• En 1884, Gustave Le Bon écrivait : " Au point de vue des civilisations, bien peu de peuples ont dépassé les Arabes. " Du VIIe au XIIIe siècle, la civilisation arabe a été en avance sur toutes les autres, innovant dans tous les domaines. Mais, par ignorance, racisme ou ethnocentrisme, ces avancées sont aujourd'hui niées ou minimisées. Ainsi s'est creusé ce profond fossé entre l'Occident et les Arabes qui nourrit aujourd'hui la méfiance, le ressentiment et l'incompréhension réciproque.

    Dans ce plaidoyer vibrant et argumenté, Fouad Laroui tente de redonner à la civilisation arabe la place qui est la sienne, tout en demandant aux pays arabes de redevenir dignes de leur passé.

  • 1969 : les Américains marchent sur la Lune. Mehdi, 10 ans, débarque au lycée Lyautey de Casablanca où son instituteur, impressionné par son intelligence et sa boulimie de lecture, lui a obtenu une bourse. Loin de son village de l'Atlas, Mehdi pense être un membre de l'équipage d'Apollo découvrant une planète inconnue : qui sont ces Français qui vivent dans le luxe, adorent les choses immangeables, parlent sans pudeur et lui manifestent un tel intérêt ?
    Durant une année scolaire animée par une galerie de personnages surprenants, l'histoire émouvante d'un enfant propulsé dans un univers aux antipodes de celui de sa famille.

  • Un après-midi à Molenbeek. Une femme sort de chez elle, couverte de noir des pieds à la tête. Méconnaissable, sous son hijab, elle marche. Suivons-la jusqu'au canal, à la Porte de Flandre. Après, c'est Bruxelles et cet immeuble dont elle ressort bientôt, cheveux dénoués en cascade, robe légère... Suivons-la encore jusqu'à ce strip-club, où, chaque jour elle danse nue, sans honte, exhibe son corps pour venger ses soeurs. Insoumise Fatima.
    Mais nous ne sommes pas les seuls à l'avoir suivie. Fawzi, le voisin amoureux, et Eddy, le journaliste, la talonnent. Aujourd'hui, la liberté est le début d'un tragique malentendu.

  • Ali et Malika forment un jeune couple joyeux, bien dans leur peau, bien dans leur siècle. Lui est ingénieur informaticien, elle, institutrice. Ils s'apprêtent à emménager ensemble lorsque l'entreprise d'Ali, poussée par des partenaires américains, l'évince d'un gros projet. Révulsé par cette discrimination assumée, il met un point d'honneur à démissionner. C'est le début d'une spirale infernale : poussé par un cousin sur la voie de la radicalisation, Ali s'invente un combat contre le monde. Contre la vie.

  • Recueil de dix nouvelles accompagné d'une étude et d'un dossier pour aborder le genre de la nouvelle au XXe siècle et le thème de l'altérité

  • Sur les chaises dépareillées du Café de l'Univers, à Casablanca, il y a toujours quelqu'un pour raconter une histoire. Vraie ou fausse, peu importe, pourvu que la galéjade ait des accents de mille et une nuits... Et réciproquement. Connaissez-vous, par exemple, celle du dentiste Polonais qui voulait voir un mariage marocain et qu'on maria pour rire ? Celle du Vengeur masqué, qui rejoua oedipe sur un ring de catch ? Celle des sangliers accros à l'aspirine ? Non ? Entrez donc, et prenez une chaise...

  • Quelque part à 30 000 pieds au-dessus de la mer d'Andaman, un lundi, Adam Sijilmassi se perd en réflexions. Pourquoi si haut ? Pourquoi si vite ? Que fait-il ici et pourquoi cette impression de vivre la vie d'un autre ? Quoi de commun entre lui, l'ingénieur occidentalisé, féru de Voltaire et de Rousseau, et ses honorables ancêtres, fiers et altiers monteurs de pur-sang ? Son existence, d'une minute à l'autre, vient de basculer. Mais comment revenir aux origines sans s'oublier soi-même ?

  • Un haut fonctionnaire marocain, envoyé à Bruxelles, se retrouve mortifié quand son unique pantalon lui est dérobé. C'est sanglé dans une défroque digne de celle d'un clown qu'il se présente devant la Commission européenne ...

    Un jeune homme faisant une demande de passeport s'aperçoit que, pour l'administration, son village natal n'existe pas. Par conséquent, n'étant jamais né, il est inconnu au bataillon...

    Avec un humour décapant et un rythme endiablé, Fouad Laroui nous conduit à l'irrépressible éclat de rire devant l'absurdité de la condition humaine.

  • Au-delà du cliché du savant fou, il semble qu'il y ait un vrai problème d'équilibre mental chez les plus grands mathématiciens. Le Russe Perelman, le Français Grothendieck, l'Allemand Cantor et l'Autrichien Gödel en sont des exemples frappants.
    À l'issue d'une étude minutieuse, Fouad Laroui distingue trois formes de folie chez les mathématiciens, qui toutes trois lient Dieu à leur discipline : il s'agit de se mesurer à lui dans une quête de l'infini, de voir sa Face dans la vérité absolue, ou de le dépasser dans un formalisme débridé et sans limites.
    Mais le chemin de Dieu passe-t-il par l'intelligence et le calcul ? La vérité du monde est-elle atteignable ? Une telle quête, si exaltante soit-elle, n'est-elle pas une forme de démesure qui appelle la punition ? Phobies, névroses et psychoses, troubles divers s'ensuivent, que la haute voltige intellectuelle crée ou renforce...
    Dans cette courte mais brillante incursion dans l'histoire et la philosophie des mathématiques, Fouad Laroui met en scène des personnalités étonnantes aux destins fulgurants, parfois tragiques, toujours passionnants.

  • La vieille dame du riad

    Fouad Laroui

    François et Cécile, jeune couple de bourgeois lassé par la routine parisienne, décident de tout plaquer pour aller s'installer à Marrakech. Par l'intermédiaire d'un agent immobilier, cousin d'un collègue marocain de Cécile, le couple fait l'acquisition d'un beau riad au coeur de la capitale. Seul problème : ils trouvent un habitant inattendu dans le riad. Une vieille dame semble très attachée au lieu et la communication n'est pas évidente... Ni l'agence immobilière ni les anciens propriétaires ne sont en mesure d'expliquer à Cécile et François ce qu'elle fait là. Le couple, pétri de valeurs humaniste, n'a pas le coeur à la jeter dehors. Mais comment aménager cette collocation imposée ? Comment s'habituer à cette présence, qui, bien que discrète, leur donne l'impression de ne pas être tout à fait chez eux ?

  • Jamal aime Judith, Judith aime Jamal. Banale histoire d'amour ? Pas vraiment : Jamal est beur, Judith est juive...
    Tragédie ? comédie ? satire ? Fouad Laroui brouille les codes romanesques traditionnels et propose un récit d'un genre nouveau.Le dossier - Des repères culturels et biographiques - Des groupements de textes - Des pistes de lecture et des exercices - Des sujets types pour l'écrit et pour l'oral du bac

  • Pays de lumières, de contraste, de métissage, le Maroc est une terre fertile pour la création artistique. Cet ouvrage présente un tour d'horizon de la création contemporaine marocaine à travers le travail et les oeuvres de 60 créateurs. Hommes, femmes, photographes, peintres, sculpteurs, plasticiens... ils composent une vision du Maroc d'aujourd'hui dans toute sa diversité.
    Puisant ses influences dans les couleurs de la nature, le travail de la matière, les traditions artisanales et multiculturelles et en même temps riche de son ouverture sur le monde et les nouvelles technologies, l'art contemporain marocain est désormais incontournable sur la scène mondiale.

  • Insatiable arpenteur de la planète, assoiffé de connaissances, dévoreur impénitent de toutes formes de textes, Fouad Laroui manifeste dans chacun de ses livres son émerveillement face à la beauté de la vie. Dans ce recueil de chroniques cursives, lapidaires et lumineuses, il vante l'intelligence intarissable des êtres humains et pourfend, dans un même mouvement, leur insondable stupidité. Un régal !

  • Dans un café, deux intellectuels palabrent sans s'arrêter. L'objet de leur débat ? Hassan II, le monarque fondateur du Maroc moderne, sa vie, son oeuvre... Dans un coin, discrètement, une jeune fille pleure. Et soudain les grands mots s'effacent : les chagrins restent.
    La vie est là : belle, cruelle et comique, comme dans tous les cafés de l'univers. Ça tient parfois à presque rien : un costume, une télévision, un eucalyptus... C'est absurde, c'est drôle et triste.
    C'est humain.

  • Chaque semaine, au cours de ces deux dernières années, Fouad Laroui a tenu une sorte de blog dans lequel il s'efforçait de consigner ce qui lui avait paru remarquable, cocasse, attristant ou tout simplement digne d'intérêt concernant son pays d'origine. Avec souvent un regard ironique (mais parfois consterné). Sans oublier bien sûr un abus (salutaire) de s'exprimer contre la bêtise...
    Bien que les sujets de ces modestes « méditations » varient beaucoup, il nous a semblé que leur réunion en un recueil donnait une image assez fidèle - bien que très personnelle - de la condition du Marocain réduit à regarder de loin, accablé ou amusé, ce qui se passe en son étrange royaume... ou plutôt ses deux royaumes, le Maroc et les Pays-Bas, car l'auteur n'oublie jamais que si Arlequin était serviteur de deux maîtres, il est lui, sujet de deux monarques.

  • Les dents du topographe

    Fouad Laroui

    Fouad Laroui, Marocain né à Oujda en 1958, explore dans ce premier roman la perte d'identité de ces hommes qui ne sont d'aucun monde, ni du Maghreb, ni de l'Europe. Lauréat du prix Albert Camus Découverte en 1997, il apparaît aujourd'hui comme l'un des successeurs des grands écrivains maghrébins ; méritant donc tout à fait sa place dans la collection "Nouvelle génération" de J'ai lu.
    Qu'y a-t-il de plus inutile que ces dents que le topographe a arrachées de sa bouche comme un membre gangrené et indésirable ? Qu'y a-t-il de plus ridicule et insignifiant que des dents sans bouche ? Les chapitres se succèdent comme autant de tableaux autonomes qui relatent cette montée de l'incompréhension. Le personnage principal n'a pas de nom. Il est désigné comme "fils de Kader". Parfois, ce sont des insultes qui définissent sa différence. Marocain, il se fait traiter de "Nasrani" (chrétien) ou encore de "fils de la Mission" (l'école française où il a étudié). Tout est là pour lui rappeler sans cesse son altérité indésirable. "Si tu ne sais même pas qui tu es, si tu n'es pas sûr de ta propre nature, de ton destin, ne va pas t'exposer à d'autres regards qui révèleront ta nudité". La perte d'identité en mènera certains jusqu'à la folie ou à la mort. Et lui d'essayer pourtant de s'en sortir...

    L'écriture incisive et le style satirique de Fouad Laroui donnent un rythme endiablé à ce roman. Formant une sorte de mosaïque, les histoires et les vies convergent vers cette impossibilité à être. On découvre dans Les dents du topographe, les enfants illégitimes d'un Maroc à deux visages.--Justine.D--

  • Un regard corrosif sur le monde d'aujourd'hui. Une sélection des Chroniques de Fouad Laroui, parues dans Jeune Afrique/L'Intelligent, de 1997 à 2002. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ces Chroniques sont loin de dater : L'imposture médiatique ; Fous de Dieu ; Modeste proposition pour résoudre le problème de Jérusalem ; Bin Laden en tant que gravure de mode ; Les Mormons refont le monde ; A 2006, au Vatican ! Etc. Autant de sujets qui sont toujours d'actualité. Cette sélection nous amène à revisiter les événements qui ont marqués le monde, dans ce passage d'un millénaire à l'autre. Mais avec le regard ironique (souvent) et consterné (parfois) de Fouad Laroui, et son abus (bien salutaire) de s'exprimer contre la bêtise...

    Fouad Laroui a fait irruption dans le paysage littéraire en 1996 avec Les dents du topographe (Prix Albert Camus). Depuis, d'autres romans ont suivi (Méfiez-vous des parachutistes ; Le Maboul ; La fin tragique de Philomène Tralala). Tous parus chez Julliard. Par ailleurs, reconnu aujourd'hui comme l'un des pamphlétaires les plus mordants, son art de la satire s'exprime régulièrement dans différents médias (Jeune Afrique/L'intelligent, mais aussi Le Nouvel Observateur, Libération, Le Monde.). Pour la plus grande jubilation de ses lecteurs.

  • C'est quoi l'islamisme ? L'utilisation politique de l'islam ? Bien sûr. Mais Fouad Laroui va plus loin : il affirme ici qu'il s'agit d'une imposture.
    Aujourd'hui, des êtres se déchirent et s'entretuent. Des jeunes gens assassinent et se sacrifient au nom de l'islam. Des religieux totalitaires poussent une génération entière au sacrifice au nom d'une lecture pointilleuse et dénaturée du Coran. Cette lecture partisane du livre est l'exact contraire de la foi. C'est surtout une construction qui semble solide mais qui ne repose en fait sur rien.
    Le Coran n'est pas un livre politique. Dans cet essai concis et violent, Fouad Laroui démontre, texte en main, pourquoi les islamistes mentent !
    Contrairement à ce qu'affirment les islamistes, le Coran n'a jamais eu l'ambition d'enseigner aux hommes la manière d'appréhender les problèmes des sociétés de leur temps. Le Coran ne dit pas comment un homme d'aujourd'hui doit utiliser sa raison, étudier les sciences, définir son comportement amoureux et sexuel, décider de ses orientations politiques. Chapitre par chapitre, Laroui déconstruit le discours intégriste et son cortège d'interdits mensongers : non, le Coran n'est pas ennemi de la pensée, n'est pas ennemi de la joie, n'est pas ennemi de la curiosité. Bien au contraire. Le Coran est un livre de foi.
    Un proverbe maghrébin assure " qu'il faut raccompagner le menteur jusqu'au seuil de sa maison ". Laroui raccompagne donc l'islamisme jusqu'au seuil de sa demeure, pour constater : " Il n'a rien à dire, il se dissout dans la réflexion. " Un plaidoyer lumineux.
    Dans ce texte brillant et implacable, Fouad Laroui met au service de son érudition la souplesse et l'invention de son style. Universitaire brillant, Marocain d'origine, Français de coeur, Néerlandais de fait, Fouad Laroui est avant tout et pour toujours un amoureux inconditionnel de l'intelligence et de l'espèce humaine.

  • Qu'elles traitent de religion, de révolutions arabes, d'économie ou de politique européennes, ces chroniques ont toutes un point commun : elles dessinent les contours d'un monde devenu fou !
    Armé de son humour iconoclaste et de sa plume la plus critique, Fouad Laroui pose un regard caustique et engagé sur le monde et sur ceux qui le dirigent.
    A l'heure où il l'on s'indigne aux quatre coins du globe, il déniche dans le détail absurde d'une situation, entre les lignes d'une loi ou encore dans l'observation fine d'un fait divers, les pépites que constituent ces chroniques, publiées initialement dans Jeune Afrique tout au long de l'année 2011 et réunies ici pour la première fois en un seul volume.

  • Moitié marocaine et moitié guinéenne, à la fois princesse orientale et déesse africaine, la jeune romancière Philomène Tralala ne passe pas inaperçue.
    Elle est superbe et elle le sait. Gourmande, elle entend bien satisfaire tous ses appétits. Intelligente, elle ne se gêne pas pour balancer à tout un chacun les vérités qui blessent. Malheureusement pour notre héroïne, le navrant Gontran de Ville tombe follement amoureux d'elle. Philomène a le tort de repousser vigoureusement les prétentions de ce critique besogneux dont le talent est à l'image de son physique désastreux.
    À défaut de savoir convaincre, Gontran a le pouvoir de nuire... Philomène va en faire l'amère expérience. À travers les tribulations de l'étonnante Philomène, Fouad Laroui laisse éclater sa verve mordante et toutes les ressources d'un talent de pamphlétaire qu'on avait déjà apprécié dans Les Dents du topographe et Méfiez-vous des parachutistes. Avec un plaisir communicatif, il épingle les travers et les ridicules des petits marquis qui sévissent dans les médias français.

  • Un jeune universitaire marocain, titulaire d'une chaire d'économétrie à l'université de York, se retrouve plongé dans l'univers étrange et mouillé de la campagne anglaise. Pour échapper à l'ennui qui le guette, il décide d'effectuer une étude ethnographique du peuple anglais, se servant des méthodes utilisées par les ethnologues occidentaux quand ils étudient les peuples primitifs. Partant du principe que le pub est à l'Anglais ce que l'arbre à palabres est aux Bambaras, il y installe ses pénates et note scrupuleusement sur un petit carnet les détails de la vie quotidienne, les moeurs et les rites de ces curieux indigènes. De cette étude va naître une rencontre avec une terrifiante et richissime vieille dame anglaise.
    Entre ces deux énergumènes que tout oppose, le choc est inévitable. Et les plongera, l'un comme l'autre, dans des situations inextricables et drôles...
    En filigrane de ce roman intelligent et enlevé, une critique acerbe et désopilante de l'Angleterre, de l'ethnologie, des riches, des alcooliques, des Marocains et de la météorologie... Fouad Laroui rit de tout. Heureuse tournure d'esprit qui en fait un des écrivains contemporains les plus inventifs.

empty