• Le lecteur, nous dit Hervé Dumez, est un animal étrange. Généralement placide, immobile dans son coin, peu dérangeant, il s'agite parfois, les yeux soudainement brillants, pris par la démangeaison de partager son activité favorite, de prodiguer à son entourage ses découvertes comme autant de trésors.

    Mais comment s'y prendre ? Rien de plus angoissant que d'offrir un livre.
    Sauf s'il contient tous les autres !
    Ainsi est né ce livre où l'auteur est d'abord et avant tout ce que nous sommes tous : un lecteur.

  • Imaginez un homme qui chaque matin durant tous les jours de sa vie se force à être intelligent à la manière de la pratique d'un sport de haut niveau. Durant quelques heures, il dessine, compose des poèmes, écrit sur les sciences, la danse, l'architecture, la politique, l'histoire, ou la philosophie. C'est pour lui qu'il écrit d'abord, pourtant sa célébrité s'étend. Élu à l'Académie française, nommé professeur au Collège de France, il se voit décerner des funérailles nationales par le général de Gaulle. Il est avec Victor Hugo le seul véritable intellectuel français officiel. Mais tout part d'une faiblesse émotive, que toute sa vie tente de combattre et qui finira par le submerger et l'emporter, comme un retour du tendre.

    /> Fondé sur les textes mêmes de Paul Valéry, Hervé Dumez fait de ce livre une fiction romanesque, forme d'autobiographie à la première personne, que Paul Valéry aurait pu écrire - qu'il a en partie écrite.

  • Toutes les réponses concrètes aux questions que se pose un chercheur, novice ou chevronné, lorsqu'il construit un projet de recherche qualitative (Prix EFMD-FNEGE 2015).
    Vous êtes sociologue, chercheur en gestion, en science politique, en anthropologie, et vous avez choisi d aller au contact des acteurs d une entreprise, d une organisation ou du monde social pour les interviewer ou les observer dans leurs comportements au jour le jour. Vous avez opté pour une méthode compréhensive, ce que l on appelle généralement recherche qualitative.
    Les questions que vous allez vous poser sont pratiques : par où dois-je commencer ? Comment faire une revue de littérature ? Comment avoir des idées ? Elles sont aussi techniques : comment décrire ce que j observe ? Comment raconter ce qui se passe ? Elles sont enfin plus fondamentales, mais tout aussi concrètes : quel type de théorie puis-je utiliser et produire ? En quoi peut-on dire que ce que je fais est scientifique ?
    S adressant à tous les chercheurs, en master ou en doctorat, ou bien plus confirmés, qui s efforcent de développer une compréhension rigoureuse de l action et des acteurs, ce livre se propose de les aider à formuler les bonnes questions de méthode et à trouver les voies pour y répondre de manière originale.

  • Juges, médecins, chercheurs, hommes politiques, gestionnaires... tous sont sommés, de plus en plus, de rendre des comptes sur ce qu'ils font. Des exigences sociétales croissantes mais aussi légitimes: de quel droit pourrait-on refuser de rendre des comptes? Le constat semble banal: dans le monde du travail, lorsqu'une tache est confiée à quelqu'un, une certaine autonomie lui est laissée dans la manière dont il la réalise, mais il faut en contrepartie qu'il rende des comptes. C'est avec le supérieur que les objectifs de l'action ont été définis (ou bien ce dernier les a imposés), et c'est à lui que l'on rend compte de la manière dont l'action a été menée et si les objectifs ont été atteints. Pourtant ce qui semble à la fois familier et évident est en fait problématique 1 Quand on fixe des objectifs chiffrés à une personne ou à une organisation, elle s'y conforme. Mais conformité ne rime pas toujours avec efficacité. Par ailleurs, si l'on avait pour habitude de rendre des comptes à celui qui vous a confié un mandat, désormais, les dirigeants d'entreprise doivent rendre des comptes non seulement aux actionnaires, mais aussi aux parties prenantes. Ainsi, les médecins doivent en rendre aux malades, mais aussi à la société dans son ensemble. Enfin, alors que la raison pousse à ne rendre des comptes qu'à des intervalles pas trop rapprochés pour avoir encore du sens, le rendu de comptes est de plus en plus souvent continu, confondant définition des objectifs et construction de l'action. Rend-on encore des comptes si on le fait en permanence? Au delà d'une apparente normalité et de la simplicité du principe, cette pratique pose de redoutables problèmes. En exigeant que tout le monde rende des comptes tout le temps, n'est-on pas finalement en train de tuer la prise de risque et la créativité même de l'action.

  • La connaissance, l'innovation, constituent aujourd'hui des enjeux majeurs pour les organisations, entreprises, laboratoires, hôpitaux etc. Suite à l'organisation d'une série thématique autour de la question de la gestion des connaissances et de l'innovation, ce livre reprend les différents échanges et permet de faire le point sur les divers courants de recherche s'intéressant à la question.

  • Des réponses concrètes aux questions concrètes que se pose un chercheur, apprenti ou confirmé, quand il initie une démarche de recherche qualitative Une grande partie des recherches en gestion et en sociologie (mais aussi en science politique, en histoire.) sont menées de manière qualitative, ou plutôt compréhensive (il s'agit de comprendre les acteurs dans leur cadre d'action).
    Ce livre est construit autour des questions essentielles et concrètes qu'un chercheur se pose quand il aborde une recherche qualitative et auxquelles il ne trouve pas de réponse dans les classiques de la méthodologie.
    Sommaire : 1. Qu'est-ce que la recherche qualitative ? 2. Par où commencer ? 3. Pourquoi et comment faire une revue de littérature ? 4. Comment avoir des idées ? 5. Comment traiter le matériau textuel ? 6. Comment traiter le matériau chiffré ? 7. Qu'est-ce qu'une description ? 8. A quoi sert la narration ? 9. Quel résultat théorique peut-on attendre d'une démarche compréhensive ? 10. En quoi la recherche qualitative peut-elle être scientifique ?

  • Méthodologie de la recherche qualitative ; toutes les questions clés de la démarche Nouv.

    Cet ouvrage permet de formuler les bonnes questions de méthode dans le cadre d'un travail de recherche qualitative. Celle-ci consiste à interviewer ou à observer les membres d'organisations et leurs comportements afin de développer une compréhension rigoureuse des actions réalisées et des acteurs. Le livre donne les clés pour pouvoir répondre aux questions : par où dois-je commencer ? Comment faire une revue de littérature ? Comment avoir des idées ? Comment décrire ce que j'observe ? Comment raconter ce qui se passe ? Certains points traités dans l'ouvrage renvoient à des questions plus fondamentales, mais tout aussi concrètes : quel type de théorie puis-je utiliser et produire ? En quoi peut-on dire que ce que je fais est scientifique ?

  • Il ne s'agit pas ici d'un livre de plus sur la "corporate governance". Celui-ci s'intéresse à l'art délicat et varié de gouverner les organisations, les entreprises, mais aussi les réseaux, les communautés sur internet, les organisations publiques, les chaînes d'offre, ou les parcs industriels. Il réunit les travaux de chercheurs français et étrangers autour de cette question ainsi que les débats qu'ils ont pu susciter.

  • Et si on changeait vraiment pour répondre aux besoins de l'économie et des évolutions sociétales ? Mais comment faire pour que les entreprises prennent le train en marche ? Pourquoi les organisations ont-elles tendance à s'opposer aux transformations ? Quelle démarche adopter pour surmonter cette inertie ? Comment éviter les angoisses et dépasser les blocages au moment d'évoluer ? Résolument pratique, l'ouvrage propose la méthode ACE (Assimiler - Créer - Engager) pour mettre en place le changement.

    Tout responsable a besoin de modèles et d'outils pour analyser, organiser, mettre en oeuvre le changement au sein de la structure dont il a la charge. La méthode ACE, et ses nombreux outils opérationnels, répond à ce besoin. C'est un véritable outil pratique de management au quotidien, fait pour accompagner les managers dans leur démarche.

    L'ouvrage est accompagné de compléments en ligne, outils pratiques, à télécharger sur le site www.editions-eyrolles.com

  • Nous vivons dans un univers de règles qui nous contraignent, nous incitent à adopter certains comportements. Les contextes dans lesquels nous jouons avec elles - la vie personnelle, la famille, l'entreprise, les organisations auxquelles nous appartenons - sont divers et rendent parfois opaques nos rapports multiples et complexes aux règles. Cet ouvrage confronte la question des règles au sein du droit, de l'économie, de la gestion, de l'histoire de la linguistique, et de la sociologie.

  • Jacques Girin.
    Polytechnicien, directeur de recherche au CNRS, a dirigé le Centre de recherche en gestion de l'Ecole Polytechnique. Décédé en 2003, il a été pionnier dans la constitution d'un champ de recherche sur le langage dans les organisations. Des chercheurs venus de différents domaines des sciences sociales ont souhaité lui rendre hommage lors d'un colloque organise en 2006. Ce livre rassemble leurs contributions qui explorent et prolongent les pistes ouvertes par cet intellectuel inclassable.
    Approches, styles et méthodologies sont divers, de même que les thèmes abordés. L'ensemble constitue comme une cartographie de ce territoire - le langage dans les organisations - et offre une variété de points d'entrée : activité collective, situation de gestion, innovation, jusrisprudence, interprétation, métaphore, narration, mythe... Même si "la carte n'est pas le territoire", selon une célèbre citation que Jacques Girin aimait à faire, elle est indispensable à l'explorateur.
    Cet ouvrage espère pouvoir être un tel outil. Sa composition le destine à un public diversifié : chercheurs, doctorants, étudiants de niveau Master, mais aussi praticiens souhaitant mieux comprendre les organisations.

empty