Livres en VO

  • La transformation de la Bourse de Commerce en musée signe l'aboutissement de la quête d'un lieu parisien pour la Collection Pinault, ainsi que d'un long voyage pour son architecte, Tadao Ando. Quinze ans après que les deux parties ont dû interrompre leur projet de création d'un musée sur l'île Seguin et cinquante-cinq ans après que le GrandTour de Tadao Ando l'a conduit pour la première fois en Europe, l'ouverture très attendue de la Collection Pinault à Paris signe aussi le retour plébiscité d'un monument parisien méconnu du public.

    L'intervention audacieuse de Tadao Ando embrasse les occupations passées d'un bâtiment qui, dans ses strates, porte les marques de l'histoire et de ses différents usages. À la fois geste pragmatique et poétique, le cylindre de béton niché sous la coupole contribue à répondre aux enjeux d'un musée d'art contemporain. Il démontre le potentiel radical d'un bâtiment dont les métamorphoses architecturales passées et présentes ont fait un théâtre de progrès et d'expérimentation.

    De même que d'autres architectes japonais actifs à Paris, Tadao Ando a réalisé son projet à la Bourse de Commerce en étroite collaboration avec ses homologues français. Ce livre fait le récit du travail engagé des architectes, ingénieurs et designers, à travers de multiples entretiens, notamment avec Lucie Niney et Thibault Marca (NeM Architectes), Pierre-Antoine Gatier, Ronan et Erwan Bouroullec, et Tadao Ando lui-même.

  • Catalogue de l'exposition au LAAC de Dunkerque.

  • Fondé en 1801, installé dans les bâtiments actuels depuis 1900, le Musée d'arts est depuis son origine une institution culturelle majeure de Nantes. Il fallait donc à cette institution un renouveau à la hauteur de son importance. En 2009, l'agence Stanton Williams a remporté un concours international pour la transformation et l'extension du Musée d'arts de Nantes ainsi que la conception de la muséographie pour l'ensemble des bâtiments qui forment le nouveau musée. Cet ouvrage raconte les tenants et les aboutissants du projet architectural et muséographique.
    The Musée d'arts, which was established in 1801 and has been housed in the current building since 1900, has been a major cultural institution in Nantes since the beginning. The institution thus deserved a new lease of life worthy of its importance, and its heritage status was a fundamental parameter in the renovation project. In 2009, Stanton Williams won an international competition for the transformation and extension of the Musee d'arts in Nantes and the design for the interior of the buildings that make up the new museum. This book tells the ins and outs of the architectural project and the museography.

  • At Cap Martin on the French Riviera, there is a fascinating place for anyone interested in art, design and architecture, a heritage site fashioned by three totally different personalities - Eileen Gray, Thomas Rebutato and Le Corbusier - now inextricably linked to one another by History.

    In 1927 the Irish furniture designer Eileen Gray, at the dawn of a new architectural era, bought a plot of land on which, with Jean Badovici, she was to build her holiday home, enigmatically called "E-1027". Twenty years later a plumber from Nice, Thomas Rebutato by name, came to live on the site next to E-1027 and opened a modest snack bar called the Etoile de Mer. One of his first customers was a certain Le Corbusier, a friend of Jean Badovici's. The famous architect soon became a regular at the restaurant - he would even paint a mural on one of its outside walls. In 1952 he built his 'Cabanon' right next door to the restaurant. This wooden cabin was to be his holiday home until he died.

    This book, in a series of enthralling and richly illustrated articles, explores these brilliant intellectual achievements, and the human stories behind them, which have culminated in an outstanding heritage site on the shores of the Mediterranean.

  • Chacun a en tête une image particulière de la ville méditerranéenne. C'est, avant tout, une série de sensations : le bleu intense du ciel, le scintillement de la mer, le balancement d'un pin, les linges qui sèchent aux fenêtres, mais aussi la tonalité particulière du vent, le claquement des boules de pétanque, les deux-roues trop bruyants, les conversations qui meurent tard dans la nuit, les odeurs qui envahissent la rue... Toutes ces impressions trouvent difficilement leur place dans un manuel d'urbanisme. Elles sont pourtant ce qui fait la singularité et la beauté de la ville méditerranéenne.
    Bien au-delà des découpages territoriaux et administratifs, les villes de l'arc méditerranéen partagent, peu ou prou, une culture et des expériences communes. De Gênes à Barcelone en passant par Nice, Marseille et Montpellier, ces 10 millions d'habitants vivent dans un même paysage, face à la mer et le plus souvent adossé aux reliefs marqués de l'arrière-pays. Ils sont baignés par le même climat qui crée des similarités dans les rythmes et les occupations journalières.
    Sensual City Studio propose d'examiner cet ensemble urbain à travers les usages, les sensations, les atmosphères et souligne la nécessité de réintroduire ces critères dits subjectifs dans l'élaboration de la stratégie urbaine, économique et sociale de ce territoire.
    Il est urgent de donner une réalité à l'arc méditerranéen, cette métropole vivante et innovante à la pointe d'une économie urbaine durable, idéalement située entre Europe et Afrique.
    Enrichi d'une contribution du géographe Michel Lussault, le livre Belle Méditerranée, la métropole sensible dessine les outils pour une façon radicalement nouvelle d'aménager la ville au XXIe siècle.
    Cette étude a été réalisée avec la collaboration et le soutien d'EDF.

  • "Nous étions joyeux, ces jours et ces nuits, goûtant les espaces de la villa et leur transparente rigueur.
    Et parfois nous célébrions la gravité du soir. Cependant, nous n'avons pas tous vu les mêmes ombres, ni frémi aux mêmes cris. Et si certains ont cru voir des fantômes, d'autres ont joué aux fantômes."

  • Lyon confluence

    Desveaux Delphi

    Nouveau quartier représentatif de ta ville du XXIe siècle, La Confluence marie patrimoine industriel et architectures contemporaines, art et nature pour le plus grand plaisir de ses habitants et de ses visiteurs. Figure de proue d'une métropole en devenir, La Confluence est à découvrir au fil de ces pages, le long des berges de Saône, du centre-ville historique à la pointe, là où la rivière rejoint le Rhône, formant une presqu'île reconnaissable entre mille.

    New representative neighbourhood of the city of the 21stcentury, The Confluence combines industrial heritage and contemporary architecture, art and nature for the enjoyment of its residents and visitors. Figurehead of a forward-looking city, the Confluence is to be discovered in these pages, along the banks of the Saône and the historic downtown towards the edge, there where the river joins the Rhône, forming an unmistakable peninsula.

  • En choisissant neuf maisons en Europe, nous souhaitons faire découvrir neuf architectes mais aussi leurs neuf univers personnels qui sont à l'origine de ces projets.
    Derrière chacune de ces propositions, il y a un univers singulier : celui de chaque architecte. Avec ses questionnements, ses souvenirs, ses références, ses obsessions, ses convictions, ses critiques, sa culture, sa formation, ses outils de travail, ses recherches et ses positions, ses doutes aussi, il conçoit des propositions pour habiter le monde. Chaque architecte témoignage ici des différentes phases du développement du projet, de l'intention à la réalisation.
    Ils s'interrogent tous sur le rôle des architectes et leur place dans la société. Ils ont accepté de révéler et de partager une partie de leurs univers de création personnels.

  • " Les cheveux de poupée sont une référence directe à mes souvenirs d'enfance.
    Je me souviens de ces terribles peurs que j'avais lorsque j'étais seule à la maison et que j'attendais pendant de longues heures, le retour de ma mère. A cette époque, je m'inventais des rituels pour calmer mes angoisses. Par exemple, ces rituels consistaient à défaire des coutures de tissus et à utiliser les fils que je récupérais pour attacher certaines parties de mon corps ou d'autres objets. Peu après mes cheveux ont remplacé les fils.
    Se souvenir relève d'un processus imaginatif. Bergson disait que parler du passé, c'est rêver. Le temps est mon " matériau " principal, la toile dans laquelle je réinvente mes souvenirs. Je joue avec la dislocation du temps comme les enfants construisent des mondes parallèles. Enfant nous ne pensons pas de façon logique et notre conception du temps n'apparaît certainement pas comme étant une trajectoire linéaire et objective.
    "

  • Quelle place réserver aujourd'hui à la subjectivité dans la création architecturale? C'est la question que pose dans cet ouvrage Jean-Philippe Pargade qui revendique avec force le droit, pour l'architecte, d'exprimer sa singularité. A ses yeux, la pensée d'une architecture d'auteur s'imprègne d'abord de subjectivité, pour intégrer rationalité, rigueur et observations des usages. Elle échappe ainsi à la normalisation dévorante du monde contemporain. A travers son expérience d'architecte, en laissant percer ses influences venues de la musique improvisée et de l'art, Jean-Philippe Pargade milite ici pour reconquérir une nouvelle dimension personnelle du projet, nourrie de la confrontation des idées au sein d'une équipe attentive et de la vision du maître d'ouvrage.

  • À La Défense, Unibail-Rodamco et l'architecte Jean-Paul Viguier (Jean-Paul Viguier et Associés) n'en sont pas à leur coup d'essai. Après Coeur Défense en 2001, la tour Majunga marque une nouvelle étape décisive dans l'évolution des tours. Elle domine désormais, du haut de ses 195 mètres, l'esplanade entre le centre commercial des Quatre Temps et la tour Ariane. Par son architecture, sa position stratégique et son accessibilité optimale, elle relève le challenge de l'efficience économique et offre aux futurs occupants un environnement de travail sans équivalent au coeur du premier quartier d'affaires européen, avec en figure de proue ces jardins suspendus rythmant, quel que soit l'étage, la face sud de la tour.

    Édition bilingue français-anglais.

  • Si l'appellation d'art pauvre désigne un mouvement artistique italien des années 60, elle peut aussi être considérée comme une attitude dont la présente exposition cherche la pertinence à une époque de surproduction des objets et des images, où la valeur marchande de l'art est souvent soulignée.
    Tous sculpteurs, les huit artistes présentés portent une attention particulière au matériau dans une démarche ouverte qui lie fortement l'oeuvre tant à l'implication physique de l'artiste qu'au lieu qui l'accueille. Plutôt qu'un produit terminé, l'oeuvre apparaît comme un process, rappelant certaines expériences des années 70. Ces artistes choisissent des matériaux à portée de main : le polystyrène expansé, le plâtre, les produits de maquillage, le terreau, les tickets de caisse, le polyane, les chutes de contre-plaqué ou de medium, souvent des matériaux d'emballage ou des fournitures trouvées à l'atelier.
    Certains faits sociaux, la rencontre des fumeurs ou l'esthétique "moderne" de structures métalliques par exemple, bien ancrés dans la vie contemporaine peuvent à leur tour devenir des matériaux au même titre que la terre ou le bois.

  • Tandis que l'architecture est trop souvent l'art de resservir les plats, on s'intéresse ici à l'art d'accomoder les restes.
    Ces restes de la ville - déchets et fluides - que l'architecture ne prend d'ordinaire pas en charge, il s'agit d'ouvrages de traitement des eaux et des déchets... Nul n'y habite, aucun spectacle n'y est programmé, personne ne vient s'y promener. Ces restes souvent situés " à l'extérieur " sont longtemps restés des angles morts de la perception architecturale. Un " dehors de l'architecture ", comme un terrain de projet en attente.
    Depuis la fin des années 1990, l'agence AA'E se dédie au design d'infrastructures environnementales, leur donnant des formes architecturales qui participent à l'invention des nouveaux paysages urbains. Ce livre a donc une actualité paradoxale, puisque c'est au moment de sa fusion avec le groupe AIA que paraît ce regard rétrospectif sur douze années de projets environnementaux. Pour mieux s'engager vers un nouvel avenir? Pour rendre la dote publique? C'est une sorte de banquet architectural où AA'E nous invite à suivre ses itinéraires de questionnement.
    Marc Armengaud

  • Le patrimoine d'émotion d'Alexandra de Pfyffer lui vient de ses origines multiples : L'Autriche et la Suisse d'abord, puis, en pointillé, l'Italie et la Russie, de romantiques parentés, et encore des années américaines consacrées à des études qui la conduisent dans le monde de la finance. Si ce passage dans l'univers austère des chiffres correspond à la part rigoureuse de son être, le goût des choses et des objets habite déjà son coeur. Architecte d'intérieur, elle sait combiner à la perfection modernisme et tradition, conservant la chaleur et le confort du chalet par l'utilisation de matériaux naturels et souvent bruts, et en y ajoutant des objets modernes et très originaux. Cet ouvrage retrace les projets récents d'Alexandra de Pfyffer, en termes évocateurs, tels que " Moutain retreat " ou " Wood in Caribou ". Les magnifiques photographies nous font pénétrer dans l'univers de la créatrice, à la fois luxueux et chaleureux.

  • L'annuaire européen du design en ligne réalisé par l'Agence pour la promotion de la création industrielle devient tous les deux ans Panorama Design : Guide du Design en Europe, un ouvrage co-édité par l'APCI et les éditions Archibooks. Panorama Design n'est pas seulement un annuaire professionnel bilingue, c'est aussi un guide pratique qui livre des définitions de ce que l'on entend par design aujourd'hui. Cet ouvrage s'adresse aux entrepreneurs ayant recours au design et aux acteurs de l'innovation, consultants, designers et au grand public.

    Il se décline en trois parties :

    -un état des lieux du design en Europe.
    -un annuaire présentant des agences, des designers indépendants, des consultants, des écoles, des centres européens de promotion du design.
    /> -un guide pratique qui rassemble les adresses indispensables de la profession - organismes de promotion, organisations professionnelles, concours et prix internationaux, réglementation et normes, salons professionnels et manifestations.

  • Electric/environmentally friendly vehicles that are equipped with embedded digital communication, in the era of intelligent flows and the Internet of Things, are transforming contemporary architecture and the city. Door to Door, Future of the Vehicle, Future of the City rethinks urban situations, theorizes and imagines future development models and the new architectural programs that stem from them. It proposes and presents "access spaces," the extension- multiplication of"door-to-door"accessibility in six European metropolises and the repair function of these new tools of connected "auto-mobility," solving urban dysfunctions through their use. The parking facility becomes a program of the future for architecture, while the Electric/Environmentally friendly Connected Vehicle (ECV), a tool soon to be automated, neither noisy nor dirty, moves alongside humans, nature and animals in buildings - the sharing of presences and activities in a "large common space." The ECV is the most powerful example of the interaction between the practice of urbanized territories and the ICTs. It is the most incisive marker of the return of the flow model to reflect on the urban space, in a form that is coherent with demand or the commands of the society of exchanges and sharing that has been set in motion: mobility-accessibility has once again become the leading program, the structure of the future. What does the urban space become when access is the most dominant feature? "Accessibility and exchange poles" are transformation systems of urban life, which they reconfigure for more comfort and efficacy. The arrival of these new vehicles consequently accelerates the interference between the urbanism of uses and services and spatial urbanism. On this level, vehicles are the equivalents of buildings.

  • Grand Lyon, architectures contemporaines réunit environ 200 bâtiments, construits de 1906 à nos jours, qui racontent l'histoire contemporaine du Grand Lyon en réunissant des lieux emblématiques et des bâtiments moins médiatisés. Il est destiné à la lecture dans la ville de l'évolution architecturale du siècle. Les critères de choix sont établis en fonction des techniques constructives de chaque époque, de la capacité de réponse à leur usage, de l'insertion dans l'environnement, de la représentativité d'une tendance. C'est un guide pour l'amateur et un outil pour le chercheur. Son intention est de souligner la puissance créatrice contemporaine à travers un développement particulier sur les créations des dix dernières années. Deux index, respectivement par dates et par architectes, adossé à des cartes, permettent au promeneur de se repérer aisément, tant dans le livre lui-même que sur le terrain. Cet ouvrage véritable guide et ouvrage de référence incontournable invite à redécouvrir un Grand Lyon toujours renouvelé.

  • Là-bas, où construire c'est s'attaquer à trouver des solutions pour une population dont les besoins élémentaires de survie sont si fragilisés.
    Là-bas, où les enjeux architecturaux nécessitent d'aller au-delà de notre quotidien confortable. Ici, durant leurs études, ce sont des jeunes gens qui se sont engagés pour partir étudiants et en revenir architectes. Là-bas, imaginer autrement c'est aussi créer une esthétique différente : celle de la sensualité de la terre rouge, de l'ombre des bambous, de la courbe du pneu coupé en deux et qui devient gouttière, de l'empreinte des mains qui ont construit généreusement ce mur si charnel.
    Ensemble, bâtir une énergie commune qui dépasse ce que les langages séparent : vouloir construire l'espace de l'altérité.

empty