Alliance Des Editeurs Independants


  • pourquoi le livre circule-t-il si mal dans l'espace francophone ? quels en sont les flux, les sens uniques ? quels sont les dispositifs législatifs en vigueur favorisant l'édition et la commercialisation des ouvrages ? les politiques publiques ne sont-elles pas insuffisantes ? quelles sont les entraves à la commercialisation du livre ? luc pinhas nous propose un état des lieux exhaustif de la législation, la diffusion, la distribution et la commercialisation du livre dans l'espace francophone.
    ce dossier, aux multiples entrées thématiques et géographiques, dresse un panorama global, illustré par des exemples concrets, des réalités locales. après avoir analysé ce qui a été mis en oeuvre par les etats, les associations et les syndicats d'éditeurs et de libraires, l'auteur présente quelques propositions qui aideront à créer un débat nécessaire.


  • qu'est-ce qu'un éditeur indépendant ? est-il par essence un " éditeur de création " ? un grand groupe peut-il être un éditeur indépendant ? dans un contexte de concentration et de financiarisation, comment l'éditeur peut-il être et rester indépendant au quotidien, tout en gardant son rôle indispensable d'agitateur d'idées ? loin de toute caricature, en développant un raisonnement basé sur " une certaine idée de l'édition ", gilles colleu nous livre quelques-unes des caractéristiques de l'éditeur indépendant de création.
    il nous fait part de l'importance de fonder son activité éditoriale sur un cycle long d'exploitation, pour construire un catalogue cohérent et pérenne. de même, l'auteur nous montre qu'il est encore possible de préserver son indépendance, en particulier en conservant une certaine maîtrise de la diffusion et de la distribution, et en établissant des relations privilégiées avec les libraires. le débat ne porte pas uniquement sur la création, mais aussi sur une nécessaire diversité éditoriale, appelée aussi bibliodiversité, qui peut et qui doit être favorisée par les pouvoirs publics.
    la diversité des productions et leur qualité ne sont-elles pas en effet indispensables à la formation du " lecteur-citoyen " ?.

  • Un pamphlet décapant sur l'état de la démocratie. Et si à force de renoncements, nous aurions perdu le goût de l'émancipation?
    Quel objectif poursuit la démocratie aujourd'hui ? Un point de croissance supplémentaire ? Une meilleure gouvernance avec de meilleurs professionnels de la politique ? Un taux de chômage plus bas ? Plus de temps de loisirs disponibles pour se divertir plus longtemps ? Faut-il se satisfaire d'un tel rabaissement consumériste et désenchanté ?
    Sans qu'on y prête attention, en trente ans, le projet émancipateur fondé sur la capacité des êtres humains à se libérer de leurs servitudes s'est peu à peu effacé. Le sauve qui peut de l'emploi à n'importe quel prix a remplacé la mise en valeur du travail. Sous la pression des intérêts financiers, l'économie est devenue une fin en soi. Le divertissement a pris le pas sur la culture. L'obsession de la gouvernance est venue cacher le renoncement au partage des pouvoirs.
    Revisitant les apports des philosophes, Bernard Vasseur livre le diagnostic lucide et décapant d'une démocratie anesthésiée au nom de la modernité. Il est temps de réveiller les dynamismes créateurs dont sont porteurs les citoyens pour travailler à l'avènement d'une société où le libre développement de chacun soit la condition du livre développement de tous.

  • À quand l'Afrique ? Voilà bien une question que nous préférons éviter, tant l'Afrique semble sans avenir. Mais Joseph Ki-Zerbo, historien et homme d'action burkinabé, ne peut, et ne veut, occulter cette question. Alors, au cours de ce long entretien, qui par certains côtés retrace le parcours d'une vie, il dresse un portrait vivant, saisissant, de l'Afrique au temps de la mondialisation. Une Afrique qui, selon lui, est depuis le XVIe siècle une sorte de wagon de train du développement. Joseph Ki-Zerbo a largement contribué à doter enfin l'Afrique d'une histoire propre, une histoire qui soit autre que celle écrite par le colonisateur. Pour lui, l'Afrique doit conquérir son identité, fière de sa contribution à l'aventure humaine, afin de redevenir acteur du monde, elle qui a pour ainsi dire inventé l'homme, puis la première grande civilisation de l'humanité - la civilisation égyptienne. «Sans identité, dit-il, nous sommes un objet de l'histoire, un instrument utilisé par les autres. Un ustensile.» Un livre passionnant, nourri d'une Afrique vécue et étudiée pendant des décennies, riche de réflexions profondes d'un historien sur le rôle de son métier pour l'action concrète des hommes. Un livre engagé, publié simultanément en Europe et en Afrique comme une goutte d'espérance dans un océan de tragédie.

  • De Harvard au Conseil municipal de Lille en passant par l'Université catholique, l'ouvrage dévoile l'itinéraire d'un homme qui, à travers ses multiples choix, a répondu avec cohérence et liberté à la vie.
    Après des études de Sciences Économiques aux Universités de Louvain et d'Harvard, Michel Falise travaille comme conseiller d'une institution financière à Bruxelles. En 1961, il se fixe à l'Université catholique de Lille et devient, en 1979, le premier recteur laïc d'une Université catholique française, responsabilité qu'il exerce de 1979 à 1991. Au cours de la même période, il est élu président de la Fédération internationale des Universités catholiques (FIUC) et gère à ce titre des relations délicates avec le Vatican sur le statut des Universités catholiques et sur la pratique de la Fécondation In Vitro (FIVETE) dans les hôpitaux des Universités catholiques. Il s'investit en 1993 dans la lutte contre l'exclusion, dans le cadre de l'association Habitat et Humanisme dont il est le président national de 1993 à 2001.
    Il est élu en 1994 au conseil municipal de Lille et assume la responsabilité d'adjoint au maire délégué à la Démocratie participative et met en place le Conseil communal de Concertation qu'il préside encore aujourd'hui.
    A travers ce parcours professionnel riche et diversifié, Michel Falise a été témoin et acteur dans quelques chantiers majeurs de notre époque : le renouveau de l'enseignement supérieur, la lutte contre l'exclusion sociale, la crise de la citoyenneté, la coopération internationale. Il a aussi vécu de l'intérieur quelques-uns des problèmes qui se posent à la gouvernance de l'Eglise catholique.

empty