Altipresse

  • Catastrophes aériennes

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 24 Septembre 2004

    Quand une catastrophe aérienne survient, il est souvent difficile d'en connaître immédiatement les causes.

    Ce n'est qu'après de longues enquêtes que les boîtes noires livrent enfin leurs secrets.
    Les passagers ont le droit de savoir.
    Des négligences incroyables sont parfois à l'origine de ces accidents, mais elles sont souvent dissimulées au grand public en raison des intérêts considérables qui sont en jeu.
    Jean-pierre otelli, pilote professionnel (10 000 heures de vol) est titulaire de plusieurs records.
    Il est leader de patrouille acrobatique et pilote de démonstration en salons aéronautiques. c'est l'un des plus performants du monde dans cette discipline.
    Il nous révèle les circonstances exactes de plusieurs catastrophes comme le crash du vol twa 800 ou celui du mont saint-odile.
    On découvre également comment une américaine commandant de bord s'est battue jusqu'au bout pour sauver son dc 9 en flammes, et d'autres récits tout aussi incroyables.

    Le public sait-il qu'un pilote s'est suicidé en vol, qu'un contrôleur aérien en confondant sa droite de sa gauche a dirigé un airbus droit sur une montagne.
    Jean-pierre otelli nous livre ici les dernières conversations des pilotes enregistrées par les "cockpit voice recorder".

  • Crash Rio/Paris ; les secrets de l'enquête

    Roger Rapoport

    • Altipresse
    • 1 Décembre 2011

    Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009, un Airbus A330 de la compagnie Air France disparaît au-dessus de l'Atlantique.
    On ne retrouve que quelques débris flottant sur l'océan. Il n'y a eu aucun contact radio avant le crash. Les seules informations proviennent des systèmes automatiques de communications par satellites qui ont signalé que l'avion avait des problèmes. Onze mois après le drame, on pense avoir localisé les boîtes noires. En fait, elles restent introuvables et le gouvernement français vient de lancer une troisième campagne de recherche.
    Deux après la catastrophe, Roger Rapoport analyse tous les paramètres du drame. Les éléments qu'il met en lumière permettent de faire le point sur une situation où les anomalies succèdent aux erreurs.

  • Les enquêteurs du BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation civile) sont au nombre d'une cinquantaine.
    Ingénieurs, pilotes, techniciens, ils se transforment en détectives pour mener à bien leurs enquêtes sur les accidents d'avions, dans une démarche qui ressemble fort à celle de policiers traitant d'affaires criminelles. Mais ils ne traquent pas d'éventuels coupables, ils recherchent les erreurs et les manques qui ont débouché sur une catastrophe aérienne, ou un accident dramatique. Afin que les précautions soient prises pour que de tels événements ne se reproduisent plus.
    Un avion Twin Otter qui décolle de l'île de Moorea (Polynésie) et plonge vers la mer, tuant les vingt personnes à bord. L'épave montre que les câbles de commande de la gouverne de profondeur ont cassé en vol. Pourquoi ? Les enquêteurs découvriront que l'usure, au point de rupture, est due à une tension excessive provoquée par le souffle d'un Airbus A340 qui met les gaz pour sortir d'un parking et agit sur la gouverne de profondeur du Twin Otter garé à proximité.
    Maigret ou Sherlock Holmes n'auraient pas fait mieux... Pourquoi un planeur s'est-il désintégré en vol, provoquant la mort des deux jeunes de 18 et 19 ans qui se trouvaient à bord ? Les enquêteurs se poseront la question durant des mois, sans trouver d'explication satisfaisante. Jusqu'au jour où les parents de l'un des pilotes, sachant que leur fils filmait toujours les évolutions du planeur avec sa caméra, fouillent les buissons et les bois de l'endroit où les débris sont tombés et retrouvent la caméra.
    Six mois après l'accident...

  • Alerte en vol !

    ,

    • Altipresse
    • 18 Octobre 2012
  • Urgence à bord ; histoires authentiques

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 21 Octobre 2005

    Jean-Pierre Otelli et François Bousseau ont conjugué leurs talents pour raconter et illustrer des histoires authentiques de pilotes, pleines de suspense et d'émotion.
    Au travers des récits qui composent ce livre, les passionnés d'aviation partageront des aventures exceptionnelles comme seul le ciel peut en offrir. Cet ouvrage est aussi une magistrale leçon de pilotage illustrée de superbes dessins au trait vigoureux.

  • La traque de Che Guevara ; l'élimination du révolutionnaire

    ,

    • Altipresse
    • 26 Juin 2014

    Bolivie, début 1967.

    Dans une région sauvage du pays, deux embuscades meurtrières à l'encontre de militaires font ressurgir le spectre de la guérilla. Alors que le président Barrientos ne cesse de réclamer toujours plus d'argent et d'armes aux États-Unis, le jeune capitaine Prado parvient à le convaincre que l'armée, plutôt désorganisée, doit être convenablement formée pour éradiquer les rebelles sur lesquels plane l'ombre de Che Guevara. Aucun Américain ne devant officiellement participer aux combats, les Bérets verts des Forces spéciales américaines entreprennent de transformer en rangers dignes de ce nom des conscrits incultes. Ils ont 179 jours pour cela.

    Alors que des révoltes éclatent dans le pays (mineurs, étudiants, etc) et que la guérilla risque de s'étendre aux pays voisins, les Bérets verts menés par le major Shelton créent de toutes pièces un camp d'entraînement près du petit village de La Esperanza. Parallèlement la CIA envoie deux agents d'origine cubaine assister le gouvernement bolivien. Che Guevara est bien à la tête des guérilleros mais il sera finalement capturé et interrogé. Les Américains veulent le ramener sain et sauf aux États-Unis mais Barrientos ordonne de l'exécuter. Sa mort renforcera son image romantique chez les jeunes en rébellion du monde entier.

    Ce livre constitué de témoignages se lit comme un roman. Ses auteurs sont Mitch Weiss, lauréat du prix Pulitzer, et Kevin Maurer qui a cosigné un ouvrage consacré à la traque et la mort de Ben Laden.

  • Après le succès des quatre premiers tomes, Jean-Pierre Otelli poursuit la série des erreurs de pilotage. L'évolution de l'actualité permettra certainement d'y inclure l'explication détaillée de l'un des crash les plus mystérieux de ces dernières années : le crash de l'Air France 447 Rio/Paris. Cet accident et le mystère qui l'a entouré ont suscité une immense émotion en France aussi bien qu'au Brésil. Pendant près de deux ans, le monde a tenté de comprendre ce qui était arrivé au vol AF 447. De nombreuses hypothèses ont été évoquées. La plupart reposaient sur une défaillance des sondes Pitot de l'Airbus mais rares ont été ceux qui ont imaginé qu'il s'agissait d'une banale erreur de pilotage. Ce n'est que lorsque les enregistreurs de vol ont enfin été retrouvés par 3 900 m de fond que la vérité est apparue. Au-delà des questions qui se posent sur la sécurité aérienne moderne et sur la formation des pilotes, le crash du vol Rio/Paris restera un cas d'école dans les annales du transport aérien.

  • Les miraculés du ciel ; histoires de survies extraordinaires

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 24 Septembre 2004

    Quatrième de couverture Ils n'avaient aucune chance. Et puis quelque chose d'exceptionnel est arrivé... Le doigt de Dieu... le Destin... la Chance... Nul ne peut dire, sauf qu'ils ne sont pas morts et que c'est un miracle.
    L'hôtesse fait une chute de 10 000 mètres... Tous les réacteurs d'un avion de ligne tombent en panne simultanément... Les passagers voient le pilote perdre connaissance devant eux... Le pilote reste pendu à une ligne à haute tension... Le parachutiste s'accroche dans la queue de l'avion... Deux crashs de suite pour un même passager... etc...
    Des récits parfaitement authentiques jusque dans leurs moindres détails.

  • La bravoure méconnue des soldats italiens ; 1914-1918, 1939-1945

    Dominique Lormier

    • Altipresse
    • 22 Mai 2014

    Cet ouvrage captivant, reposant sur des archives et des témoignages inédits, met fin à une grande injustice historique. Peu de soldats ont été aussi durement critiqués que les combattants italiens des deux guerres mondiales. Présentés de manière caricaturale comme des militaires d'opérette, sans grande valeur combattive, les clichés n'ont pas manqué pour fustiger, tourner en ridicule des hommes qui n'ont pourtant pas démérité lors des combats.

    Durant la Première Guerre mondiale (1915-1918), l'armée italienne lutte dans les pires conditions, sur un front montagneux, très favorable à la défense des troupes austro-hongroises. Soutenus par une faible artillerie, les soldats italiens lancent de nombreuses offensives pour conquérir des sommets, dont certains culminent à 3 500 mètres d'altitude ! La bataille de l'Isonzo, plus meurtrière que celle de Verdun, de même que les combats du Trentin, des Dolomites et du Piave témoignent de la bravoure et de l'immense sacrifice des combattants italiens. En fixant une soixantaine de divisions ennemies, l'armée italienne apporte une solide contribution à la victoire des Alliés en 1918.

    Durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), les combattants italiens, pauvrement équipés, luttent avec la même bravoure sur divers théâtres de guerre, dans les Alpes, dans les Balkans, en Afrique, en Russie, dans les airs et sur mer. L'imposture du régime fasciste de Mussolini, qui se targuait d'avoir doté l'Italie d'une armée puissante et moderne, apparaît alors en pleine lumière.

    Historien et auteur d'une centaine d'ouvrages, membre de l'Institut Jean Moulin, chevalier de la Légion d'honneur, lieutenant-colonel de réserve, Dominique Lormier est l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire des deux guerres mondiales.

  • De l'école de pilotage à l'A380

    Claude Lelaie

    • Altipresse
    • 28 Août 2014

    De jeunes pilotes atterrissant avec leur monomoteur se voient aux commandes d'un A380, effectuant la même manoeuvre.

    Est-ce aussi facile ?

    La réponse est oui, mais avec quelques petites différences dues à l'inertie de l'avion et à la position du pilote à plus de dix mètres au dessus du sol avant de débuter l'arrondi.
    En revanche, les procédures de décollage d'un avion de transport diffèrent de celles d'un avion léger car il faut impérativement éviter que la panne d'un moteur ne conduise à un accident.

    Ce livre explique les similitudes et les différences entre les opérations d'un monomoteur et d'un jumbo jet comme l'A380, concernant le pilotage, la préparation et la gestion du vol, la formation, la conception des appareils et bien entendu tout ce qui est lié à la sécurité.

  • Anglais From flying school to the l'A380

    Claude Lelaie

    • Altipresse
    • 11 Septembre 2014

    En atterrissant avec leur petit monomoteur, les jeunes pilotes s'imaginent certainement en train d'effectuer la même manoeuvre aux commandes d'un A380...

    Est-ce aussi facile ?

    La réponse est « oui », même s'il y a quelques légères différences dues à l'inertie de l'avion et à la position du pilote à plus de dix mètres du sol avant l'arrondi. En revanche, les procédures de décollage d'un avion de transport diffèrent de celles d'un avion léger car il faut impérativement éviter que la panne d'un moteur ne provoque un accident.

    Ce livre explique les similitudes et les différences entre les opérations d'un monomoteur et celles d'un jumbo jet comme l'A380 :
    - pilotage, - préparation, - gestion du vol, - formation, - conception des appareils - et bien entendu, la sécurité.

  • Ryan Air, low-cost mais à quel prix ?

    Christian Fletcher

    • Altipresse
    • 6 Juin 2013

    Christian Fletcher est commandant de bord à Ryanair et il est très inquiet de la manière dont les dirigeants gèrent la compagnie. Sans langue de bois, le pilote dénonce une politique qui privilégie la rentabilité sur tous les autres facteurs. Il faut gagner de l'argent par tous les moyens, y compris lorsque la sécurité est compromise.
    Pendant un temps, il a songé à démissionner pour marquer sa désapprobation. Il a toutes les qualifications qui lui permettraient de retrouver immédiatement un cockpit. Mais son départ serait passé inaperçu et cela n'aurait servi à rien. Il est donc resté, persuadé d'être plus utile à l'intérieur de la compagnie pour faire bouger les choses.
    Quels que soient les risques !
    Bien évidemment, Christian Fletcher est un pseudonyme. Le pilote sait parfaitement que la compagnie fera tout pour le démasquer. Il sait également qu'il sera immédiatement licencié lorsque son identité sera révélée.

  • Histoires extraordinaires de la guerre aérienne 39-45

    Dominique Lormier

    • Altipresse

    Cet ouvrage captivant présente une quinzaine d'histoires extraordinaires de la guerre aérienne 1939-1945.
    On y découvre la résistance héroïque de l'aviation polonaise en septembre 1939, luttant contre une Luftwaffe équipée d'avions beaucoup plus performants.
    Le parcours d'Eino Luukkanen, as de la chasse finlandaise illustre parfaitement le courage de ce petit pays contre le géant soviétique, durant la campagne d'hiver de 1939-1940. Les as français oubliés de mai-juin 1940 rappellent que l'aviation tricolore n'a pas démérité durant cette période, en causant de lourdes pertes à la Luftwaffe. Il en va de même de l'Aéronautique Navale française qui, en mai-juin 1940, lance des attaques suicidaires pour enrayer la progression des Panzerdivisions. L'épopée des Forces Aériennes Françaises Libres nous fait revivre des exploits souvent méconnus, avec notamment des évasions spectaculaires et des combats aériens extraordinaires. La guerre aérienne italo-grecque de 1940-1941, tombée totalement dans l'oubli, met en avant des pilotes courageux dans les deux camps, avec des appareils souvent vétustes.
    Carlo Emanuele Buscaglia et les autres pilotes italiens des avions torpilleurs Aerosiluranti incarnent l'héroïsme de la guerre aérienne en Méditerranée, lors d'assauts d'une grande audace contre la puissante flotte britannique.
    Le tableau officiel de 27 victoires homologuées entre 1940 et 1942 fait de Robert Tuck une légende vivante de la RAF. Il compte à son actif deux collisions en plein vol, des évacuations en parachute, des atterrissages de fortune et un amerrissage dans la Manche ! Abattu à quatre reprises, deux fois blessé, il reçoit le surnom de « Tuck l'immortel ».
    Douglas Bader n'est peut-être que le 11e as anglais et le 18e de l'Empire britannique de la Seconde Guerre mondiale, mais ses 22 victoires confirmées ont été obtenues en 15 mois. En outre et surtout, il pilote sans jambe. Il devient la personnification vivante de l'héroïsme de la Royal Air Force (RAF).
    Du fait de ses nombreuses victoires aériennes et son esprit foncièrement indépendant, Adolf Galland, général de la Luftwaffe à 29 ans, est une légende de la Seconde Guerre mondiale.
    Avec 352 victoires homologuées, dont 345 sur le front de l'Est, Erich Hartmann détient le record absolu des pilotes de chasse de tous les temps.
    Kobayashi, as de la chasse japonaise. Pattle as de l'Empire britannique. Bong, as des Etats-Unis, et bien d'autres grands pilotes de chasse illustrent des destins hors du commun.

  • Erreurs de pilotage t.8

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 25 Septembre 2014

    Les défaillances techniques sont rarissimes sur les avions d'aujourd'hui... La réalité, c'est que les accidents aériens sont majoritairement causés par des erreurs humaines. Dans ce huitième opus de la série Erreurs de Pilotage, Jean-Pierre OTELLI décrypte de nouveaux crashs avec la plus grande précision.
    - Un Boeing 747 pénètre dans l'espace aérien soviétique : 269 morts. Une bourde qui aurait pu déclencher une guerre mondiale.
    - Le pilote ne vole que sous « cocaïne ». La drogue lui donne un sentiment d'invulnérabilité.
    - L'équipage de l'Airbus effectue des essais après révision au milieu du trafic aérien.
    -Le commandant du Jumbo Jet rate son atterrissage. Son avion termine au sol... sur le dos.
    -Le stagiaire passe un examen sur Boeing 777... L'instructeur ne corrige pas ses erreurs.
    - Etc.

  • La vie fantastique de Bob Hoover

    Bob Hoover

    • Altipresse
    • 28 Février 2013

    Hoover est une légende de l'aviation américaine, un authentique héros.
    Pilote de chasse pendant la seconde guerre mondiale, il est abattu et fait prisonnier : il s'évade en volant un chasseur allemand pour rejoindre son unité.
    Pilote d'essais, il est le remplaçant de Yeager le jour de son vol historique et il s'en est fallu de peu que Hoover n'entre dans l'histoire à la place de son camarade ce dernier s'étant blessé en tombant de cheval la veille.
    Mais pilote d'essais dans les années 50 n'est pas un job comme les autres : les avions s'écrasent, les pilotes se tuent. Hoover est un aviateur d'une race à part et parvient à traverser ces années terribles sans trop de casse, mais non sans grandes frayeurs.
    C'est dans le grand cirque des meetings aériens que Hoover écrit sa légende avec son bimoteur Rockwell Commander avec lequel il effectue des acrobaties aériennes ébouriffantes mais parfaitement maîtrisées ou avec son P-51 Mustang jaune à bord duquel il sert de « Monsieur Loyal » du ciel lors des courses aériennes de Reno où d'anciens chasseurs de la seconde guerre mondiale boostés s'affrontent au ras du sol à plus de 700 km/h.
    Si les autorités américaines, dans les années 90, décident de lui couper les ailes, le trouvant trop vieux pour voltiger dans les meetings aériens, et c'est l'ensemble de l'Amérique qui vient le soutenir dans ce combat inégal. qu'il remporte !
    Aujourd'hui âgé de 90 ans, Bob a fini par raccrocher son casque d'aviateur après plus de 65 ans d'aventures en plein ciel, croisant, Neil Amstrong, Charles Lindbergh ou Orville Wright.
    Ses mémoires couvrent l'âge d'or de l'aviation américaine, ère dont il fut un des acteurs majeurs.

  • Mission "kill Ben Laden"

    Dalton Fury

    • Altipresse
    • 3 Mai 2012

    " Seul Dieu peut juger les terroristes. Nous, on se contente de prendre le rendez-vous. " La devise est peinte sur le fuselage d'un avion affecté au transport des Forces Spéciales américaines.

    Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les hommes de la Force Delta sont entrés en croisade anti-terroriste. Pas de quartier pour ceux qui ne respectent pas les règles de la démocratie. Et tous les coups sont permis !

    Dès le mois de décembre 2001, les Delta passent à l'action pour traquer Oussama Ben Laden réfugié dans son repaire de Tora Bora en Afghanistan.

    C'est cet épisode longtemps tenu secret qui est relaté dans ce livre. Anonymes au milieu des combattants pachtoun, les Delta sont arrivés à portée de fusil de Ben Laden. Sans pouvoir l'abattre... Un véritable échec dont les Forces Spéciales sauront tirer profit, plus tard.

    Un témoignage haletant.

  • As de légende t.4 ; les meilleurs pilotes de la Seconde Guerre mondiale

    Antony Angrand

    • Altipresse
    • 5 Décembre 2013

    Ce quatrième tome d'As de Légende est consacré aux As de la seconde guerre mondiale.

    Vous découvrirez comment la RAF utilisa des Spitfire pour la reconnaissance-photo dès 1939, grâce à un pilote qui fut également espion pour le compte des services secrets britanniques. Il volait alors aux commandes d'un Lockheed Electra.
    Vous apprendrez ensuite comment la prison d'Amiens fut bombardée par un aviateur légendaire à la tête d'un groupe de Mosquito.
    Vous ferez la connaissance de Ralph Sampson qui fut à la tête d'un Wing de chasse de Français libres, dans les derniers mois de la guerre.
    Vous découvrirez également Jean Batten, une Néo-Zélandaise qui remporta une série de records dans les années 30.

    Vous vivrez l'histoire de l'hydravion Corsair, qui se posa sur une rivière au Congo belge à la veille de la Seconde Guerre mondiale... Et comment il fut remis en état de vol après des mois d'efforts dans des conditions épouvantables... avec un atelier de fortune perdu dans la brousse !

    Vous ferez connaissance avec Neil Armstrong, lorsqu'il était encore pilote d'essais, avant de poser le pied sur la Lune.

    Et bien d'autres récits authentiques d'As de légende...

  • Anglais Pilot errors ; crash Rio-Paris ; full cockpit transcript

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 23 Août 2012

    Après le succès des quatre premiers tomes, Jean-Pierre OTELLI poursuit la série des erreurs de pilotage. L'évolution de l'actualité permettra certainement d'y inclure l'explication détaillée de l'un des crash les plus mystérieux de ces dernières années : le crash de l'Air France 447 Rio/Paris. Cet accident et le mystère qui l'a entouré ont suscité une immense émotion en France aussi bien qu'au Brésil. Pendant près de deux ans, le monde a tenté de comprendre ce qui était arrivé au vol AF 447. De nombreuses hypothèses ont été évoquées. La plupart reposaient sur une défaillance des sondes Pitot de l'Airbus mais rares ont été ceux qui ont imaginé qu'il s'agissait d'une banale erreur de pilotage. Ce n'est que lorsque les enregistreurs de vol ont enfin été retrouvés par 3 900 m de fond que la vérité est apparue.
    Au-delà des questions qui se posent sur la sécurité aérienne moderne et sur la formation des pilotes, le crash du vol Rio/Paris restera un cas d'école dans les annales du transport aérien.

  • Vol QF32 ; miracle à bord d'un A380

    Bob Hoover

    • Altipresse
    • 14 Mars 2013

    En novembre 2010, un Airbus 380 frôle la catastrophe lors d'un vol entre Singapour et Sydney. Le plus gros avion commercial du monde transporte alors 469 personnes. Peu après le décollage de l'aéroport de Changi, le réacteur numéro deux explose. Des centaines de débris métalliques sont alors projetés comme des éclats d'obus dans les ailes et au travers du fuselage. Tous les systèmes de vol sont détruits ou gravement endommagés. Pendant plusieurs heures, le commandant de bord Richard de Crespigny se bat pour sauver son avion. Il raconte lui-même ce vol mémorable qui aurait pu devenir le plus grand drame de toute l'histoire de l'aéronautique.

  • Reporter de guerre ; ils risquent leur vie pour l'information !

    Anthony Feinstein

    • Altipresse
    • 7 Février 2013

    On ne revient jamais indemne d'un séjour sur un théâtre de guerre, aussi bien physiquement que psychologiquement.
    Les blessures et les traumatismes laissent des traces indélébiles.
    C'est vrai pour les combattants mais aussi pour les journalistes, les reporters et les cameramen qui sont exposés à des risques souvent méconnus.

    Anthony Feinstein, psychiatre canadien, s'est penché sur le sort de ces " soldats de l'information ".
    Il les a longuement questionnés pour tenter d'évaluer les atteintes psychologiques dues aux risques encourus, aux effets du stress post-traumatique, que ce soit sur eux-mêmes ou sur leurs proches. Son étude est nourrie d'anecdotes et de témoignages stupéfiants.
    Tous racontent ce qu'ils ont vécu sur le terrain. Le résultat est une tentative pour mieux comprendre sans jargon pseudo-scientifique ceux qui ont côtoyé les atrocités de la guerre moderne.
    Le téléspectateur, l'auditeur ou le lecteur ne pourront plus considérer de la même manière l'information qui a été rapportée des champs de l'horreur.

  • Pilotes en missions secrètes

    ,

    • Altipresse
    • 11 Février 2010

    1980...
    Les Américains tentent de sauver les otages retenus par des étudiants iraniens dans leur ambassade de Téhéran. La mission est un fiasco total... Cinq hélicoptères sont abandonnés dans le désert iranien et les prisonniers ne sont pas libérés. Après cet échec retentissant, l'US Army crée une unité aérienne spécialisée clans les missions à très haut risques : Les Night Stalkers. Cet ouvrage emmène le lecteur au coeur d'opérations secrètes effectuées en Afghanistan, en Irak, en Somalie, à la Grenade et au Panama.
    Evacuations de blessés, enlèvements de terroristes, infiltrations, récupérations de commandos en territoires ennemi... Au centre de ces interventions, on retrouve toujours le célèbre hélicoptère Faucon Noir " Blackhawk " et des pilotes surentraînés pour des missions particulièrement sensibles. Ces récits totalement authentiques ne sont pas toujours à la gloire de l'US Army. Les deux auteurs ne font jamais preuve de patriotisme exacerbé et ne cherchent pas à dissimuler les énormes bourdes commises lors de certaines opérations.

  • Pilote de Phantom ; 92 récits de pilotes de chasse

    Jerry W. Cook

    • Altipresse
    • 4 Octobre 2012

    Issu d'un milieu modeste, Jerry W. Cook est devenu pilote de chasse à force de courage et d'obstination...
    Il a piloté des jets de combat pendant 38 ans mais les deux cents missions qu'il a effectuées sur Phantom au Vietnam l'ont marqué à jamais. Son récit ne dissimule rien de ses sentiments, de ses joies et de ses peurs.
    Contraint de larguer du napalm sur des Marines américains débordés par l'ennemi, Jerry Cook obéit aux ordres en refoulant les larmes qui perturbent sa visée. Pourtant il connaît l'une de ses plus grandes joies de guérrier quand il épargne un ennemi trop âgé pour mourir tous ses obus.
    Il révèle tout...
    Un récit puissant, étonnamment aiguisé, dont l'ironie grinçante entraîne le lecteur entre rires et larmes, loin des clichés habituels.

  • Aventures au septième ciel

    Jean-Pierre Otelli

    • Altipresse
    • 27 Août 2009

    L'aviation est un monde à part, un monde peuplé de héros, de jolies femmes et...
    De fantasmes. Quel homme n'a pas rêvé de séduire l'hôtesse penchée sur lui ? Quelle femme n'a pas imaginé que le commandant de bord l'invitait à visiter son poste de pilotage ? Vols de nuit... Il faut un certain temps pour que les occupants de l'appareil s'assoupissent, pour que la confiance s'installe avec les voisins et les membres de l'équipage. Proximité... lumières tamisées... silence de la cabine...
    Vibrations imperceptibles... endormissement général des passagers sont autant de facteurs propices aux effleurements, aux caresses de toutes natures, des plus sages jusqu'aux plus folles. Toutes les aventures érotiques évoquées dans ce livre sont parfaitement authentiques. Elles ont été soigneusement vérifiées par une enquête approfondie auprès des parties concernées. Dans un souci de discrétion bien compréhensible, seul le nom des protagonistes a été modifié, à l'exception de trois d'entre eux qui ont souhaité apparaître sous leur véritable identité.
    Bon vol...

empty