ce travail d'une vie qu'il propose ici à travers une sélection de traductions. Dans la lignée de L'Art de la méditation, non pas une anthologie exhaustive, mais un choix, destiné au grand public, des textes qu'il a découverts au fil de son propre cheminement spirituel. Reflétant l'essence de la voie bouddhiste, ces textes proviennent de paroles du Bouddha, de grands maîtres spirituels tibétains mais aussi d'enseignements de grands maîtres de l'Inde fréquemment cités dans les ouvrages tibétains.
    Ordonnée selon les différentes étapes du cheminement spirituel, commentée étape après étape par Matthieu Ricard avec le sens de la pédagogie qui a fait son succès, cette anthologie offre une approche très accessible du bouddhisme à travers la quintessence de sa littérature. Elle propose aussi un voyage philosophique et spirituel passionnant. Elle met enfin en lumière le caractère universel de cette philosophie fondée sur l'amour altruiste, la compassion, le développement des qualités humaines, et tous les bienfaits qu'elle peut apporter à chacun dans nos sociétés malades de leur individualisme et de leur matérialisme.

  • Pour grandir et s'épanouir, l'enfant a besoin d'amour mais... l'amour ne suffit pas. Aimer un enfant n'est pas simplement affaire de tendresse et d'affection. Aucun parent ne peut prétendre aimer son enfant s'il ne l'éduque pas. Car - cela, notre époque l'oublie - un enfant se construit.
    L'enfant ne sort pas tout armé du ventre de sa mère. L'éducation est le support fondamental de sa croissance psychologique. C'est elle qui le libère de ses pulsions ; c'est elle qui fait de lui un être humain.
    L'enfant ne découvre pas " naturellement " le mode d'emploi de la vie humaine. Si personne ne lui explique le monde, si personne ne lui enseigne les codes et les usages, il n'a aucun moyen d'acquérir seul tous ces savoirs.

  • Poète, romancier et traducteur, spécialiste de la Grèce et du monde méditerranéen, Jacques Lacarrière est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Promenades dans la Grèce antique, Chemin faisant, L'Eté grec, La Poussière du monde, Un jardin pour mémoire.

    En cheminant avec Hérodote fut publié pour la première fois en 1955 sous le titre Découverte du monde antique. Désormais classique, cette traduction et ses commentaires ont fait l'objet de plusieurs remises à jour, dont voici la plus récente.

  • La Citadelle des neiges

    Matthieu Ricard

    • Nil
    • 22 Novembre 2018

    À l'autre bout du monde, au Bhoutan, au pied de l'Himalaya, vivait un jeune garçon du nom de Détchèn - « Félicité de Diamant », en tibétain. Il montrait des qualités de générosité et de compassion exceptionnelles à l'égard de tous les êtres vivants. Un jour, son oncle vint le chercher et lui proposa de l'emmener à la Citadelle des Neiges.
    Ainsi commença le voyage initiatique et spirituel qui, au coeur d'une nature grandiose, allait mener Détchèn sur le chemin de l'Éveil.
    Ce lieu sacré du bouddhisme, « si loin des hommes, si près des dieux », vous ne le trouverez sur aucune carte. Pourtant, il existe... Matthieu Ricard l'a réinventé pour ne pas troubler son infinie quiétude.
    Ce conte empreint de sagesse et de poésie, qui parle à notre coeur et nous ouvre les chemins de la sérénité, s'est déjà vendu à quelque 100 000 exemplaires en France.

  • Le premier volume des Mémoires de Jacques Chirac couvre les soixante-trois premières années de sa vie, de sa naissance en 1932 à son élection à la Présidence de la République en 1995. Cette période est celle de grandes responsabilités politiques : le secrétariat à l'Emploi en 1967, où Jacques Chirac met en place le dispositif d'aides aux chômeurs et négocie en 1968 avec les syndicats les accords de Grenelle, puis le ministère de l'Agriculture, de 1972 à 1974, où il mène un combat visionnaire contre les directives de Bruxelles visant à restreindre la production agricole, et enfin Matignon, d'abord sous Giscard puis sous Mitterrand. En 1977, Jacques Chirac devient en outre maire de Paris. Cette longue période est aussi celle où l'on voit naître et se former un homme politique hors normes, s'élaborer sa réflexion et son positionnement politique profondément marqué par les valeurs de gauche et celles du gaullisme.
    Pour la première fois, Jacques Chirac, réputé secret et pudique, se raconte, dans un style direct, marqué par un souci de vérité sur lui-même et les autres, qui ne va pas sans humour. Il évoque sa jeunesse, sa famille, ses relations avec Georges Pompidou, Edouard Balladur, Pierre Juillet, Marie-France Garaud, ses rapports conflictuels avec Valéry Giscard d'Estaing et sa cohabitation avec François Mitterrand, ainsi que ses rapports avec des chefs d'État étrangers comme Saddam Hussein, Deng Xiao Ping, Helmut Kohl ou Margaret Thatcher. Il parle aussi de sa femme, de ses deux filles et de ses amis les plus proches, le plus souvent extérieurs à la classe politique. Il explique enfin les raisons de son goût pour l'Asie et les arts premiers, qui ont largement fondé sa vision du monde et de l'Histoire.

empty