• J.J Grandville

    Grandville

    L'oeuvre du caricaturiste et illustrateur le plus célèbre de l'époque romantique, contemporain de Balzac et de Daumier, ne se livre pas au premier regard: dehors comiques pour un propos austère ; verve du trait et des couleurs dénonçant la noirceur des êtres; extravagances du dessin fondées sur la précision du métier.
    J.J. Grandville nous a laissé une oeuvre aux facettes multiples, fruit de la prodigieuse vitalité d'un artiste, tour à tour contempteur des vices de l'humanité, journaliste de combat, illustrateur de la littérature universelle, explorateur des voies du rêve et du fantastique. Sacré "roi de la caricature" dans les débuts de sa carrière, mais bientôt regardé comme un créateur délirant de mondes imaginaires, Grandville, un temps oublié, fut redécouvert au XXe siècle par les Surréalistes, qui le tenaient pour leur "précurseur".
    La préface, les notices et la biographie de l'artiste établies par Annie Renonciat, spécialiste de l'histoire du livre illustré, guident le regard du lecteur à travers les images les plus représentatives de cette oeuvre surprenante et complexe, qui a inspiré plusieurs générations de dessinateurs et d'humoristes, depuis Gustave Doré au XIXe siècle jusqu'aux graphistes, affichistes et bédéistes de notre temps.

  • « Heureux ceux qui aiment les fleurs ! Heureux ceux qui n'aiment que les fleurs !» - Alphonse Karr. Si, de J J Grandville (1803-1847), l'on connaissait les illustrations pour "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, "Don Quichotte de la Manche" de Miguel de Cervantès ou pour les Fables de Jean de La Fontaine, l'on (re)découvrira avec plaisir "Les Fleurs animées", étonnant bouquet en couleurs de dessins zoomorphes, publiés par Garnier Frères en 1867, qui plurent jadis aux surréalistes. Les fleurs semblent y mener une vie qu'on ne leur imaginait pas. Quant à Alphonse Karr (1808-1890), romancier, journaliste et humoriste oublié, rien d'étonnant à ce que ces Fleurs animées lui aient plu : il fut horticulteur à Nice et y vendit, dans son propre magasin, fruits, légumes et fleurs... Contient 49 illustrations des éditions Garnier Frères.

  • Fables de La Fontaine

    Grandville

    De nombreux illustrateurs, confrontés aux fables de La Fontaine, se servirent des animaux pour tenter de décrire le monde des humains, comme les y invitait ce dernier. J.J. Grandville (1803-1847), plus traqué par les doutes et les questionnements - il mourut fou -, se livra à une démarche tout opposée quand il dessina les images qui accompagnaient les fables. Refusant d'humaniser les animaux, au contraire il s'est attaché à retrouver dans l'humanité, que mettait en scène La Fontaine, les traits animaliers que celle-ci recèle lorsque ses protagonistes se retrouvent en société, donnant un caractère complètement nouveau et visionnaire à ses illustrations. Pour mieux en rendre les détails et l'ensemble, ces gravures ont été imprimées en coloris d'époque, révélant l'importance et la place singulière qu'occupe le travail de Grandville. Ici, sous des couleurs nouvelles et inédites, corbeau et renard, tortue et lièvre, loup et agneau, souris et chat viennent nous révéler les différentes facettes des êtres humains.

  • Cent proverbes

    Grandville

    • Maxtor
    • 20 Août 2020

    Grandville, pseudonyme de Jean Ignace Isidore Gérard, est né à Nancy dans une famille d'artistes et de comédiens. Son talent de caricaturiste s'affiche précocement. Dès 1820, il conçoit des créatures hybrides, mi-hommes mi-animaux, qui deviendront rapidement la marque de son talent. Ces dessins sont remarquables par l'extraordinaire habileté du dessin des expressions humaines transposées sur une figure animale. Le succès rencontré par ces oeuvres a conduit divers périodiques tels que La Silhouette, L'Artiste, La Caricature, Le Charivari à l'engager comme collaborateur. Ses caricatures politiques caractérisées par une merveilleuse fécondité d'inspiration satirique, suscitent bientôt l'engouement. Ses dessins fantastiques et zoomorphes lui valurent d'être revendiqué par les surréalistes.

  • Un autre monde

    Grandville

    Refusant le rôle subalterne qu'on accorde alors aux illustrateurs, Grandville prend le pouvoir avec Un Autre Monde (1842) où il demande à l'écrivain Taxile Delord de se mettre à son service, en jouant le simple rôle de rédacteur. D'où des trouvailles si audacieuses qu'elles seront par la suite appréciées à leur juste valeur par Georges Bataille et les critiques qui voient en Grandville un précurseur du Surréalisme. On est désormais en droit de le considérer comme un artiste de premier plan.

  • Les métamorphoses du jour / par Grandville ; accompagnées d'un texte par MM. Albéric Second, Louis Lurine, Clément Caraguel, Taxile Delord, H. de Beaulieu, Louis Huart, Charles Monselet, Julien Lemer ; précédées d'une notice sur Grandville, par M. Charles Blanc http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k117898z

  • Les fleurs animées. Tome 1 / par J.-J. Grandville ; texte par Alph. Karr, Taxile Delord et le Cte Foelix http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5542548g

  • Les fleurs animées. Tome 2 / par J.-J. Grandville ; texte par Alph. Karr, Taxile Delord et le Cte Foelix http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5543797z

  • Album Béranger

    Grandville

    Album Béranger / par Grandville http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2080289

  • Paulin, ou Les aventures du comte de Walter Date de l'édition originale : 1792 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Un autre monde : transformations, visions, incarnations, ascensions, locomotions, explorations, pérégrinations, excursions, stations... / par Grandville ; [texte par Taxile Delord] Date de l'édition originale : 1844 [Un autre monde] Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Un naufrage, une île déserte, la solitude, et pourtant non, Daniel Defoë transforme toutes ces données et voici comment assurer sa subsistance, bâtir sa maison, faire son pain, élever un troupeau... Jamais livre n'a enseigné pareillement l'autonomie et le sens du quotidien, en donnant à la nécessité un tour de liberté, qui transforme la leçon en aventure. Et quand paraît Vendredi, c'est-à-dire l'Autre, celui qui n'appartient pas à la même culture, quelle mise en scène de la mentalité. Révisé et Abrégé par Marie Pérouse-Battelo

  • Être le plus grand, être le plus fort, mais tellement grand et tellement fort qu'on n'a aucun besoin d'imposer ni sa taille ni sa force, c'est la situation dans laquelle se trouve Gulliver à Lilliput. Et il en profite, tranquille comme une montagne, pour observer l'agitation, les intrigues des hommes, ces tout petits. Il est en butte à leur ingratitude, à leur méchanceté, à leur goût du pouvoir, mais il ne se venge pas : il regarde attentivement, constate, puis rentre chez lui...Ce voyage à Lilliput représente de belles aventures, où l'imagination et l'humour sont de la fête. Mais le plus vif de ce livre est ailleurs, dans une réflexion légère sur ce qui occupe et motive la société des hommes. La lecture de Voyage à Lilliput est recommandée dans les programmes en classe de 3e pour illustrer l'entrée « Dénoncer les travers de la société ».Lecture recommandée en 3 ème. 12/14 ans.

  • Florian professait qu'il est, en matière d'écriture un principe souverain : l'art de "conter gaiement". Chacune des pièces du petit recueil qu'il publie en 1789 est donc une véritable fête de l'esprit. Les animaux, les hommes, les dieux mêmes se combattent, s'entraident parfois en une série de tableaux vivants dont la modernité étonnera le lecteur d'aujourd'hui.

  • Unique survivant d' un naufrage, le jeune anglais Robinson fait naufrage et échoue sur une île déserte. Il ne trouve aucune présence humaine. La vie qui aurait pu se révéler magnifique sur cette île paradisiaque devient rapidement un enfer. Jusqu' au jour où il rencontre un indigène prénommé Vendredi. Une réflexion très actuelle sur les thèmes de la nature et de la différence.

  • Dernier. J.J. Grandville (1803-1847). plus traqué par les doutes et les questionnements - il mourut fou -, se livra à une démarche tout opposée quand il dessina les images qui accompagnaient les fables. Refusant d'humaniser les animaux, au contraire il s'est attaché à retrouver dans l'humanité, que mettait en scène La Fontaine, les traits animaliers que celle-ci recèle lorsque ses protagonistes se retrouvent en société, donnant un caractère complètement nouveau et visionnaire à ses illustrations.
    Pour mieux en rendre les détails et l'ensemble, ces gravures ont été imprimées en coloris d'époque, révélant l'importance et la place singulière qu'occupe le travail de Grandville. Ici, sous des couleurs nouvelles et inédites, corbeau et renard, tortue et lièvre, loup et agneau. souris et chat viennent nous révéler les différentes facettes des êtres humains.

  • Comment le piano s'est-il introduit dans notre société ? Comment a-t-on appréhendé son jeu, son enseignement, sa diffusion lorsqu'il apparaît à la fin du 18ème siècle ? Le célèbre Conservatoire de Paris paraît être un lieu d'étude idéal pour apporter des réponses à ces questions. Comment passe-t-on d'une école de musique militaire à une notion de " musique pour la société " ? Et les élèves femmes ? Comment recruter les professeurs ? Quelle est la valeur des concours du Conservatoire sur le " marché du travail " ?

  • Le 4 mai 1699, l'"Antilope" quitte les côtes anglaises pour se diriger vers les Indes orientales. Mais le navire fait naufrage et seul le chirurgien de bord, Gulliver, parvient à regagner la terre ferme, épuisé. Quelle n'est pas sa surprise, quand il se réveille, de se trouver solidement ficelé, encerclé d'êtres humains hauts d'à peine six pouces !

  • Un autre monde : transformations, visions, incarnations, ascensions, locomotions, explorations, pérégrinations, excursions, stations... / par Grandville ; [texte par Taxile Delord] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101975j

empty