Pu De Louvain

  • La théologie pratique ou théologie pastorale s'intéresse aux pratiques individuelles et collectives des chrétiens. Cette discipline est la dernière-née en théologie, apparue lorsque la modernité a mis en question les relations entre la société et les Églises. Son objet est le christianisme concret. Les initiatives prises - ou à prendre - pour annoncer l'Évangile, célébrer le mystère pascal, édifier la communauté, soutenir les personnes et/ou agir dans la société, constituent autant de pratiques essentielles du christianisme que la théologie doit analyser, accompagner, critiquer et promouvoir. La théologie pratique essaie d'intégrer la foi vécue dans le champ de la recherche d'une meilleure compréhension de Dieu, de son projet de salut pour l'humanité, des relations qu'il établit avec l'humanité et de ce que cela provoque pour les relations entre les êtres humains.
    Ce manuel propose d'entrer en théologie pratique, comme un processus de découverte progressive des questionnements sur l'agir chrétien fondé sur une expérience particulière, des méthodes pour travailler rigoureusement ces actions, des sources principales dans le catholicisme, des perspectives à oser en postmodernité. Il s'adresse aux étudiants en théologie et à toute personne cherchant à développer une réflexion sur l'annonce de l'Évangile dans le contexte actuel de mutation radicale du rapport entre christianisme et société.

  • Malgré d'incontestables progrès, le processus de démocratisation de l'école demeure inachevé. Tant la carrière que les résultats scolaires restent fortement corrélés à l'origine sociale des élèves. De plus, les inégalités se transforment pour mieux se reproduire et deviennent plus difficiles à discerner pour les non-initiés. Étudier la fabrication des inégalités est une excellente manière de prendre le pouls de nos sociétés modernes et démocratiques, dont l'égalité des chances est une valeur cardinale. Mais c'est aussi une tâche essentielle pour concevoir des politiques scolaires plus efficaces car celles-ci échouent trop souvent faute d'avoir compris comment les acteurs agissent et modifient leurs comportements au gré des réformes.

  • Dix maraîcher(e)s se lancent dans l'aventure folle d'une relocalisation de la production alimentaire bruxelloise. NIMAculteurs (non issus du milieu agricole), ils ont opéré une lente ou plus rapide reconversion. Ils ont fait le choix de travailler à proximité de la ville car ils croient fondamentalement en la nécessité de nourrir les urbains par des filières courtes. Ils travaillent de manière bio-intensive, sur de très petites surfaces, avec peu ou pas de motorisation. Ils sont à l'affût d'innovations sociales et de nouvelles techniques. Aux portes de Bruxelles, ces maraîchers pionniers inventent de nouvelles agricultures. Ce livre est le fruit de trois années de rencontres ethnographiques avec eux.

  • Qui n'aime pas les animaux ? Aujourd'hui, la question animale est devenue un enjeu sociétal important. La Bible aurait-elle toujours quelque chose à nous apprendre sur ce sujet ? Cet ouvrage propose sept enquêtes menées dans toutes les parties du corpus de l'Ancien Testament (récits, lois, prophéties, écrits de sagesse) et selon diverses approches (narratologie, histoire rédactionnelle, linguistique, anthropologie biblique, etc.). Chacune d'elles, à sa façon, démontre la pertinence du recours à l'Écriture aussi bien pour penser le rapport de l'humain à l'animalité que pour relever les défis auxquels l'homme contemporain est confronté dans son rapport aux autres vivants et au monde qu'il habite en commun avec eux.

  • Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement.
    Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l'aveu pénal dans l'histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l'individu est amené, soit par lui-même, soit avec l'aide ou sous la direction d'un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D'entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l'occupe a deux aspects. Politique : «savoir comment l'individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s'exerce sur lui». Philosophique : «savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s'engagent».
    Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l'analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n'est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit. Parce que les formes de véridiction ont partie liée avec l'assujettissement et la déprise de soi, c'est aussi la question de ce qui s'en déduit pour la philosophie critique - qu'en l'occurrence, Michel Foucault met en oeuvre, à la croisée de l'activité pratique et de l'activité théorique, de la politique et de l'éthique.

  • Ce livre démontre avec clarté et pédagogie l'écriture des 1600 caractères les plus couramment utilisés dans le chinois contemporain. Très utile pour les enseignants, cet ouvrage sera un outil indispensable et efficace aussi bien pour ceux qui s'initient que pour ceux qui se perfectionnent dans l'écriture particulièrement exigeante du chinois. Trait par trait est l'aboutissement d'une recherche minutieuse dans l'enseignement de l'écriture des caractères chinois. Avec un classement multiple par ordre alphabétique, par le nombre des traits et les radicaux, ce livre explique et démontre avec clarté et pédagogie l'écriture des 1600 caractères les plus couramment utilisés dans le chinois contemporain. Très utile pour tous les enseignants de la langue chinoise, cet ouvrage sera un outil indispensable et efficace aussi bien pour ceux qui s'initient que pour ceux qui se perfectionnent dans l'écriture particulièrement exigeante du chinois.

  • Notre dossier se veut dégagé des clichés et des discours de convenance. Nous y avons convié des personnalités de tous horizons, autant d'acteurs dynamiques de la prospérité régionale ou de témoins distanciés d'une zone du monde particulièrement complexe et riche, pour nous parler de la seule Flandre éternelle qui soit, celle d'ici et de maintenant.  Avec les contributions de Réhane Ameur, Jean-Baptiste Baronian, Luc Bertrand, Jean Blavier, Marc Boone, Kathleen Caenen, Benjamin Dalle, Guy Delhasse, Luc Dellisse, Francis Delpérée, Renaud Denuit, Marcel Detiège, Luc Devoldere, Mark Eyskens, Christopher Gérard, Assita Kanko, Jean Lacroix, Catherine Lanneau, Tom Lanoye, Alexandre Lansmans, François-Xavier Lavenne, Philippe Leuckx, Yves Namur, Gérald Purnelle, Frédéric Saenen, Jean-Loup Seban, Jean-Frédéric Staes, Lilian Truchon, Louise Van Brabant, Stijn Van den Bossche, Pierre Verschueren, Tanguy de Wilde d'Estmael La Flandre est singulière en français, plurielle en néerlandais (Vlaanderen). Géographiquement, la carte mentale et le territoire réel ne coïncident pas toujours et les hauts faits de son histoire prennent parfois des allures de mythes, scintillant comme des éperons d'or. Irriguée d'Espagne mais lorgnant plutôt désormais vers la Catalogne, tournée sur le monde anglo-saxon davantage que sur les opulences du passé batave, la Flandre se revendique comme une nation dotée de deux capitales : Anvers, treizième plus grand port du monde et Bruxelles, coeur des institutions européennes, enclave francophone doublée d'un carrefour cosmopolite. En Wallonie, elle a généré son lot de stéréotypes, son identité profonde est sans fin vouée à être redoutée, enviée, convoitée, incomprise, dédaignée, accusée, puis redécouverte avec curiosité sinon passion. Notre dossier se veut dégagé des clichés et des discours de convenance. Nous y avons convié des personnalités de tous horizons - natives ou non, amoureuses sans aveuglement, critiques sans ressentiment -, autant d'acteurs dynamiques de la prospérité régionale ou de témoins distanciés d'une zone du monde particulièrement complexe et riche, pour nous parler de la seule Flandre éternelle qui soit, celle d'ici et de maintenant.

  • Site classé par la Région wallonne en 1994, le Bois de Lauzelle, à Louvain-la- Neuve, est un écosystème unique en Belgique : auditoire à ciel ouvert pour les étudiants futurs bio-ingénieurs, laboratoire forestier pour les chercheurs, source inépuisable de récréation et d'émerveillement pour les quelque 100 000 promeneurs qui le parcourent annuellement. Forêt périurbaine, forêt universitaire, le Bois de Lauzelle est au coeur de tous les enjeux socioécologiques du XXIe siècle et de tous les défis, notamment climatiques, de la sylviculture adaptative. Ses 200 hectares abritent une biodiversité remarquable. Ils sont connectés au lac de Louvain-la-Neuve et à la Ferme de Lauzelle, la ferme maraîchère bio expérimentale de l'UCLouvain. Après une introduction historique et quelques perspectives sur sa planification académique et son ouverture sociétale, ce livre raconte le Bois de Lauzelle au fil de textes issus d'entretiens avec son garde forestier, Jean-Claude Mangeot. Il est illustré de photographies émanant de toute la communauté d'Ottignies-Louvain-la-Neuve : habitants, étudiants, membres du personnel de l'UCLouvain, ainsi que de celles d'un amoureux du bois de longue date, le photographe et cinéaste nature Robert Henno.

  • Cet ouvrage pose la question de la construction de sens au cours de religion catholique de Belgique francophone, avec une proposition qui concerne plus particulièrement les élèves de la fin du secondaire et leurs enseignant·es. Trois fils rouges guident le travail, qui lui confèrent une coloration spécifique. Le premier a trait au sens, entendu dans son acception la plus large, qui va du sens du langage au sens le plus ultime, en passant par le sens tel qu'il se décline au coeur d'une existence. Le suivant renvoie à l'articulation entre la construction et la transmission d'un sens, la première expression se rapportant à la pratique des communautés de recherche, la seconde s'inscrivant dans l'acception classique du terme en lien aux savoirs. Le dernier fil conducteur est relatif à l'association de deux disciplines essentielles pour le cours : la philosophie et la théologie, avec une insistance sur la philosophie comme mode de vie et quête de sagesse, à rapprocher de la quête de sens, mais également sur l'intérêt d'introduire les jeunes à une forme de silence et d'introspection.

  • Cet ouvrage se fonde sur un choix d'enluminures arméniennes illustrant le récit de la Pentecôte dans les Actes des Apôtres. Il en montre les spécificités, éloignées du modèle qui s'est imposé par ailleurs progressivement en iconographie byzantine.  L'enluminure de manuscrits a débuté très tôt en Arménie, peu après l'invention de l'alphabet arménien au Ve siècle. Elle est devenue l'expression particulière de l'art chrétien commune à des territoires aussi dispersés que sont la Grande Arménie, la Petite Arménie ou Cilicie, Ispahan et la Crimée où la diaspora s'est implantée. L'âge d'or se situe aux XIIIe et XIVe siècles. Les copies des Quatre Évangiles, reliés en un seul volume, fournissent les manuscrits les plus somptueux de cette période et illustrent tout ou partie du cycle complet des douze grandes fêtes de l'année liturgique. Ce travail veut mettre en valeur l'expression de la beauté dans l'Église apostolique arménienne, dont les origines remontent à la prédication de Thaddée et de Barthélémy et qui n'a rien perdu de son élan en dépit des vicissitudes de l'histoire. Il est aussi un hommage à ceux qui transmettent ces traditions séculaires, souvent dans des conditions difficiles. Leur attachement à ce patrimoine exceptionnel et peu connu offre à un public occidental - amateurs d'art, d'histoire, de savoir, personnes sensibles à la beauté du monde, aimant la liturgie ou la spiritualité chrétienne orientale, la vie spirituelle en général, chercheurs de sens - la possibilité d'en recevoir les lumières.

  • Quelles méthodes, quel sens engagent les uns et les autres dans la construction d'archives ? On la verra ici à l'oeuvre dans les projets de grandes institutions comme du monde associatif, autour d'archives des territoires et des populations, des arts vivants, des émotions, des souffrances et des réconciliations, du vécu tout simplement.  Si le collectionneur est généralement solitaire, les archivistes spontanés ou de métier sont, pour l'essentiel, poussés par un vif souci du collectif ; attentifs, dans les trois dimensions du temps, à ce qui témoigne des vies vécues, aux besoins des contemporains et aux savoirs sur lesquels celles et ceux qui viendront pourront s'appuyer. Les archives, produits de la pratique et objets d'étude, témoins de leurs temps, gardiennes de droits, mais aussi creusets d'émotions, évoluent avec la société dont elles constituent un des reflets. Un peu partout s'ouvrent désormais les chantiers, vivants et créatifs, de la fabrique alternative d'archives. Les « archives de... » se déclinent alors en « archives pour... », comme autant de réponses à de nouveaux besoins et au désir d'investir de nouvelles responsabilités. Quelles méthodes, quel sens engagent les uns et les autres dans la construction d'archives ? On la verra ici à l'oeuvre dans les projets de grandes institutions comme du monde associatif, autour d'archives des territoires et des populations, des arts vivants, des émotions, des souffrances et des réconciliations, du vécu tout simplement.

  • Islam belge au pluriel

    Marechal B

    Les populations musulmanes en Belgique n'avaient plus fait l'objet d'une étude globale depuis plus de dix ans. Ce volume aborde la question des identités et appartenances, à partir des positionnements face aux pratiques religieuses dans la sphère publique mais aussi des processus tels que les conversions (vers ou dans l'islam) ou les engagements citoyens. Il s'intéresse en outre aux courants dits réformistes, notamment les Frères musulmans et les mouvements Nurçu et Fetullah Gülen, d'origine turque, mais aussi aux guérisseurs qui officient dans les milieux salafistes. Enfin, ces études examinent les relations qui se créent entre les musulmans et la société globale, notamment à travers la participation politique, la gestion publique du culte ou encore l'intégration spécifique du droit de la famille.
    Ces multiples champs sont traversés par une variété de dynamiques de fond qui animent et complexifient les manières d'être musulman en Belgique. Il importe d'en saisir les nouveaux enjeux pour en pointer les perspectives futures. C'est précisément ce que permet le cadrage initial de cet ouvrage qui, sans méconnaître la littérature existante, veut en dépasser certaines lacunes et permettre d'aller plus loin dans la compréhension du laboratoire foisonnant, interactif et ouvert qu'incarnent ces présences déjà longues, mais encore peu connues, de l'islam en Belgique.
    Ce livre s'adresse à un large public, scientifique ou non, intéressé par la compréhension des dynamiques et enjeux sociaux, culturels et religieux de notre société multiculturelle. Il réunit les contributions de Ikram Akodad, Nadia Fadil, Marie-Claire Foblets, Aicha Haddou, Jean-François Husson, Iman Lechkar, Ural Manço, Konrad Pedziwiatr, Christiane Timmerman, Corinne Torrekens, Hanifa Touag, Els Vanderwaeren, Müserref Yardim, Fatima Zibouh.

  • Souvent, la philosophie prend la latitude de se poser là où elle veut. La collection « Empreintes philosophiques » témoigne d'un art de la suivre à la trace, où qu'elle soit et sans a priori : les arts, les lettres, les sciences, les religions, bref tous les savoirs du monde que la philosophie informe autant qu'elle s'en informe, par ce jeu des empreintes.

  • L´Iris, symbole de la région bruxelloise, et le Croissant, symbole de l´islam : à Bruxelles, comme dans toute l´Europe, la présence de l´islam est désormais définitive. Elle est particulièrement importante. Comment appréhender cet espace urbain sous l´angle de la présence de l´islam ? Il importe tout d´abord de décrire, de manière aussi détaillée que possible, les multiples aspects de cette nouvelle présence religieuse : les mosquées, les multiples organisations islamiques, l´enseignement religieux, le commerce halal, les médias, le web, les mobilisations collectives, les lobbies européens, les connexions politiques. On mesure alors l´ampleur, la force dynamique et la diversité de cette présence. Mais comment, dans cette ville aux aspects nouveaux qu´est Bruxelles, se construisent les relations entre musulmans et non-musulmans ? Comment s´opère leur « co-inclusion réciproque » ? Au-delà des relations personnelles, a-t-on pris la mesure des enjeux urbains liés à cette nouvelle présence ? Ou bien les réflexions sur Bruxelles et son devenir tendent-elles à ignorer - dans une sorte de déni -, la dimension religieuse islamique, alors que des médias et des acteurs politiques, au contraire, la survalorisent et la stigmatisent parfois ? A-t-on pris en compte le fait que la dimension religieuse de la ville « post-séculière » devient un nouvel enjeu de société ? Les musulmans ont-il pris la mesure des enjeux liés à leur présence, qui vont bien au-delà de la seule constitution de mosquées ou de la revendication du port du foulard ? Comment se vivent-t-il en tant que bruxellois musulmans ? C´est à ces quelques questions que cet ouvrage tente de répondre à la suite d´une enquête sur le terrain bruxellois, cette ville qui, désormais, est « aussi » une ville musulmane. Bruxelles, capitale de l´Europe, est un laboratoire du devenir de l´islam européen.

  • Ce 3e numéro d'Epistoles s'ouvre sur un dossier qui propose un déploiement de la dialectique complexe pouvant s'établir entre ce que nous tenons pour réel et ce que nous tenons pour virtuel. Un tel mouvement est présent en chacun de nous pour peu qu'il soit vivant, c'est-à-dire non fini, en chemin vers lui-même, advenant. Un inextricable entrelacs s'impose cependant plus massivement, de manière plus tendue, lors des périodes de métamorphose de l'existence, moments où les valences des termes peuvent s'inverser. Si la question apparaît particulièrement vive sur les lieux de l'adolescence, ne nous y trompons pas ; elle est en réalité omniprésente, pour chacun et en tout moment. Chacun est pris dans cette frontière vivante où la réalité et le virtuel organisent leurs échanges, même si la jeunesse vient particulièrement ébranler la familiarité, même si les nouvelles technologies en redistribuent les coordonnées. Les défis adolescents et les nouveaux déploiement techniques ne sont finalement que des révélateurs, plus ou moins grossissants, de ce qui nous traverse plus communément.

  • La formation donnée par Communic Actions et reprise dans ce livre est la plus belle et la plus riche que j'ai reçue à ce jour. J'ai fait la formidable découverte d'une nouvelle langue universelle et cela a été une révélation dans ma vie. [M.K.] La force de ce livre se trouve dans sa méthode et ses outils. Aujourd'hui, ils valent plus que de l'or pour moi ! Auparavant, j'évitais systématiquement les conflits. Désormais, je connais une joie profonde d'oser communiquer et négocier avec les autres. [S. H.] Ces outils ont radicalement changé ma vie. Mes relations se sont très concrètement améliorées, d'abord et surtout avec moi-même ! Au lieu de perdre mon temps à pousser contre les autres, j'apprends aujourd'hui à d'abord trouver l'équilibre en moi. [J. L.] J'ai suivi pas mal de sessions en tous genres. Les enseignements d'Étienne Chomé sont très certainement ceux auxquels désormais je me réfère le plus souvent pour vivre au quotidien. Les résultats dans ma vie sont absolument incroyables, tant au travail qu'à la maison. J'ai commencé à appliquer la méthode avec mon fils. Très vite, le nombre des disputes a été divisé au moins par dix. [S. M.]» La méthode C-R-I-T-E-R-E articule les compétences de communication vraie, de négociation efficace et de cadre de droit, pour mieux gérer nos conflits. Elle est une synthèse originale et novatrice des techniques reconnues pour leur efficacité en communication et en négociation. Ce livre nous donne accès aux meilleurs acquis des recherches dans ces domaines, en les appliquant d'une manière claire et précise à nos relations de tous les jours, en couple, en famille, au travail et à l'école. À chaque étape du parcours, un outil et de nombreux exercices fournissent les moyens d'une véritable révolution intérieure et l'art de tirer des accords de nos désaccords.

  • Afin de faire face aux difficultés financières que risque de poser le vieillissement de la population, un enjeu majeur des nouvelles orientations politiques, notamment en Belgique, est la prolongation de la vie active effective (OCDE, 2005, 2006). Cependant, le faible taux d'emploi actuel au-delà de 50 ans soulève des questions quant à la motivation et aux capacités des travailleurs à prolonger la durée de leur vie professionnelle. Dans ce cahier, nous examinons les attitudes de maintien dans l'emploi des travailleurs dits âgés et leur capacité à être performants au travail sur la base d'approches individuelles et organisationnelles du vieillissement au travail ainsi que d'une approche psychosociale. Plus précisément, nous analysons la manière dont les conduites des individus, étiquetés comme «travailleurs âgés» dans le monde du travail, peuvent être influencées par la manière dont ils se perçoivent eux-mêmes et sont perçus dans leur environnement de travail, sur base de croyances relatives au vieillissement professionnel.

  • La philosophie a souvent pensé l'homme comme porteur de logos. Pourtant, ce qui est alors un pouvoir de parler et de s'exprimer n'épuise pas tout le champ de l'expérience humaine. Il est, en effet, des instants ou des événements où l'on se défait de ce « logos ». Des moments de retrait ou de réserve, dans lesquels vient le silence. Et si, pour nous, humains envahis par tant de bruits et d'images, le silence était la trace d'une épreuve intérieure, aux multiples conséquences? S'il en est ainsi, il faut alors penser une alchimie du silence et prendre la mesure de ce qu'elle transforme et suscite. Ce livre observe donc l'être humain quand il se fait porteur de silence.

  • En publiant en 1972 Histoire et Absolu, Jacques Colette offrait une compréhension rigoureuse de la pensée de l'existence à travers l'analyse minutieuse de quatre ouvrages fondamentaux de Kierkegaard: les Miettes philosophiques, le Post-scriptum, le Concept d'angoisse ainsi que La maladie à la mort. Le temps est venu de rendre cet essai magistral à nouveau accessible. Il a marqué la réception de Kierkegaard et il reste un ouvrage majeur pour s'introduire dans son oeuvre philosophique. Cette édition revue et corrigée, menée par Joaquim Hernandez-Dispaux, est augmentée d'un essai inédit de Jacques Colette.

  • Les attentats de Bruxelles de mars 2016 ont touché la Belgique en son coeur. L'Europe entière s'interroge sur ces nouvelles formes de terrorisme et cette montée du radicalisme qui s'ancrent dans nos sociétés.
    L'enjeu est non seulement grave mais également complexe. Qu'est-ce qui anime certains de nos jeunes à partir en Syrie ou en Irak, des pays en guerre qu'ils ne connaissent pas? Comment aborder ce phénomène qui les amène à tuer à l'aveugle? Comment se fait-il que la Belgique soit le pays qui voit le plus de jeunes se radicaliser? Quels sont leurs parcours de vie et leurs motivations? Quelles sont les origines de cet endoctrinement?
    Islamologues, sociologues, géopoliticiens, politologues, hauts responsables européens de la lutte contre le terrorisme, psychiatres, policiers, magistrats anti-terroristes, responsables des renseignements, acteurs de terrain et de la prévention, familles de jeunes partis en Syrie nous livrent leur compréhension de ce phénomène nouveau.
    Les récents événements barbares ne rendent que plus urgente la nécessité de comprendre les mécanismes de radicalisation et d'agir pour prévenir de nouvelles actions et, plus largement, pour tisser et retisser les liens au sein de la société. Par cet ouvrage, les auteurs souhaitent apporter leur contribution à cet indispensable et urgent travail.

  • Les modalités de recrutement des enseignants et les systèmes de formations connaissent depuis une dizaine d'années de nombreux bouleversements. Ceux-ci sont liés à des modifications profondes des programmes scolaires, des exigences en termes de diplômes, des structures de formation. Ces contextes de changement conduisent à de nouveaux questionnements sur les complémentarités possibles et souhaitables entre les mondes de l'éducation et de l'enseignement, de la formation, de la recherche. Les chercheurs dans les domaines des didactiques des disciplines se sont toujours impliqués dans ce type de problématique. Pour y répondre, ils proposent dans le cadre de cet ouvrage d'interroger les fondements de la transmission des savoirs, d'analyser les pratiques des enseignants et des formateurs, de construire avec et pour les enseignants et les élèves des dispositifs pouvant répondre aux défis actuels.
    Cet ouvrage est composé d'un ensemble d'études et de propositions issues de travaux et de réflexions de professeurs, de chercheurs, d'étudiants, d'inspecteurs, de décideurs institutionnels. Il est donc destiné à tout acteur potentiel, professionnel ou expert, des mondes de l'enseignement, de l'éducation et de la recherche.

  • Illustré exclusivement de dessins, ce livre propose un cheminement à la découverte de l'espace architectonique, de ses aspects, ses dimensions, ses différents niveaux interactifs, lesquels confèrent à chacune de ses échelles ? le territoire, la ville, l'édifice ? une structure, une identité et une signification variables selon les lieux, les sociétés, les cultures. Fruit d'un processus impliquant de multiples acteurs, l'espace architectonique est abordé selon des points de vue allant de l'art de l'architecte à l'expérience de l'habitant. Observant les mutations spatiales, les crises du lieu et du langage de l'architecture, les auteurs abordent l'espace architectonique selon une approche globale et relationnelle, au delà des frontières conceptuelles, historiques et esthétiques. Ils privilégient deux axes d'analyse: le premier est centré sur le sujet, sur son expérience existentielle pour définir les dimensions et les niveaux du langage de l'architecture; le second est centré sur l'objet pour comprendre, d'une part, la forme architectonique, sa structure et ses processus, et, d'autre part, l'espace architectonique, ses échelles, ses structures opérantes et ses modes d'organisation. Considérant ensuite l'architecture en tant que langage, les auteurs analysent ses différentes poétiques, sa diversité de codes, de vocabulaires et d'écritures qui évoluent au fil du temps et des influences.
    Le livre s'achève sur une architectonique revisitée par des nouveaux paradigmes de pensée et d'action. Issus de la prise de conscience écologique planétaire, ils sont la source de démarches alternatives engagées à la création de lieux valorisant les identités culturelles, les ressources locales et les processus collectifs de production dans le respect des équilibres entre les établissements humains et la planète.

  • La pratique de l'enseignant se compose à la fois d'une activité observable, par exemple des gestes et des interactions langagières, et d'une activité mentale qui guide et accompagne l'activité. Observer et analyser cette pratique s'avère complexe, notamment dans le cadre des préconisations institutionnelles liées aux démarches d'investigation. Cette complexité est notamment liée à la variété des fonctions que l'enseignant assume, entre tutelle et médiation, entre transmission et construction des savoirs par les élèves, entre apprentissages conceptuels, méthodologiques et techniques, etc.
    Comment procéder pour conduire et analyser cette pratique? Avec quelle méthode et suivant quelle grille d'analyse? Comment la modéliser de manière fine? Cet ouvrage met en perspective plusieurs approches développées par des chercheurs en didactique des sciences et en sciences de l'éducation, tous spécialistes de l'activité enseignante. Il invite d'abord les auteurs, à travers des contributions individuelles, à expliciter et justifier leurs présupposés théoriques ainsi que leurs méthodes d'analyse et de modélisation. Il les engage ensuite dans une réflexion collective inédite, sous forme d'un débat, de manière à proposer finalement un éclairage de nature épistémologique sur les recherches portant sur la pratique enseignante en classe de sciences.
    Ce ouvrage s'adresse à tous les acteurs de l'éducation et de l'enseignement des sciences en langue française: formateurs et chercheurs en didactique des sciences et en sciences de l'éducation, enseignants en sciences dans le primaire et le secondaire, étudiants suivant un master dans le domaine des sciences, de l'enseignement des sciences, en didactique des sciences ou en sciences de l'éducation.

  • E malaise politique de notre temps appelle une refondation qui correspond à l'exigence même de la démocratie. Ce manifeste prend appui sur les actions et les réflexions qui se multiplient aujourd'hui plus que jamais. Quelles tensions traversent l'institution démocratique? À quelles inventions a-t-elle donné lieu? Quelles mutations non pas des femmes et des hommes mais du « monde entre eux » peut-elle favoriser?
    Depuis la reconnaissance des divisions irréductibles en toute société, la prise de paroles ouvre aux alternances de l'action qui permettent la réinstitution démocratique permanente.

empty