• Drapeaux droits

    Benoît Caudoux

    Le recueil tient, d'abord, par l'unité d'une norme typographique attendue : la justification à gauche. Ainsi posée en titre, néanmoins, l'expression Drapeaux droits annonce plus que le simple alignement caractéristique des compositions métriques traditionnelles : elle indique une attention particulière portée à la dimension visuelle des poèmes, laissant imaginer que chacun d'eux est, en quelque sorte, un drapeau.
    Le poème se donnerait ainsi à voir comme une construction minimale, tout à la fois objet, image et signe, puisque le mot drapeau désigne à la fois l'image et son support.
    Image on ne peut plus flottante, réduite au minimum de sa matérialité, mais dressée, érigée et fixée pour marquer, orienter un espace, une chose ou une personne en lui surimposant un signe, double idéal ancré dans la réalité sensible qui doit lui correspondre.

  • Dans l'aventure de l'homme qui s'exerce tant bien que mal à sortir de chez lui pour aller au café, on découvre ce qu'est le voyage véritable.
    On goûte l'intimité et les distances terribles. On apprend des langues étonnantes. On s'exalte. On patauge. On marche et on dérive. On dénoue et renoue les fils de l'existence, de la perception et de la pensée abstraite. On ne cesse de naître et de s'émerveiller. On touche enfin son âme ; on lui devient fidèle, par la seule vertu d'un sous-vêtement bulgare. On fume une cigarette. On essaie de parler, d'entendre.
    On y arrive. Parfois il faut se battre, mais on y arrive. Et parfois on échoue. Il y a une jolie jambe, et les murs d'une cave. On atteint les sommets de la mystique, sans blague.

  • «Nous étions tous des gnous. Je voudrais l'être encore. Mais ce n'est plus possible. Cela je le sais bien: désormais, c'est fini. La grande migration, le grand rassemblement s'est maintenant consumé. Les girafes seront remontées sur leurs cous et les loups sur la lune - et tant pis pour les vaches, c'est également vrai: voilà où nous en sommes.» Un troupeau de gnous travers l'Afrique en direction du nord: transhumance, fuite ou retour à la Terre-Mère originelle - dans ce galop effréné, une conscience est portée par un flot étonnant d'idées et d'inquiétudes.
    À l'image du troupeau, multiple et un à la fois, l'écriture donne à entendre le vacarme et le grondement des gnous. La langue, tumultueuse, se fait l'écho de la turbulence du chaos animal, matière dense animée lancée avec fracas par l'élan de son énergie brute, en quête de forme.
    Originaire de Roubaix, Benoit Caudoux est actuellement professeur de philosophie à Angoulême. La Migration des gnous est son premier livre.

  • Géographie

    Benoît Caudoux


    «Cartographier quand même et malgré tout l'impasse :
    cette connaissance-là ne sera jamais complète. L'impasse
    n'est pas cul-de-sac mais continuations, passages
    innombrables...
    Chacun de nous explore ses ramifications d'infiniment
    petit. Certains, en véritables conquérants du rien,
    en cherchent partout les formes et en font les récits
    infiniment nombreux, ni autres ni semblables.»


  • Rousseau se dit étranger à son temps. Mais les heureux du siècle, eux, sont étrangers à leur savoir et à eux-mêmes. Or cette critique de la modernité est d'abord celle de ses discours, perçus comme lettre morte, échouant à saisir les principes en perdant de vue l'ancrage dans l'ordre naturel de toute la sphère humaine : la sensibilité. Le philosophe peut-il alors régénérer les signes, afin que la communication ne soit plus vie hors de soi des hommes entre eux, sans lien à une nature? La réaction de Rousseau prend forme d'écriture, au sens de construction d'horizons continus dans les signes discrets ; elle reste philosophique, en recueillant ce que manquent les philosophes modernes. Par l'étude de ces fondements de son geste littéraire, et en lisant la notion d'origine comme empreintement toujours possible de la sphère humaine par un ordre hétérogène, jamais donné dans la présence d'une source, nous montrerons que l'oeuvre échappe aux critiques postmodernes qu'ont formulées Derrida et C. Taylor. Nous verrons au contraire qu'elle inaugure une voie toujours vivace pour la philosophie, en déplaçant la vérité vers une autre écriture.

    Né en 1974, Benoit Caudoux est l'auteur de plusieurs ouvrages de littérature parus surtout aux Éditions Léo Scheer. Il enseigne la philosophie à Valenciennes.

empty