Histoire

  • C'est un destin exceptionnel que celui de la Palestine : elle est à la fois le centre du monde et le pays impossible, perdu, recouvert par un autre, qui perd son nom, est occupé, dont l'existence même reste incertaine. Centre du monde, la Palestine l'est à double titre : berceau des trois monothéismes universels, elle est sous les feux de son actualité violente, depuis plus de soixante ans, depuis que la création de l'État d'Israël en 1948 l'a vue comme " une terre sans peuple pour un peuple sans terre ". L'histoire de la Palestine contemporaine se souvient de celle des " gens de Terre sainte " mais commence avec " son problème ". Et chacun peut sentir plus ou moins confusément que l'équilibre du monde se joue là, sur ces quelques milliers de kilomètres carrés à l'Orient de la Méditerranée.
    À ceux qui disent ne rien y comprendre, à ceux qui trouvent trop compliqué le " conflit israélo-palestinien ", Elias Sanbar voudrait répondre en restituant la continuité d'une histoire - depuis le mandat britannique à partir de 1917 jusqu'à aujourd'hui - que tant de commentaires ont souvent faussée ou étouffée.
    La Palestine, c'est l'histoire d'un pays absent que les Palestiniens ont emporté dans leur exil. C'est aussi le long combat qu'il leur a fallu mener pour retrouver un nom, une visibilité, une existence enfin. La Palestine d'Elias Sanbar est polychrome, terre de pluralité, des origines et des croyances. À ses yeux, la vouloir monochrome - c'est-à-dire exclusivement juive ou exclusivement musulmane - serait l'anéantir définitivement.

  • Définir la famille comme « un papa, une maman, un enfant » ne va plus de soi de nos jours. D'autant qu'elle se complexifie sans cesse au fil des évolutions de la société. Ainsi avec le PACS, et plus récemment avec le « mariage pour tous ». Mais la procréation médicalement assistée est aussi une nouvelle façon de faire famille. Interrogée par ses stimulants petits-enfants, Geneviève Delaisi de Parseval aborde tous ces sujets, mais aussi, bien sûr, les cas plus habituels, tel celui des couples divorcés et des fratries recomposées. Elle s'arrête sur les fonctions de la famille : partager des liens du sang, un nom, un toit ; sur celles du père, de la mère, des grands-parents, qui varient selon les sociétés. Et elle montre comment ces fonctions perdurent dans les nouvelles familles.Expliquer ce qu'est la famille à des enfants est un exercice sensible. Ce livre relève le défi avec bonheur, ne cédant à aucune langue de bois.

  • Des brutes sanguinaires, sans foi ni loi Des guerriers qui sont allés jusqu'à  détruire Rome et qui ont dominé l'Europe Un peuple sans civilisation et sans culture Comment expliquer que le terme de barbares ait pris une place si importante dans le langage courant Bruno Dumézil dresse le portrait de ces peuples barbares qui ont autant fasciné qu'effrayé, et qui constituent encore aujourd'hui un réservoir littéraire et cinématographique inépuisable. Vandales, Wisigoths et Vikings ont eux aussi fait l'Europe. Bruno Dumézil est maïtre de conférences en histoire médiévale à  l'université de Paris-X. Il a publié plusieurs ouvrages sur les Barbares, notamment Les Racines chrétiennes de l'Europe (Fayard, 2005).

  • De juin 1940 à mai 1968, de Londres à la crise algérienne, de la France Libre à la Ve République, Marc Ferro retrace le destin exceptionnel d'un homme politique qui a su accéder au rang de personnage historique. Il ne s'agit pas simplement d'une biographie mais d'inscrire De Gaulle dans l'histoire, celle de la Seconde Guerre Mondiale, de la décolonisation, de la guerre froide, de la construction européenne. Avec ce portrait de De Gaulle, c'est aussi un portrait du XXe siècle qui se fait jour. Ni plaidoyer ni procès, ce nouveau volume de la collection « Expliqué à... » est une tentative d'explication de sa politique, des dilemmes auxquels il a été confronté. Il s'agit de montrer comment il les a résolus et comment il a contribué à dessiner le destin de la nation française.
    Chaque Français a été, à un moment différent de sa vie, « pour ou contre de Gaulle ». C'est ce rapport des Français au général, au président, au chef de parti, au grand homme qui est ici analysé.

empty