Livres en VO

  • Partez en immersion avec le photographe Olivier LARREY et l'aquarelliste Yves FAGNIART à la rencontre des animaux emblématiques de l'arctique européen, de l'Islande au Spitzberg. Ce livre d'exception imprimé sur du papier d'art est l'oeuvre de deux regards croisés de deux artistes qui ont su immortaliser sur le vif et avec beauté de nombreuses scènes dans des conditions climatiques parfois difficiles.
    Le photographe, Olivier LARREY a réalisé un travail photographique autour du noir & blanc pour donner des lectures simplifiées des scènes de vie. Les images ont été réalisées à l'occasion de 14 voyages, entre 2011 et 2019. D'ours en renards, de phoques en morses, toute la grande faune de l'arctique est présentée dans cet ouvrage. Ce grand voyage a aussi été l'occasion de tourner un film avec Tanguy Dumortier, réalisateur et présentateur de l'émission "le jardin extraordinaire" en Belgique.
    Ouvrage d'art bilingue français / anglais.
    Livre + Film de 46 min.

  • J'aime Lisbonne, le vieux Lisbonne, celui de l'Alfama, du Chiado, de la Baixa ou du Bairro Alto. J'aime ses immeubles décrépis, ses ruelles, ses venelles, ses impasses, ses escaliers, ses places, ses belvédères qui nous amènent à la contemplation du Tage... J'aime ces petites boutiques où dans une demie pénombre, l'épicier d'un autre âge, le crayon à l'oreille, vous accueille avec son sourire et vous propose ses dernières trouvailles. J'aime cette lumière particulière de Lisbonne, ce mélange de Méditerranée et d'Atlantique... Et puis au détour d'une venelle, des cris, des gens qui protestent, qui s'invectivent, s'interpellent...
    Des vieux dans la rue à l'ombre des façades et des bougainvilliers, des chiens qui errent comme moi et parsèment la chaussée d'excréments. On se penche aux miradors, surplombant la ville et le Tage, comme au bastingage d'un paquebot amarré à l'Europe, hésitant entre attente et appareillage...
    Lisbonne qui monte et qui descend, Lisbonne qui part et qui ne part pas. On lève aussi la tête... des draps et des serviettes aux fenêtres, des arbres de travers sur des terrasses de guingois, les poulies des cordes à linge grinçant au vent, et dans ce labyrinthe d'ombres et de lumières, les rails de la ligne 28, de ce tramway crissant et bringuebalant qui vous mène droit au terminus de nulle part...

  • Les villes en Afrique des années 1950-60 sortent de l'asservissement pour aller avec certitude vers la joie de leur indépendance. Chacun vit ces moments où enfin la modernité du monde est accessible, sans soucis de Blanc ou de Noir. A Léopoldville, devenue Kinshasa, cela se passe par l' "American way of life ", ses voitures et la mode des Bills en tenue de cow-boy, la guitare électrique, le saxo et des musiques qui emmènent le merengue, le cha cha cha et surtout la rumba dans une folle danse connue mondialement désormais comme " la musique zaïroise ". Les bandes de jeunes kinois ont chacune un style vestimentaire et leurs muses féminines, fréquentent les innombrables bar-dancings, soutenant un groupe musical, ici l' "OK Jazz " autour de Franco, là l'" African Jazz " de Joseph Kabasele. Les athlètes, fiers de leurs corps, paradent devant leurs admiratrices à la piscine du Complexe sportif de la Funa. C'est le décor et la vie que nous fait partager le photographe Depara dans chacune de ses images.

  • Pour fêter 40 années de préservation des côtes et des rivages lacustres en France, le Conservatoire du littoral a confié un portrait aérien de l'ensemble de ses sites en métropole et dans les départements d'outre-mer au photographe Frédéric Larrey. Ce voyage réalisé en ULM, nous offre un nouveau regard sur les côtes sauvages et peuplées au terme de 40 années de conservation. Près de 400 heures de vol et 150 000 photographies captées avec des optiques d'une qualité inégalée et un capteur moyen format à très haute résolution.
    Leica Camera France s'est associé à ce reportage avec son nouveau boîtier Leica S. Chaque image est géo-référencée et s'inscrit dans une collection de référence du Conservatoire du littoral. Cet ouvrage présente 100 images du littoral, pour une contemplation de l'"entre-mer", survolé à basse altitude. Les légendes des photographies sont signées par Marie Lescoart. Ouvrage d'art bilingue français / anglais. Livre + Film de 46 min.

  • De la Norvège à la Sibérie orientale s'étend la taïga, cette immense forêt de conifères couverte de neige une bonne partie de l'année. Rencontrer sa faune typique et notamment les grands mammifères d'Europe comme l'Ours, l'Elan ou le Loup est affaire de patience.
    Ces animaux trouvent dans cet écosystème, peu peuplé par l'homme, les grandes zones de quiétude dont ils ont besoin.
    Alors que la forêt est un monde de silence l'hiver, elle est enchantée à la belle saison par les chants des plongeons, des cygnes sauvages ou des grues cendrées.

    L'ouvrage résume 10 années de travail pour découvrir en profondeur le monde discret de la taïga. Au fil des saisons et des douces variations de couleurs, la part belle est donnée aux grands animaux emblématiques de la forêt boréale. Ours, loups, gloutons ou bien encore élans ou tétras foulent le papier et sont les pièces maîtresses de belles aventures vécues et racontées par les auteurs.
    L'approche scientifique et naturaliste n'est bien sûr pas oubliée. Les connaissances les plus actualisées du fonctionnement de cet écosystème accompagnent les illustrations.

  • Anglais Renate Graf

    Renate Graf

    Renate Graf rassemble ici ses clichés les plus saisissants, réalisés dans tous les continents. Ce livre témoigne de ses voyages et de sa perception du monde. Il met en lumière un goût prononcé pour les espaces épurés, les vastes étendues, tels le désert du Sahara, la banquise de Sibérie, mais aussi les friches et les ruines comme en Inde, Bangkok, Mexique, Yémen...
    La photographie devient dès lors un langage à part entière, permettant de témoigner. Renate Graf est animée par une volonté de fixer, de saisir ce qui nous échappe, des instants d'éternité, faisant écho à sa philosophie propre de la fonction de l'art.
    Empreinte de nostalgie, de mélancolie, c'est une oeuvre poétique que l'on découvre au fil des pages, l'exploration d'un monde silencieux, comme oublié. Le style des images en noir et blanc, dont la matière rugueuse renvoie aux sources de la photographie, décrite une recherche de la vérité. Un retour à des procédés plus anciens qui permet de pallier aux lacunes de la photographie numérique.
    Des sujets emblématiques, tels que la nature, les constructions, le passage du temps, les temples, les représentations mythologiques et de rares présences humaines, composent un étonnant travail de mémoire. Autant de motifs et d'impressions déjà évoqués par l'art et les textes qui depuis toujours l'inspirent. Notamment la poésie de Tagore qui la suit lors de sa quête photographique en Inde ou encore les écrivains du XXe siècle tels : T.S. Eliot, Edmond Jabès, Paul Valéry ou encore Herman Broch, lorsqu'elle ne capture des sensations davantage que des images. Réminiscences littéraires auxquelles s'ajoutent quelques cinéastes dont elle est profondément imprégnée comme, Jean-Luc Godard, Werner Herzog, Visconti, Tarkovski...

  • L'Insensé 8 British photographers ___________________________________________________________________ Les Beatles et les Rolling Stones, Oxford et Cambridge, Shakespeare et Agatha Christie, qui dit mieux ? Conduite à gauche, première femme Premier ministre, non à l'euro..., oui à la différence ! Alors, la photo dans tout ça, tradition ou nouvelle donne ?
    Même s'il est audacieux et vain de vouloir désigner un style photographique anglais, il se dégage à travers ce choix d'images que nous publions comme un parfum culturel des plus anglais. Nous retrouvons les thématiques britanniques que l'on si connaît si bien : ce goût raffiné pour la nature, le théâtre, les mises en scène élaborées, l'humour, la critique sociale...Ainsi, en ouverture de la revue, Tim Walker nous donne à voir les délices et les délires d'une fantaisie proprement anglaise !
    Succédant à la période Thatcher qui vit la formidable éclosion d'un style documentaire mettant en lumière l'intimité d'une réalité sociale difficile (et qui a impressionné les générations de photographes à venir), les années 2000 inaugurent celle d'une photographie plus expérimentale tout en continuant à affirmer son sens critique.
    Approche documentaire plus distanciée ? Plus que jamais dans le malicieux regard d'un Martin Parr qui, au fil du temps, a constitué une véritable mosaïque de la société contemporaine, dans celui de Richard Billingham, habité par son passé familial, mais aussi chez Leonie Purchas, Michael Grieve ou Paul Graham qui, à travers une grande réussite formelle, révèlent, entre autres, le désarroi des laissés-pour-compte de la société.
    La nature ? Elle s'immisce chez certains, comme dans les Fables de Karen Knorr, par l'intrusion du monde animal et s'impose comme sujet inépuisable chez d'autres, support d'une réflexion sur les paysages devenus lieux de mémoire chez Simon Norfolk ou saisie dans sa beauté brute et poétique par Susan Derges ou Sophie Rickett.

    Alors, oui, les Anglais continuent encore et encore à cultiver leur différence, mais toujours dans la tradition.

    Textes de Christian Caujolle et Bernard Chapuis - avec les profils de 45 photographes ___________________________________________________________________ Broché 156 pages Plus de 80 photos 27 x 37 cm EAN : 978 2 84105 240 0 Parution : septembre 2010 20 euros

empty