Littérature arabe

  • Avec humour et volupté, une intellectuelle syrienne met en miroir les textes érotiques de la littérature classique arabe, ses souvenirs personnels et les témoignages qu'elle recueille autour d'elle, dans le monde arabe. Le récit né de ces fragments malicieusement ajustés est traversé par la figure d'un amant énigmatique, désigné comme le Penseur, et dont la présence éveille une sensualité sans équivoque, une douce obscénité qui confine au sublime.

    Salwa Al Neimi dévoile les désirs et les fantasmes féminins, universels et intemporels, sans honte ni fausse pudeur. Elle incarne une féminité moderne, érudite, qui porte l'héritage millénaire d'une culture arabe conciliant plaisirs du corps et élévation de l'esprit. Son étonnante liberté de ton et d'idées, sa poésie mêlée d'impertinence ont fait de La Preuve par le miel un phénomène sans précédent dans les pays arabes : en tête de liste des best-sellers depuis sa parution en mars 2007, il a créé un véritable choc dans le grand public et la presse.

  • Presqu'île arabe

    Salwa Al Neimi

    Hazar, jeune journaliste syrienne née d'une mère chrétienne et d'un père musulman, a quitté Damas faute de pouvoir y trouver un travail parce qu'elle refusait de s'inscrire au parti unique. Elle est venue à Paris continuer ses études. Évoquant tour à tour son passé, sa famille, ses amis et son présent d'exilée, les chapitres très courts de ce récit écrit à la première personne sont comme les pensées d'un esprit qui vagabonde à la recherche de réponses. Par touches successives, ils dessinent l'image d'une femme qui, faute d'être née libre, l'est devenue et se bat pour le rester. Qui tente de comprendre comment se construit une individualité, notion si étrangère, dit-on, à la culture arabe où le " je " est effacé au profit du " nous ". Refusant le déterminisme des origines, elle revendique sa liberté. Liberté de partir et de ne pas revenir, liberté de choisir sa vie sans accepter ce qu'impose l'appartenance à un pays, une société, une religion. Mais aussi liberté de disposer de son corps, de se déplacer, de voyager, d'écrire.
    Les révolutions qui secouent le monde arabe réveillent plus profondément encore les questions que la narratrice se pose et qui dépassent le simple champ politique. Le dernier chapitre, ajouté après la révolution tunisienne et intitulé " Arab is beautiful ", conclut en se demandant si les révolutions ne sont pas nées pour nous obliger à changer la trajectoire, à nous interroger sur la loi du retour et à écrire notre " histoire originelle ".

  • Silence et tumulte

    Nihad Sirees

    Un pays tout entier fête les vingt ans de pouvoir de son Guide suprême. Fathi Chin, un écrivain célèbre interdit de publication, essaie d'échapper au tintamarre. Mais il se fit confisquer ses papiers en voulant aider un jeune homme victime de miliciens. Puis Fathi apprend que sa mère va épouser un membre du gouvernement, avant de se réfugier chez sa maîtresse Lama...

empty