• Riche de nombreuses illustrations (plus de 140 cartes, graphiques, croquis, photographies, ­tableaux), cet atlas propose un tour d'horizon actualisé et distancié des espaces protégés en France. Comment préserve-t-on l'environnement aujourd'hui en France?? Grâce à quels outils?? Selon quelles modalités et quels processus??
    Cet ouvrage, fruit de trois ans de travail et de la mobilisation de nombreuses données récentes auprès des structures de gestion et des multiples acteurs impliqués dans les démarches de ­protection et de planification, répond entre autres à ces questions.
    Les auteurs, géographes, proposent une analyse des dynamiques de conservation par le prisme d'une lecture résolument sociale de l'environnement. C'est ainsi à l'aune des choix politiques, de la conflictualité entre usages et pratiques des espaces protégés, ou encore de l'acceptation sociale de ces derniers que se déclinent les quarante doubles pages (fortes de deux à six illustrations chacune) de cet ouvrage. Couvrant de manière représentative un large échantillon d'espaces de France métropolitaine et d'outre-mer, elles abordent des sites emblématiques en particulier (Gavarnie, le Mont-Saint-Michel...), des milieux (zones humides, littoral, montagne...) et des types de protection. Dans ce dernier registre, elles remettent en perspective un large panel d'outils, des plus classiques (parcs nationaux, réserves naturelles...) aux approches les plus contemporaines (environnement nocturne, nature intra-urbaine, initiatives privées, etc.). En multipliant les exemples et les analyses critiques, cet atlas se veut un outil tout autant informatif qu'à même de nourrir les réflexions des gestionnaires, mais aussi du grand public, sur la manière dont se dessine la protection de l'environnement en France et, plus largement, notre rapport à la nature.

  • Véritable outil d'identification et d'étude, cet ouvrage collégial présente l'ensemble des espèces de poissons d'eau douce de France, qu'elles soient indigènes ou introduites. Le livre est à jour des dernières données sur la taxonomie, la génétique et la distribution des animaux. Il comprend des clés d'identification et des fiches monographiques détaillant l'écologie, les modes de vie des poissons et intégrant des cartes de répartition. Le lecteur y trouvera également des chapitres généraux sur l'histoire, la connaissance et la gestion des populations et des écosystèmes, ainsi qu'une iconographie remarquable, prise le plus souvent en milieu naturel. Ce guide s'adresse à toute personne qui dans le cadre de pratiques de loisirs ou professionnelles est en contact avec la faune piscicole : naturalistes débutants et confirmés, pêcheurs et aquariophiles amateurs, pisciculteurs et gestionnaires des milieux naturels, scientifiques ou médiateurs environnementaux ; mais aussi au simple promeneur qui souhaite mettre un nom sur un poisson aperçu dans un cours d'eau. En supplément : un cahier d'identification à glisser dans la poche ! Ce cahier vous permettra d'identifier la plupart des poissons d'eau douce de France. Il est particulièrement adapté aux sorties sur le terrain.

  • Ce nouvel Atlas des Amphibiens et Reptiles de France est le troisième réalisé par la Société herpétologique de France (SHF). Il marque un progrès considérable de nos connaissances sur la répartition des 34 espèces d'Amphibiens et les 39 espèces de Reptiles vivant en France métropolitaine, Corse comprise.
    En complément des fiches espèces, cet ouvrage comprend aussi une mise à jour de la liste taxinomique des amphibiens et reptiles de France métropolitaine, ainsi qu'un chapitre expliquant les nombreux changements de noms de famille, de genre et d'espèce intervenus ces dernières années.

  • Les bivalves d'eau douce sont des animaux peu charismatiques, souvent difficiles à observer et mal connus des naturalistes. Pourtant, ils peuvent nous raconter des histoires naturelles extraordinaires. Certaines espèces vivent jusqu'à 280 ans et peuvent donc témoigner de deux siècles d'histoire des rivières de France. Le cycle reproductif des Naïades, avec l'intervention d'un poisson-hôte, en fait des animaux très mobiles pendant les premiers stades de leur vie. Au contraire, les Cyclades sont vivipares et les adultes protègent les juvéniles à l'abri de leurs valves pendant leur première phase de croissance. Les coquilles et les perles ont fait couler beaucoup d'encre et on dispose de nombreux témoignages historiques à leur sujet.

    Alors qu'elles peuvent constituer plus de 90 % de la biomasse benthique dans des écosystèmes préservés, les Naïades ont régressé d'une manière alarmante au cours du XXe siècle et il est difficile d'imaginer ce que pouvaient être les rivières de France à l'époque où des centaines de milliers de bivalves filtraient leurs eaux en permanence.

    Ce guide propose un panorama sur les espèces de bivalves d'eau douce de France, avec une présentation générale et des monographies pour chaque espèce. Puisse-t-il sensibiliser les usagers et les gestionnaires de nos rivières à la protection de ces sentinelles des eaux douces de France.

  • Les coraux appartiennent à l'embranchement des Cnidaires (auquel appartiennent également les méduses), ces organismes coloniaux ont la particularité de secréter un exosquelette calcaire à l'origine de la construction d'écosystèmes les plus riches au monde : les massifs coralliens. Ne couvrant que 0,2 % de la surface des océans, ils abritent pourtant plus de 30 % de la biodiversité marine connue. Leur régression actuelle (destruction, blanchiment) partout à travers le monde constitue une menace majeure pour la biodiversité. On estime que près de 85 % des massifs coralliens des Caraïbes ont déjà disparu, et leur régression se poursuit en dépit des tentatives de sauvegarde initiées.
    Cet ouvrage présente les coraux constructeurs de récifs des Caraïbes : il constitue un guide de référence pour l'identification et la connaissance des coraux durs de cette région, offrant une présentation générale de ces espèces (anatomie, classification, biologie, conservation).
    Les 68 espèces présentées font l'objet de monographies détaillées et illustrées de photographies prises en milieu naturel.
    Ce guide s'adresse aux naturalistes, aux passionnés de biologie marine, aux plongeurs et aux randonneurs palme-masque-tuba qui ne manqueront pas de s'impliquer dans la conservation des zones littorales des îles de la Caraïbe.

  • Située entre Madagascar et les côtes du Mozambique, Mayotte est l'une des quatre îles de l'archipel des Comores. Ce territoire volcanique bénéficie d'un climat tropical qui a permis le développement d'une végétation naturelle complexe et diversifiée composée d'une flore aujourd'hui riche de plus de 1?350 espèces de plantes à fleur et de fougères.
    Les plus de cet ouvrage?:
    - informations complètes sur l'écologie et le statut de chaque espèce (rareté, menaces, état de conservation) - noms vernaculaires, ainsi que les usages des plantes en agriculture ou en médecine traditionnelle - toutes les espèces sont illustrées par des photographies couleur de l'auteur - index synonymique complet.
    Le travail de Fabien Barthelat constitue une référence pour les professionnels chargés de la préservation de l'environnement à Mayotte, tout comme pour les Mahorais attachés à leur patrimoine, ou pour tous ceux qui s'intéressent, de près ou de loin, à la biodiversité végétale de ce territoire exceptionnel.

  • Originaire de la région de la Foa en Nouvelle-Calédonie, le chef Ataï, personnage emblématique de l'insurrection kanak de 1878, fut tué lors des opérations de «?pacification?» de l'île. Sa tête et une main furent livrées par des auxiliaires kanak à l'armée française puis envoyées dans les collections d'une société savante, la Société d'Anthropologie de Paris. Débute alors, au sein du musée, la seconde vie d'Ataï marquée par une «?transmutation?» du trophée martial en spécimen scientifique. Sa dépouille sera rendue à ses descendants en 2014.
    Tantôt figure du «?sauvage?» beau et anthropophage, ou du chef tacticien et insoumis, tantôt figure du révolutionnaire libérateur d'un peuple assujetti ou du pacificateur d'une colonie de peuplements, les interprétations passées et actuelles du Kanak Ataï offrent de multiples visages à explorer. Elles sont aussi indissociables de l'histoire plus générale des collections anthropologiques constituées de restes humains, héritage complexe aujourd'hui sensible.
    Les chapitres de ce livre offrent des clés de lecture permettant d'appréhender les différents modes d'appropriation des éléments de corps humain du chef Ataï lors de leur parcours patrimonial, les logiques et les enjeux sous-jacents. À partir de l'analyse de nombreuses archives inexplorées, d'entretiens avec les scientifiques-conservateurs, l'auteur s'attache à reconstituer chacune des étapes de la patrimonialisation du chef kanak par la communauté des anthropologues -?prélèvement du corps ou parties en 1878, transport, catégorisation, transformation, étude scientifique, exposition puis restitution en 2014?- afin d'en cerner l'évolution des mécanismes, intérêts personnels, enjeux collectifs et spécificités. L'analyse se veut aussi comparative, confrontant tour à tour les pratiques de la Société d'Anthropologie de Paris à celles du Muséum national d'Histoire naturelle ainsi que les destinées de spécimens collectés en Nouvelle-Calédonie en cette fin de xixe siècle.

  • Les Reptiles des Pyrénées traite en détail les 32?espèces protégées présentes sur l'ensemble de la chaîne (France, Espagne et Andorre). Cette faune herpétologique est le résultat d'une entreprise natu­raliste combinant enquête bibliographique et reportage photographique. Elle propose une vaste synthèse de données relatives à plusieurs champs disciplinaires - systématique, ­taxi­nomie, biogéographie, écologie, biologie... - jusque-là dispersées dans plusieurs centaines d'articles et ouvrages. Les variations phénotypiques et les particularités écologiques des serpents, lézards et tortues occupant l'espace pyrénéen y sont illustrées par de très nombreuses photo­graphies exclusivement réalisées in situ, de 2?m à 3?143?m d'altitude. Des cartes de répartition précises (mailles UTM 10?km × 10?km), basées sur des sources scientifiques, complètent et éclairent le propos biogéographique. Les espèces et sous-espèces endémiques ou subendémiques de la chaîne, de même que celles qui y ont un statut particulier (très localisées, vulnérables...), ont fait l'objet d'une attention par­ti­cu­lière et les menaces qui pèsent sur les reptiles des Pyrénées sont largement exposées.
    Cet ouvrage sera précieux pour les pyrénéistes, naturalistes et gestionnaires d'espaces naturels de la chaîne (parc national, réserves, sites Natura?2000, parcs naturels régionaux...), qui disposeront là d'une mine d'informations sur le sujet.

  • Le quart de la biodiversité forestière est «?saproxylique?» (associée au bois mort et aux micro-­habitats portés par les [vieux] arbres). Les insectes coléoptères, riches de 2663 espèces attachées à 74 familles en France, et qui dominent le cortège saproxylique avec les champignons, constituent­ ainsi un groupe indicateur fréquemment utilisé dans le monde forestier. Le suivi de cette riche biodiversité représente toutefois un véritable défi. En effet, trente ans après la prescription du Conseil de l'Europe, qui encourageait les gouvernements européens à utiliser prioritairement les organismes saproxyliques pour évaluer l'état de conservation des forêts, peu d'outils sont disponibles pour assurer cette mission.
    De 2008 à 2016, la base de données FRISBEE, soutenue par l'ONF, le MNHN, IRSTEA (ex Cemagref) et l'IGN (ex IFN), a compilé l'information disponible pour toutes les espèces de coléoptères saproxyliques français, stricts et facultatifs. Après la récente mise à jour du référentiel taxinomique, une vingtaine de champs parmi les mieux renseignés pour l'ensemble des espèces ont été sélectionnés dans plusieurs catégories?: taxinomie, distribution géographique, éco-­morphologie adulte et surtout écologie larvaire.
    Le présent catalogue, issu de cette synthèse, est un outil écologique et taxinomique de référence sur l'écologie des espèces, voué à faciliter l'interprétation des listes d'inventaire et l'évaluation de l'état de conservation des forêts. En pointant les lacunes, il vise aussi à susciter de nouvelles contributions afin d'améliorer le niveau de connaissances.
    Après un chapitre introductif détaillé présentant les coléoptères saproxyliques et les variables descriptives retenues, l'ouvrage comporte des tableaux de synthèse agrémentés de pictogrammes pour décrire chaque espèce et 743 macrophotographies illustrant la majorité des genres français.
    Ce catalogue s'adresse aux entomologistes professionnels et amateurs des sociétés savantes, aux forestiers privés et publics en charge de la gestion patrimoniale des forêts, aux conservateurs de réserves, aux gestionnaires d'espaces naturels, aux bureaux d'études naturalistes et à tous les naturalistes curieux.

    Avec l'étroite collaboration de Thomas Barnouin, Julien Fleury et Fabien Soldati.

  • La biodiversité de l'archipel des Comores est encore largement méconnue du grand public alors que cet archipel compte parmi les points chauds mondiaux de biodiversité, aux côtés de Madagascar. L'urgence de la conservation y est forte, et doit faire plus que jamais écho aux pressions humaines et au réchauffement climatique.
    Le présent ouvrage s'attache à dresser un inventaire complet des amphibiens (2 espèces) et des reptiles terrestres (31 espèces) qui ont colonisé l'archipel des Comores et constitue à ce titre un outil de connaissance essentiel pour la sauvegarde de sa biodiversité herpétologique.
    Les auteurs ont rassemblé toutes les connaissances existantes concernant la description, la biologie, l'écologie et la répartition des espèces ; ce premier atlas intégrant notamment les données d'observations issues des campagnes de terrain menées en 2018 et 2019 sur les quatre îles de l'archipel.
    Le projet a été cofinancé par le fonds européen BEST-RUP et le CEPF (Critical Ecosystems Partnership Fund). Il est le résultat d'une collaboration fructueuse entre la France (Mayotte), l'Allemagne (Muséum Zoologique de Munich) et l'Union des Comores (Anjouan, Grande Comore, Mohéli), et conjugue les efforts de l'ensemble des naturalistes professionnels et amateurs localement implantés.

  • L'Europe abrite deux espèces de lynx : le lynx boréal, largement réparti en Eurasie, et le lynx pardelle, aujourd'hui confiné à l'Espagne méridionale. Leurs aires de répartition respectives ont fortement régressé depuis le Moyen Âge, principalement à cause de la guerre sans merci que leur a livrée l'homme. Le lynx pardelle, aujourd'hui en danger critique d'extinction, fait l'objet d'un programme de sauvegarde sans précédent, comportant notamment des opérations de renforcements de population. Son aire de répartition, très fragmentée, comprend à peine 300 individus... Le lynx boréal, autrefois courant et largement répandu, fut pourchassé jusqu'aux derniers confins de ses habitats montagnards?; au début du XXe siècle, il était considéré comme pratiquement disparu de la plupart des régions d'Europe. Depuis les années soixante-dix, l'espèce a fait l'objet de campagnes de réintroduction dans plusieurs pays soucieux de sa sauvegarde. Ces actes, auxquels ont participé les plus grands spécialistes européens, retracent la genèse des populations de ces deux espèces à travers le temps et l'histoire des hommes, ceux qui les ont fait disparaître mais aussi ceux qui se battent aujourd'hui pour les sauvegarder, malgré les conflits avec le monde de l'élevage et de la chasse sportive...

  • Deuxième plus grande zone économique exclusive du monde (plus de 11000000?km2), la France - métropole et outre-mer - héberge 71 espèces de mammifères marins. Premier ­volume d'une ­série consacrée aux mammifères sauvages de France, cet ouvrage marque un progrès consi­dérable de nos connaissances sur la répartition des 16 carni­vores, 53 cétartiodactyles et 2 siréniens peuplant les eaux françaises. Il synthétise plus de 90?000 données d'observation récoltées depuis 2000 par une trentaine de structures.
    Ce volume est composé de deux parties complémentaires. D'une part, des monographies spécifiques permettent aux chercheurs et naturalistes d'accéder à une information à jour sur la répartition des espèces, leur biologie, leur dynamique de population, les menaces qu'elles ­subissent ainsi que les suivis et mesures de gestion déjà mis en place. D'autre part, répondant aux ­attentes des gestionnaires et des administrations, des monographies géographiques présentent succinctement neuf régions océaniques et les espèces qui s'y trouvent?: l'Atlantique Nord-Est (métropole), l'Atlantique Nord-Ouest (Saint-Pierre-et-­Miquelon), l'Atlantique tropical (Antilles), l'Atlantique équatorial (Guyane), l'océan Indien tropical (la Réunion, Mayotte et les îles Éparses), l'océan Indien subtropical et le nord de l'océan ­Austral (Saint-Paul, Amsterdam et les îles subantarctiques), l'océan Austral (Terre Adélie), le Pacifique Sud (Nouvelle-­Calédonie, Wallis-et-Futuna, Polynésie française) et le Pacifique Nord (Clipperton).
    En complément de ces monographies, l'ouvrage comprend une synthèse des différents outils de protection juridique et de conservation des espèces.

  • Les sols abritent des communautés vivantes qui dépassent nos capacités de perception, par leur taille microscopique, mais aussi par leur incroyable foisonnement?: un seul gramme de sol peut contenir plusieurs milliards de bactéries et plusieurs millions de champignons?! Dans ce même gramme de sol, on peut distinguer entre 100?000 et un million d'espèces de bactéries... Rien dans notre environnement quotidien, si ce n'est un ciel étoilé, ne nous prépare à une pareille abondance et une telle diversité.
    Les chercheurs spécialistes de l'écologie microbienne de l'unité mixte de recherche « Agroécologie », rattachée à l'INRA Bourgogne-Franche-Comté, ont réalisé un inventaire des communautés bactériennes des sols de France. Basé sur les techniques les plus en pointe de séquençage d'ADN, ce travail a débouché sur la réalisation de cet atlas qui nous offre un panorama de ces communautés bactériennes, nous sensibilisant à leur importance dans la qualité et la fertilité des sols.
    Un ouvrage unique tant par le sujet traité, que par des représentations originales qui nous permettent d'appréhender le monde bactérien des sols.

  • Des pans entiers du patrimoine scientifique conservé aujourd'hui dans des institutions publiques connaissent des transformations, transferts ou restructurations. Si ces opérations semblent s'imposer, cette «?impérieuse?» nécessité de transformation n'est pas neutre. Dans les mouvements entre conditions de collecte, impératifs de rangement et logiques de classement menacent le désordre et la perte. Un musée conserve, mais il peut aussi détruire. Bien que les collections s'inscrivent dans une histoire qui leur est propre entre la collecte, son contexte et leur exploitation, cette dimension du temps est comme effacée entre l'objet et sa documentation. Les conséquences scientifiques de ces transformations sont ici mises en lumière à partir de différents terrains -?botanique, paléontologie, préhistoire, archéologie, anthropologie, ethnologie. Les auteurs s'attachent à reconstituer les logiques de rangements, d'écritures et de classements qui ont fait et défait les collections scientifiques. Le regard interdisciplinaire permet de restituer la complexité de l'histoire des collections, et ainsi, de réaffirmer avec vigueur l'importance et les enjeux de la conservation du patrimoine scientifique, part du patrimoine de l'humanité.

    Penser, Classer, Administrer les collections est le fruit d'une collaboration entre le programme interdisciplinaire de recherche «?PCA Collections?» financé par l'Institut des sciences de la communication du CNRS et hébergé par le Centre Alexandre Koyré, et le symposium «?Aux sources de l'histoire de l'anthropologie de la fin du xviiie siècle à la veille de la première guerre mondiale?: une anatomie des archives?», organisé par les Archives nationales en collaboration avec la Société française pour l'histoire des sciences de l'homme.

  • Cet inventaire au sein du milieu dulçaquicole de la Guadeloupe a permis de recenser 14 espèces de crustacés décapodes et 16 espèces de poissons. Chacune est présentée dans une fiche synthétique (morphologie, biologie, distribution et menaces) accompagnée d'une carte de répartition et d'une photo. Deux clés de détermination complètent ce descriptif. L'ouvrage aborde aussi les différentes caractéristiques des milieux de l'archipel : géologie, relief, climat, hydrographie, originalité des peuplements aquatiques, menaces et conservation des milieux. Un tableau donne le classement UICN des espèces en danger à l'échelle de la Guadeloupe et une perspective historique permet de remettre dans leur contexte les espèces introduites et celles qui se sont acclimatées.

  • Here, for the first time in English, is Georges Cuvier's extraordinary "History of the Natural Sciences from hs Origin to the Present Day." Based on a series of public lectures presented by Cuvier from 1829 to 1832, this first of a Pive-volume series, translated from the original French and heavily annotated with commentary, is a detailed chronological survey of the natural sciences spanning more than three millennia.
    Lt is truly astonishing in its detail and scope. Cuvier was fluent in many languages, English, German, Spanish, and certainly Latin, in addition to French. He was therefore well prepared to investigate and interpret firsthand the scientific literature of Europe as a whole. The work is an affirmation of Cuvier's vase encyclopedic knowledge, his complete command of the scientific and historical literature, and his in-comparable memory.
    This history is remarkable also for providing in one place a large set of useful references to a vast ancient literature that is not easily found anywhere else. This huge body of in-formation provides us furthermore with unique insight into Cuvier's concept of the natural sciences, and to the vast breadth and progress of this human endeavor. With this work, Cuvier tilts an important gap in philosophical thought between the time of Cari Linnaeus and Charles Darwin.

  • Les eaux douces des Comores, Mascareignes et Seychelles, trois archipels de l'Ouest de l'océan Indien, possèdent une importante biodiversité. On y recense 61 espèces de poissons d'eau douce et 22 de crustacés décapodes, 12 espèces sont endémiques de cette région du monde. L'ouvrage commence par un chapitre résumant l'histoire des expéditions, des inventaires et des introductions d'espèces menés dans ces trois archipels depuis le XVIIIe siècle. Viennent ensuite une partie sur les crustacés décapodes et une sur les poissons, débutant par une clé de détermination. Chaque espèce fait l'objet d'une fiche illustrée où l'on trouve : sa description, sa biologie, sa répartition dans l'Ouest de l'océan Indien (accompagnée d'une carte), une photo ou un dessin. Ce livre se veut un outil pour la conservation et la gestion des communautés aquatiques, il est destiné aux naturalistes, mais aussi aux enseignants, aux chercheurs, aux pêcheurs et aux aquariophiles.

  • Cet ouvrage détaille la biologie de ces animaux en Languedoc-Roussillon, une région exceptionnellement riche avec pas moins de 46 espèces autochtones (soit plus des trois quarts des amphibiens et reptiles de France continentale), 3 espèces acclimatées et 10 espèces introduites par l'homme mais non acclimatées à ce jour.

    Pour mieux cerner cette diversité, le cadre géographique s'étend au-delà des frontières administratives de la région. Il intègre, outre les Pyrénées-Orientales, l'Aude, l'Hérault, le Gard et la Lozère, les départements limitrophes de l'Aveyron, du Tarn et de l'Ardèche, les parties est de l'Ariège, de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne et du Lot, mais aussi la Camargue.

    Les cartes de distribution, aboutissement d'un long travail d'enquête de répartition, s'appuient sur 60275 données datées de l'an 1520 à 2007. Elles proviennent de 1893 observateurs originaux et de 187 références bibliographiques.

    Avec cette masse de données, la distribution géographique des espèces est désormais connue avec précision, et leur écologie mieux cernée : distribution altitudinale, rythmes d'activité, régime alimentaire, prédation, causes de mortalité, dans les monographies, l'accent est mis sur les dernières découvertes en systématique, mais également sur les résultats d'études menées dans la région, dont beaucoup sont inédites.

  • Animaux nocturnes, les chiroptères ont développé un système de repérage dans l'espace du type sonar. Inaudibles à l'oreille humaine, les cris des chauves-souris peuvent être perçus, enregistrés et analysés grâce à différents appareils et logiciels. Cet ouvrage dresse le bilan des connaissances acquises par l'auteur depuis plus de vingt ans en matière de détection ultrasonore. Aux premières approches, purement auditives, il ajoute une autre dimension : l'identification par l'analyse informatique des ultrasons. Grâce aux détecteurs de plus en plus performants et à l'analyse informatique, la méthode décrite permet d'identifier en Europe environ 85 % des contacts acoustiques, de mener des inventaires et d'entreprendre des études toujours plus fines sans perturber les animaux. Ce livre traite 35 des 42 espèces de chauves-souris européennes. Depuis de nombreuses années, Michel Barataud traque les chiroptères en Europe mais aussi en Guyane et aux Antilles. Au fil des ans et des progrès technologiques, il a développé une méthode d'identification très performante et motivé un vaste réseau de naturalistes. Pédagogue dans l'âme, il a formé plusieurs centaines de chiroptérologues à l'analyse ultrasonore qu'il a fait connaître aussi au travers d'ouvrages et de nombreuses publications.

    Yves Tupinier, spécialiste du sonar des chiroptères, est son complice amical de longue date. Sa collaboration à cet ouvrage est un complément précieux.

    En supplément, un DVD où vous trouverez les échantillons sonores illustrant la méthode ainsi que les fichiers (graphiques) nécessaires à l'identification des espèces.

    Cette troisième édition a été traduite en anglais dans un volume de la même collection : Acoustic Ecology of European Bats.

  • Originaire du cap de Bonne-Espérance, la Vénus hottentote, de son vrai nom Sarah Baartman, fut présentée au public comme "le plus merveilleux phénomène de la nature" dès son arrivée à Londres en 1810. Affublée d'un fessier hors de proportion (stéatopygie), elle fut ainsi chosifiée comme "monstre" de son vivant. A partir de septembre 1814, elle défraya la chronique parisienne avant de mourir dans les derniers jours l'année suivante.
    Son corps, entièrement moulé puis disséqué au Jardin des plantes, allait un temps rejoindre les collections d'anatomie comparée du Muséum national d'Histoire naturelle. Prise pour type de race "sauvage", la Vénus hottentote n'en perdit pas tout prestige. Ses représentations s'avérant toujours contemporaines de ses usages scientifiques et sociaux, elle parut indistinctement un sujet d'enquête toujours révisable au crible des connaissances et la victime idéale, sollicitée, d'un exorcisme de masse.
    Au centenaire de sa mort, elle restait une célébrité. Dans le périmètre du Muséum, elle passa des galeries d'anatomie à celles d'anthropologie avant que son moulage, devenu sculpture ethnographique, en vint à exemplifier dans les vitrines du Musée de l'Homme la survivance des "Vénus" stéatopyges de la lointaine préhistoire. Les différents chapitres de ce livre offrent des clés de lecture des imaginaires collectifs, tant savants que populaires, sans nier les zones d'ombre qui entourent la biographie de Sarah Baartman.
    Ils mettent en évidence les "métamorphoses" complexes de la Vénus hottentote au fil de ses appropriations naturalistes, morales et juridiques, depuis les premiers témoignages des professeurs du Muséum qui l'examinèrent en mars 1815 (Georges Cuvier, Henri de Blainville) jusqu'aux débats du Sénat qui préludèrent à la restitution puis à la cérémonie nationale d'inhumation de ses restes, en août 2002, en présence du président d'Afrique du Sud Thabo Mbeki.

  • Exposer l'humanité propose une traversée de l'histoire de l'anthropologie en France. Mettant particulièrement l'accent sur la formation de la discipline au cours de la Troisième République et du régime de Vichy, cet ouvrage montre l'imbrication des notions scientifiques de race et de culture entre 1850 et 1950. Il explore le rôle de deux générations d'anthropologues et d'ethnologues -?et des musées qu'ils créèrent?- dans la mise en place du racisme et de l'anti-racisme modernes. Alice Conklin porte ainsi un nouveau regard sur les relations tumultueuses entre science, société et empire à une époque où l'impérialisme français et le fascisme en Europe connaissent leur apogée.

empty