• Evoque le conflit entre les normes morales imposées dès le plus jeune âge et son propre ressenti qui se manifeste par des maux corporels. Dans une première partie, illustre le propos à partir de biographies d'écrivains célèbres puis indique de quelles façons rompre le cercle vicieux de l'automystification.

  • La psychose, la drogue, la criminalité sont-elles les répercussions codées des expériences des premières années de la vie ?
    Alice Miller dénonce les méfaits de l'éducation traditionnelle, qui a pour but de briser la volonté de l'enfant pour en faire un être docile et obéissant. Elle montre comment les enfants battus battront à leur tour, les menacés menaceront, les humiliés humilieront. Car à l'origine de la pire violence, celle que l'on s'inflige à soi-même ou celle que l'on fait subir à autrui, on trouve presque toujours le meurtre de l'âme enfantine.
    Cette « pédagogie noire », selon l'expression de l'auteur, est illustrée par des textes des xviiie et xixe siècles, stupéfiants ou tragiques, reflétant les méthodes selon lesquelles ont été élevés nos parents et nos grands-parents, et par trois portraits d'enfances massacrées : celle de Christine F., droguée, prostituée, celle d'un jeune infanticide allemand et enfin celle d'Adolf Hitler, que l'on découvrira ici sous un jour tout à fait inattendu.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Contrairement à ce que le titre a souvent pu laisser penser, il ne s'agit pas d'un livre sur les enfants surdoués. On y trouvera par contre une recherche autour de l'interrogation : pourquoi tant d'adultes doués, qui réussissent dans la vie, souffrent-ils de se sentir étrangers à eux-mêmes, intérieurement vides ? Depuis la première parution de ce livre en 1979, les réponses d'Alice Miller à cette question ont aidé de nombreux lecteurs à trouver un accès à leur propre histoire et à découvrir que la partie précieuse de leur Soi leur était restée cachée jusqu'alors (leur " drame ").
    Ses lecteurs sont encouragés à chercher les raisons de leur souffrance actuelle dans leur histoire, l'histoire du petit enfant qui ne devait vivre que pour les besoins de ses parents en ignorant ou niant ses propres besoins. Au lieu de payer plus tard avec des dépressions et de nombreuses maladies corporelles pour cette auto-mutilation, l'adulte peut s'en libérer en trouvant l'empathie pour l'enfant qu'il a été et pour sa souffrance muette. Aussitôt qu'il assume sa vérité, bloquée si longtemps dans son corps, il peut commencer à regagner, pas à pas, sa vitalité, la vie authentique qu'il n'avait pas osé vivre.
    La perception par l'auteur du vécu réel de l'enfant n'est plus en lien avec celle de la psychanalyse, à laquelle Alice Miller reproche de rester dans la vieille tradition qui accuse les enfants et protège les parents, autant dans la théorie que dans la pratique où les rapports des traumatismes réels sont interprétés comme fantasmes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ouvrez les yeux, nous dit Alice Miller de livre en livre. Ouvrez les yeux sur ce que vous avez subi étant enfant. Nous bâtissons de hautes murailles pour nous protéger de la douloureuse histoire de notre propre enfance.
    « Il n'est pas vrai, écrit Alice Miller, que le mal, la destruction, la perversion fassent nécessairement partie de l'existence humaine, même si on le répète sans arrêt. Mais il est vrai que le mal se reproduit sans cesse, et qu'il engendre pour des millions d'êtres humains un océan de souffrance qui pourrait être évité. Lorsque sera levée l'ignorance résultant des refoulements de l'enfance, et que l'humanité sera réveillée, cette production du mal pourra prendre fin. »

  • Sauver notre vue est un devoir. Plutôt que de nous enfermer dans la dépression ou le déni des souffrances subies durant notre enfance, nous devons chercher à nous en sortir en comprenant quels sont nos vrais besoins.

    Accepter de se confier, apprendre à aimer l'enfant que l'on fut, lever le refoulement et vivre ses émotions enfouies (peur, indignation, colère), tel est le chemin vers la libération intérieure.

    Dernier ouvrage publié par Alice Miller, ce livre rassemble ses dernières recherches, des interviews, des réponses à des lettres de lecteurs ainsi que des extraits de journal, résumant une méthode thérapeutique éprouvée et une pensée lumineuse.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Alice Miller (1923-2010) a fait ses études en Suisse où, après l'obtention d'un doctorat de philosophie, elle a enseigné et exercé la profession de psychanalyste jusqu'en 1980.
    Elle s'est alors progressivement éloignée de la psychanalyse traditionnelle qui, à ses yeux, occulte la réalité de la souffrance infantile. C'est là en effet le combat de sa vie - comme thérapeute et comme théoricienne : identifier, comprendre, soigner et prévenir les séquelles des mauvais traitements infligés aux enfants par leurs parents. S'appuyant sur son expérience personnelle, sur des exemples historiques fameux (Hitler, Staline), mais aussi sur des milliers de témoignages recueillis sur la toile, elle n'a eu de cesse, à travers ses nombreux livres, de dénoncer cette « pédagogie noire », qui justifie hypocritement la violence éducative au nom du bien de l'enfant. Brutal ou subtil, tout sévice laisse des traces indélébiles, voire aboutit aux pires catastrophes de l'histoire.
    Ce sont ces thèses, tout comme son engagement public, qui ont fait la notoriété d'Alice Miller et consacrent ses ouvrages comme d'incontournables références.
    Ce volume réunit les plus grands succès de l'auteur : C'est pour ton bien (1984), L'Enfant sous terreur (1986), La Connaissance interdite (1990) et Notre corps ne ment jamais (2004).

  • Que peut-on lire dans le Guernica de Picasso ? Pourquoi Buster Keaton ne sourit-il jamais ? Que découvre-t-on en filigrane dans la philosophie de Nietzsche ? Quelles ont été les premières années de celui qu'on appelait «le petit père des peuples» - Joseph Vissarionovitch Staline ?
    On retrouvera ici la préoccupation essentielle d'Alice Miller : mettre en évidence une vérité qui a si souvent été - volontairement ? - mal interprétée. Non, tous les enfants humiliés et maltraités ne deviennent pas des monstres ; mais tous les monstres, tous, ont d'abord été des enfants humiliés et maltraités (les pages sur l'enfance de Staline, qui font écho à celles de C'est pour ton bien sur l'enfance de Hitler, sont à ce titre exemplaires). Seule la confrontation avec cette vérité, jusqu'à présent ignorée dans l'ensemble des civilisations, peut sauver l'humanité de l'autodestruction la plus aveugle.
    Et pourquoi ce rapprochement entre l'art et la politique ? C'est que là s'établit, pour Alice Miller, le clivage essentiel : si certains enfants, abominablement maltraités, ne sont pas devenus des meurtriers mais des écrivains ou des artistes, c'est qu'ils ont bénéficié, à côté de toutes les horreurs subies, de l'affection d'une personne au moins qui leur a permis, par contraste, de prendre conscience de la cruauté qui leur était infligée. De ses découvertes, Alice Miller tire en effet la conclusion que l'homme n'est pas «naturellement» destructeur, mais que les mauvais traitements et les humiliations de l'enfance peuvent faire de lui un monstre, s'il ne trouve auprès de lui personne pour l'aider à affronter sa vérité. D'où l'importance de ces «témoins lucides», dont la seule présence pourra permettre à l'enfant devenu adulte d'échapper à l'engrenage de la haine et de la folie destructrice, c'est-à-dire de protéger la vie - celle de ses enfants comme la sienne propre.

  • Souvent négligée par les discours «officiels» (ceux de l'Eglise ou du corps médical, par exemple), la violence éducative est généralement «refoulée», surtout par ceux qui en sont les victimes. Comment l'enfant - ou l'adulte - pourra-t-il laisser libre cours à la parole curative lorsque, par amour pour les siens, il dissimule ou nie les violences, physiques mais aussi verbales, qui lui ont été faites ? Alice Miller, à la lumière des témoignages qui lui sont confiés, retrace l'itinéraire d'hommes et de femmes qui ont pu surmonter les traumatismes de leur enfance, en prenant conscience des méfaits de l'éducation traditionnelle qu'ils ont reçue.

  • Ouvrez les yeux, nous dit Alice Miller de livre en livre. Ouvrez les yeux sur ce que vous avez subi étant enfant. Nous bâtissons de hautes murailles pour nous protéger de la douloureuse histoire de notre propre enfance. Il nous faut abattre ce mur du silence, en nous-même et dans le monde qui nous entoure, retrouver l'enfant méprisé, abandonné, trahi que nous étions jadis. Nous devons apprendre d'où viennent nos souffrances, et que l'on peut en guérir.
    De la psychanalyse - qui, comme toute la société, prend le parti des parents - on ne saurait attendre aucun secours. Non, c'est à une thérapie de mise au jour, celle de J. Konrad Stettbacher, qu'Alice Miller accorde toute sa confiance pour l'avoir expérimentée elle-même. A l'aide de cette méthode, décrite dans Quand la souffrance a un sens (Editions Aubier), ceux qui, prisonniers de ce qu'ils ont vécu dans leur enfance, continuent à en souffrir et à Faire souffrir pourront, même sans l'aide d'un thérapeute, revivre leurs traumatismes d'autrefois, apprendre à les regarder en face et, pas à pas, s'en délivrer.
    Seule cette prise de conscience pourra, un jour, mettre un terme à l'engrenage de la violence individuelle et collective. Car la destructivité qui domine aujourd'hui le monde n'est pas une fatalité ; elle disparaîtra le jour où on protégera les enfants au lieu de se servir d'eux, et où on les traitera enfin avec respect et amour.

  • Les enfants sont souvent maltraités et incompris par une société qui ne les respecte pas. Ils sont souvent victimes des abus et des refoulements de parents.

  • Sous forme de dialogues épistolaires voire téléphoniques, Alice Miller met en scène de façon vivante les débats qui ont animé son oeuvre jusqu'à présent : les conséquences de la violence physique exercée sur les enfants, des abus sexuels, des non-dits, de l'impossibilité où se trouve l'enfant puis l'adulte de verbaliser contre cette colère contre les parents.

  • Il ne s'agit pas d'un livre sur les enfants surdoués, mais d'un ouvrage s'interrogeant sur les adultes doués dans leur vie qui souffrent de se sentir étrangers à eux-mêmes.
    Depuis la première édition de ce livre en 1979, de nombreux lecteurs ont ainsi reconnu leur propre histoire et ont pu découvrir que la partie précieuse de leur moi était restée cachée et constituait leur « drame ». L'auteur les encourage à chercher les raisons de leur souffrance actuelle dans l'histoire du petit enfant qu'ils ont été. Cette perception de ce qu'un enfant a pu vivre n'est plus en lien avec la psychanalyse, à laquelle Alice Miller reproche une tradition théorique où les traumatismes réels sont interprétés comme fantasmes.

  • La collection " Le fil rouge - Psychanalyse ", dirigée par Christian David, psychanalyste, Paul Denis, psychanalyste et Michel de M'Uzan, membre de la Société Psychanalytique de Paris, ancien directeur de l'Institut de Psychanalyse, a pour objectif de publier des travaux originaux, français et étrangers, dans le domaine de la psychanalyse.
    Série : Psychanalyse et psychiatrie de l'enfant La collection " Le fil rouge - Psychanalyse et psychiatrie de l'enfant ", dirigée par Gilbert Diatkine, psychanalyste, Bernard Golse, pédopsychiatre et psychanalyste, et Philippe Jeammet, professeur de pédopsychiatrie, a pour objectif de publier des travaux originaux, français et étrangers, dans le domaine de la psychanalyse et de la psychiatrie de l'enfant.

  • Si je devais aujourd'hui me chercher un thérapeute, je me demanderais en premier lieu : avec qui vais-je conserver mon autonomie ? Qui me donnera des informations vérifiables ?... Qui répond sincèrement, et de façon satisfaisante, à mes questions, noue avec moi une relation de travail loyale et transparente, accepte les critiques, est prêt à se confronter avec les faits ?
    Contrairement au petit enfant, l'adulte a des options. Il peut se fonder sur ses expériences, dispose de la faculté de raisonner ainsi que du libre accès aux informations. Tout cela, il peut l'utiliser, s'il n'est pas bloqué dans le schéma de son enfance qui n'était auparavant qu'une stratégie de survie. Mais en détectant ce schéma nous pouvons en sortir et profiter des options que nous offre la vie.

  • Retrouvailles sous protection : Depuis quelque temps, Hannah se sent épiée.
    En revenant aux Etats-Unis pour démasquer les auteurs de l'embuscade qui a failli lui coûter la vie, Jack Starling aurait-il déterré une sombre affaire qui la met en danger ? Jack, avec qui elle a partagé d'inoubliables moments et qui, maintenant, l'accuse d'être l'instigatrice de cette embuscade. Résolue à découvrir qui cherche à la faire taire, c'est pourtant vers lui qu'Hannah se tourne. Car qui, mieux que le père de sa fille, pourrait la protéger ? Même si Jack ignore encore tout de cette paternité...
    Par-delà les flammes : Meghan Wright, soldat du feu, n'imaginait pas voir reparaître dans sa vie Colin Taylor. Plutôt que de lui avouer le terrible secret qui, deux ans auparavant, l'a empêchée de l'épouser, elle a préféré rompre sans explications. Seulement, quand elle est prise pour cible par un dangereux admirateur pyromane qui, après chaque incendie, lui envoie des roses et va jusqu'à s'introduire chez elle, elle est contrainte d'accepter la présence de Colin, devenu enquêteur incendie.
    Une présence rassurante - mais aussi très déstabilisante pour la femme amoureuse qu'elle n'a jamais cessé d'être...

  • "En proie au doute, Alice Sharpe:


    John, Tyler et Cole : trois frères séparés pendant l'enfance, trois hommes aujourd'hui prêts à enquêter sur leur passé, en dépit du danger...

    Tel est pris qui croyait prendre...
    Cole est désemparé. En séduisant la jolie Skylar Pope, il n'avait qu'un objectif : approcher l'oncle de la jeune femme, un criminel dont il est à la recherche depuis des mois. Pas un seul instant il n'avait imaginé qu'il tomberait amoureux d'elle ! Mais Skylar, en plus d'être d'une beauté à couper le souffle, est terriblement attachante... Charmé malgré lui, et se sentant désormais en devoir de lui apprendre la vérité sur cet oncle qu'elle pense intègre, Cole se retrouve bientôt confronté à un cruel dilemme. Doit-il continuer à mentir à Skylar, ou lui révéler qu'il l'a manipulée- au risque de la perdre ?



    Une troublante enquête, Julie Miller:


    Annie ne décolère pas : on l'envoie, un 31 décembre, enquêter sur un meurtre aux côtés de Nick Fensom ? Ce macho de la pire espèce a intérêt à prendre son avis en compte, sinon elle exigera un autre coéquipier ! Une fois sur place, pourtant, elle est surprise de constater que Nick se montre extrêmement prévenant à son égard. Et comprend bientôt pourquoi : le tueur en série qui terrorise les femmes de Kansas City vient à nouveau de frapper, et Nick lui apprend qu'il veut se servir d'elle comme appât... Décontenancée, mais résolue à prouver à Nick qu'elle est un aussi bon flic que lui, Annie accepte de relever le défi...
    "

  • "Un troublant visiteur, Alice Sharpe.


    Qui est l'inconnu qui est entré par effraction chez elle ? Paige sent une sourde panique l'envahir : elle est seule, dans ce chalet perdu en pleine montagne où elle est venue se réfugier après avoir été quittée par son fiancé, et aucun réseau téléphonique ne passe. Mais alors qu'elle s'apprête à s'enfuir, l'inconnu la retient. Il a besoin de son aide, lui chuchote-t-il à l'oreille, car il est blessé et amnésique. Et la seule chose dont il soit sûr, c'est qu'il est poursuivi par un homme qui veut sa peau...



    Collaboration forcée, Julie Miller.


    Evidemment, comme tous les autres avant lui, Thomas Banning la prend pour une folle ! Kelsey est terriblement déçue : en apprenant qu'elle allait collaborer avec cet inspecteur de la police de Kansas City, elle avait nourri l'espoir qu'il n'aurait pas d'a priori sur elle et sur son don de double vue... Mais peine perdue ! Thomas se montre désagréable envers elle, et extrêmement sceptique quant aux visions qu'elle a d'un dangereux tueur en série... Pourtant, Kelsey le sait, ils doivent arrêter ce psychopathe, et vite. Car c'est la vie de plusieurs femmes qui est en jeu et, pour les sauver, elle est prête à tout. Même à séduire l'arrogant Thomas pour le convaincre de la croire...
    "

  • L'inconnu sans passé, Alice Sharpe.

    Dans les rues de La Nouvelle-Orléans, Kinsey remarque un homme à l'allure virile et décontractée. Séduite, elle le suit des yeux et le voit soudain tomber, frappé par un voleur qui s'enfuit avec son sac. A l'hôpital, Kinsey apprend que l'inconnu est devenu amnésique et n'a plus sur lui qu'un porte-clés à l'effigie d'une entreprise située dans l'Idaho. Touchée par la détresse de celui qu'elle a surnommé « Zane », Kinsey propose de l'aider à rechercher son identité. Mais, au cours du voyage vers l'Idaho, elle se sent de plus en plus attirée par Zane. Un sentiment dangereux, car elle ignore tout de lui.

    Au centre du complot, C.J. Miller.

    Le coeur serré, Saafir regarde Sarah, la femme endormie à ses côtés. Bientôt, il quittera les Etats-Unis et celle qu'il aime pour rejoindre son royaume : le Qamsar. Bientôt, il se mariera avec une princesse de son rang, qui lui est indifférente mais que le protocole lui impose. Car il n'a plus le choix : sa liaison avec la jolie Américaine vient d'être révélée à la presse. Et déjà les fanatiques de son pays, fous furieux à l'idée que leur émir puisse fréquenter une étrangère, complotent contre lui et profèrent des menaces de mort contre Sarah.

  • Pour sauver son bébé, Cassie Miles.


    Inquiète, Olivia se retourne et scrute la rue déserte. Une fois encore, elle vient de sentir derrière elle une présence invisible. Comme si quelqu'un guettait dans l'ombre le moment propice pour l'attaquer. Mais qui peut bien lui vouloir du mal, à elle, la sage-femme dévouée, la future maman sur le point d'accoucher ? Incapable de trouver une réponse à ses questions, et sentant le danger se rapprocher, elle se résigne à demander sa protection à celui dont, de peur de perdre son indépendance, elle refuse depuis des mois les demandes en mariage : Troy, son amant d'une nuit, l'homme auprès de qui elle s'est réfugiée un soir de désespoir, et dont elle porte aujourd'hui le bébé.



    Menaces sur une héritière, Julie Miller.


    En apprenant qu'Audrey Kline, héritière d'une riche famille de Kansas City, va présenter à la cour le dossier du dangereux trafiquant de drogue que lui-même vient d'arrêter, Alex Taylor est stupéfait. Une stupéfaction mêlée d'inquiétude, car Audrey, aussi brillante soit-elle, débute à peine sa carrière de procureur et n'a manifestement pas l'habitude de se frotter à des criminels de grande envergure. En effet, dès le premier jour du procès, la jeune et jolie juriste échappe de justesse à une agression. Inquiet pour sa sécurité, mais aussi touché par la vulnérabilité qu'il devine sous l'attitude indépendante et volontaire d'Audrey, Alex décide de la protéger. Avec ou sans son consentement.

    + 1 roman gratuit : Un étrange mariage, Alice Sharpe.

empty