• Fillette de 14 ans, illettrée, souvent souffrante, Bernadette Soubirous a rencontré l'« Immaculée Conception » dix-huit fois en 1858, devant la grotte de Massabielle, à Lourdes. Entrée chez les soeurs de la Charité, elle témoignera ensuite du message reçu dans l'humilité et le service, au couvent de Nevers, où elle devint une sainte sur le modèle de la Vierge Marie. Sa foi simple a soulevé des montagnes et soulage encore des souffrances physiques et psychiques - le sanctuaire de Lourdes accueille environ six millions de personnes chaque année.

  • Avec un pape jésuite au nom franciscain , venu pour la première fois d'Amérique latine, on pouvait imaginer qu' un temps nouveau allait s'ouvrir pour l'Église. Mais à ce point ? En un langage qui sait rejoindre l'homme de la rue, abordant des thématiques concernant tout être humain, croyant ou non, le pape François s'est fait l'ami de tous .
    Ses réformes à la Curie, son ouverture aux souffrances de l'human ité - en particulier envers les familles désunies - ont aussi engendré du scepticisme dans les rangs les plus classiques du catholicisme. Autorité morale assez universellement reconnue, l'homme de Dieu s'emploie aussi à faire entendre sa voix pour résoudre conflits et violences. Un ouvrage pour contempler l'action divine et saluer la détermination d'un homme hors du commun.
    Pour rappel, Prier 15 jours avec Jean-Paul II est le n° 100 de la collection.

  • "Je n'allais pas réécrire l'histoire des apparitions de Lourdes. Dom Bernard Billet, l'abbé René Laurentin et le père André Ravier ont tout dit. J'ai voulu simplement prier quinze jours à partir des gestes et paroles de Bernadette, en essayant de ne pas oublier ce qu'elle faisait remarquer : "A force de fleurir les choses, on les dénature". J'apporte ici mes cinq pains et mes deux poissons comme le garçon de l'Evangile, laissant à Jésus le soin de nous nourrir vraiment".
    Ainsi s'exprime l'auteur de cet ouvrage.

  • « «La miséricorde du Seigneur est le moteur de l'histoire», affirme le pape François. C'est précisément cette grande nouvelle que je voudrais mettre en valeur à travers ces chroniques vaticanes inspirées de mon «journal de bord» - carnets d'un journaliste à Rome - retraçant un millier de jours vécus dans les pas du 266e successeur de Pierre, de l'Année de la Foi au Jubilé de la Miséricorde.
    À l'occasion d'une nouvelle Année sainte, voulue pour réveiller et guérir l'humanité, ce livre se fait l'écho d'un immense «Merci François !» qui monte de nos coeurs, merci pour la caresse du Christ, Prince de la paix, qui vient nous rendre au centuple le bonheur d'aimer.
    François change-t-il le monde ? Son exemple en tout cas suscite une révolution de la rencontre entre les personnes. Par le miracle de la tendresse, une nouvelle force nous soulève, la joie d'être en relation, capable de transformer de proche en proche nos ténèbres en lumière. » F. V.

  • Avec le regard du père Henri Planchat : prêtre du peuple, martyr de la Commune de Paris Nouv.

    Né en Vendée sous la Restauration, Henri Planchat (1823-1871) avait grandi dans une famille très catholique, royaliste et légitimiste, marquée par le combat du grand-père paternel pour sauver des prêtres réfractaires menacés de mort pendant la Révolution française. Etudiant en droit à Paris puis séminariste, ordonné prêtre en 1850, il avait renoncé à son glorieux désir d'enfant - mourir martyr en mission sur des terres lointaines - pour servir humblement les pauvres dans son pays, bouleversé par la détresse du petit peuple, victime des injustices provoquées par la révolution industrielle.
    Serviteur des pauvres, le Père Planchat ne se doutait pas qu'il allait recevoir la palme du martyre en France, sur les pas de saint Denis et ses compagnons. Il est mort les yeux ouverts et tournés vers le ciel, au cours du massacre organisé en haine de la foi, dans la Ville Lumière où il avait consacré toutes ses énergies à lutter pour la justice sociale, pendant plus de vingt ans, engagé aux côtés des ouvriers et de leurs familles dans les quartiers populaires.

  • Élevé dans le culte du partage et baptisé à cinquante ans, Robert Hossein revisite la place de Dieu dans son existence et rend hommage à toutes les personnes qui ont croisé sa route. Surtout, il dit l'urgence et la nécessité d'agir pour l'autre. Son sens aigu de la fraternité et sa générosité sont le fil rouge de sa vie et de son livre.

  • Le livre-référence pour la béatification des moines de Tibhirine le 8 décembre 2018.
    Pèlerins de l'amitié et de la fraternité universelle, les sept moines trappistes laissent une empreinte indélébile d'amour témoigné à tous, particulièrement en proximité avec leurs voisins musulmans du petit village isolé de Tibhirine. Là-bas, chrétiens et musulmans expérimentaient un heureux dialogue de la vie et du quotidien partagé. Tout simplement là, présence d'amour, pauvres parce que donnés, forts parce que convaincus de leur faiblesse, ils n'avaient que leur être à offrir, un être ensemble puissance de témoignage. Rien n'aurait fait grand bruit sans l'immense retentissement qu'a suscité leur mort. Des martyrs, précisément au sens étymologique du terme, à savoir des « témoins ». Témoins du Christ à qui ils avaient consacré leur vie, témoins de l'amour de Dieu pour cette terre algérienne et ses habitants à qui ils avaient donné leur vie.

  • Pendant 26 ans en poste à Lourdes - où François Vayne a notamment été directeur de la communication du célèbre sanctuaire pyrénéen - ses fonctions à la tête de la revue Lourdes Magazine l'ont conduit à visiter de nombreux lieux d'apparitions mariales dans le monde, de l'Inde au Mexique, et à s'intéresser à l'actualité spirituelle des grandes « mariophanies ».
    Selon l'ordre chronologique de ces faits historiques à dimension surnaturelle accueillis d'une manière ou d'une autre par l'Eglise catholique, l'auteur nous guide pour approfondir avec simplicité le message évangélique de Guadalupe au Mexique (1531), Vailankanni en Inde (1580), Le Laus dans les Alpes (1664), La rue du Bac à Paris (1830), La Salette (1846), ainsi que Lourdes (1858) et Pontmain (1871) - en France -, Knock en Irlande (1879), Fatima au Portugal (1917), Banneux (1933) en Belgique, Amsterdam au Pays-Bas (1945), L'Ile Bouchard (1947), en France, Akita au Japon (1973), Kibeho au Rwanda (1981) et San Nicolas en Argentine (1983), sanctuaire visité par le cardinal Jorge Bergoglio avant son élection comme successeur de Pierre.
    « Si la Mère de Dieu se dérange en personne, il faut certainement se mettre à son écoute pour aller en profondeur à la rencontre de son Fils. Là, dans l'intimité du Coeur du Christ, notre vie progressivement s'unifiera », écrit l'auteur de ce livre.

  • Ce livre d'entretiens nous offre une très belle page de l'histoire de l'Eglise à travers le témoignage de l'un des plus proches collaborateurs du Pape Jean-Paul II, Mgr Renato Boccardo.
    Longtemps organisateur des voyages pontificaux et ancien responsable de la Section Jeunes du Conseil pontifical pour les laïcs, Mgr Boccardo est actuellement Secrétaire Général du Gouvernorat de l'Etat du Vatican. Ses souvenirs, recueillis par le journaliste François Vayne et sa jeune consoeur Ariane Rollier, ont la valeur d'un héritage précieux, celui du pape qui a tant aimé les jeunes - avec une tendre exigence - leur transmettant avec passion son amour du Christ.

empty