• Au tragique psychologique - celui de l'amour - vient se superposer un tragique en quelque sorte moral - celui de la dignité perdue - qui n'apparaît que dans Phèdre. Ici seulement, le personnage se livre à sa passion en la haïssant, continue à combattre contre soi, tout en s'abandonnant à lui-même, pour être vaincu enfin sur les deux plans où se développe cette tragédie singulière : le plan moral et le plan psychologique. Phèdre est un témoin de la liberté. Racine remplit ici la vocation éternelle de la tragédie, qui est d'orchestrer une méditation sur la situation de l'homme.

    16 Autres éditions :

  • Britannicus

    Jean Racine

    La première tragédie romaine de Racine montre les effets de la passion destructrice sur des enjeux plus nobles : les successions dynastiques, les luttes pour le pouvoir impérial, le devenir des empires. La disgrâce d'Agrippine et la mort de Britannicus affermissent le pouvoir personnel de Néron, révèlent sa nature criminelle et ses désirs monstrueux. La rivalité entre frères se double du thème politique de l'usurpation tyrannique. L'action est conduite par degrés jusqu'à son dénouement tragique et naturel. Ainsi sont dramatisés un sujet, l'assassinat de Britannicus par Néron, et des caractères. Ils nous fascinent par le naturel et la noblesse de l'expression poétique, qui concourent à la cérémonie tragique.

    12 Autres éditions :

  • Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui n'aime que son époux défunt et son jeune fils. Le premier chef-d'oeuvre de Racine n'oppose que quatre personnages, parmi lesquels les femmes, Andromaque, Hermione, dominent. La folie emporte Hermione et Oreste, et la pièce se clôt sur la victoire de la pureté. Tant de violence et tant de dépouillement, voilà les causes du succès de la première grande tragédie de Racine.

    14 Autres éditions :

  • Bérénice

    Jean Racine

    Après cinq ans de vie commune, Titus, devenu empereur, s'apprête à renvoyer la reine juive Bérénice. A-t-il d'autres choix ? Mais Bérénice pourra-t-elle survivre sans lui ? Avec cette pièce, Racine signe la tragédie du sacrifice, la tragédie de tous les sacrifices que la vie impose aux hommes pour grandir.

    11 Autres éditions :

  • Le chef-d'oeuvre  de Racine, suivi d'un parcours d'histoire littéraire sur la tragédie au XVIIe siècle. Dans une édition conforme aux nouveaux programmes de français du lycée, incluant notamment des prolongements artistiques et culturels.
      L'oeuvre À Trézène, en Grèce antique, Phèdre n'a d'yeux que pour son beau-fils, Hippolyte. Croyant son époux, Thésée, roi d'Athènes, mort au combat, elle déclare son amour coupable au jeune homme. Mais celui-ci en aime une autre.
    Modèle de la tragédie classique,  Phèdre  illustre la force irrationnelle et destructive de la passion amoureuse.
      Le parcours d'histoire littéraire  : «  La tragédie au XVIIe siècle  » 12 textes, de Georges de Scudéry à Corneille et Racine en passant par Jean Rotrou, pour illustrer les caractéristiques de la tragédie au XVIIe siècle.
      Le dossier Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes  :
    * un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte  * au fil du texte, la rubrique «  4 questions pour vous guider  », pour étudier les passages clés * après le texte  :
    Des repères sur l'oeuvre un groupement de textes complémentaires sur les monologues tragiques des sujets types pour l'écrit et l'oral du nouveau bac français Le cahier Histoire des arts  Dans ce supplément, des photos en couleurs et différents outils d'analyse permettent d'étudier à la fois des représentations artistiques du personnage et des mises en scène emblématiques de la pièce.
      Et un guide pédagogique Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés  : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac, des lectures d'images.
     

  • Iphigénie est innocente et vertueuse ; c'est pourtant elle que son père doit se résoudre à sacrifier. Iphigénie incarne la douceur et la tendresse ; c'est pourtant elle qui est au centre du déchaînement des fureurs familiales. Iphigénie exalte le dévouement et l'abnégation jusqu'au sublime ; c'est pourtant elle qui subit les lâchetés et les excès dévastateurs. Tels sont les tragiques paradoxes d'Iphigénie, où l'oracle divin ne semble rien d'autre que le révélateur des passions des hommes.

    6 Autres éditions :

  • Racine Bérénice Quoiqu'il aime Bérénice, Titus renonce à l'épouser parce que Rome interdit cette union de l'empereur et d'une reine étrangère. Mais lorsqu'il la confie à Antiochus, roi de Comagène, également amoureux d'elle, Bérénice refuse violemment de partir avec lui et, éperdue, implore Titus qui l'aime plus que jamais.
    Le sujet de la pièce, créée à l'Hôtel de Bourgogne en 1670, n'est ainsi que la souffrance d'une séparation amoureuse puisque l'action consiste pour Titus à se faire comprendre, et pour Bérénice à refuser de comprendre. Comme nous le dit la préface de Racine, « la tristesse majestueuse » fait ainsi « tout le plaisir de la tragédie ». Et le tragique de Bérénice, en effet, c'est que son dénouement condamne les trois héros un moment tentés par la mort à une solitude plus douloureuse que la mort même : tragique tout élégiaque d'une passion pure et d'une mélancolie dominée.

    Edition de Georges Forestier.

  • Athalie

    Jean Racine

    Oui, ma juste fureur, et j'en fais vanité, A vengé mes Parents sur ma postérité. J'aurais vu massacrer et mon Père, et mon Frère, Du haut de son Palais précipiter ma Mère, Et dans un même jour égorger à la fois, Quel spectacle d'horreur! quatre-vingts fils de Rois ? Et pourquoi ? Pour venger je ne sais quels Prophètes, Dont elle avait puni les fureurs indiscrètes. Et moi, Reine sans coeur, Fille sans amitié, Esclave d'une lâche et frivole pitié, je n'aurais pas du moins à cette aveugle rage Rendu meurtre pour meurtre, outrage pour outrage, Et de votre David traité tous les neveux, Comme on traitait d'Achab les restes malheureux ? Où serais-je aujourd'hui, si domptant ma faiblesse je n'eusse d'une Mère étouffé la tendresse, Si de mon propre sang ma main versant des flots N'eût par ce coup hardi réprimé vos complots ? Enfin de votre Dieu l'implacable vengeance Entre nos deux Maisons rompit toute alliance. David m'est en horreur, et les fils de ce Roi Quoique nés de mon sang, sont étrangers pour moi. - (Acte II, scène VII)

    1 autre édition :

  • Esther

    Jean Racine

    en commandant cette pièce pour les jeunes filles de saint-cyr, mme de maintenon a offert à racine l'occasion d'inventer ce qui a pu lui apparaître comme la forme idéale de tragédie, qui ferait alterner harmonieusement le dramatique et le lyrique, les émotions propres au tragique et l'émotion due aux cantiques, le déclamé et le chanté, l'alexandrin régulier et le vers mêlé, une forme supérieure d'émotion théâtrale, au service de la plus grande gloire de dieu.
    on comprend ainsi pourquoi le poète a eu à coeur de transformer ce qui était à l'origine une expérience pédagogique en une expérience poétique d'un genre inconnu. on sait que la pièce raconte comment esther, épouse d'assuérus, obtient de son époux la grâce de son peuple et de son oncle mardochée, malgré les complots du redoutable ministre aman.

    3 Autres éditions :

  • Magistrats, avocats, plaideurs, avoués, greffiers, voilà tout un monde étrange, à la fois séparé de la société, notamment par son jargon, mais aussi étroitement attaché à elle par mille liens variés, un microcosme où se rencontrent les passions les plus généreuses comme les mesquineries les plus sordides, un Royaume qui possède ses Palais, ses dignitaires, ses lois et ses usages, qui attire les honnêtes gens comme les crapules, les personnes de bon sens comme les plus forcenés des maniaques.

       Rien d'étonnant à ce que ce monde-là ait toujours fasciné les écrivains, d'Aristophane à Courteline en passant par l'auteur de Maître Pathelin, Rabelais et Racine lui-même qui n'hésita pas à délaisser provisoirement ses chères tragédies pour nous divertir avec ces Plaideurs que nous vous présentons aujourd'hui.

    3 Autres éditions :

  • Republier les éditions originales de Racine, c'est l'immerger dans son contexte littéraire immédiat ; aussi chacune des tragédies est-elle suivie des textes critiques qu'elle a pu susciter à sa création : la célèbre Dissertation sur le Grand Alexandre rédigée par Saint-Évremond, La Folle Querelle ou la Critique d'Andromaque, comédie de Subligny montée par Molière sur son théâtre, l'Entretien sur les tragédies de ce temps de De Villiers, etc. Les préfaces des différentes éditions des pièces sont également reproduites. Ces textes aident à comprendre le déroulement de la création racinienne, à évaluer les enjeux des oeuvres et l'accueil qu'elles ont reçu, à mesurer les résistances que Racine, malgré ses triomphes et ses appuis, n'a cessé d'affronter, ainsi que la manière dont il a, selon les cas, tenu compte, ou non, de ces critiques.

  • Les six pièces de racine que contient ce volume forment le premier versant de l'oeuvre, celui de la prodigieuse et presque immédiate ascension d'un écrivain vers la perfection de son art.
    Racine a vingt-cinq ans lorsqu'il fait représenter la thébaïde par la troupe de molière. l'auteur de britannicus et de bérénice est un homme de trente ans qui a su trouver dans la simplicité du drame et la pureté mélodieuse de la langue le moyen d'exprimer la vérité de l'émotion tragique, la douleur ou la cruauté de la passion : dès andromaque, " tout est dans l'âme " comme on l'a dit, " rien que dans l'âme ", et dans le chant.

  • Bajazet

    Jean Racine

    Du siège de Babylone, où il est parti combattre les Persans, le sultan Amurat ordonne à Roxane, la favorite à qui il a confié les rênes du pouvoir, de mettre à mort Bajazet, frère dont il suspecte les ambitions. Mais Roxane aime Bajazet et entend faire de lui le nouveau sultan : s'il refuse de l'épouser, il périra...Avec Bajazet, Racine nous plonge au coeur des intrigues de sérail, lieu tragique d'une lutte à mort entre amour et pouvoir.

    5 Autres éditions :

  • Une nouvelle édition de Racine, qui ne veut pas sacrifier à la mode, mais présenter un Racine vrai. On disserte trop sur Racine. Une cure d'amaigrissement, qui le ramène aux seules (et trop rares) données positives que l'on connaisse sur lui, reste le seul moyen de relancer la recherche sur des bases moins incertaines que le structuralisme, la sociologie ou la psychanalyse. L'art racinien séduit pas sa discrétion. Il faut, pour le présenter, commencer par se mettre au diapason.

  • Mithridate J'ai vengé l'Univers autant que je l'ai pu. La Mort dans ce projet m'a seule interrompu. Ennemi des Romains, et de la Tyrannie, Je n'ai point de leur joug subi l'ignominie. Et j'ose me flatter, qu'entre les Noms fameux, Qu'une pareille haine a signalés contre eux, Nul ne leur a plus fait acheter la victoire, Et de jours malheureux plus rempli leur Histoire. Le ciel n'a pas voulu, qu'achevant mon dessein Rome en cendre me vît expirer dans son sein. Mais au moins quelque joie en mourant me console. J'expire environné d'ennemis, que j'immole. Dans leur sang odieux j'ai pu tremper mes mains. Et mes derniers regards ont vu fuir les Romains. (Acte V, scène dernière)

    1 autre édition :

  • Phèdre aime Hippolyte, amoureux d'Aricie. Mais Phèdre est aussi l'épouse de Thésée, le père d'Hippolyte. Une tragédie qui fait apparaître la passion comme un sentiment fatal et destructeur. Avec un dossier thématique.

  • La guerre de Troie s'achève. Vaincus, Andromaque et son fils Astyanax, dernier héritier de la famille royale troyenne, sont prisonniers du roi Pyrrhus, allié des Grecs. Mais Oreste, l'ambassadeur de la Grèce, vient réclamer la tête de l'enfant. Pyrrhus livrera-t-il l'otage ? Épousera-t-il Andromaque, dont il est amoureux ? Une autre guerre aura-t-elle lieu, cette fois entre Pyrrhus et les Grecs ? Cette tragédie des passions trahies et noyées dans le sang lança l'immense carrière théâtrale de Racine.

  • «La tragédie racinienne est l'une des tentatives les plus intelligentes que l'on ait jamais faites pour donner à l'échec une profondeur esthétique : elle est vraiment l'art de l'échec, la construction admirablement retorse d'un spectacle de l'impossible. En cela elle semble combattre le mythe, puisque le mythe part de contradictions et tend progressivement à leur médiation : la tragédie, au contraire, immobilise les contradictions, refuse la médiation, tient le conflit ouvert ; et il est vrai que chaque fois que Racine s'empare d'un mythe pour le convertir en tragédie, c'est toujours en un sens pour le récuser, le paralyser, en faire une fable définitivement close.» Roland Barthes, Sur Racine.
    . La Thébaïde . Alexandre le Grand . Andromaque . Les Plaideurs . Britannicus . Bérénice

  • « Le lecteur me permettra de lui demander un peu plus d'indulgence pour cette pièce, que pour les autres qui la suivent. J'étais fort jeune quand je la fis. » Autrement dit, comment Racine avait-il pu ne pas faire du Racine ? Car La Thébaïde repose sur un conflit dont le moteur n'est pas la passion amoureuse mais la rage suicidaire de tous les personnages. Racine puise chez Euripide la sanglante histoire d'Étéocle et de Polynice, les deux fils d'oedipe. Un tel sujet l'entraînait vers une esthétique de la fureur au moment où triomphaient les grâces de l'amour galant. Pari tenu : Molière fit créer la pièce par sa troupe. Trois siècles plus tard, on est encore stupéfait de voir comment la tragédie classique savait styliser la violence des passions qui habitent les hommes.

  • De 1677, l'année de Phèdre et de son renoncement au théâtre, à sa mort en 1699, Racine fut l'historiographe de Louis XIV. Pour connaître Racine prosateur, il ne nous reste que l'Abrégé de l'histoire de Port-Royal, texte clandestin, longtemps jugé trop dangereux, que Racine et ses proches gardèrent secret. Ce texte a été composé quelques années avant la mort de l'auteur pour défendre la cause port-royaliste, notamment face aux Jésuites. Dans ce plaidoyer bref, intense, nourri de faits puisés aux meilleures sources, les armes de l'histoire sont retournées contre la politique du Roi Soleil. Parce que l'historien a vécu ce dont il parle et a été, enfant, le témoin oculaire des persécutions, il y reprend ce qui avait été le thème constant de son théâtre : l'innocence persécutée. Il écrit, en prose, la tragédie de Port-Royal.

    1 autre édition :

  • La Thébaïde ou les Frères ennemis Alexandre le Grand Andromaque / Les Plaideurs / Britannicus Bérénice / Mithridate Iphigénie / Phèdre / Esther Athalie

    3 Autres éditions :

  • Théâtre t.2

    Jean Racine

    «Les romantiques s'offusquent de ce théâtre sans images. Préférer le récit à l'exhibition scénique des grands meurtres et des grands prodiges, ils croient que c'est fuir la difficulté : c'est la chercher, au contraire, puisque c'est refuser l'aide du physique et du sensible, du metteur en scène et du machiniste, des lumières, des couleurs, de l'agitation, de l'acteur et du spectateur même. L'auteur assume tout le fardeau du drame.» Thierry Maulnier, Racine.
    . Iphigénie . Phèdre . Esther . Athalie . Bajazet . Mithridate

  • Quel secret douloureux pousse donc le farouche Hippolyte à fuir Trézène, pour aller rejoindre son père Thésée dans sa quête des monstres fabuleux ? Quel mal plus terrible encore mine Phèdre, la jeune épouse de Thésée, et la conduit à vouloir mourir ? Tous deux aiment d'un amour interdit. Le poids d'une vieille malédiction semble s'acharner sur cette illustre famille dont les ancêtres divins se partagent l'univers. L'annonce inattendue de la mort de Thésée va provoquer des aveux irréversibles...
    Le spectateur éprouve avec les héros de Phèdre toutes les douleurs et les fureurs de la passion, et subit avec la même terreur qu'eux la marche implacable de la fatalité.
      * Le texte intégral annoté * Cinq questionnaires d'analyse de l'oeuvre * Une analyse des personnages * Un dossier « Spécial bac » proposant deux sujets d'écrit et deux sujets d'oral * Une présentation de Racine et de son époque * Le genre de l'oeuvre et sa place dans l'histoire littéraire * Une rubrique « Portfolio » pour la lecture d'images  

empty