• Les mpihira gasy perpétuent depuis plus de cinq siècles une expression artistique unique au monde.
    C'est un art populaire : tous sont paysans autant qu'artistes, autodidactes et solidaires. Le public est d'abord composé des riziculteurs et éleveurs de zébus des campagnes malgaches (où vit la grande majorité de la population), et aussi des travailleurs de l'économie informelle, des habitants des quartiers défavorisés des villes. Leur scène est avant tout la terre malgache, rouge sombre, au centre des rizières.
    L'espace scénique est défini par le cercle emblématique que forme le peuple dont ils sont issus, assis autour d'eux. Cet art est aussi un art sacré : les plus majestueux et les plus festifs des spectacles ont lieu lors des famadihana, ces cérémonies par lesquelles les ancêtres de la famille, du lignage étendu aux consanguins et affins, sont sortis des tombeaux lors de grandes fêtes à l'occasion desquelles un suaire neuf, le lambamena, leur est offert.
    Un famadihana sans le concours de troupes de Hira Gasy est inconvenant. Cet art est un art national depuis qu'à la fin du XVIIIe siècle le monarque Andrianampoinimerina conçut le dessein d'unir tous les peuples de la grande île en un seul royaume et éleva les troupes d'artistes paysans qui perpétuaient un art structuré dès le XVe siècle au rang de Mpihira'ny andriana, les chanteurs du Roi, les artistes royaux.
    Consacré au Hira Gasy et contribution à l'anthropologie sociale de cet art, cet ouvrage est le résultat de recherches, entreprises de 1989 à 2001, par une étude ethnographique menée dans les villages d'artistes-paysans auprès de la troupe la plus prestigieuse de Madagascar : Tarika Ramilison Fenoarivo. Se référant principalement aux travaux et analyses de G Balandier, J Copans, M Godelier, C Lévi-Strauss, C Meillassoux, PP Rey, et contestant les paradigmes néo-évolutionnistes de " pays les moins avancés ", et de " sous-développement ", ce livre propose une contribution à l'anthropologie rebelle.
    Tout comme, au début du XXe siècle, Jean Paulhan avait fait éditer pour la première fois les Hain Teny, avec cet ouvrage Karthala édite le premier Cahier d'oeuvres de Hira Gasy traduites en langue française.

  • Guerres, famines, massacres, coups d'état, corruption, sida, désertification, virus Ebola... si l'on s'en tient à la litanie des médias dominants de l'information-spectacle, l'Afrique va extrêmement mal et semble vouée aux pires malédictions. Guerres, etc. Certes, ces faits sont là et les drames qu'ils représentent pour les peuples et les sociétés africaines sont sans commune mesure avec les jugements rapides, aussi sentencieux qu'approximatifs, ou avec les larmoiements bien-pensants qui font l'essentiel du traitement médiatique réservé au continent africain. Il existe une autre Afrique que celle dont nous parvient l'image déformée par les critères de l'audimat et les besoins de l'information : l'Afrique profonde, celle des quartiers, des universités, et surtout, essentiellement, des villages. Une Afrique composée d'individus et de familles, de groupes, qui travaillent, résistent depuis des siècles à toutes les calamités qui les assaillent - trafiquants d'esclaves, sécheresses, colonisateurs, famines, nouvelles classes dirigeantes africaines, dictateurs autochtones, paludisme, méningite, sida - et essaient, à leur échelle, de construire ce qu'ils peuvent. Cette autre Afrique fonde ses structures psychosociologiques dans un passé d'Histoire africaine, des religions endogènes, des créations culturelles et artistiques, des savoirs agricoles, et une dominante comportementale : la joie de vivre et la fête. Afriques secrètes propose un voyage de l'intérieur à la rencontre des peuples africains, une approche inédite liée à l'étude des sociétés dans leurs soubresauts et leurs rémanences, une esquisse des situations d'Afrique à l'aube du XXIème siècle officiel. Ce livre retranscrit des notes prises durant trois décennies de parcours et de recherches dans les villages, les forêts, le Sahel, le bush, les cités et les rivages. Il présente des analyses, des récits, et des photos hors du commun de dix-huit pays d'Afrique : Algérie, Angola, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, Congo, Egypte, Ethiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Mali, Maroc, Mozambique, Sénégal, Tunisie, de deux pays de l'océan Indien ayant des liens historiques avec l'Afrique - Madagascar et Ile Maurice - et de trois pays où les diasporas africaines issues de la Traite perpétuent ce que les afro-américains appellent the african heritage : Bolivie, Haïti et Cuba.

  • "L'ouvrage Veloma Madagascar, Nosy Malalako (Adieu, demeure vivante, Madagascar, île-mon amour) rassemble un corpus de textes écrits entre 1994 et 2007. D'une part de la poésie : dialogues inspirés de la tradition littéraire malgache puis de la tradition européenne. D'autre part, c'est une critique sociale de la culture de corruption qui ravage la société malgache. Pour Didier MAURO, après de nombreuses années consacrées à apporter une contribution au développement de l'île, après l'engagement, c'est le dégagement. Il appelle de ses voeux une révolution radicale pour « transformer le monde » à Madagascar. - "

  • Un parfum de vanille à la Désirade Nouv.

    "Desiderius, ayant perdu la trace de la belle Latina à Madagascar, a longuement suivi son parcours à Cuba, avant d'apprendre son départ pour La Désirade. De lieu en lieu, en cette île de Guadeloupe, un surprenant parfum de vanille surgit, porté par une merveilleuse inconnue, tandis que deux tueurs poursuivent Desiderius afin de tenter de lui faire quitter « le meilleur des mondes possibles ». - Porté par une histoire où voyage, aventure, course-poursuite et surnaturel se mêlent, ce roman est l'un des rares livres consacrés à l'une des plus belles îles du monde, La Désirade. C'est aussi une invitation au voyage : la lectrice et le lecteur souhaitant suivre l'errance improbable du personnage principal pourront parcourir les superbes itinéraires présentés dans ces pages."

  • Madagascar

    Didier Mauro

    Les Guides Culturels du Monde veulent être une aide pour ceux qui désirent mieux connaître une autre culture.
    Quand nous sommes brutalement plongés dans un autre monde, il faut adopter d'autres règles, accepter d'autres valeurs. Quelle est la place de l'homme dans la société ? Comment vivent ensemble les hommes et les femmes ? Comment se comporter en public et en privé ? Quel est le rôle de la religion ? Quelles sont les superstitions ? Où s'amusent les hommes et où travaillent-ils ? Comment font-ils la fête ? Comment accueillent-ils l'étranger et qu'attendent-ils de lui ? Comment doit se comporter le visiteur ? Les cultures étrangères ne sont pas si éloignées de nous que nous le pensons.
    Les Guides Culturels du Monde retracent l'histoire et le développement des sociétés afin que nous comprenions leurs modes de vie et de pensée, que nous en sachions plus sur leur vie quotidienne. Il s'agit d'éviter qu'un choc culturel vienne dresser e les peuples un mur d'incompréhension. Car plus on connaît les autres et mieux on les comprend.

  • à madagascar, l'art édifié par le peuple entretient une relation profonde avec la mort et la vie socioculturelle, l'affectivité, l'organisation du monde intègrent quotidiennement un lien très fort avec les razana, les ancêtres.
    Les mpihira gasy perpétuent depuis plus de cinq siècles une expression unique au monde, qui s'apparente au théâtre et à l'opéra. ils véhiculent ce culte des ancêtres dans les textes de leurs chansons. leur art est un art populaire, car tous sont paysans autant qu'artistes, autodidactes, pauvres, solidaires. le public est d'abord composé des riziculteurs et éleveurs des campagnes malgaches, et aussi des travailleurs de l'économie informelle, des pauvres, des ouvriers des villes.
    Leur scène est avant tout la terre malgache, rouge sombre, au centre des rizières. les textes des chansons ont des thèmes codifiés. ceux-ci abordent principalement trois domaines récurrents : l'amour et les passions humaines, la philosophie de la vie et les conseils existentiels, psychologiques, relationnels ; la rébellion, la contestation des inégalités, des injustices, de la corruption et de l'inefficience, le rejet du désordre établi.
    La collection "parole d'ancêtre" vous propose de découvrir un éventail de textes de l'art hira gasy, inédits en malgache et traduits pour la première fois en français.

  • Qu'est-ce qu'un film documentaire de création?? Comment écrire un projet de film documentaire?? Quelles méthodes mettre en oeuvre pour sa réalisation?? Comment le produire, le diffuser, lui faire rencontrer son public?? Ce livre propose au lecteur de partager une passion consacrée par l'auteur depuis 1979 : l'écriture et la réalisation d'oeuvres documentaires. Temps de vie qui fut, aussi, un temps de recherche : ce livre reprend en effet de nombreux éléments développés dans sa thèse doctorale soutenue à l'Université de Paris III Sorbonne Nouvelle, en 2003, sous la direction du Pr Michel Marie. Livre de chevet, bible, vade-mecum du documentariste ou apprenti documentariste. Cette "Praxis du cinéma documentaire" constitue la lecture obligée des passionnés de ce cinéma qui crée à partir du réel. Il intègre des entretiens menés avec des professionnels reconnus (et notamment des responsables de Arte, BonnePioche, INA, Films Grain de Sable, Films d'Ici, Gédéon, Iskra, Kuiv, La Seine TV, Sunny Side of The Doc, Zarafa). Fourmillant de conseils sur les différentes étapes de la création, dévoilant les portes auquel il convient de frapper, voici un texte, à la frontière du manuel et de la réflexion théorique, que l'on peut dire incontournable et précieux.

  • La « santé publique » constitue d'abord un objectif politique, celui de préserver et d'élever le niveau de santé des populations. Elle s'appuie sur l'analyse des phénomènes de santé pour identifier et maîtriser les facteurs de risques.
    Elle s'applique au travers de politiques publiques et grâce à l'action de professionnels et intervenants variés : médecins, mais aussi éducateurs, économistes, ingénieurs... Mais comment se définit et s'articule une politique de santé ?
    Quels sont les rôles respectifs de la promotion de la santé, de la prévention, de la sécurité sanitaire et des soins ? Des premières mesures hygiénistes à la récente pandémie de grippe A, de l'indispensable sécurité sanitaire à l'utopie d'une santé parfaite, cet ouvrage permet d'appréhender toutes les dimensions, tous les enjeux et toutes les ambitions de la santé publique, mais aussi tous les débats qu'elle suscite.

  • Quel est le diminutif de main ou l'origine du parapet ? Le mot rab résulte-t-il d'une troncation ? Que signifie le sigle V.D.Q.S.
    ? Qu'est-ce que le coeur, l'épaule d'une raquette de tennis ? Quels sont les différents éléments d'un ordinateur ? Qu'est-ce que cette maille dans " avoir maille à partir " ? Les expressions " faire un emprunt ", " mettre un diamant dans une bague " sont-elles judicieuses ? Comment, dans une phrase, arriver à supprimer un mot sur deux tout en la rendant plus expressive ? Cet ouvrage répond à des milliers de questions de ce type au gré de 550 exercices qui multiplient les angles d'approche, des phrases à trous, appariements, recherches dans le dictionnaire aux déchiffrements de textes, reformulations, jeux collectifs ou illustrations à légender.
    Un corrigé donne la clef de chaque énigme. Ainsi le lecteur progressera-t-il du " mot sur la langue " aux meilleures façons de l'écrire.

  • Madagascar reste une terra incognita, une nation préservée dont les médias ne parlent le plus souvent que lorsque la sécheresse menace de famine le grand Sud, ou bien quand les immenses nuages de criquets s'abattent sur les récoltes.
    La faune et la flore exceptionnelles de la quatrième île du monde commencent à intéresser l'Occident, et les lémuriens, ces espiègles primates qui ont disparu partout ailleurs sur notre planète, deviennent des stars internationales : équipes de télévisions, universitaires, primatologues venus du monde entier se succèdent en de respectueuses processions pour observer ces honorables mammifères.
    Curieusement, le peuple malgache, sa culture, son histoire, sa cosmogonie demeurent largement méconnus.
    Pourtant, cette île continent est une terre d'exception.
    Venus d'Extrême-Orient et d'Afrique vers le Ve siècle, les ancêtres des Malgaches ont fondé une civilisation métisse unique au monde. La langue malgache, essentiellement asiatique, a intégré des termes et des tournures grammaticales d'origine bantoue ; la religion malgache place les ancêtres au coeur d'une cosmogonie complexe qui régit toutes les relations sociales. Les valeurs éthiques, l'entraide, le fitiavana, pallient les difficultés quotidiennes qui affectent la majorité de la population.
    Méconnue, aussi, l'histoire de Madagascar.
    Ici, en 1787, un souverain, Andrianampoinimerina, fonda les bases d'un Etat avec une administration territoriale, des lois, une armée. Dès le début du XIXe siècle, le royaume de Madagascar menait une intense activité diplomatique et établissait une coopération économique, culturelle et militaire avec la Grande-Bretagne. A la fin du XIXe siècle, l'économie et le commerce international étaient en pleine croissance jusqu'à ce que surviennent l'intervention étrangère, la guerre, la défaite, la colonisation française.
    A l'aube du XXIe siècle, après quinze siècles d'édification d'une société fortement structurée, après sept décennies coloniales, bientôt un demi-siècle d'indépendance, une révolution socialiste, une réforme démocratique, quel est l'avenir de cette grande terre dont les dirigeants ambitionnent qu'elle devienne une "république humaniste écologique" et le "dragon économique de l'océan Indien" ?

  • Tous les thèmes de la vie quotidienne ou de la mythologie inspirés à Picasso par la Méditerranée et ses séjours répétés sur la Côte d'Azur.
    Catalogue officiel de l'exposition "Picasso Côte d'Azur" au Forum Grimaldi de Monaco du 12 juillet au 15 septembre 2013.

  • La « santé publique » constitue d'abord un objectif politique, celui de préserver et d'élever le niveau de santé des populations. Elle s'appuie sur l'analyse des phénomènes de santé pour identifier et maîtriser les facteurs de risques. Elle s'applique au travers de politiques publiques et grâce à l'action de professionnels et intervenants variés : médecins, mais aussi éducateurs, économistes, ingénieurs. Mais comment se définit et s'articule une politique de santé ? Quels sont les rôles respectifs de la promotion de la santé, de la prévention, de la sécurité sanitaire et des soins ?
    Des premières mesures hygiénistes à la récente pandémie de grippe A, de l'indispensable sécurité sanitaire à l'utopie d'une santé parfaite, cet ouvrage permet d'appréhender toutes les dimensions, tous les enjeux et toutes les ambitions de la santé publique, mais aussi tous les débats qu'elle suscite.

  • L'agonie de la Pax Romana voit s'engloutir bien des espoirs. A ses ruines se sont mêlées celles des crises politiques, de la déchirure des institutions, des effets de l'anarchie militaire romaine... Mais, plus encore, elle aura engendré l'effondrement de l'Empire, l'affliction des invasions et des guerres, cause de désastres et de misère. Cette fin du IIe siècle subit l'incursion massive de tribus Chattes s'infiltrant dans la Gaule Belgique. Puis, au milieu du IIIe siècle, les Francs et les Alamans pénètrent les territoires du nord et de l'est de la Gaule, ravageant et pillant, absorbant la population. Cent ans plus tard, des hordes de Vandales déferlent par l'est avec femmes, enfants, bétail et charrois. Viennent ensuite les Bagaudes et les Burgondes puis, de nouveau les Alamans, les Suèves et les Vandales s'élançant vers le sud en route vers l'Ispania. Déjà fortement affaibli et diminué par les occupations franques, annihilé et presque anéanti par les incursions Vandales, maintes fois saccagé, Calagum n'est plus qu'une ombre désolée. Son domaine et ses vici sont languissants. L'axiome de cette nouvelle déferlante de barbares, les huns, ne confirme en rien l'instabilité de ces temps troublés. Pourtant, à l'issu de ce dramatique épisode, le domaine, terrassé, ne se relèvera pas... Jamais.

  • Les ponts et les passerelles sont les monuments incontournables des villes qui, comme Coulommiers, côtoient une rivière répandue dans de nombreux méandres naturels ou creusés de la main de l'homme. Ceux de notre ville ont dressé son évolution et sa toponymie. Ils ont vu passer des rois et des reines, des manants, des révolutionnaires et des déferlements de soldats. Certains sont nés de bois avant d'être transformés en colosses de pierres. D'autres, maintes fois déplacés ou raccommodés au cours des siècles, sont maintenant larges, fiers et solides. Cet essai recense les ouvrages de la ville avec leur histoire et leur destination. Il relate l'existence des premiers ponts attachés aux remparts primitifs, aujourd'hui disparus, et ceux maintenant invisibles à nos yeux car recouverts par des routes. C'est un morceau du patrimoine de la cité, avec les événements qui s'y rattachent, que cet ouvrage tente de rapporter.

  • Cet ouvrage est une transcription du Mémoire sur la Ville de Coulommiers à partir du manuscrit que le sieur Jean-Baptiste Aubert de Fleigny (1712-1794), Ecuyer, Capitaine au régiment de Lyonnais, a rédigé à partir de plusieurs dizaines de milliers de titres qu'il a colligés aux environs de 1770-1780. Il y a ajouté ses impressions personnelles et fait part de ses doutes sur certaines dates se rapportant à des faits historiques. C'est grâce à ce Mémoire que Fleigny est considéré comme étant l'un des premiers historiens de l'Histoire de la Ville de Coulommiers. Cette transcription a été enrichie de notes sur les mots tombés en désuétude, d'un plan de la ville avec concordance du nom des rues, ainsi que d'une biographie de l'auteur. Elle a également été augmentée de deux suppléments, l'un sur la création de la chapelle de Pontmoulin et l'autre sur la proclamation de la république à Coulommiers.

empty