• Suite en do mineur Nouv.

    Perdu dans un quartier inconnu de Jérusalem, le narrateur se félicite - à la vue de tous les ultra-orthodoxes qu'il croise - que ses arrière-grandsparents aient quitté leur shtetl ukrainien pour atterrir à Paris. Tout l'énerve dans ce voyage que lui a offert son neveu à l'occasion de ses cinquante ans. À commencer par le fait qu'il soit organisé, alors que, célibataire endurci, il n'aime rien tant que le calme de sa petite librairie de Bar-sur-Aube.
    Mais Robert Stobetzky n'a pas planté là son groupe par pur désir de tranquillité : il croit avoir reconnu, dans la silhouette familière d'une femme suivant un prêtre en soutane, celle avec qui, l'été 1969, il a vécu trois semaines de bonheur intense et qui est restée l'amour de sa vie. Vingt-six ans plus tard, il comprend, à la violence de sa propre réaction, qu'il ne s'est jamais remis de leur rupture aussi soudaine que brutale : un beau matin, Madeleine avait quitté le petit appartement sous les toits parisiens en lui enjoignant de ne pas chercher à la revoir.
    Le jeune orphelin de onze ans qu'il était - ses parents sont morts de la grippe en 1956 - a eu beaucoup de mal à surmonter ce nouvel abandon. C'est alors qu'il a décidé de quitter Paris et sa thèse sur Louise Labé pour s'installer en Champagne. Errant dans Jérusalem, il se remémore ses années de solitude, éclairées par la lecture et la révélation de la musique. Lui qui n'avait pas osé avouer à Madeleine sa méconnaissance des artistes figurant sur les pochettes des disques qu'elle lui avait fait découvrir est foudroyé par la Suite en do mineur de Bach, entendue par hasard à la radio. Il décide d'apprendre le violoncelle et sa rencontre avec Johann Chauchat, devenu son professeur, illuminera un temps ses journées...
    Au fil de ses déambulations loin du groupe, cet homme au mitan de sa vie voit ce voyage touristique qu'il n'a pas choisi se transformer en une longue remontée de sa propre existence. Sans doute lui fallait-il le fantôme de Madeleine, entrevu dans cette ville toute pétrie de passé, pour qu'il accepte ce retour en arrière.
    Jean Mattern, subtil instrumentiste d'un fascinant monologue où alternent ironie, allégresse et chagrin, écrit un très beau livre sur la perte.

  • Une vue exceptionnelle

    Jean Mattern

    David déserte Londres quand la femme dont il s'apprêtait à adopter le petit garçon le quitte. Il s'installe à Paris dans un appartement avec une grande baie vitrée sur la Seine.

    Lorsqu'un homme l'aborde sur un banc de l'île aux Cygnes, il accepte sans arrière-pensée de lui montrer sa vue exceptionnelle.

    Vingt-cinq ans plus tard, David et Émile partagent une vie heureuse. Mais la courte période où il a failli devenir père se rappelle à lui comme un rêve obsédant... et le vertige le saisit.

    1 autre édition :

  • Le bleu du lac

    Jean Mattern

    James est mort. Sur la Picadilly Line, Viviane se souvient : les après-midis de bonheur dans les bras de son amant, les caresses, les confidences. Il a souhaité qu'elle interprète l'Intermezzo de Brahms pour ses funérailles. Alors elle s'y rend, bouleversée. Parviendra-t-elle à dissimuler son chagrin ? Et si la vie se chargeait de la surprendre ?

    1 autre édition :

  • Longtemps après l'adolescence, Jean Mattern relit la «fantaisie pompéienne» de Wilhelm Jensen, discret écrivain munichois (1837-1911), et le commentaire que Freud en a fait en 1907. À la suite d'un rêve qui redonne vie à une figure de marbre antique, un jeune archéologue se rend dans un état second à Pompéi. La jeune femme de son rêve vit en réalité en bas de chez lui, et n'est autre que son amie d'enfance, oubliée : elle le suivra dans son voyage, le guérira de son délire en y entrant et en utilisant les mêmes médicaments langagiers que le psychanalyste. L'amour est médecin, et la psychanalyse est une archéologie de l'amour.
    Jean Mattern entre-tisse plusieurs fils dans cet essai : celui de sa propre psychanalyse, de ses pertes et de ses deuils, celui d'une découverte vitale singulière ; le fil de l'éclairage que sa deuxième lecture du Délire et les rêves à trente ans de distance projette sur la première, et sur lui-même ; celui réciproque qu'il porte sur le texte de Freud.
    L'auteur s'expose et s'explique simplement, directement, au grand jour. Mais l'énigme de son enquête rappelle que, dans Pompéi enseveli, la lumière de midi accueille des fantômes.

  • DE LAIT ET DE MIEL. Au premier regard, quand il la rencontre en 1957 à la sortie d'un concert au bénéfice des réfugiés hongrois, le narrateur sait qu'il peut offrir à Zsuzsanna une vie de lait et de miel. Avec cette jeune femme volontaire et lumineuse, qui a fui Budapest et sa révolution manquée, il a en commun l'expérience de l'exil et, chevillé au corps, le désir de construire un avenir possible. Arrivé en France quelques années plus tôt, il a lui aussi échappé à l'étau de l'histoire. Parvenu au soir de sa vie, il se remémore son long combat contre le typhus, dans un hôpital de fortune, après qu'à l'automne 1944 il a quitté précipitamment avec son ami Stefan la ville de Temesvar que se disputaient les puissances ennemies. Roumain du Banat, d'origine française pourtant, il ne s'est jamais senti tout à fait chez lui dans cette Champagne où avec Zsuzsanna devenue Suzanne il a fondé une famille. D'autant que la malédiction d'un drame intime n'a pas tardé à rattraper ces deux-là, qui avaient tant voulu oublier les traumatismes collectifs. Le vieil homme, qui se confie par bribes à son fils Gabriel, aimerait trouver l'apaisement. L'on comprend à quel point Stefan lui a manqué pendant tout ce temps. Leur séparation sur un quai de gare à Budapest soixante ans auparavant le hante toujours... Dans ce deuxième roman, Jean Mattern construit avec justesse et maîtrise l'histoire intime d'un double exil. Tissant avec une grande subtilité sentiments et sensations diffuses, il donne corps à des personnages d'une émouvante vérité.

  • Étudiant en médecine très protégé par un père qui l'a élevé seul, le narrateur de ce roman de formation s'est trouvé précipité dans l'âge adulte par l'annonce de la maladie. Sur un coup de tête - pour fuir un père trop parfait, constamment à ses côtés lors de son traitement ? -, il décide de partir en Israël et d'attendre là les analyses qui lui annonceront une éventuelle rémission.
    À Jérusalem, Simon a trouvé en Amir un hôte et un confident. Le jeune Israélien qui lui avait porté secours au parc Montsouris alors qu'il était pris de malaise n'a cessé de l'entourer de sa sollicitude, au point de faciliter son départ de Paris, contre l'avis de tous.
    Avec Amir, Simon retrouve une forme de légèreté et d'insouciance. Dans ce pays qu'il découvre, il veut enfin vivre pleinement. Son éducation sentimentale et sexuelle - en compagnie notamment d'une étonnante Rivka, Suédoise convertie par amour et parlant hébreu comme une sabra - se déroule en accéléré. Mais, dans un mouvement inverse, le temps s'étire, le ramenant sans cesse à ses jeunes années, à sa mère tôt disparue et au mystère qu'a toujours été pour lui la vie de son père.
    Quand Gabriel, ce père avec qui il n'a jamais échangé que des propos anodins, vient lui rendre visite, les deux hommes se retrouvent à former avec Amir un trio inédit. Les sentiments qui les habitent, comme exacerbés par la peur et l'urgence, se conjuguent alors en une troublante valse.

  • Septembre

    Jean Mattern

    Munich, 1972. Deux journalistes venus couvrir les Jeux Olympiques d'été se rencontrent à la veille de la cérémonie d'ouverture et entament une étrange relation, faite de fascination réciproque et d'évitement. Quelques jours plus tard, la violence s'invite dans cette grande fête des Jeux Joyeux : la prise d'otage au sein de la délégation israélienne et l'irruption du terrorisme au milieu de la parenthèse olympique prennent le monde entier au dépourvu. L'histoire des deux journalistes, devenus les témoins directs d'un événement dramatique, ne sera pas épargnée par la déflagration que produisent ces heures où la compétition sportive s'efface devant la tentative désespérée mais chaotique des organisateurs pour sauver la vie des athlètes. Personne ne sortira indemne de cette longue journée du 5 septembre. Chronique minutieuse d'un événement tragique qui a bouleversé l'opinion publique mondiale, Septembre est aussi le récit d'un éblouissement intime, d'une passion.

  • Gabriel a bien tenté de croire au bonheur. Subjugué par Laura, il s'est arrimé à son rire et s'est employé à vivre au présent. Mais du jour où elle lui a annoncé qu'elle attendait un enfant de lui, il a pris la fuite, sans un mot...
    Quand, après des mois d'errance dans Londres, il échoue par hasard dans une synagogue, les chants des hommes l'apaisent, et libèrent enfin sa parole. Il se lance alors dans l'écriture de cette longue confession, où le silence et la culpabilité dansent un vertigineux pas de deux.
    De lui, de son enfance solitaire, de sa soeur aînée fauchée par un chauffard ivre, de ses parents murés dans leur deuil, de leur refus de rien lui révéler sur leur passé, il n'a jamais pu parler, ni à Laura, ni à son ami Léo. Jamais il n'a pu exprimer la vérité de ses sentiments. Et si des mots il a fait son métier, c'est pour traduire ceux des autres, barricadé derrière une montagne de dictionnaires,.
    Quand, à la faveur d'une rencontre en Hongrie des traducteurs de Thomas Mann, une clef de son passé lui est révélée dans un cimetière de Budapest, ses souvenirs peu à peu se bousculent : les phrases murmurées par ses parents dans une langue étrangère, la saveur de la cuisine magyare, la fascination pour la littérature de la Mitteleuropa qu'avait su éveiller en lui le vieux libraire du pays champenois où il a grandi...
    Évoquant le désarroi existentiel et sentimental de cet homme fragile livré à lui-même, Jean Mattern écrit avec des accents justes et mesurés un lumineux roman des origines.

  • Tous les outils qui font le succès de la collection Admis : auto-évaluation, planning de révisions, méthode, conseils, annales corrigées, simulations d'entretien...

  • Tous les outils qui font le succès de la collection Admis : auto-évaluations, plannings de révisions, simulations d'entretien...

empty