• L'appel de Dakar

    Barthélémy Toguo

    • Jannink
    • 29 Février 2016

    Les éditions Jannink publient, dans la collection « L'art en écrit », le texte du discours prononcé devant les ministres de la Culture des pays d'Afrique par Barthélémy Toguo en faveur d'une meilleure reconnaissance de l'art et des artistes africains.

    Dans L'Appel de Dakar, Barthélémy Toguo harangue les ministres de la Culture des pays d'Afrique. Tirant la sonnette d'alarme, il les alerte sur « la nécessité absolue de soutenir ardemment l'art contemporain africain ». Soulignant l'importance de la culture et des arts dans le rayonnement international, il appelle à la mise en place de mesures financières et juridiques, pour que les artistes africains se hissent au niveau mondial. Par ce texte, Barthélémy Toguo prolonge le travail mis en oeuvre dans le centre culturel Bandjoun Station, qu'il a créé au Cameroun, pour rapprocher, au travers de l'art, les cultures et les hommes, lutter contre la déforestation et encourager l'agriculture locale.

    L'oeuvre de Barthélémy Toguo (né en 1967 au Cameroun, vit et travaille entre Paris et Bandjoun), protéïforme, colorée, multiculturelle et engagée, s'appuie sur une réflexion sur le destin de l'homme, les déplacements et la marche du monde.

  • Artiste franco-camerounais vivant à Paris, Barthé- lémy Toguo bâtit une oeuvre militante et pluriculturelle.
    Excellent aquarelliste, il utilise aussi bien le dessin, la vidéo, la sculpture, la performance ou l'installation pour exprimer ses idées sur l'exil, les frontières et les identités, le déséquilibre Nord-Sud, ainsi que sa conception d'un monde qu'il voudrait meilleur. L'ensemble de son oeuvre, en prise directe avec l'actualité mondiale propose au spec- tateur/visiteur un regard provocant sur la réalité la plus violente ou la plus injuste. En 2005, il avait donné voix aux jeunes de banlieue et il se trouvait au Caire, sur la place Tahrir en 2011, au moment du « Printemps arabe ».
    Son credo, il l'a emprunté à Albert Camus : « L'artiste se forge dans cet aller-retour perpétuel de lui aux autres, à mi-chemin de la beauté dont il ne peut se passer et de la communauté à laquelle il ne peut s'arracher. » En 2008, il a ouvert dans le nord du Cameroun la rési- dence artistique Bandjoun Station, un espace ouvert voué à l'exploration de solutions nécessaires pour que l'Afrique noire se réapproprie sa contribution à l'art contemporain international.
    Artiste rattaché à la Galerie Lelong, Barthélémy Toguo a exposé dans le monde entier.
    En 2015, il a été invité à la Biennale internationale de Venise, où il a présenté une installation, « Urban Requiem ».
    Ce livre repose sur les entretiens de l'artiste réalisés par Thierry Clermont dans son atelier parisien, entre 2012 et 2015.

  • Créé en 2000 par l'Association pour la Diffusion Internationale de l'Art Français (ADIAF) pour soutenir le rayonnement international de la scène artistique française, le prix Marcel Duchamp distingue chaque année un lauréat parmi quatre artistes français ou résidant en France travaillant dans le domaine des arts plastiques et visuels. Gilles Fuchs, Président de l'ADIAF, a dévoilé le 4 février chez ARTCURIAL les noms des quatre artistes nommés pour le Prix Marcel Duchamp 2016.
    Le prix connaîtra une évolution majeure en 2016. Après quinze éditions qui lui ont permis de se hisser parmi les grands prix nationaux de référence dans le monde, le prix Marcel Duchamp prend en effet cette année un nouvel élan grâce à une complicité renforcée avec le Centre Pompidou, partenaire de l'ADIAF depuis la création du prix. Le nouveau format du prix, inauguré pour cette seizième édition, prévoit ainsi une exposition collective des quatre artistes nommés - et non plus du seul lauréat comme auparavant - présentée pendant trois mois au Centre Pompidou au sein des 650 m2 de la Galerie 4 qui remplacera bientôt l'Espace 315.

    Exposition: Centre Pompidou, Paris, du 12 octobre 2016 au 29 janvier 2017

empty