Langue française

  • L'adolescence

    Dr Courtecuisse-V

    • Stock
    • 8 Avril 1992

    L'ADOLESCENCE les années métamorphose De tous les âges de la vie, l'adolescence est l'un des plus imprévisibles. Et la métamorphose qu'elle implique est si profonde qu'elle évoque irrésistiblement une nouvelle naissance. A l'origine, une véritable révolution biologique se met en place. C'est elle qui jette les bases nécessaires à l'élaboration du nouvel individu. Et c'est sous son impulsion que l'enfant va entrer dans l'aventure de l'adolescence. Cette aventure offre sa face visible. C'est pour l'essentiel le remodelage du corps qui "subit" la sexualisation. C'est aussi tout ce que l'adolescent peut révéler dans toutes ses conduites d'apprentissage et d'essai : mise à l'épreuve de ses forces nouvelles, mais aussi occasions d'apprendre à maîtriser les potentiels de ce nouveau corps. Mais l'adolescence a aussi ses faces cachées. Et chacun sait que l'adolescent doit trouver de nouvelles voies à ses besoins de communication, en remplacement de celles de l'enfance devenues caduques. Ainsi, c'est en quelques années, tout le devenir du sujet jeune qui se joue.
    Eminemment riche et fondateur, cet âge est encore fragile et vulnérable. Aussi n'est-il pas rare que l'adolescence fasse souffrance. L'enjeu final, c'est la santé - mais une santé que l'on ne peut réduire au seul fonctionnement des organes. Il s'agit de la santé de la personne. De toute la personne.
    C'est en tant que médecin d'adolescents que l'auteur parle ici des 13-19 ans, dans tous les aspects de leur développement - aspects physiques bien sûr, mais aussi aspects psychologiques, émotionnels, relationnels. Ce "voyage en adolescence" donne à voir bien des paysagesà On y apprendra que le plus spectaculaire n'est pas nécessairement le plus grave, et que bien des crises devraient pouvoir trouver une issue favorable, pour peu que l'on comprenne que "l'adolescence est aussi un langage".
    Victor Courtecuisse est professeur de pédiatrie à l'Université Paris XI. Depuis douze ans, il dirige au Centre hospitalo-universitaire du Kremlin-Bicêtre la première unité française de médecine d'adolescents.

empty