• L'anomalie

    Hervé Le Tellier

    10 mars 2021. Les 243 passagers d'un vol au départ de Paris, marqué par de violentes turbulences, atterrissent à New York. Parmi eux : Blake, tueur à gages ; Lucie et André, couple français au bord de la rupture ; Slimboy, chanteur nigérian homosexuel ; Joanna, avocate américaine ; ou encore Victor Miesel, écrivain sans succès, qui se donne la mort après avoir écrit en quelques jours un livre aussitôt propulsé en tête des ventes... Trois mois plus tard, contre toute logique, un avion en tous points identique, avec à son bord le même équipage et les mêmes passagers, surgit dans le ciel au-dessus de New York. S'ensuivra une crise politique, médiatique et scientifique sans précédent, au coeur de laquelle chacun de ces personnages ou presque se retrouvera face à une autre version de lui-même... Avec cette variation spirituelle et virtuose sur le thème du double, qui nous transporte des faubourgs de Lagos et de Mumbai à la Maison Blanche, Hervé Le Tellier signe son roman le plus ambitieux.

  • Je n'ai été ni privé, ni battu, ni abusé. Mais très jeune, j'ai compris que quelque chose n'allait pas, très tôt j'ai voulu partir, et d'ailleurs très tôt je suis parti. Mon père, mon beau-père sont morts, ma mère est folle. Ils ne liront pas ce livre, et je me sens le droit de l'écrire enfin. Cette étrange famille, j'espère la raconter sans colère, la décrire sans me plaindre, je voudrais même en faire rire, sans regrets. Les enfants n'ont parfois que le choix de la fuite, et doivent souvent à leur évasion, au risque de la fragilité, d'aimer plus encore la vie.
    H. L. T.

    Dans un style sobre et d'une grande finesse, Hervé Le Tellier, Prix Goncourt 2020, nous offre ici son ouvrage le plus personnel et le plus émouvant.

  • Les thèmes de ce livre sont aussi changeants que nos pensées fugitives. On y parle plus souvent de l'amour, de la sexualité ou de la mort que du comportement animal, voire de la conduite automobile sur route départementale. Avec beaucoup d'humour et d'ironie, Hervé Le Tellier distille ses pensées tel un vagabond de l'esprit, dans une fausse nonchalance, pour mieux saisir les incohérences de notre quotidien.

  • « L'Eléctrico W est une ligne de tramway de Lisbonne. Mais si les tramways suivent des rails, la vie des hommes obéit à d'autres lois. » En septembre 1985, António, un photographe, retourne à Lisbonne après dix ans d'absence. Il y retrouve Vincent, le correspondant du journal, afin de suivre le procès d'un tueur en série. Encore enfant, António a rencontré en une fillette, Canard, l'amour mythique, celui qui promet de grandir sans jamais s'affadir, mais ce rêve de bonheur s'est déchiré. Vincent a ses raisons pour vouloir guérir cette blessure. Lui qui est si peu doué pour la vie, lui qui n'achève jamais rien de ce qu'il entreprend, va tenter de retrouver Canard et de réparer le passé.

  • Anna et Louise ne se connaissent pas.
    Elles sont mariées, mères, heureuses. Presque le même jour, Anna va rencontrer Yves, Louise croiser la route de Thomas. A quarante ans, la foudre peut encore tomber et le destin encore s'écrire, mais à quel prix ? Hervé Le Tellier, en horloger délicat, trace la parabole de leurs trajectoires.

  • À 500 ans d'écart, c'est au tour d'Hervé Le Tellier de rendre hommage au maître italien avec la réédition de ce livre, devenu un classique de la littérature oulipienne contemporaine.

    À l'instar des Exercices de style de Raymond Queneau, Hervé Le Tellier s'est amusé à mettre en scène le tableau le plus célèbre au monde avec des points de vue insolites. La Joconde y est autant observée par des personnalités célèbres (Karl Lagerfeld, Vladimir Nabokov, le Grand Schtroumpf) que par des anonymes (le publicitaire, le critique littéraire, l'obsédé sexuel) dans une volonté commune de percer son mystère.

  • Hervé Le Tellier nous emmène sur les traces de fous littéraires et imaginaires. Il rassemble ainsi des destins extraordinaires de doux dingues emportés par les mots et des nombres. Chaque nouvelle de ce recueil est régie par un principe mathématique ou une logique géométrique, qui laisse parfois place à une variation musicale, picturale voire silencieuse.
    Cerise sur le triangle isocèle, le présent recueil se voit augmenter de deux nouvelles : « Quelques mousquetaires » déjà parue au Castor Astral, et une inédite, spécialement imaginée pour cette réédition.

  • Treize hommes et treize femmes (d'Anna à Yolande, de Ben à Zach), de tous âges et de toutes origines, sont pris dans la nasse d'un chassé-croisé complexe. Dans les soixante-dix-huit épisodes, tous à forte connotation (hétéro) sexuelle, il est écrit que rien ne sera épargné au lecteur.

  • Demande au muet, disciple est une série de dialogues courts où un maître, d'une intelligence relative, répond à son disciple, guère plus malin. Néanmoins, de temps à autres, tout comme une montre arrêtée finit par donner l'heure exacte, un jaillissement du sens, une fulgurance de la pensée ne sont pas impossibles. Oscillant entre nonsense et sagesse, ils traitent du monde avec l'absolu sérieux et la distance ironique qui conviennent.
    La qualité de la réflexion est variable. Disons-le : certains confinent au génie. Et même les plus médiocres ont une qualité : ils sont courts. Ces « dialogues socratiques de qualité », écrits au fil des ans, ont régulièrement été lus aux Jeudis de l'Oulipo, avec Frédéric Forte dans le rôle difficile du disciple.


  • qu'est-ce que l'oulipo ? ce groupe plus discret que secret, qui se réunit chaque mois depuis 1960, compte trente-cinq membres, écrivains ou mathématiciens, dont certains, comme calvino, perec ou queneau, sont excusés aux réunions pour cause de décès.
    l'écriture oulipienne est une écriture à " contraintes " : formes, règles, procédures. artisan plus qu'artiste (car se méfiant des mythes), l'oulipien joue avec la langue, avec la littérature, et sait que l'art donne à la vie sa dignité. sa démarche, toute entière basée sur la complicité avec le lecteur, en enthousiasme certains, en laisse d'autres perplexes (ce peuvent être les mêmes). cet ouvrage de référence, conçu par un membre de l'ouvroir, présente avec simplicité l'oulipo (et ses plagiaires par anticipation, d'aristophane à lewis carroll en passant par restif de la bretonne et franquin) et sa démarche.
    il montre combien l'ouvroir s'inscrit dans une tradition fondatrice de la littérature, et s'ancre dans le monde, non sans mélancolie, optimisme et ironie.

  • Zindien

    Hervé Le Tellier

    Ce recueil se place sous le double signe de l'amour pour son fils et pour la poésie contrainte. Alternant jubilation et émotion, simplicité et virtuosité, sur fond de haïku, il construit habilement un labyrinthe où chacun se perd pour mieux se retrouver.

  • Je m'attache très facilement est le récit clinique de trois jours d'une Bérézina amoureuse. Un homme (« notre héros »), bientôt atteint par la cinquantaine, décide de rejoindre en Ecosse une jeune maîtresse (« notre héroïne »), de vingt ans plus jeune que lui. Sa visite n'est pas véritablement désirée. « Notre héros » s'en doute, mais rien ne l'arrête.

    La succession drolatique de ses mésaventures et déconvenues raconte, avec une belle énergie et un sens féroce de l'autodérision, la plus vieille histoire du monde, celle du fantasme d'amour et de son déni.


  • il y aurait, de nos jours, paisiblement installés dans le confort d'un appartement parisien ou d'un pied-à-terre à florence, préparant leurs coups avec le soin et la méticulosité de joueurs d'échecs, une nouvelle race d'aventuriers.
    ces modernes flibustiers se servent de leur plume comme d'autres, avant eux, maniaient l'épée ou la hache d'abordage. aussi dénués de scrupules que des pilleurs d'épaves, ils volent des sentiments. pour décrire cette guerre feutrée, secrète, oú les armes blessent souvent à retardement, hervé le tellier emprunte le chemin du roman épistolaire agrémenté d'une touche culinaire. c'est un genre qui permet toutes les ruses, les faux-semblants, les effets de miroir, les trappes à double ou triple fond.
    on y joue à qui perd gagne, au jeu de la vérité et du mensonge, de l'amour et du hasard. un jeu oú, parfois, tel est pris qui croyait prendre.

  • Sonates de bar

    Hervé Le Tellier

    Dans la pénombre feutrée du Jay's, un bar de la 40e Rue à New York ou ailleurs, Archie, le pianiste, chante le blues.
    Rose, la serveuse, chaloupe entre les tables parmi une clientèle nocturne de paumés et de coeurs solitaires. Dans le brouhaha des conversations, derrière le tintement des glaçons, Jay, barman imperturbable, compose ses cocktails à l'image de ses clients : un Bronx pour un écrivain en mal d'inspiration, un Pink Lady pour une jeune fille... Mais le lecteur se régale tout autant d'un Black Velvet, d'un Blue Lagoon, d'un Champagne Daisy, d'un Mint Julep ou d'un Brown Jug.
    Les textes d'Hervé Le Tellier, tour à tour nimbés d'érotisme, de mélancolie ou d'humour, s'articulent autour d'une authentique recette de cocktail. Shaker, tumbler, mixer... Ces sonates à contrainte sont accompagnées de délicates aquarelles de l'artiste japonaise Yoko Ueta. Quatre-vingt-huit récits, autant de cocktails à lire et à boire sans modération !

  • Le 1er avril 1999 est né le Nunavut, un État grand comme quatre fois la France et peuplé de 200 000 habitants seulement. Le Nunavut est la terre des Inuits, ces habitants du Grand Nord que nous appelons les Eskimos et dont les coutumes ne cessent de nous surprendre. L'ensemble se construit autour d'une correspondance. Lui part pour oublier un drame intime. Elle tente de lui faire retrouver le chemin du retour. Le résultat est un récit émouvant, puissant, où texte et vidéogrammes se rencontrent et se renforcent pour parler de la vie, de cet oubli nécessaire qui triomphe de tout.

  • Une bibliothèque qui perd la raison, une parodie d'échecs en enfer, l'étrange rencontre entre Faust, Luther et Érasme... Tour à tour ludiques, érudits, politiques ou sentimentaux, ces récits nous font découvrir un nouvelliste au registre extrêmement varié.

  • Une jolie fleuriste, un grand chêne chatouilleux, une fourmi travailleuse, un renard très rusé sont quelques-uns des héros de cette histoire sans fin.
    A lire en boucle en commençant où on veut!

  • Quarante objets de nos trottoirs, ramassés, classifiés. Autant de haïkus, composés en leur honneur. Six cent quatre-vingts syllabes qui dressent le portrait de la ville telle qu'elle vit et du monde tel qu'il se défait.

  • THE ANOMALY Nouv.

  • L ANOMALIE

    HERVE LE TELLIER

    • Raspail
    • 28 Décembre 2020
  • Toutes les familles heureuses - livre audio 1 cd mp3 Nouv.

  • Disons-le tout net: nous ne sommes pas d'accord.
    La joconde n'a rien fait à hervé le tellier qui l'autorise à la traiter ainsi.
    A-t-on le droit, en donnant la parole à une coiffeuse hystérique, un amant indélicat ou une mère abusive, en se livrant à des pastiches faciles, de madame marguerite d. à prévert, voire en projetant mona lisa dans des problèmes de robinet, de se moquer de l'oeuvre impérissable de l'immense léonard de vinci ? queneau et ses exercices de style, que l'oulipien le tellier appelle à la rescousse, eût-il toléré un tel irrespect, lui qui fut le gardien zélé des traditions et du bon goût ? que penser d'une société oú les nains se hissent impunément sur les épaules des géants afin d'y tirer la langue au bon peuple ? suffit-il aujourd'hui, pour faire oublier sa bassesse, de mettre les rieurs de son côté ? elle est belle notre époque, tiens! joconde jusqu'à 100, c'est 99 + 1 points de vue jocondoclastes sur une pauvre fille qui n'a pas mérité ça, c'est sûr ! joconde jusqu'à 100 possède une suite, dont le titre est un jeu de mots plus lamentable encore :joconde sur votre indulgence.

empty