• En cette année 1971, Pierre, lycéen de seize ans issu d'un milieu modeste, fait croire à ses camarades qu'il s'apprête tout comme eux à partir en vacances. En réalité il va travailler tout l'été aux côtés de sa tante Marie, toute jeune veuve, dans une ferme sans eau courante, aux méthodes de culture ancestrales. Lorsqu'il apprend que des campeurs vont s'installer sur le domaine, avec une jeune fille de dix-sept ans, il se prend à rêver...

  • 1940, dans un bourg du Sud-Ouest. Tout juste mariée, Pauline, fille d'un pharmacien, apprend la mort de son mari au front. Jeune veuve, elle va au fil de la guerre basculer dans des actions de résistance de plus en en plus dangereuses, et noue une liaison amoureuse avec un conservateur du Louvre, déplacé en zone libre avec certains chefs d'oeuvre du musée. Ce beau roman de Daniel Crozes fait revivre le quotidien de la Seconde Guerre mondiale, et met à l'honneur celles et ceux qui dirent non à l'Occupation, au péril de leur vie.

  • Durant l'été 70, un adolescent passe ses vacances dans la ferme d'un oncle, perdue dans une vallée de l'Aveyron. On y travaille encore à l'ancienne, les journées sont laborieuses, le mode de vie archaïque et les moeurs rudes, mais le garçon s'attache à ce monde à l'agonie, dont l'oncle est l'un des derniers survivants... Dans ce très beau roman aux tonalités autobiographiques, Daniel Crozes fait revivre les campagnes d'autrefois et nous fait partager l'émotion d'un monde disparu.

  • Daniel Crozes nous raconte à travers de nombreux témoignages et photographies anciennes l'histoire de ces bougnats venus pour beaucoup de l'Aubrac et arrivés à Paris au début du XIXe siècle où ils furent porteurs d'eau, fournisseurs en vins et charbon ou encore garçons de café.

  • Réquisitionné pour le STO durant deux ans en Autriche, un jeune homme revient au pays en 1945. Mal accueilli par la population, affaibli par deux ans de travail obligatoire, trahi par sa fiancée qui lui a préféré son frère, il traverse difficilement les deux années qui suivent. Daniel Crozes traite avec courage une question historique peu abordée, celle des jeunes Français envoyés en STO. Il s'est inspiré de nombreux témoignages pour construire son personnage.

  • En ce tournant du vingtième siècle, chaque jour de singuliers visiteurs se pressent au village de Nasbinals. Blessés et éclopés viennent quémander secours auprès d'un homme dont la renommée a depuis longtemps franchi les frontières de cette contrée montagneuse. Pierrounet est un rhabilleur, un rebouteux autrement dit. Sa popularité, tous ne la voient pas d'un bon oeil. Charles Miquels, un jeune médecin établi en Aveyron après des études à Toulouse, confronté depuis ses débuts à la négligence et à l'absence d'hygiène aux conséquences souvent dramatiques, décide de s'attaquer au charlatanisme à travers Pierrounet...

  • A 20 ans, Ulysse Bouissou mesure 2,20 mètres ! Lorsqu'il se présente en 1903 au conseil de révision, les photos prises de lui déclenchent rapidement sa célébrité. Engagé par un imprésario, il forme un duo de musiciens avec un lilliputien. Ensemble ils vont découvrir l'Europe, de fêtes foraines en cabarets, puis l'Amérique, avec le fameux cirque Barnum. Un roman librement inspiré de la vie du "Géant Cot".

  • Julie

    Daniel Crozes

    Au début du XXe siècle, Julie Tournié, fille de petits paysans, épouse au cours d'un mariage arrangé un riche propriétaire terrien de dix ans son aîné. Le jour de la cérémonie, elle apprend que son mari est atteint de syphilis. Épouvantée, elle quitte le domaine pour Paris, sans adresse ni travail. Commence alors une lutte de chaque jour pour bâtir une vie qui conjugue réussite sociale et harmonie amoureuse. Inspiré d'une histoire vraie, ce roman brosse le portrait d'une femme libre, généreuse et sensible.

  • Alors que les fêtes approchent, en ce mois de décembre 1961, Sylvain, un jeune mineur des puits de Decazeville et Tania, fille d'un émigré ukrainien, font des projets d'avenir. Brutalement, répondant aux décisions technocratiques du gouvernement et des Charbonnages de France, une grève éclate qui sera longue, douloureuse et humiliante pour les deux mille deux cents "gueules noires", engagés comme Sylvain dans la lutte.
    Après un départ forcé pour les mines du Gard, Tania entraînera Sylvain dans l'Isère. C'est un homme blessé qui revient quelque temps plus tard, seul, dans la petite ferme de sa mère en Aveyron... La chance tourne enfin, le jour où l'un de ses anciens camarades de la mine, qui a créé un orchestre de bal, l'engage, lui donnant ainsi l'occasion d'exprimer pleinement ses qualités de trompettiste...

  • L'héritier

    Daniel Crozes

    Elles sont trois femmes, trois âges de la vie : Pauquette, Dernier héritier d'une riche lignée de tanneurs aveyronnais, Mathieu Berthier reprend les rênes de l'affaire familiale, après la disparition subite de son père, Hector, à la fin de l'été 1926.
    Tanneurs depuis le xvie siècle, les Berthier ont un patrimoine conséquent. Mais Mathieu découvre avec stupéfaction que son père n'avait aucune économie personnelle. Aurait-il dilapidé la fortune familiale ?
    Le mystère s'épaissit lorsque Sophie, sa jeune épouse, découvre, soigneusement cachée dans de vieux carnets, une photographie d' Hector et d'une très belle jeune femme inconnue prise au début du siècle, à Paris. Mathieu va profiter d'un voyage dans la capitale pour mener son enquête. Daniel Crozes nous entraîne dans une grande saga familiale, avec ses drames, ses amours, ses secrets et son courage.

  • La montagne sacree

    Daniel Crozes

    • Rouergue
    • 22 Octobre 2015

    Cet hiver, la mort a frappé au domaine de Léonard Fau : roué de coups et abandonné, son gendre a été assassiné. Devenue veuve, sa fille Blandine retrouvera pourtant le goût de vivre avec Gauthier. Ambitions et rancunes anciennes, attachement aux traditions et goût du pouvoir : les passions ne manquent pas en Aubrac. Avec ce huis-clos familial, Daniel Crozes invente, comme il sait si bien le faire, un grand personnage féminin.

  • Petit dictionnaire à l'usage des gourmands de mots, ce florilège caustique et rabelaisien rassemble jurons, insultes, blasphèmes auxquels leur origine occitane confère une belle étrangeté. On ne s'étonnera point de constater qu'ils s'attaquent avec délectation aux imbéciles, aux paresseux, aux empotés, aux avares, aux prétentieux. S'ils brocardent particulièrement les femmes, c'est pour témoigner d'une obsession maladive pour toutes choses relatives aux affaires sexuelles. Quant aux ecclésiastiques, omniprésents dans ce département de vieille tradition catholique, ils en prennent naturellement pour leur soutane. Après le succès des 1001 mots de l'Aveyron, Daniel Crozes ouvre le fonds secret d'une langue savoureuse.

  • Pain blanc (le)

    Daniel Crozes

    Antonia a douze ans lorsque sa famille quitte l'Espagne, pour s'installer dans le sud de la France. Devenue adulte, elle épouse un paysan de l'Aveyron, François. Ensemble ils mènent une vie difficile : d'abord mineur à Carmaux, François retrouve la ferme familiale à la mort de son père. À force de travail et d'obstination, il fait fortune dans le négoce des grains, au moment où l'Europe sombre dans la Grande Guerre. La tragédie n'épargnera pas le bonheur d'Antonia et François...

  • Gantiere (la)

    Daniel Crozes

    En juin 1908, Alice est renvoyée des caves de Roquefort pour avoir participé à une grève ; elle a dix-huit ans et subit la colère de son père, rude éleveur de brebis.
    Bonne à tout faire à l'auberge du village puis coupeuse de raisins dans le Midi, elle devient piqueuse de gants en usine à Millau. Mais cette fille au caractère bien trempé ne se satisfait pas de son sort et part pour New York où se sont installés des gantiers millavois. Elle y rencontre un jeune coupeur de peau, Octave, tout aussi décidé qu'elle à sortir de sa condition et à devenir patron. À leur retour, au printemps 1913, ils se marient et ouvrent un atelier à Millau : Octave taille les peaux, Alice dessine les modèles.
    Après les années sombres de la Grande Guerre, la réussite leur sourit : ils s'imposent dans le Midi, à Paris et même en Amérique. Alice y gagne un titre de gloire - La Gantière - qui consacre son talent... À travers la destinée d'Alice, voici racontée pour la première fois la vie des gantiers depuis les chevalets à broder de la Belle Epoque jusqu'aux défilés de mode des années 1990. Une vie foisonnante marquée par les passions, où se côtoient couturières coquettes et coupeurs élégants, patrons aux idées sociales avancées et briseurs de grève.
    Univers où une femme parvient à s'imposer face aux hommes dans un métier exigeant.

  • Mademoiselle laguiole

    Daniel Crozes

    • Rouergue
    • 28 Septembre 2013

    Portrait d'une femme passionnée qui cherche à s'imposer dans le monde de la coutellerie dominé par les hommes.

  • Les chapeaux d'Amélie

    Daniel Crozes

    • Rouergue
    • 28 Septembre 2013

    Entre 1917 et 1922, "Le Chapeau d'Amélie" suit les destins de plusieurs jeunes gens, tous marqués par la Grande Guerre et ses conséquences. Rivalités amoureuses, professionnelles, confrontation entre milieux différents, font de ce nouveau roman de Daniel Crozes une exploration minutieuse des moeurs de l'époque. Au centre du roman, Amélie, jeune femme passionnée, plaira aux lecteurs, par sa capacité à rebondir après chaque épreuve.

  • Le surgélateur fait son apparition au sein les familles aveyronnaises au début des années 1960 et entraîne un changement profond et durable dans les habitudes culinaires. Il permet des périodes de conservation s'échelonnant entre quelques semaines et six mois ou même un an... Une révolution ! Dès lors, les familles consomment plus de viande fraîche, de poisson, et profitent des légumes récoltés dans les potagers sur une période plus étendue dans l'année.
    La rupture est brutale entre cette cuisine moderne et la cuisine à l'ancienne pratiquée par la majorité des ménages de l'Aveyron.
    Cette dernière appliquait des principes perpétués de mère en fille ; l'autoconsommation familiale, la pratique religieuse, la solidarité et la convivialité villageoises en étaient indissociables...

  • An II. Delphine, jeune femme revenue de Saint-Domingue avec ses parents, est établie dans le Ségala où sa nature rebelle et sa grande beauté ne font pas l'unanimité. En cette année de Terreur, son mari meurt sur les champs de bataille. Dans le dernier tome de sa trilogie de la Révolution, Daniel Crozes nous emmène sur les chemins de l'exil avec les prêtres déportés en Guyane, aux prémices de la révolution industrielle, sur les places envahies par l'armée.

  • 1793. Un vent de révolte souffle sur la Vendée. Royalistes ou républicains, les héros de Daniel Crozes s'affrontent et vivent amours et déchirements. Dans ce deuxième tome de La trilogie de la Révolution, l'auteur nous entraîne dans les couloirs du tribunal révolutionnaire, sur les champs de bataille en Lozère, les chemins de l'Aveyron, du Languedoc et de la Provence.

  • Comment un homme, né dans une famille paysanne de l'Aubrac en 1933, en vient-il à incarner une agriculture visionnaire, où économie et environnement sont compatibles ? Comment un jeune paysan, que le décès brutal de son père fait chef d'exploitation à seulement dix-neuf ans, devient-il l'un des principaux responsables agricoles de sa génération ? Le destin d'André Valadier, l'un des fondateurs de la coopérative Jeune Montagne, fer de lance de l'appellation d'origine protégée laguiole, est tout entier dirigé contre la fatalité. Dans un terroir donné comme mort à l'orée des années 1960, au moment où on prédisait que l'élevage était voué à se concentrer entre une poignée de propriétaires, cet homme-là a pensé avec d'autres qu'une autre agriculture était possible. Leur projet allait à l'encontre des orientations et des discours dominants, qui négligeaient alors les démarches territoriales. Non seulement le pari a réussi, mais aujourd'hui il apparaît comme un modèle que des observateurs du monde entier viennent étudier pour réimaginer leurs propres territoires.
    Dans un ouvrage attentif, nourri par les cahiers rédigés par André Valadier, Daniel Crozes restitue la trajectoire et les engagements d'un homme que sa personnalité, sa formation intellectuelle, ses talents de négociateur et sa force de persuasion ont placé au coeur des choix de toute une génération. Salué en 2015 par le prix de la Résistance fromagère, André Valadier incarne une passion des terroirs qui va à l'encontre de la globalisation de l'agriculture.


  • c'est une belle vache au pelage froment ! elle a de " grands yeux charbonnés de mauvaise femme ", les cornes hautes et fines en forme de lyre.
    depuis des siècles, elle peuple les plateaux basaltiques de l'aubrac. elle se contente de nourritures rudimentaires et supporte des conditions climatiques rigoureuses. dès le moyen âge, elle a participé à la mise en valeur de l'aubrac, lorsque les abbayes ont entrepris de défricher et d'exploiter le pays. son cheptel rassemble aujourd'hui 130000 vaches en production après avoir failli disparaître dans les années 1960 et 1970.
    les éleveurs apprécient ses qualités maternelles, son excellente fécondité, sa robustesse et son aptitude laitière. ils la plébiscitent en dehors de son berceau d'origine, puisque des animaux reproducteurs, de la semence et des embryons s'exportent en irlande, suisse, sibérie, hongrie, allemagne, dans les pays baltes et en nouvelle-zélande. immortalisée en 1947 par le sculpteur guyot, photographiée par yann arthus-bertrand, la race aubrac n'a cessé de gagner en notoriété.
    daniel crozes, grand connaisseur de l'aubrac, auquel il a consacré trois romans et un ouvrage sur le fameux couteau de laguiole, a compulsé les archives et rencontré les éleveurs pour retracer en forme d'hommage la destinée passionnante de cette belle aux yeux noirs.

  • A partir des années 1840, des lignes de chemin de fer sont construites aux confins du Massif central pour desservir les bassins miniers.
    Ces premières voies ferrées, voulues par des industriels, sont à l'origine du développement d'un réseau qui a profondément changé la vie des habitants de régions souvent difficiles d'accès et parfois repliées sur elles-mêmes. Alors que dès la fin du XIXe siècle des députés, tel Théophile Roussel en Lozère, se démènent pour que le chemin de fer n'oublie pas leurs départements, les mentalités évoluent très vite.
    La peur des débuts (qui va jusqu'au sabotage des lignes) cède devant la diffusion du progrès et l'émergence de nouvelles migrations (exode rural vers la capitale et les grandes villes, développement du tourisme à partir de la Belle Epoque). L'agriculture est révolutionnée par l'arrivée des engrais, l'industrie connaît un développement sans précédent. Ces changements ont un prix : l'engagement d'hommes qui percent des voies avec des moyens techniques dérisoires, édifient tunnels, viaducs et ponts vertigineux, ne va pas sans de nombreux morts.
    Mais cette bataille du rail, véritable exploit physique, ouvre des voies de communication dans ce qui paraissait n'être que désert. Des premières lignes ouvertes jusqu'à la fermeture récente de certaines d'entre elles, ce livre raconte cent soixante-dix ans d'histoire du Massif central et aborde les perspectives d'avenir du réseau ferré dans des régions où il a profondément transformé les existences humaines.

  • Une mère à aimer

    Daniel Crozes

    • Rouergue
    • 28 Septembre 2013

    Abandonnée à lâge de 3 ans, Jeanne vit depuis lors à lorphelinat Notre-Dame, à Rodez. Jeune fille jolie et intelligente qui rêve d'être brodeuse, elle est placée en 1905 en apprentissage à Millau, se fait renvoyer par sa patronne et se retrouve bonne  sur un domaine isolé du Lévezou. La voilà fille-mère à 18 ans. Va-t-elle reproduire son propre destin et devoir abandonner elle-aussi sa fille ?

  • "Vous en aviez rêvé...
    "Tel est le nom de l'émission de télévision qui, au printemps 1964, se propose de soutenir des jeunes gens dans leurs projets. Des projets, Florence Jourdan, 24 ans, n'en manque pas pour réveiller son village de Castelnoël. Avec sa cousine Sylviane et Christine, la jeune institutrice, elles rêvent de relancer les festivités dans cette commune aveyronnaise de trois cents habitants, mais aussi d'améliorer les conditions de vie des femmes, en installant des machines à laver et des surgélateurs collectifs.
    Pour ces jeunes femmes dynamiques, il faut faire évoluer les mentalités si l'on veut freiner l'exode rural et pouvoir continuer de vivre au pays. En décrochant le parrainage de la télévision pour l'organisation d'une kermesse des célibataires, Florence va se lancer dans une entreprise exaltante. Mais certains habitants de Castelnoël ne sont pas disposés à laisser ainsi bousculer les traditions. Sorcellerie, lettres anonymes et même assassinats viennent bouleverser le quotidien d'ordinaire si tranquille de la communauté villageoise.
    Dans ce combat pour la renaissance de son village, la jeune femme va puiser dans l'amour de Jacques, un jeune postier de Carmaux, la force pour réussir. Au coeur des années soixante, La Kermesse des célibataires nous entraîne dans une société rurale en pleine évolution. Alors que les traditions d'antan résistent au vent du changement, ce nouveau roman de Daniel Crozes nous offre une histoire aux rebondissements inattendus et aux portraits toujours pleins de vie.

empty