• Être Paul Chemetov, c'est avoir le souci de construire et de transmettre en possédant le sens de l'engagement.
    Au travers de ces conversations avec Frédéric Lenne, Paul Chemetov aborde son rapport au temps et à la postérité ; ses engagements ; sa vision de l'évolution de la commande en architecture ; son intérêt pour la technique, le détournement et le réemploi des matériaux, comme des bâtiments.
    Frédéric Lenne dessine l'itinéraire non seulement professionnel mais aussi intellectuel et moral d'un grand architecte célèbre à la fois par sa production féconde et par ses prises de positions vigoureuses dans le débat public.
    Conçu comme une conversation à voix nue, ce livre dit en quoi et pour quoi Paul Chemetov est, avant tout, architecte.

    Paul Chemetov est né en 1928. On lui doit de nombreux logements sociaux et des équipements, aussi bien que des grands travaux comme ceux des Halles ou le ministère des Finances, à Paris.

    Ajouter au panier
    En stock
  • (Re) contruire la ville sur mesure : par sa formulation duale, le titre de ce livre recouvre les champs de la construction et de la reconstruction. Publié à l'occasion d'In-Situ 2016, quatrième biennale d'architecture et d'urbanisme de Caen, cet ouvrage réunit des contributions d'horizons variés et s'inscrit dans une continuité avec Habiter. Imaginons l'évidence, paru en 2013 chez le même éditeur.
    Dans un premier temps, ce livre explore les réinventions de la ville, tandis que l'architecte et urbaniste Christian de Portzamparc s'interroge sur le fait d'être moderne aujourd'hui en se positionnant dans le futur. S'ensuivent des contributions qui ont trait à l'esprit des lieux, les aménités urbaines, les villes reconstruites et les mesures de l'Homme.  L'ensemble ouvre des perspectives nouvelles pour faire de la ville un luxe à la mesure de tous.
       

  • Les 101 mots de la ville:
    ... c'est une balade ludique et technique. À travers des villes, Frédéric Lenne explore la Ville : des rouages administratifs, politiques et culturels qui la composent, aux quotidiennetés, qui façonnent pour chacun une image presque intime du lieu. D'un mot à l'autre, l'auteur questionne cette forme complexe : à quoi ressemble-t-elle ? Entre mutations historiques et nouveaux enjeux territoriaux, quel est son devenir ? Et pour "l'usager", comment y advenir y vivre, voire y "survivre" ? 101 mots donc, à l'usage de tous, essentiels pour mieux appréhender l'horizon urbain d'aujourd'hui.

  • Donner à voir des réalisations d'architectes français qui se produisent sur la scène internationale, telle est l'ambition de ce livre qui, en toile de fond, tente d'apporter une réponse à la question : comment caractériser la culture architecturale française quand elle s'exprime ailleurs que dans l'Hexagone ? À travers les projets des palmarès du Grand Prix AFEX, l'ouvrage dresse, en une cinquantaine d'oeuvres, un panorama de la production française dans le monde ces dix dernières années. Il est aussi un hommage au travail réalisé depuis deux décennies par l'AFEX au service des architectes et de l'architecture. Un engagement qui a rendu pour chacun la planète plus proche, plus accessible, et peut-être meilleure.
    La présence de l'architecture française dans le monde a autant bénéficié de l'influence importante de Le Corbusier en Inde, particulièrement à Chandigarh, que, sur un plan prosaïque, du savoir-faire mondial des entreprises françaises de BTP et des maîtres d'oeuvre institutionnels passés à la maîtrise d'oeuvre privée (Aéroport de Paris, SNCF). S'est développée une architecture française à l'export. Paul Andreu ouvre la voie. Bâtisseur de l'essentiel des bâtiments de l'aéroport Charles-de-Gaulle, il a construit quelques-uns des grands aéroports internationaux des années 1980-1990, comme ceux de Abu Dhabi, Jakarta, Le Caire, Dar-es-Salam, Shanghai.
    Cette présence a profité à de nouvelles générations comme l'agence Architecture Studio (auteur du Parlement européen de Strasbourg) qui s'est installée très tôt en Chine où elle établira le plan-masse des jeux olympiques de Pékin en 2008 et au Moyen-Orient. D'autres, victimes temporaires d'un désamour national comme Dominique Perrault (université pour femmes Ewha à Séoul), ou bénéficiant déjà d'une aura internationale, ont suivi comme Jean Nouvel (Louvre d'Abu Dhabi), Christian de Portzamparc (La Cité des arts à Pékin), etc. Le Grand prix 2016 a été attribué à la jeune agence DGT pour le nouveau Musée national de Tartu en Estonie.

  • Alors que la question du logement est de nouveau posée en France de façon suraiguë, ce livre, publié à l'occasion de la 3e Biennale d'architecture et d'urbanisme de Caen, réunit des points de vue d'horizons très différents mais qui affirment avec force une position commune : celle d'un habitat pour tous et avec tous. Álvaro Siza et Eduardo Souto de Moura, invités d'honneur de la biennale, apportent leur éclairage et leur point de vue sur cette question de l'habiter et sur le renouveau de l'architecture.

  • In-Situ 2018. 5e Biennale d'architecture et d'urbanisme de Caen.

    Soumis à rude épreuve, les coeurs des villes risquent parfois l'embolie. Dans ce livre, une vingtaine de contributeurs se penchent sur le devenir de ces centres vitaux à régénérer pour qu'ils battent durablement mieux. Publié à l'occasion d'In-Situ 2018, Ve Biennale d'architecture et d'urbanisme de Caen, Faire battre le coeur des villes s'inscrit dans une continuité avec Habiter. Imaginons l'évidence et (Re)construire la ville sur mesure, parus respectivement en 2013 et 2016 chez le même éditeur.
    Composé tel un triptyque, ce livre s'intéresse d'abord à la vie des centres et aux centres des villes ; puis il explore les pistes pour apporter aux villes le souffle vital de la culture ; et il propose enfin d'introduire et d'adapter l'écologie à l'environnement urbain.
    L'ensemble contient de nombreux exemples. Il est destiné autant à produire chez les lecteurs une prise de conscience qu'à apporter des solutions à la hauteur de l'enjeu : la maîtrise du fait urbain au bénéfice d'une meilleure qualité de vie en ville.

empty