Payot

  • Rejouer sans le savoir les traumatismes de son enfance, multiplier les ruptures amoureuses, souffrir de troubles obsessionnels compulsifs, souffrir d'addictions (au jeu, à la drogue, au sexe, etc.), échouer sans cesse devant les mêmes épreuves... Si la répétition nous permet d'apprendre, de créer et de nous affirmer toujours davantage, elle peut aussi être le moteur de nos échecs. Pourquoi ? Et peut-on s'en sortir ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Opposante de la première heure au régime hitlérien, Charlotte Beradt (1901-1986) conçut dans une volonté de résistance une étrange entreprise : de 1933 à 1939, elle rassembla 300 rêves de femmes et d'hommes ordinaires pour mesurer combien le nouveau régime malmenait les âmes... Rêver sous le IIIe Reich est un livre exceptionnel. D'abord parce qu'il montre avec quelle efficacité le IIIe Reich assassina le sommeil. Ensuite parce qu'il présente de manière inédite, à travers les rêves, la servitude volontaire au régime totalitaire. Enfin parce qu'il révèle que, de façon surprenante, ceux qui ont rêvé sous la dictature ont souvent pressenti les développements du régime totalitaire. Une préface de Martine Lebovici, philosophe, retrace la genèse de ce livre et en explore les dimensions théoriques. Une posface de François Gantheret, psychanalyste, montre comment ce matériel traumatique est précieux pour une approche analytique de la domination totale.

  • À quoi pensons-nous lorsque nous disons qu'une attitude ou une personne sont hystériques ? Comment devient-on hystérique et comment en guérit-on ? Quelle est la souffrance de la vie sexuelle de l'hystérique ? Pourquoi la relation de couple entre l'homme et la femme s'hystérisent-t-elle si facilement, c'est-à-dire devient-elle si rapidement un rapport de force dominant-dominé où le pouvoir décide de l'amour, de la haine et du désir ? Toutes ces questions sur l'hystérie moderne sont traitées ici de façon claire et rigoureuse, avec le désir de transmettre au lecteur ce que l'écoute de l'hystérie apprend au psychanalyste.

  • La langue secrète du corps, ce n'est pas un geste qui nous trahirait, ni un mensonge qu'il s'agirait de décrypter, c'est un signal inconscient, de souffrance parfois, de joie parfois, que le corps émet et dont il faut immédiatement se saisir pour rendre la vie plus facile. La couleur d'un vêtement, une position dans l'espace, un cou dénudé ou couvert, un tripotement d'oreille ou de bijou attire soudain notre regard et le fruit de cette observation fine prend au dépourvu les défenses habituelles, suscitant chez l'autre une surprise qui permet de mettre à nu l'essentiel. Pendant des décennies, cette communication non verbale, ainsi que les idées et théories qui la sous-tendent, ont été au coeur du travail d'Anne Ancelin Schützenberger ; ce livre est le premier qu'elle lui consacre.

  • Salué aussi bien par Edward Said que par Toni Morrison ou J. M. Coetzee, Homi K. Bhabha est l'un des théoriciens les plus importants et les plus influents du postcolonialisme. S'appuyant sur la littérature, la philosophie, la psychanalyse et l'histoire, il invite notamment à repenser les questions très actuelles d'identité et d'appartenance nationales ; à dépasser, grâce au concept très fécond d'hybridité culturelle, la vision d'un monde dominé par l'opposition entre soi et l'autre ; à saisir comment, par le biais de l'imitation et de l'ambivalence, les colonisés introduisent chez leurs colonisateurs un sentiment d'angoisse qui les affaiblit considérablement ; ou encore, plus largement, à comprendre les liens qui existent entre colonialisme et globalisation. « Aucune discussion sérieuse sur le postcolonialisme n'est concevable sans se référer à Monsieur Bhabha. » (Toni Morrison)

  • Le corps a parfois des comportements insolites. Il ne fait pas ce qu'on attend de lui. Certains patients déjouent le pronostic médical et peuvent aller jusqu'à faire douter du principe même de prédictibilité portant sur l'évolution habituelle des maladies. Pour une part, il se pourrait que les maladies du corps soient plus humaines et sociales qu'on ne le pense, c'est-à-dire pas uniquement placées sous le primat du déterminisme biologique. Quels sont donc les ressorts de ces dissidences du corps ?

  • Le jargon analytique et des points importants de la théorie freudienne ont tellement infiltré la culture ambiante que, victime de son succès, la psychanalyse est peut-être en train d'y perdre son âme.
    D'où l'utilité de mises au point comme celle que propose ici jean-pierre chartier en resituant la pensée de freud dans le cadre de son évolution historique. il en résulte la nécessité de développer ce que l'on a appelé un " retour à freud " : à partir d'une authentique fidélité aux concepts, il importe d'élaborer une clinique et une pratique soucieuses de s'adapter sans parti pris à la réalité de celui qui souffre.

empty